3ème dimanche du Temps Ordinaire

Année A - saint Matthieu

1

Forces Armées de Guyane

27 janvier 2002

Moi je suis à Paul... Moi je suis à Apollos

2

Garnison d'Angers

23 janvier 2005

Catastrophes

3

Fort Neuf de Vincennes

23 janvier 2011

L'unité des chrétiens

4

Secteur Vermandois

26 janvier 2014

Venez derrière moi !

5

Athies & Nesle

22 janvier 2017

Pêcheurs d’hommes

Isaïe 8,23b-9,3
Psaume 26
1 Corinthiens 1,10.13-17
Matthieu 4,12-23

Si vous désirez recevoir toutes les semaines - en général le jeudi - l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

27 janvier 2002

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page

Moi, j’appartiens à Paul…
J’appartiens à Apollos…

Lorsque Paul écrit aux corinthiens, en 53 ap.JC , moins de vingt ans se sont écoulés depuis la mort et la résurrection du Christ Jésus. Pourtant des dissensions se révèlent déjà dans les communautés chrétiennes.

Des groupes se forment en fonction des personnes qui les ont amenés à la foi et baptisés. Paul se félicite d’ailleurs, dans un autre passage de cette lettre, de n’avoir baptisé que deux membres de l’Eglise de Corinthe ainsi personne ne peut se revendiquer de lui, car, rappelle-t-il, c’est au nom du Christ Jésus que tous ont été baptisés.

Dans notre Eglise même, pour ne pas dire dans notre communauté, de telles assertions sont entendues : «Moi, j’appartiens à l’Action Catholique» (et il y a des options différentes), «Moi, au Scoutisme» (avec des subdivisions), «Moi, aux charismatiques» (là aussi plusieurs tendances)… et je ne prétends pas faire une recension exhaustive.

Comment prêcher l’union des chrétiens lorsque l’Eglise catholique est divisée, certes sur des points de détail puisque la foi est la même, par des courants prêts à s’excommunier mutuellement.

Il est logique que notre approche de Dieu nous semble la meilleure, mais il est illogique que nous estimions avoir la seule. Prenons les évangélistes, ils racontent les mêmes événements avec des accents différents ; nous pouvons sentir si tel ou tel passage est écrit par Matthieu, juif, collecteur d’impôts, par Marc, secrétaire consignant les prédications de saint Pierre, par Luc, grec, ayant fait une enquête préalable auprès de témoins ou encore Jean, jeune à l’époque des événements qui en fait une relecture mystique et théologique. Pourtant tous annoncent la Bonne Nouvelle et notre foi est fondée sur leurs écrits…

Aujourd’hui encore des personnes vont annoncer l’évangile avec leur propre sensibilité : notre réticence à adhérer à des célébrations catholiques d’autres cultures prouve que nous ne comprenons pas bien l’appellation universelle du message du Christ ; il s’adresse à tous les hommes, comme ils sont. Nous préférons l’orgue aux sistres et aux tam-tams, mais la louange de Dieu s’arrête-t-elle à ces considérations.

L’important n’est-il pas d’amener l’homme au Christ ?

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

23 janvier 2005

Garnison d'Angers

Retour en haut de la page

Catastrophe naturelle

Le monde est profondément marqué par le tremblement de terre de l’océan indien suivi d’un terrible raz de marée qui a provoqué la mort ou la disparition de nombreux êtres humains. Les épidémies et l’insalubrité qui découlent des eaux stagnantes augmenteront encore le nombre des victimes.

Face à des événements de ce type, l’homme se sent démuni et si la solidarité s’est immédiatement mise en place, elle est quelquefois mal appropriée à la situation. Les associations caritatives sont les mieux équipées pour répondre aux besoins directs et d’une façon adéquate aux conditions locales.

Les gestes de soutien ne sont pas seulement constitués de versements d’argent, même s’ils sont indispensables. La portée de la présence, que les isolés ne se sentent pas abandonnés, que leur détresse ne tombe pas dans un oubli indifférent, est tout aussi importante. Un groupe de personnes venu se mettre au service des autres manifeste une solidarité plus tangible que des chiffres abstraits.

Ce qui est vrai pour les victimes de ces catastrophes est vrai aussi des isolés qui sont autour de nous. Sachons avoir la présence nécessaire auprès des personnes qui nous sont proches, autant que auprès de ceux qui sont loin.

JeanPaul Bouvier
Aumônier de la Garnison d’Angers

23 janvier 2011

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

L’unité des chrétiens !

La lecture du passage de la première épître aux Corinthiens de saint Paul est particulièrement significative pendant cette semaine où il est demandé par toutes les branches du christianisme de prier pour l’unité. En effet, déjà du temps de saint Paul, des discordes se font sentir dans l’Eglise naissante ; chaque communauté se revendique d’un prédicateur, en l’occurrence Pierre, Paul ou Apollos.

Depuis cette époque de fondations, chaque église locale a développé ses propres spécificités et y tient mordicus transformant tout échange en un dialogue de sourds ce qui entraîne des schismes voire des hérésies dans la doctrine de la foi. Le meilleur exemple en a été la querelle stérile du ‘Filioque’ qui a séparé pendant neuf siècles les églises de langue grecque des églises de langue latine qui se sont excommuniées mutuellement alors qu’elles n’ont aucune différence de foi.

L’Assemblée de Jérusalem (cf. Actes des Apôtres 15) met à jour des différences entre ceux qui désirent que les convertis suivent strictement la Loi de Moïse et ceux qui estiment que le Baptême chrétien n’exige rien d’autre que la foi en Jésus-Christ Sauveur. De même les vingt et un Conciles œcuméniques ont été suivis de séparations de fraction de l’Eglise plus ou moins importantes.

Ces différentes dissensions historiques ne doivent pas nous faire oublier que l’unité commence par chacun de nous. Seul le Fils unique du Père détient la Vérité, chaque chrétien l’a reçu en totalité par son Baptême mais n’en maîtrise qu’une partie plus ou moins grande suivant ses capacités et les dons que le Seigneur a mis en lui. Cette semaine consacrée à la prière pour l’unité des chrétiens appelle chaque disciple de Jésus-Christ à une grande humilité en constatant que les frères – dits séparés – sont avant tout des frères dans la foi.

La désunion dans l’Eglise du Christ aune conséquence directe dans l’annonce de la Bonne Nouvelle du Salut : comment convertir des hommes et des femmes en critiquant d’autres chrétiens voire sa propre église ? N’est-ce pas le reproche que nous entendons constamment sur l’inadéquation entre la pratique cultuelle et la pratique humaine et sociale ?

Ce temps de prière pour l’unité des chrétiens est avant tout pour une personne se revendiquant du Christ un appel à la conversion : l’Eglise est UNE comme tous les chrétiens la proclament dans le ‘Credo’ mais chacun d’entre nous a sa propre conception de ‘son’ église et confond l’Eglise UN(i)E avec l’Eglise UN(iqu)E. Dans d’autres lettres saint Paul compare l’Eglise à un corps composé de différents membres ayant des fonctions qui leur sont propres (cf. Romains 12 ; 1 Corinthiens 12…) L’unité commence par le respect et l’écoute des autres chrétiens : ils ont aussi leur part dans l’annonce de l’Evangile. Jésus ne dit-il pas à ses Apôtres : « Qui n'est pas contre nous est pour nous. » (Marc 9,40)

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de Vincennes

26 janvier 2014

Secteur Vermandois

n°727

Retour en haut de la page

Venez derrière moi !

Pierre et André, Jacques et Jean connaissent leur métier, ils savent que ce n’est certainement pas pour le bien des poissons qu’ils jettent leurs filets ; comment comprennent-ils cette proposition du Seigneur de devenir des pêcheurs d’hommes ? En tirant les poissons hors de l’eau, ils les condamnent à mort. Serait-ce la même chose pour les hommes ? Pourtant, ils décident de se mettre à la suite de Jésus apparemment sans hésitation.

Cette métaphore prend un autre sens lorsque nous nous souvenons que, dans la symbolique juive, la mer représente le domaine du mal, la demeure du Léviathan ; Jésus montre sa puissance divine en comandant à la mer : « Alors il se leva, menaça les vents et la mer, et il y eut un grand calme. » (Matthieu 8,26) et elle n’existera plus dans le monde futur puisque les hommes y seront en présence de Dieu : « Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. » (Apocalypse 21,1)

Les quatre pêcheurs que Jésus appelle à sa suite, n’ont sans doute pas compris immédiatement qu’il leur demandait de sauver les hommes du mal et du péché d’une façon similaire à ce qu’ils faisaient en sortant les poissons de la mer ; ce n’est que plus tard qu’ils ont pu percevoir la portée de l’appel qu’ils avaient reçu ce jour-là.

Le choix de Jésus ne s’arrête pas à des pêcheurs : il appelle aussi parmi ses Apôtres le publicain Matthieu (cf. Matthieu 9,9) le ‘collabo’ des romains, Simon, l’émeutier zélote et Judas qui le trahira, tous hommes différents, n’ayant rien en commun qui arrivent à vivre ensemble animés par le désir de suivre le Christ.

Nous sommes dans la même situation que ces Apôtres : le Seigneur nous appelle tels que nous sommes, avec nos qualités et nos défauts, notre enthousiasme et nos lourdeurs, nos similitudes et nos différences et ensemble nous lui rendons un témoignage de foi : il n’y a que le Fils du Père qui puisse faire venir derrière Lui tant d’hommes et de femmes tellement opposés mais également animés par l’Esprit qui nous donne la force et les moyens d’annoncer l’Evangile.

Il ne suffit pas d’entendre le Christ nous dire « Viens derrière moi » encore faut-il que nous laissions ce que nous faisons et que nous écoutions l’enseignement qu’il nous donne dans sa Parole comme ces hommes qui l’ont suivi et écouté lorsqu’il enseignait dans les synagogues. La diversité de ces Apôtres montre que le message du Christ est à la portée de tous et que tous peuvent le transmettre autour d’eux.

L’appel de Jésus : « Venez derrière moi ! » (Matthieu 4,19) est complété par la promesse : « Ne vous inquiétez ni de la manière dont vous parlerez ni de ce que vous direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à l’heure même. » (Matthieu 10,19)

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

22 janvier 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°918

Pêcheurs d’hommes

Les Juifs contemporains de Jésus utilisaient la technique de la pêche à l’épervier, c'est-à-dire un filet carré relativement petit à mailles moyennes. Le filet était jeté dans la mer et rapporté à bord en formant une sorte de poche où les poissons étaient pris au piège. Puis revenus à terre les pêcheurs triaient les poissons et nettoyaient les filets en les réparant si besoin était. La barque et le filet étaient les outils de travail, le gagne-pain, de ces hommes.

Au surprenant appel de Jésus « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » (v.19) Simon-Pierre, André, Jacques et Jean laissent ce qu’ils étaient en train de faire et pour les deux derniers, ils abandonnent même leur père et ils rejoignent cet étrange prédicateur qui subjugue les foules par son interprétation des Ecritures.

Qu’attendaient ces hommes de cette invitation ? Que comprenaient-ils de ces paroles ? Pêcher des poissons, c’est aussi les faire mourir. Lorsqu’ils pêcheront des hommes ceux-ci mourront-ils ? D’une certaine façon oui : les personnes qui accepteront avec joie d’être ‘prises dans le filet de la Bonne Nouvelle’ passeront par la mort et la Résurrection du Christ avec la grâce du Baptême : « Vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ. » (Galates 3,27)

Ces quatre pêcheurs avaient l’habitude de jeter le filet et de rapporter tout ce qui avait été pris. Devenus Apôtres, ils ‘jetteront’ l’Evangile à destination de tous sans distinction et amèneront à Dieu ceux que cette prédication aura ‘accrochés’ et qui seront attirés par ce message d’amour qui vient du Père par le Fils dans l’Esprit. La différence majeure est que si le poisson ne choisit pas d’être pris, l’homme adhère librement à l’annonce et s’engage à suivre celui qui est « le Chemin, la Vérité et la Vie. »

Aujourd’hui encore, le Christ appelle à le suivre sur les chemins de la vie en partant de ce que nous savons faire mais en le transformant radicalement : ces Apôtres savaient apporter du poisson à terre ils deviennent ceux qui savent amener des hommes au Royaume. Dieu le Fils me demande de considérer ce que je sais faire et de le mettre au service de l’Evangile afin de l’annoncer avec les moyens de notre temps.

Deux choses sont indispensables pour mener à bien cette mission.

  • La première est de faire confiance à Celui qui m’appelle directement ou par la voix de son Eglise ;
  • la seconde est de vivre dans un esprit dévoué à la prière pour être sûr que j’agis inspiré par le Seigneur et non pas de mon propre chef.

Je serai alors un apôtre dans le monde contemporain.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions