Fête de l'Epiphanie
(tous les ans)

Isaïe 60,1-6
Psaume 71
Ephésiens 3,2-3a.5-6
Matthieu 2,1-12

1

Saint Charles de Monceau

1994

Lumière des hommes, nous marchons vers toi..

2

Forces Armées de Guyane

6 janvier 2002

Les "trois" "rois" mages

3

Bosnie Herzégovine

8 janvier 2006

Epiphanie

4

Précisions sur les mages

5

Brigade Franco-Allemande

7 janvier 2007

Science et foi

6

6 janvier 2008

3 "cadeaux"

7

4 janvier 2009

Où est le roi des juifs qui vient de naître ?

8

Fort Neuf de Vincennes

3 janvier 2010

Manifestation au monde

9

2 janvier 2011

Les païens sont associés au même héritage

10

8 janvier 2012

Hypocrisie d’Hérode le grand

11

Secteur Vermandois

6 janvier 2013

Science et révélation

12

5 janvier 2014

Elle est venue ta lumière

13

4 janvierb2015

Toutes les nations sont associées au même héritage

14

3 janvier 2016

Tradition populaire

15

Athies & Nesle

8 janvier 2017

De l’or, de l’encens et de la myrrhe

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

Janvier 1994

Saint Charles de Monceau

Retour en haut de la page

Lumière des hommes, nous marchons vers toi, Fils de Dieu, tu nous sauveras !

La lecture du prophète Isaïe, qui nous est proposée en cette fête de l'épiphanie, est entièrement consacrée à la lumière qui brille au milieu des hommes. Ou plutôt la lumière qui brillera lorsque le Messie viendra.

Pour nous, chrétiens, la lumière brille dans nos ténèbres, mais qu'en est-il réellement?

Au début de l'ère chrétienne, cette lumière était marquée le jour du Baptême : le catéchumène descendait dans la piscine baptismale du côté de l'Occident, c'est à dire du côté où le soleil se couche (symboliquement, le soleil qui disparaît derrière l'horizon signifie que le mal est vainqueur), et le baptisé sortait après le Baptême du côté de l'Orient signifiant qu'il avait abandonné la vie de ténèbres pour vivre avec le Soleil Levant (nom fréquemment donné au Christ dans la littérature de l'époque) dans la pleine lumière du jour.

Il y a aussi tout le symbolisme de la lumière dans la liturgie de la vigile Pascale où la Lumière du Ressuscité tient une place importante.

Par la suite, toujours avec le même symbolisme, l'Eglise a choisi de construire les édifices consacrés en les orientant Est-Ouest, le bâtiment s'ouvre vers l'Est. Or, ces constructions avaient aussi la forme d'une croix où le chœur liturgique tenait la place de la tête du Christ. L'ouverture occidentale était donc aux pieds du Christ conformément au psaume : ``Le Seigneur a dit à mon Seigneur : "Siège à ma droite, et je ferai de tes ennemis le marchepied de ton trône. "'' (Ps 110,1). Cette disposition marquait aussi la victoire du Christ sur l'Ennemi, sur le mal.

La catéchèse du Moyen-Age utilisait abondamment ces symboles avec les personnes qui ne savaient pas lire. Aujourd'hui, nous les avons plus ou moins écartés au bénéfice de la lecture et des écrits.

Il faut donc que les chrétiens de cette fin du XXème siècle soient assez inventifs pour trouver de nouvelles formes pour rendre cette Lumière, non seulement visible, mais aussi présente dans la vie de chacun. Les mages se sont mis en route grâce à une étoile. Osons être l'étoile qui guide nos contemporains vers celui qui nous sauve.

Père JeanPaul Bouvier
Vicaire à saint Charles de Monceau - Paris


6 janvier 2002

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page


Les " trois " " Rois " Mages

Dans la tradition populaire, les personnes qui viennent adorer l'enfant Jésus à la crèche se sont transformés en trois rois allant même jusqu'à leur attribuer les noms de Gaspard, Melchior et Balthasar, pourtant saint Matthieu ne parle que de mages venus d'Orient, sans nombre défini si ce n'est que le mot étant au pluriel, ils sont au moins deux, il n'y a pas de limite supérieure.

Pourquoi trois ? Dans le raisonnement du peuple chrétien, c'est une simple déduction : il y a trois cadeaux, l'or, la myrrhe et l'encens, donc chacun apporte un cadeau symbolique. Trois cadeaux = trois personnes. Mais ces mages d'une grande sagesse, venant de loin et conscients de l'importance de cette naissance pouvaient très bien apporter chacun à titre personnel ces trois éléments riches de signification. L'or, symbole de la richesse, de la puissance temporelle, cet or tant recherché par les puissances terrestres pour asseoir leur autorité ; la myrrhe, symbole de l'éternité, était utilisée dans les embaumements des égyptiens pour que le corps ne subissent pas la corruption, souci majeur des pharaons pour que la vie après la mort physique leur soit assurée ; l'encens, symbole de la divinité, car dans tous les temples de l'antiquité, y compris celui de Jérusalem, l'encens n'était offert qu'aux dieux sa fumée odoriférante qui monte vers le ciel matérialise la prière du croyant qui monte vers son dieu.

Pourquoi des rois ? Ces personnes, venues de loin, sont reçues immédiatement par Hérode, roi de Judée, elles sont donc importantes dans leurs pays respectifs. A cette époque et plus tard, seul le roi était important. De plus, le roi est la personnification de son peuple : le peuple est le roi et le roi est le peuple. Le déplacement fait par la tradition populaire en les établissant rois, veut montrer et expliquer ce que veut dire le mot épiphanie : manifestation sur le monde. Cette manifestation divine ne peut pas se faire pour quelques personnes, mais pour tous les peuples de la terre. A tel point que puisqu'on les a mis au nombre de trois, il y a trois grands phénotypes humains : négroïde, mongoloïde et caucasien, les mages sont donc devenus représentants de ces trois lignées humaines un noir un jaune et un blanc. A travers eux, ce sont tous les hommes qui sont concernés par la naissance de Jésus.

En fait la tradition populaire a du bon sens, elle a retrouvé, grâce à d'autres symboles, le sens même de ce passage de l'évangile de saint Matthieu et ce qu'il voulait faire comprendre à ceux qui l'écoutaient lors de ses prédications : l'événement de Noël a une portée universelle et non seulement pour le peuple juif. Nous aurions peut-être besoin aujourd'hui de trouver les symboles qui toucheraient le cœur de nos contemporains pour leur faire comprendre qu'eux aussi sont sauvés par cette annonce inouïe : " le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous ! "

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane


8 janvier 2006

Bosnie Herzégovine

Retour en haut de la page


Epiphanie

L’étymologie du mot nous aide encore à entrer dans le mystère de la révélation : le préfixe épi- indique une universalité, un événement qui touche tous les individus d’une population(comme dans épidémie) et le radical -phanie qui est une manifestation, un témoignage (comme dans diaphane) L’Epiphanie fêtée par les chrétiens signifie une manifestation destinée à l’ensemble des humains qui sont symbolisés par ces mages qui viennent de l’Orient.

Ce ne sont pas des personnages quelconques qui rendent hommage à l’enfant Jésus au nom de l’humanité. Ce sont des mages, c’est à dire, en transposant dans notre langage actuel, des scientifiques, des personnes qui ont acquis leur sagesse, leurs connaissances, par l’étude et la réflexion ; des hommes qui comprennent ce que les autres ne comprennent pas, qui jaugent l’importance des événements à l’aune de la science.

L’évangile de saint Luc met l’accent sur la révélation faite aux bergers par la grâce de Dieu qui leur envoie des anges pour annoncer cette grande joie de la naissance d’un Sauveur (cf. Lc 2,10) et leur donner la connaissance. Saint Matthieu montre des hommes qui parviennent à la connaissance de l’événement par leur savoir et leur intelligence mais qui doivent confronter cette intelligence à la grâce.

Ces deux évangiles, les seuls à raconter la naissance et l’enfance de Jésus, montrent ainsi les approches différentes que tout homme peut avoir pour connaître Dieu, Père, Fils et Esprit. Suivant les caractères et les possibilités de chacun, Dieu se met à sa portée.

Notre Dieu ne nous demande pas d’adhérer à une culture humaine particulière, ni de prendre les habitudes d’une ethnie spécifique, il demande à chaque être humain d’être lui-même, pleinement lui-même. Nous n’avons pas à copier servilement tel ou tel saint mais à devenir saint tels que nous sommes. Dieu met en chacun de nous des charismes différents pour que la communauté puisse profiter d’une diversité de dons. Loin des sectes où tout membre a l’obligation de penser comme le gourou, l’Eglise Catholique invite ses fidèles à mettre en œuvre leurs capacités particulières pour le bien commun.

Les quatre évangiles vont souligner ce trait en montrant que le Fils unique du Père accepte ses interlocuteurs tels qu’ils sont ; il ne chasse pas la femme adultère, il invite les pécheurs. Au contraire il fustige ceux qui obéissent à la lettre de la Loi en oubliant l’esprit, ceux qui se donnent bonne conscience en se réfugiant derrière une coutume, ceux qui voient la paille dans l’œil du voisin.

Comme Jésus, acceptons et aimons notre prochain avec ses différences, en l’invitant à être parfait comme notre Père céleste est parfait. Nous serons alors de véritables disciples du Christ

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de l'EUFOR


Précisions sur les mages

Ce sont les pèlerins venant de l’0rient qui ont été guidés par une étoile miraculeuse jusqu’à Bethléem pour y glorifier l’enfant Jésus comme Roi des Juifs (cf. Matthieu 2,1-12)

La tradition théologique chrétienne a toujours affirmé que les Gentils étaient venus adorer Jésus à la crèche aussi bien que les Juifs. Cet événement est célébré à Noël dans l’Eglise Orientale et à l’Epiphanie dans l’Eglise latine. La tradition orientale estime qu’ils sont 12 évoquant ainsi 12 tribus non juives parallèles aux 12 tribus juives, alors que la tradition occidentale fixe leur nombre à 3 en se basant probablement sur les trois cadeaux, l’Or, l’Encens et la Myrrhe (Matthieu 2,11) qu’ils offrent à l’enfant. La seule chose sûre est qu’ils sont plusieurs puisque le mot est au pluriel.

L’Evangile de Matthieu relate comment à Jérusalem, ils ont attiré l’attention du roi Hérode le grand de Judée en annonçant la naissance de Jésus : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » (Matthieu 2,2) Hérode consulta les scribes pour savoir à quel endroit le Messie devait naître. Ayant appris que c’était à Bethléem, il laissa partir les mages en leur demandant de venir les prévenir de l’endroit exact lorsqu’ils repartiront. « Mais avertis en songe de ne pas retourner voir Hérode, après avoir adoré l’enfant, ils retournent chez eux par un autre chemin. » (Matthieu 2,12)

Des traditions ultérieures à l’évangile ont embelli le récit. Dès le IIIème siècle, ils furent considérés comme étant des rois, probablement pour accomplir la prophétie du Psaume 72, 10-11 :

Des peuplades s'inclineront devant lui, ses ennemis lécheront la poussière.
Les rois de Tharsis et des îles
apporteront des présents.
Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande.
Tous les rois se prosterneront devant lui,
Tous les pays le serviront
.

Ce n’est qu’au VIIIème siècle qu’apparaissent les noms des rois mages dans une chronique en latin sous le nom de ‘Bithisarea, Melichior, et Gathaspa’. Depuis de document, ils sont connus sous les noms de Balthasar, Melchior, et  Gaspar (ou Casper) Suivant la tradition occidentale, Balthasar est souvent représenté comme un roi d’Arabie, Melchior, comme un roi de Perse, Gaspar comme un roi des Indes.

Leurs reliques supposées furent transférées de Constantinople à Milan à la fin du Vème siècle, puis de là à la cathédrale de Cologne au XIIème siècle. Une fervente dévotion aux mage s’est spécialement développée au Moyen-Age.

Les Mages sont les saints patrons des voyageurs ; ils sont fêtés le 23 juillet.

L’Adoration des Mages, ou plutôt leur hommage à l’enfant Jésus, devint très tôt un des thèmes les plus populaires dans l’art chrétien. La première peinture existante de cette scène est la fresque de la catacombe de Priscilla à Rome, elle date du IIème siècle.

Au Moyen Age, l’Adoration des Mages est souvent associée à deux autres événements majeurs de la vie de Jésus :

  1. Son Baptême par Jean pendant lequel la voix de Dieu déclare publiquement Jésus comme son Fils
  2. Les noces de Cana où il révèle sa divinité en changeant l’eau en vin.

Les trois événements, tous célébrés le même jour de fête, sont fréquemment représentés ensemble dans les sculptures monumentales qui décorent les églises de cette période.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de l'EUFOR


7 janvier 2007

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page


Science et foi

La tradition chrétienne, dans un souci de situer les événements plus précisément, a voulu incarner les mages qui viennent  pour rendre hommage à l’enfant Jésus guidés par l’étoile. Puisqu’ils apportent trois cadeaux, ils devaient être trois personnes différentes, l’un portant l’or symbole de la puissance temporelle et royale, l’autre l’encens symbole de la divinité, le troisième la myrrhe symbole d’immortalité.

Plus tard ils ont reçu une identité : Gaspard, Melchior et Balthasar ; il a même été imaginé qu’ils étaient d’origines différentes : un asiatique, un occidental et un africain. Ainsi est venu le nom de cet épisode de la vie de Jésus : l’EPIPHANIE, c’est à dire une manifestation universelle (epi = total et fanew = manifester)

L’évangéliste saint Matthieu ne nous dit rien de tout cela, si ce n’est les trois offrandes apportées à l’enfant.

La dénomination de mages ne doit pas nous abuser, ce ne sont pas des magiciens, plus ou moins folkloriques ayant des facultés pour mystifier leurs contemporains, les mages de cette époque étaient des scientifiques, des sages, des mathématiciens, des physiciens et surtout des astronomes.

Il est intéressant de remarquer que les premiers témoins de l’incarnation sont des bergers (cf. Luc 2,1-14) et des mages (cf. Matthieu 2,1-12) c’est à dire des personnes qui ont la connaissance des astres qu’ils observent chaque jour les yeux levés vers le ciel, des hommes reconnus pour leur sagesse, leur savoir et leur réflexion.

Ce sont donc les savants de l’époque qui viennent déposer aux pieds de l’enfant-Dieu l’aveu de leur impuissance : leurs connaissances les amènent à la conclusion de leurs limites.

Aujourd’hui beaucoup de personnes veulent démontrer que la révélation est fausse à la racine, que la Bible est un recueil de belles histoires sans fondement. Le Big-Bang et les théories de l’évolution sont opposés aux récits de Création. D’autres au contraire refusent toute autorité à la science et veulent affirmer que toute autre explication que celle de la Bible est une tentation diabolique.

Les mages ne se sont pas laissés tromper par ces illusions, il n’y a pas antinomie entre la science et la foi, mais complémentarité : la science nous expliquera toujours mieux le comment nous sommes là, la foi nous donne la clef du pourquoi nous sommes là.

Comme les mages venus à Bethléem, nous avons pour mission de faire comprendre à nos contemporains que ne peut y avoir de science réelle sans foi, de même que la foi est aidée par la science

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Militaire


6 janvier 2008

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page


3 ‘cadeaux

Alertés par un prodige céleste, des mages venus d’Orient se renseignent habilement auprès de celui qui doit savoir : Hérode, le roi de Judée. D’ailleurs leur espérance n’est pas déçue puisque si le roi ignore la réponse à leur question il sait à qui s’adresser pour avoir la solution attendue.

En repartant de Jérusalem munis des éléments que les scribes leur ont donnés, les mages s’aperçoivent qu’ils n’en avaient pas besoin ; leur quête est d’origine divine et même si la clef de l’énigme se trouvait dans les Ecritures, c’est Dieu lui-même est leur véritable guide avec le signe de l’étoile.

Arrivés à la maison, ils trouvent l’Enfant et le vénèrent en lui offrant trois cadeaux, de l’or, de la myrrhe et de l’encens. Ce ne sont pas là les cadeaux habituels que des visiteurs peuvent offrir à un nouveau-né !

L’or est la source de la puissance temporelle ; les hommes qui possèdent de l’or sont investis d’un pouvoir immédiat ce qui se traduit logiquement par une position de premier plan  dans la communauté : ils sont consultés pour les décisions importantes de la cité car ils en seront les principaux promoteurs. Les rois reçoivent de l’or de leurs vassaux en signe d’allégeance. Par ce cadeau, les mages reconnaissent dans l’Enfant le souverain universel.

La myrrhe est utilisée couramment dans la thanatopraxie pour préparer et momifier les corps des hommes et femmes dont la mémoire doit être conservée pour l’éternité. En Egypte, le corps, oint d’huile parfumée et frotté de myrrhe après le lavage, est enveloppé, membre par membre, dans des bandelettes de lin imprégnées de gomme. Cette résine est devenue de ce fait un symbole d'immortalité. Par ce cadeau, les mages reconnaissent dans l’Enfant un être éternel.

L’encens n’est utilisé que dans les temples, en particulier dans le Temple de Jérusalem où un prêtre tiré au sort doit chaque jour à heure fixe faire brûler de l’encens sur l’autel prévu à cet effet dans le Saint (première partie du Temple) juste devant le rideau qui le séparait du Saint des saints (deuxième partie où seul le Grand-Prêtre pouvait entrer) La fumée qui se dégage de cette offrande est le symbole de la prière du peuple montant vers Dieu. Par ce cadeau, les mages reconnaissent dans l’enfant un être divin.

Ainsi cette visite de savants étrangers à l’Enfant Jésus dès sa naissance est déjà une profession de foi : Dieu fait homme, venu inaugurer un Royaume éternel. Ils peuvent l’affirmer grâce au signe de l’étoile. Et nous avons plus que ce simple signe !

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse militaire


4 janvier 2009

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page


Où est le roi des juifs qui vient de naître ?

Ces personnes dont l’évangile de Matthieu ne dit pas grand chose ont vu une étoile dans le ciel (peut-être la comète de Halley), un phénomène suffisamment étrange pour qu’ils se mettent en route pour voir d’où provient ce prodige.

Pour ces astrologues habitués à scruter les phénomènes célestes il ne peut s’agir que d’un événement important, sans doute la naissance d’un personnage particulièrement considérable et comme l’étoile semble s’arrêter au-dessus d’Israël, c’est sans doute, pour ce pays, un nouveau roi qui sera un dirigeant remarquable.

Cette première manifestation au monde de la venue du Fils de Dieu commence donc par une méprise due à des préjugés dans l’esprit de ceux qui ont reçu le signal. Le roi Hérode lui-même imagine qu’il s’agit d’un ‘concurrent’ choisi par Dieu pour le supplanter, comme David avait remplacé Saul (cf. 1 Samuel 16)

Cette démarche des mages est pour notre siècle une leçon : de nombreuses personnes sont promptes à s’enthousiasmer pour des phénomènes qu’ils imaginent importants sans en voir les conséquences ou les implications, y compris dans le domaine de la foi et quelquefois de la religiosité !

Des signes nous sont donnés tous les jours – voire tous les instants – mais nous les interprétons souvent mal. Le magistère de l’Eglise aide à discerner mais n’est pas toujours écouté par le plus grand nombre. Comme ces scribes qui, à la demande de leur roi, donnent une réponse scripturaire, c’est à nous, croyants nourris de l’Evangile, d’expliquer de façon simple les signes qui nous sont donnés aujourd’hui, sans à priori ni jugement.

L’évangile de saint Matthieu finit par l’exhortation de Jésus ressuscité : « Allez de toutes les nations faites des disciples ! » Essayons d’en être les artisans.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paoisse militaire


3 janvier 2010

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page


Manifestation au monde

Le mot ‘Epiphanie’ peut se traduire par ‘manifestation sur’ ; le nom ‘Théophanie’ se traduit par ‘manifestation de Dieu’, mais il sera utilisé pour les événements liés au Baptême du Christ par Jean-Baptiste ou à la transfiguration sur la montagne. En faisant intervenir des étrangers, les mages venus d’Orient, saint Matthieu veut faire comprendre aux lecteurs de son évangile que la venue du Fils de Dieu, héritier de la promesse d’Abraham (cf. la généalogie de Jésus en Matthieu 1,1-12) n’est pas limitée au seul Peuple de Dieu.

Toutefois, si la question posée par ces personnages importants est sans équivoque : « Où est le roi des juifs qui vient de naître ? », le roi Hérode ne s’y trompe pas, il souhaite perfidement à connaître l’endroit de cette naissance pour aller se prosterner devant cet enfant. Par cette requête il reconnaît implicitement que c’est une manifestation de Dieu car dans la religion juive les hommes ne doivent se prosterner que devant Dieu, jamais devant un homme. Les livres des Martyrs d’Israël montrent que les croyants préféraient la mort plutôt qu’adorer des idoles ou des empereurs.

Il y a donc dans ce passage une double reconnaissance, celle des mages venus de loin à la suite d’une apparition d’étoile dans le ciel, signe d’une action divine importante pour le monde et non pas seulement pour les juifs, et celle d’Hérode qui voit dans cette annonce la réalisation des prophéties concernant le Messie que le peuple attend.

Pour nous aujourd’hui, ces deux reconnaissances sont des témoignages importants car si nous ne sommes pas charnellement des descendants d’Abraham nous reconnaissons dans la venue de Jésus dans notre chair un acte d’amour du Père pour l’humanité, événement exceptionnel pour un amour infini. Comme les mages nous pouvons poser autour de nous la question : « Où est dans notre monde le Messie dont nous fêtons l’Incarnation ? Comment participons-nous à ce monde nouveau qu’il annonçait ? »

L’Epiphanie existe encore aujourd’hui : elle repose sur le questionnement que les chrétiens posent au monde.

Père JeanPaul Bouvier
aumônier militaire du Fort Neuf de Vincennes


2 janvier 2011

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page


Les païens sont associés au même héritage

Les quatre textes de ce dimanche sont tous orientés vers la même certitude, le projet de Dieu n’est pas de se cantonner à un peuple descendant d’Abraham mais que la promesse faite au ‘Père des nations’ s’adresse à travers lui à toute l’humanité.

Dans cet esprit, la tradition chrétienne a voulu reconnaître dans ces personnes venues d’Orient une symbolique de toute l’humanité, et le haut Moyen-Age a voulu les personnifier comme venant des régions différentes du monde connu : d’Afrique, d’Asie et de l’Occident, un noir, un jaune et un blanc signifiant ainsi que le monde entier était présent pour l’adoration à la crèche.

Dans l’évangile de saint Luc que nous avons entendu la nuit de Noël, ce sont les bergers qui ont rendu le premier hommage à l’enfant-Dieu ; le berger par excellence dans la tradition de l’Ancien Testament est le roi David que Dieu avait choisi alors que, très jeune, il gardait et défendait les troupeaux de son père Jessé. A travers ces bergers, c’est donc le roi David – emblème de son peuple – qui vient prendre conscience de son descendant à qui la Royauté suprême est destinée. Grec, non juif, saint Luc a voulu souligner que ce ‘Jésus de Nazareth’ s’inscrivait dans l’histoire d’amour entre Dieu et les hommes relatée par l’Ancien Testament.

A l’opposé, saint Matthieu, juif, n’a pas besoin de rappeler l’enracinement de la promesse dans l’histoire du peuple de Dieu, il le connaît et vraisemblablement les destinataires de son évangile aussi. Il tient à souligner l’ouverture de cette histoire à l’ensemble des hommes et des femmes ; et il montre que ce ne sont pas des gens du peuple comme les bergers qui rendent le premier témoignage au ‘Roi d’Israël’ mais des érudits, des savants qui étudient le fonctionnement du monde, des mages venus de contrées lointaines par curiosité scientifique.

Nous sommes aujourd’hui à la fois les dépositaires de cette histoire d’amour entre Dieu et l’humanité et des chercheurs qui essaient de découvrir les signes divins dans notre vie. Nous ne scrutons pas les étoiles pour connaître le dessein de Dieu, mais nous écoutons les évangiles pour connaître la mission que Dieu nous confie.

Comme ces bergers qui louaient Dieu devant le prodige qu’ils avaient vu et comme ces mages qui reconnaissaient l’universalité de ce ‘Dieu fait homme’, nous devons témoigner de ce que nous avons vu et entendu. En participant régulièrement aux Sacrements qui nous sont donnés, nous voyons et nous entendons cet appel de Dieu pour « proclamer la parole, insister à temps et à contretemps » (cf. 2 Timothée 4,2)

La fête de l’Epiphanie nous invite à ne pas être que des gardiens égoïstes de la révélation mais des propagateurs de la foi à toutes les nations selon la consigne donnée par Jésus à tous ses disciples : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin des âges. » (Matthieu 28,19-20)

Père JeanPaul Bouvier
aumônier du Fort Neuf de Vincennes


8 janvier 2012

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page


Hypocrisie d’Hérode le grand

Le roi  Hérode (37-4 avant Jésus-Christ) a été nommé par les Romains roi de Judée, il est peu apprécié par ses contemporains car considéré comme un collaborateur zélé des occupants et surtout un usurpateur : il n’est pas descendant de David, de la lignée légitime de ceux que le seul Roi du peuple, Dieu, a désignés pour le représenter dans cette fonction. De nombreuses révoltes éclatent sous son règne. Pour amadouer les juifs, il se lance dans un travail colossal de reconstruction et d’embellissement du Temple de Jérusalem en y consacrant des sommes pharamineuses.

Aussi lorsqu’il entend les mages demander « Où est le roi des juifs qui vient de naître ? » Il craint de voir se lever un roi légitime qui pourrait prendre la tête d’une véritable révolution populaire et le chasser du trône. Pour s’assurer de trouver – et d’éliminer – ce rival potentiel, il demande des précisions d’abord aux scribes pour savoir ce que disent les prophètes sur le lieu de naissance du Messie, puis à ces personnes, mais en secret, sur la date probable de cette naissance puisqu’elles semblent être sûres de ce qu’elles avancent.

Comme les mages ne reviennent pas lui donner les indications qu’il a demandées, il fait massacrer tous les enfants de moins de deux ans, sans le moindre scrupule… Ainsi voulant conjurer une prophétie, il en accomplit une autre, celle que Jérémie (31,15) avait prononcée : « A Rama, une voix se fait entendre, une plainte amère ; c'est Rachel qui pleure ses fils. Elle ne veut pas être consolée pour ses fils, car ils ne sont plus. » (cf. Matthieu 2,16-18)

Nous avons beau jeu de critiquer l’attitude du roi Hérode, mais il y a encore à notre époque des rois Hérode ! Non seulement des chefs d’Etats qui font massacrer une partie de la population de leur pays, mais aussi, à côté de nous, des petits tyrans qui profitent d’une position plus ou moins puissante pour détruire des vies et, quand nous ne les assistons pas dans cette tâche, nous restons impassibles ou au moins passifs. Au mieux, nous rédigeons une intention de prière lue le dimanche après avoir professé notre foi.

En examinant notre vie personnelle, nous pourrons toujours constater qu’à certains moments nous avons abusé de l’autorité qui nous était confiée au détriment de ceux qui nous entourent et qui étaient aussi innocents que les enfants de Bethléem. Il est facile de s’identifier aux mages et de venir nous prosterner devant le Fils du Père avec nos offrandes ; il est beaucoup plus difficile d’accepter que nous sommes quelquefois dans la peau d’un Hérode.

En allant célébrer souvenons-nous de l’avertissement que Jésus donne à ses disciples : « Quand donc tu présentes ton offrande à l'autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère ; puis reviens, et alors présente ton offrande. » (Matthieu 5,23-24) Ainsi nous n’aurons pas l’attitude d’Hérode disant que lui aussi veut aller se prosterner alors que ses intentions sont tout autres

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes


6 janvier 2013

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page


Science et révélation

Ce que saint Matthieu dénomme des 'Mages' est en fait ce que nous appellerions des scientifiques : ils ont observé le ciel et ils ont vu l'apparition d'une étoile particulière (peut-être la comète de Halley qui passait à cette période) et ils en ont déduit qu'un événement d'importance était en train de se produire. Il s'agit donc davantage d'observateurs et de personnes qui cherchent à comprendre le fonctionnement de l'Univers que de magiciens capables de tours de passe-passe. Venant d'Orient, ils sont considérés à  l'époque comme dépositaires d'une grande sagesse et d'un grand savoir. Grâce à leurs capacités d'analyse, ils parviennent jusqu'en Judée pour y vérifier l'exactitude de leurs conclusions.

En demandant : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » au roi Hérode, les mages n'ignorent pas que le seul vrai Roi d'Israël est le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, dont le Nom a été révélé à Moïse (cf. Exode 3,2-14) Ils n’ont donc qu’une considération (très) relative pour ce roi qui est contesté par son propre peuple qui estime qu’il n’est pas légitime puisqu’il a été mis en place par les romains.

Renseignés par les scribes qui pensent immédiatement que la réponse a été donnée par le prophète Michée (5,2) qui localise la naissance du Messie à Bethléem ; les mages trouvent la Sainte Famille et adorent l’enfant-Dieu en lui offrant leurs cadeaux : de l’or, symbole de la puissance temporelle, de la myrrhe symbole de l’éternité car utilisée dans les embaumements égyptiens, de l’encens symbole de divinité car il n’était utilisé que dans les temples en offrande aux dieux ou à certains rois divinisés.

Cet épisode ne doit pas faire oublier que la première adoration du Fils Unique du Père a été faite par les bergers avertis d’une ‘Bonne Nouvelle’ révélée par l’ange et une multitude céleste qui chantait la gloire de Dieu (cf. nuit de Noël : Luc 2,1-14) Le signe qui leur a été donné est un « un enfant nouveau-né couché dans une mangeoire. » (Luc 2,12)

Ces deux récits ne sont pas opposés mais ils sont complémentaires et montrent, en particulier à nos contemporains, que Dieu peut se discerner par la voie de la raison en étant attentif aux signes des temps et en scrutant les Ecritures sacrées et il peut aussi être découvert par révélation personnelle ou communautaire. La science entraînera vers la foi toute personne à l’esprit ouvert et la foi entraînera le désir d’approfondir sa connaissance de Dieu et de ses volontés.

« L'Eglise catholique a toujours unanimement tenu et tient encore qu'il existe deux ordres de connaissance, distincts non seulement par leur principe, mais aussi par leur objet. Par leur principe, puisque dans l'un, c'est la raison naturelle, dans l'autre, la foi divine, qui nous fait connaître. Par leur objet, parce que, outre les vérités que la raison naturelle peut atteindre, nous sont proposés à croire les mystères cachés en Dieu, qui ne peuvent être connus s'ils ne sont révélés d'en haut » (Premier Concile du Vatican 24 avril 1870 Constitution dogmatique "Dei Filius " chapitre 4)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


5 janvier 2014

Secteur Vermandois

n° 724

Retour en haut de la page


Elle est venue ta lumière

La lumière est un thème récurrent dans la Bible : c’est le premier élément que Dieu conçoit lors de la Création : « Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. » (Genèse 1,3-4) Plus tard les prophètes ont largement utilisé la lumière comme une allégorie figurant Dieu qui guide le peuple d’Israël, idée que reprend le IVème évangéliste pour introduire sa prédication : « Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. » (Jean 1,9-10)

Une nouvelle lumière venant dans le monde n’est pas passée inaperçue : des astrologues d’Orient remarquent cette étoile et elle semble les guider jusqu’à Jérusalem. Cet événement sidéral doit annoncer un événement considérable sur la terre mais ce n’est pas à la cour d’Hérode qu’ils trouveront la réponse, seulement un nouvel indice dans les paroles de Michée, un des prophètes du Dieu d’Israël : « Et toi, Bethléem en Judée, tu n'es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux  de Judée ; car de toi sortira un chef, qui sera le berger d'Israël mon peuple. » (Michée 5,1) Munis de ce renseignement les mages repartent et l’étoile les précède à nouveau pour leur indiquer leur destination précise où ils trouvent Jésus et sa mère.

Après avoir adoré l’Enfant et lui avoir remis leurs cadeaux symboliques l’Or la Myrrhe et l’Encens, ils repartent directement vers l’Orient.

Le Haut Moyen-âge a développé l’aspect anecdotique de cet épisode de l’enfance de Jésus en faisant de ces mages ‘trois rois’, pensant que chacun d’eux n’avait apporté qu’un seul des trois cadeaux et allant même jusqu’à leur attribuer les noms de Gaspar, Melchior et Balthasar. Mais le passage de saint Matthieu n’a pas pour but de raconter une historiette, il désire donner un enseignement aux chrétiens qui liront son évangile.

L’étoile qui les guidait depuis l’Orient semble disparaître lorsqu’ils arrivent à Jérusalem et ce n’est que par la Parole de Dieu qu’elle réapparaitra. Pour les chrétiens, pour nous, si nous voulons que la Lumière de Dieu nous guide, nous devons rechercher dans l’Ecriture les indices qui nous permettront de continuer notre route, connaître la Loi et les prophètes comme ces scribes qui ont tout de suite trouvé où le Messie devait naître.

Le Fils de Dieu, lumière qui éclaire le monde (cf. Jean 1,10) est celui qui nous guide ; lorsque la lumière de la foi semble s’estomper, en méditant la Parole de Dieu dans la Bible nous la verrons à nouveau briller de tous ses feux dans notre firmament comme les mages ont retrouvé l’étoile après la révélation contenue dans le livre du prophète Michée.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


4 janvier 2015

Secteur Vermandois

n°798

Retour en haut de la page


Toutes les nations sont associées au même héritage

La prédication de saint Paul, l’Apôtre des païens, montre sa foi dans l’amour de Dieu pour toute l’humanité, au-delà des frontières du peuple juif descendant d’Abraham ; les promesses faites trouvent leur accomplissement dans l’annonce de l’Evangile : « L’heure vient, et c’est maintenant, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. » (Jean 4,23) disait Jésus à la Samaritaine. L’accueil de la Bonne Nouvelle par les peuples étrangers est le signe que l’heure est venue.

De nombreux passages de l’Ancien Testament témoignent de cet amour universel de Dieu qui inspire des étrangers pour manifester sa Gloire afin de montrer au peuple d’Israël que l’Esprit souffle où il veut ; Tel est le roi Melchisédech (Genèse 14,18-19 # Hébreux 5-7) en qui Abraham reconnaît le ‘prêtre du Dieu très haut’ ; le devin Balaam guidé par ‘l’ange de l’Eternel’ (Nombres 22-24) bénit le peuple hébreu au lieu de le maudire ; le roi Cyrus après un songe (Esdras 1,1-5) libère le peuple juif de l’Exil et permet la reconstruction du Temple…

La visite des ‘Mages venus d’Orient’ pour se prosterner le ‘roi qui vient de naître’ est dans la même lignée. Les grands-prêtres et les scribes n’avaient pas compris que le signe dans le ciel était l’annonciateur d’un événement extraordinaire dans le projet de Dieu ; il a fallu que ce soient ces étrangers qui, dès leurs premières observations sur cette étoile, ont perçu l’importance de ce prodige et se sont mis en route sans savoir où ils allaient.

Ce ne sont pas des ‘cadeaux de naissance’ que les mages emportent avec eux mais des offrandes pour un dieu qui leur est encore inconnu : de l’or symbole de la puissance royale temporelle, de la myrrhe symbole de la vie éternelle, de l’encens symbole réservé au culte des divinités. Arrivés dans la maison, ils se prosternent devant Jésus et sa mère et immédiatement ils lui vouent un culte en présentant leurs offrandes.

Ainsi les signes qui avaient été donnés dans l’Ancien Testament se renouvellent dans le Nouveau Testament sous la plume de saint Matthieu : ce sont des personnes extérieures à la foi juive, mais inspirées par l’Esprit Saint qui deviennent adorateurs du Fils envoyé par le Père pour sauver l’humanité. Après la dévotion populaire des bergers (cf. Luc 2,15-20) vient la reconnaissance et l’adoration du monde entier par ces ‘mages venus d’Orient’.

Aujourd’hui encore, ce n’est pas seulement dans la population qui reconnaît le Christ Sauveur que viennent les signes qui montrent le chemin vers Dieu. Il nous est demandé de ne pas avoir simplement une connaissance scripturaire comme les scribes du roi Hérode, mais de regarder vers l’extérieur pour découvrir « Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère » (Marc 3,35)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


4 3anvier 2016

Secteur Vermandois

n°853

Retour en haut de la page


Tradition populaire

Le récit fait par l’évangile de saint Matthieu sur la visite que font les mages à l’enfant Jésus a rapidement pris une dimension populaire importante car la description en est très imagée. Autour de ce passage pourtant bref, la dévotion du peuple chrétien a développé une légende en ajoutant des détails que ne figurent pas dans le texte évangélique celui-ci ne parlant que de ‘mages venus d’Orient’ (Matthieu 2,1)

Les trois cadeaux :

  • L’or symbole de la puissance temporelle évoque la royauté de l’enfant que les mages sont venus adorer ;
  • Lencens symbole de l’offrande faite à Dieu affirme la divinité de celui qui a été désigné par l’étoile qu’ils ont suivie ;
  • La myrrhe symbole de l’éternité par son usage lors des embaumements indique qu’un être éternel vient de naître d’une femme, Dieu s’est fait homme !

Par ces présents, les mages montrent qu’ils reconnaissent en cet enfant le Roi de l’univers, Fils éternel du Père céleste.

Comme il y a trois cadeaux les mages qui les offrent devaient être trois également, chacun offrant un seul présent, la révélation se faisant par l’addition des trois témoignages, l’un reconnaissant la Royauté de l’enfant, le deuxième sa divinité et le troisième son éternité. Une tradition des trois mages est ainsi née.

Reçus à Jérusalem par le roi Hérode avec un faste supposé, ces personnages ne pouvaient n’être que des rois. Ils deviennent, dans la tradition populaire, ‘trois’ ‘rois’ mages qui se rendent auprès de ‘l’enfant avec Marie sa mère’.

Toute la terre vient adorer le Seigneur, sens propre du mot ‘Epiphanie’, ils sont donc imaginés comme venant d’ethnies différentes : un asiatique, un africain et un indo-européen et ils reçoivent des noms, Gaspar, Melchior et Balthasar, car des témoins aussi importants ne pouvaient pas rester anonymes.

Inconsciemment, lorsque nous entendons ce passage d’évangile, toutes ces images nous viennent à l’esprit et nous empêchent de comprendre que la promesse annoncée par les prophètes est réalisée. Michée, cité par les scribes d’Hérode, avait dit : « Et toi, Bethléem Ephrata, le plus petit des clans de Juda, c’est de toi que sortira pour moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent aux temps anciens, aux jours d’autrefois. » (5,2) De même Isaïe : « Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ». Et le pouvoir s’étendra, et la paix sera sans fin pour le trône de David et pour son règne qu’il établira, qu’il affermira sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. » (9,6-7) Voilà ce qu’affirme la visite des mages à l’enfant Jésus.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois
& Administrateur de Nesle et Athies (secteur Haute Somme

8 janvier 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°916

De l’or, de l’encens et de la myrrhe

Les grands prêtres et les scribes d’Hérode trouvent sans difficulté la prophétie qui annonçait la venue du Messie : « Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefslieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. » (Michée 5,2) Sans doute ce passage étaitil souvent médité et commenté par les scribes et docteurs de la Loi. Le Messie, descendant de David, ne pouvait venir que de la ville qui avait vu naître le grand roi d’Israël, celui que Dieu avait choisi sans regarder l’apparence mais en regardant le cœur (cf. 1Samuel 16,7).

Les prophètes soulignent que Dieu est le seul vrai berger de son Peuple : «  Comme un berger, il [le Seigneur Dieu] fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent. » (Isaïe 40,11) Les psalmistes chantent la proximité de ce Dieu qui prend soin de son peuple dans les psaumes qui sont attribués à David luimême : « Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien. Sur des prés d'herbe fraîche, il me fait reposer. » (Psaume 22[23],12)

Les mages, venus de l’Orient, n’ont pas l’expérience de tous ces textes sacrés d’Israël, mais lorsqu’ils sont en présence de l’enfant désigné par l’étoile, ils se prosternent et l’adorent. Les trois cadeaux qu’ils tirent de leurs coffrets sont des présents emblématiques :

  • L’or symbole de la puissance temporelle ;
  • l’encens symbole de la divinité ;
  • la myrrhe symbole de vie éternelle ;

Par ces offrandes ils reconnaissent en lui le Dieu incarné.

Aujourd’hui, ce n’est plus une étoile qui nous guide vers le Fils du Père : c’est l’Eglise animée par l’Esprit Saint qui nous appelle à reconnaître le Sauveur et à lui offrir les mêmes présents symboliques :

  • L’or par notre remise à leur juste place des biens matériels au lieu de les mettre au premier plan de nos soucis ;
  • L’encens par notre prière fervente qui monte vers le Père comme la fumée monte vers le ciel en volutes odoriférantes ;
  • La myrrhe par notre confiance dans le Christ Jésus qui nous prépare une place dans le Royaume.

Ainsi par l’intermédiaire de ces offrandes, nous pourrons progresser dans notre vie chrétienne et prendre un autre chemin : celui qui nous rapproche de Dieu, Père, Fils et Esprit.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions