Noël : messe de l'aurore
25 décembre

(Tous les ans)

Isaïe 62,11-12
Psaume 96
Tite 3,4-7
Luc 2,15-20

1

Secteur Vermandois

2015

Un nouveau-né

2

Athies & Nesle

2017

Marie retenait tous ces événements

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

25 décembre 2014

Secteur Vermandois

n°794

Retour en haut de la page

Un nouveau-né

La tradition voulait que les trois messes (de la veille, de la nuit et de l’aurore) soient ‘dites’ à la suite sous la forme de trois ‘messes basses’ ainsi le mystère de l’incarnation (Généalogie et annonce faite à Joseph, naissance de Jésus et visite des bergers) était célébré dans son ensemble.

L’aggiornamento liturgique qui a été fait après le Concile Vatican II a voulu séparer ces trois messes pour bien marquer l’importance de chacun de ces passages d’évangile. Malheureusement, la pratique habituelle des paroisses a tellement amplifié la ‘messe de minuit’ que les messes de la veille et de l’aurore ne sont plus que rarement célébrées au point qu’il est proposé de ne pas séparer l’évangile de la messe de l’aurore de celui de la nuit et de les proclamer ensemble pendant la messe de la nuit.

La visite des bergers à la crèche mérite pourtant d’être méditée en tant que telle : ils sont les premiers témoins de la venue du Messie dans le monde, les premiers porteurs de la Bonne Nouvelle. Ils ne se contentent pas de venir constater ce qui leur a été annoncé, ils racontent la révélation qu’ils ont eue à tous ceux qui sont autour du nouveau-né : les habitants de Bethléem, les clients de l’auberge qui ont appris la naissance et qui sont étonnés de ce que racontent les bergers à propos de cet enfant. Ayant vérifié la véracité des paroles de l’ange, les bergers repartent en louant Dieu et en chantant sa gloire.

L’attitude de ces bergers invite à une réflexion sur nous-mêmes car nous avons reçu mieux que l’annonce d’un ange : nous connaissons et nous méditons la vie et la prédication de Jésus rapportées par les évangélistes, nous avons les paroles des témoins de sa Résurrection, nous avons reçu l’Esprit Saint dans le Baptême et la Confirmation, nous communions au Corps du Christ… Nous sommes beaucoup mieux armés que ces bergers pour annoncer au monde la Bonne Nouvelle et pour chanter la Gloire de Dieu.

Les bergers sont venus à la crèche par curiosité et ils proclament la Gloire de Dieu ; nous venons adorer la présence de Dieu dans l’Eucharistie par la foi et nous sommes timorés à l’idée de proclamer l’amour du Père pour ses enfants, frères et sœurs en humanité de son Fils incarné. L’esprit de Noël qui règne dans ces fins d’années civiles est un moment idéal pour proclamer la révélation qui nous a été faite.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

25 décembre 2016

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°913

Marie retenait tous ces événements
et les méditait dans son cœur

Cette messe est rarement célébrée aussi beaucoup de propositions liturgiques conseillent de compléter l’évangile de la nuit avec celui de l’aurore qui en est la suite. Cela répond à une certaine logique mais c’est dommageable pour ce texte qui mérite d’être lu et médité pour lui-même, comme le veut la sagesse de l’Eglise.

Suite au message délivré par les anges : « Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. » (Luc 2,11) les bergers viennent voir ce qui leur a été annoncé. Ils découvrent Marie et Joseph qui leur montrent l’enfant qui vient de naître. Après avoir adoré le Fils, ils repartent glorifiant Dieu et racontant partout ce qu’ils ont vu et entendu.

L’évangéliste souligne par une petite phrase la discrétion et l’abnégation des parents de Jésus en particulier de Marie : dès l’arrivée des bergers ils les dirigent vers l’enfant pour qu’ils puissent adorer celui qui leur a été présenté comme le Christ et le Sauveur. De son côté Marie médite ces événements dans son cœur. Dès la visite de l’ange Gabriel, Marie commence par garder le silence en entendant l’ange lui annoncer qu’elle sera la mère du Fils de Dieu. Son acceptation : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » (Luc 1,28) est sans restriction,  elle se met entièrement au service de Dieu.

La Vierge Marie, servante du Seigneur, suit son Fils dans ses déplacements : elle est à Cana (cf. Jean 2,1-11) ; elle veut le protéger (cf. Luc 8,20) ; elle est au pied de la Croix (Jean 19,25-27) ; elle est avec les Apôtres le jour de la Pentecôte (cf. Actes 1,14) Toujours discrète et confiante dans le projet de Dieu, elle médite ces événements dans son cœur.

Marie est aussi la Mère de l’Eglise : « pour son Corps qui est l'Eglise ; elle qui entoura le Corps mystique du Christ, né du Cœur percé de notre Sauveur, de la même vigilance maternelle et du même amour empressé avec lesquels elle avait réchauffé et nourri de son lait l'Enfant Jésus de la Crèche. » (Encyclique Mystici Corporis Christi, Pie XII) A l’exemple de la Vierge, l’Eglise médite tous les événements du Salut et puise dans la Parole de Dieu la force pour présenter le Fils du Père au monde entier.

Avec Marie, nous méditons cette annonce de l’ange : « Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. » car c’est bien aujourd’hui que le Fils vient dans nos cœurs et nous propose le Salut.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions