Fête du Saint Sacrement
du Corps et du Sang du Christ
année C - saint Luc

1

Saint Charles de Monceau

18 juin 1995

Le Corps livré et le Sang versé

2

Lycée Militaire d'Autun

14 juin 1998

La présence réelle... (Concile de Trente 1551)

3

Bosnie Herzégovine

11 juin 2004

Le très saint Sacrifice de la messe (Concile de Trente 1562)

4

Brigade Franco-Allemande

10 juin 2007

Melchisédech

5

Fort Neuf de Vincennes

6 juin 2010

Les prêtres du Très-haut

6

Secteur Vermandois

2 juin 2013

Le Très Saint Sacrement

7

29 mai 2016

Il les donna à ses disciples

Genèse 14,18-20
Psaume 109
1 Corinthiens 11,23-26
Luc 9,11-1

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

18 juin 1995

Saint Charles de Monceau

Retour en haut de la page

Le Corps livré, le Sang Versé

Les textes d'aujourd'hui sont presque ceux du Jeudi Saint, fête de l'institution de l'Eucharistie, seule la première lecture, de l'Ancien Testament, change. Cette dernière évoque la figure du roi Melkisédek, grand prêtre du Seigneur à Salem (l'antique Jérusalem).

Il y a donc un lien très étroit entre le Jeudi Saint, la Cène, et cette fête du Corps et du Sang de Notre Seigneur. Si nous sommes attentifs aux paroles de la consécration, elles ne se présentent pas comme la chair qui nous est donnée à manger et le sang qui nous est donné à boire, elles sont plus explicites : "Prenez et mangez-en tous, ceci est mon corps livré pour vous."; Prenez et buvez-en tous, ceci est mon sang versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés."

Il ne s'agit pas seulement du Corps et du Sang du Christ, il s'agit du CORPS LIVRE et du SANG VERSE POUR NOUS. Cela change le sens même des mots. Les chrétiens ne sont pas anthropophages comme l'ont pensé certains romains aux premiers siècles, ce n'est pas de la chair humaine ou du sang humain que nous recevons, c'est le Corps et le Sang divins de Jésus-Christ.

Sous l'apparence du pain est du vin, nous recevons le sacrifice du Christ de son corps livré et de son sang versé, nous communion à la substance divine même. Comme le dit une des oraison après la communion : "fais que nous devenions ce que nous avons reçu", nous participons à la divinité par notre communion.

Comme dans l'Eden où nos parents étaient sans dissimulation devant Dieu, comme Moïse qui parlait face à face avec Dieu, nous sommes dans la pleine vision de Dieu lorsque nous adorons le Saint Sacrement, qu'il soit exposé ou dans la tabernacle, mais nos yeux humains sont insuffisants pour y distinguer toute la gloire qui en émane, il faut les yeux de la foi.

L'adoration doit nous renvoyer à notre vie courante, quotidienne, rappelons-nous l'épître de Saint Jean : "Celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, est incapable d'aimer Dieu qu'il ne voit pas". Alors l'adoration légitime que nous faisons à toutes les messes, ou devant le Saint Sacrement, nous envoie en mission : cette pleine vision de la gloire de Dieu dans la foi, nous entraine à la pleine vision de l'Esprit qui est en nos frères images de Dieu.

Pour nous aussi, il est important de nous souvenir que nous sommes "tabernacle" du Christ, lorsque nous avons reçu la communion nous montrons Dieu à nos contemporains, soyons réellement présence joyeuse et heureuse du Christ dans le monde.

Père JeanPaul Bouvier
Vicaire à saint Charles de Monceau


14 juin 1998

Lycée Militaire d'Autun

Retour en haut de la page


La présence réelle de notre Seigneur Jésus-Christ dans le très saint Sacrement de l'Eucharistie

Chapitre 1

Le saint Concile enseigne et professe ouvertement et sans détour que, dans le vénérable Sacrement de la sainte Eucharistie, après la consécration du pain et du vin, notre Seigneur Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, est présent vraiment, réellement et substantiellement sous l'apparence de ces réalités sensibles. Il n'a' a en effet aucune contradiction à ce que notre Sauveur siège lui-même toujours à la droite du Père dans les cieux, selon un mode d'existence qui est naturel, et à ce que néanmoins il nous soit, en d'autres lieux, sacramentellement présent en sa substance, dans un mode d'existence que nos mots peuvent sans doute à peine exprimer, mais que notre intelligence, éclairée par la foi, peut cependant reconnaître et que nous devons fermement croire comme une chose possible à Dieu.

C'est ainsi que tous nos prédécesseurs, qui ont vécu dans la véritable Eglise du Christ et qui ont traité de ce Sacrement très saint, ont professé très ouvertement que notre Rédempteur a institué ce Sacrement si admirable à la dernière Cène, lorsque après avoir béni le pain et le vin, il attesta en termes clairs et précis qu'il leur donnait son propre corps et son propre sang. Ces paroles rapportées par les saints évangélistes et répétées ensuite par saint Paul , comportant cette signification propre et très claire selon laquelle les Pères les ont comprises, c'est véritablement la plus indigne des hontes de voir quelques hommes opiniâtres et pervers les ramener faussement à des figures de style sans consistance et imaginaires, où se trouve niée la vérité du Corps et du Sang du Christ, contre le sentiment universel de l'Eglise.

Chapitre 4

Parce que le Christ, notre Rédempteur, a dit que ce qu'il offrait sous l'espèce du pain était vraiment son Corps1&2, on a toujours eu dans l'Eglise de Dieu cette conviction que déclare de nouveau le saint Concile : par la consécration du pain et du vin s'opère le changement de toute la substance du pain en la substance du Corps du Christ et de toute la substance du vin en son Sang ; ce changement, l'Eglise catholique l'a justement et exactement appelé transsubstantiation.

Articles de condamnation

Canon 1 : Si quelqu'un nie que dans le très saint Sacrement de l'Eucharistie soient contenus vraiment, réellement et substantiellement le Corps et le Sang conjointement avec l'âme et la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ et, par conséquent, le Christ tout entier, mais s'il dit qu'ils n'y sont qu'en signe ou en figure ou par leur vertu, qu'il soit anathème.

Canon 2 : Si quelqu'un dit que, dans le très saint Sacrement de l'Eucharistie, la substance du pain et du vin demeure avec le Corps et le Sang de notre Seigneur Jésus-Christ, et qu'il nie ce changement admirable et unique de toute la substance du pain en son Corps et toute la substance du vin en son Sang, tandis que demeurent les apparences du pain et du vin, changement que l'Eglise catholique appelle de manière très appropriée transsubstantiation, qu'il soit anathème.

Concile de Trente (XIXème œcuménique)
13ème session 11 octobre 1551
Décret sur la très sainte Eucharistie


11 juin 2004

Bosnie Herzégovine

Retour en haut de la page


Doctrine sur le très saint sacrifice de la messe
Concile de Trente - 22ème session (17 septembre 1562)

Ch. I : [L'institution du très saint sacrifice de la messe]

Comme sous l'Ancien Testament, au témoignage de l'Apôtre Paul, par suite de l'impuissance du sacerdoce Lévitique, il n'y avait pas de sacrifice parfait, il a fallu, d'après une disposition de Dieu, le Père des miséricordes [2Co 1,3], que se levât un autre prêtre "selon l'ordre de Melchisédech " [Gn 14,18 ; Ps 109,4 ; Hé 7,11], notre Seigneur Jésus-Christ, capable "d'amener à la plénitude" et de rendre parfaits "ceux qui devaient être sanctifiés" [Mc 10,14] Lui, notre Dieu et Seigneur, dut donc "s'offrir lui-même une fois pour toutes", mourant en intercesseur sur l'autel de la Croix, afin de réaliser pour eux une rédemption éternelle. Cependant, comme sa mort ne devait pas mettre fin à son sacerdoce [Hé 7, 24], à la dernière Cène, "la nuit " où il fut livré, il voulut laisser à l'Eglise, son épouse bien-aimée, un sacrifice visible, comme le réclame la nature humaine, où serait représenté le sacrifice sanglant qui allait s'accomplir une unique fois sur la Croix, dont le souvenir se perpétuerait jusqu'à la fin des siècles [1Co 11,23sv.] et dont la vertu salutaire s'appliquerait à la rédemption des péchés que nous commettons chaque jour. Déclarant qu'il était établi "prêtre selon l'ordre de Melchisédech pour l'éternité" [Ps 110,4], il offrit à Dieu le Père son corps et son sang sous les espèces du pain et du vin et, sous les mêmes signes, il les distribua à manger à ses Apôtres qu'il établissait alors prêtres du Nouveau Testament ; à eux et à leurs successeurs dans le sacerdoce, il donna l'ordre de les offrir par ces paroles "Faites ceci en mémoire de moi" [Lc 22,19], comme l'Eglise l'a toujours compris et enseigné.

Car, ayant célébré la Pâque ancienne, que la multitude des enfants d'Israël immolait en souvenir de la sortie d'Egypte [Ex 12,1sv.] il institua la Pâque nouvelle, où l'Eglise l'immole lui-même par les prêtres, sous des signes visibles, en souvenir de son passage de ce monde à son Père, lorsqu'il nous racheta par l'effusion de son sang et qu'il "nous arracha à la puissance des ténèbres et nous transporta dans son Royaume" [Col 1,13]

Cette " oblation pure "qu'aucune indignité, aucune malice de ceux qui l'offrent ne peuvent souiller, dont le Seigneur a prédit par Malachie qu'elle "serait offerte pure en tout lieu en son nom", qui doit être grand parmi les nations [Ml 1,11], l'Apôtre Paul, écrivant aux Corinthiens, l'a clairement désignée lorsqu'il dit que "ceux qui se sont souillés en participant à la table des démons ne peuvent participer à la table du Seigneur " [1Co 10,21], entendant, par le mot table, l'autel, dans l'un et l'autre cas. C'est elle qui, au temps de la loi naturelle et de la Loi révélée [Gn 4,4-8,20 ; 12,8], était préfigurée par les images diverses des sacrifices, puisqu'elle renferme tous les biens qu'ils signifiaient, comme leur plénitude et leur perfection.


10 juin 2007

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page


Melchisédech

Curieux personnage que ce roi Melchisédech, venant de nulle part et y retournant après sa rencontre avec Abraham. Il n’y a que trois citations de cet homme dans l’ensemble de la Bible : le livre de la Genèse (Gn 14,18) et le Psaume 109 lus aujourd’hui ainsi que dans l’épître aux Hébreux (Hé 6,20-7,17) qui en fait une préfiguration du seul vrai grand-prêtre qu’est Jésus, le Christ, le Fils Unique de Dieu.

Il n’est pas surprenant que ce roi soit prêtre, tous les souverains du deuxième millénaire avant Jésus Christ avaient un rôle sacerdotal. Ils étaient à la fois représentant du peuple auprès de leur(s) dieu(x) et inversement présence de leur(s) dieu(x) au peuple. Souvent ils étaient présentés comme descendants d’un ou plusieurs dieux.

Mais l’auteur inspiré par Dieu du passage biblique précise que Melchisédech est prêtre du Très Haut alors que la fonction sacerdotale du peuple hébreu ne sera instituée que huit siècles plus tard par Moïse dans le désert (cf. Ex 28) Plus étonnante encore est l’offrande qui est faite de pain et de vin alors que les offrandes de l’époque étaient surtout des sacrifices sanglants constitués de taureaux ou de béliers.

Plus tard dans la Tente de la rencontre puis dans le Temple de Jérusalem, il y aura constamment devant le Saint des saints une table portant les pains d’oblation que les prêtres devront changer chaque jour.

L’Eglise célèbre dans cette fête le mémorial de la Passion du Christ, comme le dit la prière d’ouverture de la messe que nous devons faire nôtre : Donne-nous de vénérer d’un si grand amour le mystère de ton corps et de ton Sang, que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta Rédemption.

Père JeanPaul Bouvier


6 juin 2010

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page


Prêtres du Très-haut

L’épisode de Melchisédech relaté dans le livre de la Genèse (14,18-20) invite le croyant à considérer les prêtres qui sont antérieurs à l’avènement d’Aaron, le premier grand prêtre d’Israël.

Melchisédech en premier lieu, roi de Salem (identifiée à Jérusalem par la tradition juive cf. Psaume 76,3 ; Josué 10,1) c'est-à-dire étymologiquement roi de paix ; il est prêtre du Très-haut à qui Abraham reconnaît une légitimité sacerdotale en lui versant la dîme, la taxe due au clergé (cf. le commentaire développé par l’épître aux hébreux 7,1-17) Il offre du pain et du vin en libation et bénit Abraham. Le fait même que ce roi-prêtre étranger soit celui qui bénit Abraham et que cela soit rapporté dans les Ecritures montre que cette bénédiction est dans le droit fil de la promesse que Dieu a exprimée à Abraham.

En suivant la chronologie biblique, un autre prêtre a un rôle plus discret mais néanmoins important, il s’agit de Poti-Phéra (prêtre d’On c'est-à-dire Héliopolis cité du dieu Râ) qui donne sa fille en mariage à Joseph (appelé en Egypte Çophnat-Panéah) il semble que ce soit la même personne que Putiphar, celui qui achète Joseph comme esclave et apprécie son service. La jeune fille, Asnat, donnera à Joseph ses deux fils Manassé et Ephraïm dont seront issus deux des douze tribus d’Israël. (cf. Genèse 41,45sv)

Enfin dans les prêtres remarquables avant le sacerdoce d’Aaron, Jethro, prêtre de Madian, donne sa fille à Moïse pendant son exil dont il aura deux fils : Guerchom et Eliézer (cf. Exode 2,22 ; 4,20 ; 18,3-4) Le pays de Madian dont Jethro est le prêtre vient de l’ancêtre éponyme Madian quatrième fils qu’Abraham engendre avec Ketura qu’il a épousée après la mort de Sarah. Jethro est donc aussi un descendant d’Abraham, mais pas de Jacob-Israël !

Trois prêtres sont ainsi mis en exergue avant que l’Exode ait lieu. Les leçons que nous pouvons en tirer sont multiples

  • L’Esprit Saint souffle où il veut et il inspire des personnes, même en dehors du Peuple de Dieu ; de tous temps il leur a donné des missions spécifiques qui contribuent à construire le dessein de Père et à préparer la venue du Fils.
  • Le Peuple de Dieu n’est pas autosuffisant et doit bénéficier de l’apport de personnes inspirées par l’Esprit pour grandir, se développer et trouver la meilleure façon de s’approcher de Dieu, Jethro ne donne-t-il pas des conseils à Moïse pour diriger le peuple (cf. Exode 18,1-27)
  • Pendant cette année sacerdotale, la méditation sur ces hommes choisis par Dieu permet de voir qu’il n’y a pas d’archétype de prêtre mais à l’exemple de ces trois hommes : « Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures; sinon, je vous l'aurais dit; je vais vous préparer une place. » (Jean 14,2) Cela permet à chacun de nous de discerner l’appel de Dieu chez une personne et non ses qualités humaines, culturelles ou universitaires.
  • Enfin, pour nous c’est un appel à l’humilité, des hommes parmi les plus importants de l’Ancien Testament ont respecté et écouté les prêtres du Très-haut qui leur étaient proches. N’hésitons pas à suivre la même voie.
  • D’autres leçons peuvent être tirées de ces trois personnages exemplaires, nous pourrons les trouver en méditant régulièrement la Parole de Dieu.

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes


2 juin 2013

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page


Le Très Saint Sacrement

L’appellation de cette fête peut surprendre : tous les Sacrements sont Saints puisqu’ils sont présentés comme des « signes sensibles et efficaces de la Grâce de Dieu » (grand catéchisme de saint Pie X, 1906) Pourquoi utiliser l’article défini ‘le’ comme si c’était le seul Sacrement que le Christ ait laissé à son Eglise ? Une réponse simple s’impose : c’est le Sacrement central auquel tous les autres sont subordonnés.

Lorsqu’elle célèbre le ‘Jeudi Saint’, l’Eglise suit la chronologie des événements de la ‘Semaine Sainte’ et met en évidence l’importance de l’institution de l’Eucharistie qui se situe la veille de la mort sur la Croix de Jésus : le Fils Unique de Dieu donne son Corps et son Sang sacramentellement à ses disciples avant de les donner physiquement à ses bourreaux pour accomplir l’Ecriture ; lors du Jeudi Saint a lieu la seule et unique célébration eucharistique : à chaque messe tout chrétien se trouve dans le Cénacle et reçoit la communion de la main même du Christ.

En suivant la tradition populaire qui donne le nom de ‘Fête Dieu’ à cette solennité, l’Eglise professe que « notre Seigneur Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, est présent vraiment, réellement et substantiellement sous l’apparence de ces réalités sensibles. » (Concile de Trente, décret sur la très Sainte Eucharistie, 1551) Dans les lieux où cette fête est chômée, elle est célébrée le jeudi qui suit le dimanche de la ‘Sainte Trinité’ pour rappeler l’institution faite le ‘Jeudi Saint’, ailleurs elle est reportée au dimanche suivant.

Cette profession de foi dans la présence réelle et permanente de Notre Seigneur dans le pain et le vin consacrés est un des éléments centraux propres à la doctrine catholique (et de la ’high Church’ anglicane) L’adoration eucharistique en dehors de la messe repose sur cette conviction ; les processions qui sont faites n’auraient aucun sens sans cette certitude profonde de la présence physique du Fils du Père, deuxième Personne de la Sainte Trinité. La conservation des hosties consacrées et le port de la communion aux malades seraient inutiles – voire sacrilèges – si le pain n’était Corps du Christ que pendant la célébration, mais le pain offert par l’assemblée et le prêtre dans la personne du Christ devient réellement et de façon permanente son Corps.

La fête du ‘Très Saint Sacrement’ rappelle donc cette double affirmation de la foi catholique : le Christ Jésus, mort et ressuscité pour le Salut de l’humanité est Dieu, avec le Père et le Saint Esprit il reçoit même adoration et même gloire (cf. symbole d’Athanase # 450) ce Corps offert il l’a laissé à son Eglise dans ce Sacrement comme garant de notre propre résurrection : « Moi, je suis le pain vivant, descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra pour toujours. Et le pain que je donnerai, c'est ma chair pour la vie du monde. » (Jean 6,51)

De la part de l’Eglise c’est un témoignage de notre foi en Jésus Christ : « Chaque fois en effet que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. » (1Corinthiens 11,26)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


29 mai 2016

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page

n°876


Il les donna à ses disciples

En donnant les pains rompus à ses disciples, Jésus les fait participer pleinement au miracle de la multiplication des pains. Ne vient-il pas de leur dire : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » (v.13) Jésus prononce la bénédiction qui crée l’abondance de cette nourriture, mais il tient à ce que ses disciples portent eux-mêmes cette nouvelle manne qui comme celle du désert (cf. Exode 16,31sv.) vient de la sollicitude de Dieu pour son peuple.

Lors de la dernière Cène, il leur offre la même délégation, après avoir rendu grâces sur le pain puis le vin, il dit à ses Apôtres : « Faites cela en mémoire de moi. » (cf. 1Corinthiens 11,23-25) Jésus les institue ministres de la Communion, dépositaires de la transmission de son Sacrifice perpétuel ; c'est-à-dire, non seulement de transsubstantier le pain et le vin en son Corps et son Sang, mais aussi de transmettre cette faculté à certaines personnes qu’ils auront choisies comme lui-même les a choisis.

De générations en générations, les Apôtres et leurs successeurs ont ‘fait cela en mémoire du Seigneur’ comme l’indique saint Paul : « j’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l’ai transmis » (1Corinthiens 11,23) Aujourd’hui, lorsqu’un évêque ou un prêtre prononce les paroles de la consécration dans le cadre de la liturgie, le pain devient le Corps et le vin devient le Sang dans l’unique Sacrifice de Notre Seigneur Jésus Christ dans lequel il est lui-même le prêtre, l’autel et la victime offerte.

Notre dévotion au Saint Sacrement est toujours une action de grâces (sens propre du mot ‘Eucharistie’) pour le Salut que le Fils nous procure, que ce soit lors de la communion portée aux malades, à l’occasion d’une adoration, par des processions, etc… mais c’est surtout pendant la messe que nous ressentons cette nécessité. Une pieuse tradition invite les fidèles à regarder les élévations du Corps et du Sang en disant ‘Mon Seigneur et mon Dieu’ affirmant par là même notre foi en la présence réelle comme l’enseigne l’Eglise.

Comme la manne du désert a cessé lorsque de la réalisation de la promesse faite au peuple de l’Ancienne Alliance : « A partir de ce jour, la manne cessa de tomber, puisqu’ils mangeaient des produits de la terre. Il n’y avait plus de manne pour les fils d’Israël, qui mangèrent cette année-là ce qu’ils récoltèrent sur la terre de Canaan. » (Josué 5,12) le Saint Sacrement cessera lorsque le Christ reviendra dans la Gloire du Père comme il est promis : « Dans la ville, je n’ai pas vu de sanctuaire, car son sanctuaire, c’est le Seigneur Dieu, Souverain de l’univers, et l’Agneau. La ville n’a pas besoin du soleil ni de la lune pour l’éclairer, car la gloire de Dieu l’illumine : son luminaire, c’est l’Agneau. » (Apocalypse 21,22-23)

En attendant le retour du Christ, il nous est donné le signe de sa présence dans le ‘Corps livré pour nous’. Il est notre nourriture spirituelle dont nous avons besoin pour progresser sur le chemin où nous sommes appelés.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois
administrateur des paroisses de Nesle et Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions