Fête du Baptême de Notre Seigneur
Année "A"

Isaïe 42,1-4.6-7
Psaume 28
Actes des Apôtres 10,34-38
Matthieu 3,13-17

1

Lycée Militaire d'Autun

10 janvier 1999

Laisse-moi faire !

2

Forces Armées de Guyane

13 janvier 2002

C'est toi qui viens à moi !"

3

Brigade Franco-Allemande

13 janvier 2008

Comme une colombe

4

Fort Neuf de Vincennes

9 janvier 2011

"En Lui, j'ai mis tout mon amour"

5

Secteur Vermandois

12 janvier 2014

Commencement de la Mission

Si vous désirez recevoir toutes les semaines - en général le jeudi - l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

10 janvier 1999

Lycée Militaire d'Autun

Retour en haut de la page

Laisse-moi faire !

Comme cette parole est étrange…

Jean-Baptiste vient de refuser de baptiser Jésus en lui disant que cela devrait plutôt être le contraire, que lui, Jean, aurait besoin d'être baptisé par le Christ.

Jésus ne lui répond pas "baptise-moi quand même ! ", il lui dit "laisse-moi faire ". C'est à dire qu'il prend l'initiative : dans ce baptême d'eau qu'il reçoit des mains de Jean-Baptiste, c'est lui, Jésus, qui agit.

L'évangile de Matthieu ajoute : " Alors Jean le laisse faire ".

Ainsi, Matthieu veut souligner que le ministère du Christ commence ce jour-là : Jésus agit pour délivrer le message d'amour de Dieu à tous les hommes ; il accepte l'humanité qu'il a endossée complètement il vit ce que les hommes vivent. Mais il le fait d'une autre façon. Les pénitents que Jean-Baptiste reçoit habituellement viennent "subirr " un baptême dans lequel ils ne sont ni auteurs ni acteurs. Jésus, au contraire est à la fois l'auteur et l'acteur de ce baptême ; il ne cherche pas à marquer un désir de conversion comme les autres hommes qui écoutent et suivent Jean, il vient marquer la réalisation de la prophétie d'Isaïe, prendre en compte ce désir de conversion qui les pousse vers Dieu.

La tradition chrétienne s'est emparée de ce passage pour y voir à la fois le début et l'achèvement de la mission du Christ. En descendant dans le Jourdain Jésus y reprend les péchés que les hommes y avaient laissé, il entre dans l'eau pour y connaître et se charger des vicissitudes de ses frères. Il y devient l'agneau pascal et le bouc émissaire.

Ces péchés dont il s'est chargé, il les portera jusqu'à la croix pour qu'ils y soient crucifiés avec lui. Par la Résurrection, il nous fait comprendre que l'homme est appelé à être vivant et sans péché, en pleine communion avec Dieu.

En célébrant aujourd'hui la mémoire du Baptême du Christ, nous prenons conscience que nos péchés étaient aussi dans le Jourdain. Nos péchés passés, présents et futurs ont été crucifiés avec le Christ ; ils sont morts avec lui mais ils n'ont pas ressuscité. Nous avons là l'occasion de réfléchir sur notre façon de concevoir notre vie : comment est-ce que je confie au Christ les péchés qu'il a portés ? Comment est-ce que j'accepte qu'il les porte ? Comment est-ce que je vis le pardon des péchés qu'il a laissé dans son Eglise ?

Autant de questions qu'il est bon de se poser. Au moins une fois l'an…

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun

13 janvier 2002

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page

" C'est toi qui viens à moi ! "

Cet étonnement de Jean le Baptiste est significatif de sa compréhension de la mission que le Seigneur lui a confiée : il savait qu'il était venu pour préparer les chemins du Seigneur et pour appeler à la conversion, mais il ne pouvait envisager que le Fils de Dieu commençât son ministère par venir à lui pour recevoir ce Baptême de repentance dont il n'a nul besoin.

Dans notre sens des valeurs, Jésus aurait dû faire venir à lui Jean pour lui dire que sa mission est terminée, que le règne de Dieu qu'il annonçait n'est plus à proximité mais qu'il a commencé ; ou même lui envoyer un émissaire. Mais Jésus vient lui-même et demande à Jean de recevoir son Baptême.

Le Baptême de Jean est plus proche du Sacrement de Réconciliation et de Pénitence que du Sacrement du Baptême. Les gens viennent voir Jean pour marquer une étape dans leur vie spirituelle et demander à Dieu l'aide nécessaire pour se retourner vers Lui en observant sa Parole, c'est le rôle de la confession sacramentelle des péchés que nous sommes appelés à faire régulièrement. Le Baptême chrétien confère la vie éternelle, la vie avec Dieu, Père, Fils et Esprit.

Jésus n'a donc aucun besoin de ce nouvel élan pour aller vers le Père puisqu'ils sont en pleine communion trinitaire. Il vient voir Jean pour montrer que le Père est sensible à cette démarche de l'homme croyant, la venue du Fils éternel auprès de Jean est la réponse de Dieu : les pénitents demandent à se rapprocher de Dieu, l'écho que Dieu donne à ce désir n'est pas de leur permettre de venir à Lui par leurs propres forces, mais c'est Lui qui se propose à eux pour leur faciliter l'effort spirituel.

Pour nous aujourd'hui qui cherchons à côtoyer la sainte Trinité, la démarche est similaire : c'est en vivant les Sacrements, en particulier confession et communion, que nous manifestons notre désir de retrouver le chemin du Père ; la proximité du Fils Unique fait homme et le don de l'Esprit sont la réponse. Aucun homme ne peut tomber suffisamment bas pour que Dieu ne puisse aller lui tendre la main et le relever jusqu'à sa dignité d'image de Dieu. Dieu est toujours prêt à nous aider, c'est nous qui ne voulons pas toujours accepter son aide.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

13 janvier 2008

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Comme une colombe

La colombe est un oiseau qui est peu cité dans l’ensemble de la Bible et dans tous les cas comme animal de sacrifice (cf. Lc 2,24 l’offrande pour les relevailles de la Vierge Marie) Elle a une importance toute particulière dans deux épisodes : l’histoire de Noé et le Baptême du Christ.

Ces deux événements ont en commun plusieurs éléments : l’eau, la colombe et le Salut.

Noé pour vérifier si l’eau est descendue après le déluge envoie une colombe par une imposte à sept jours d’intervalle. La première fois elle revient ne trouvant pas un endroit où poser ses pattes (Gn 8,9) l’eau recouvre encore toute la terre. La seconde elle avait dans le bec un rameau tout frais d'olivier ! (Gn 8,11) indiquant que le niveau d’eau avait baissé. Quant à la troisième la colombe ne revint plus vers lui (Gn 8,12) le Déluge est terminé, les eaux ont reflué et le Seigneur Dieu s’engage à ne jamais provoquer un autre Déluge. Le pardon est d’avance donné aux hommes.

Les pénitents qui venaient voir Jean Baptiste s’immergeaient dans le fleuve pour manifester leur désir de conversion et en quelque sorte y abandonner leur vie passée de péchés.

Lors du Baptême de Jésus, le Christ descend dans l’eau du Jourdain et, après avoir été plongé dans l’eau (sens littéral du verbe baptiser en grec) malgré les protestations de Jean Baptiste, comme une colombe descend sur lui (les quatre évangélistes rapportent ce fait !)

Le parallélisme est clair : le monde est submergé par le péché comme il l’avait été par l’eau du Déluge et la colombe qui ne revenait plus vers Noé revient, comme sur le rameau d’olivier qui était le signe du début du retrait des eaux, vers le Christ comme le signe du début du Salut.

Pour nous aujourd’hui ce signe est tout aussi clair, le Christ a initié le jour de son Baptême le pardon des péchés et l’ouverture du Royaume, il nous reste à écouter la parole qui y est associée : Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j’ai mis tout mon amour ! Et à vivre comme des personnes aimées et pardonnées.

Père JeanPaul Bouvier

9 janvier 2011

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

« En Lui j’ai mis tout mon amour »

Telles sont les paroles qui viennent des cieux ouverts après le baptême de Jésus par Jean, elles n’étaient pas compréhensibles ni par les disciples de Jean le Baptiste ni par Jean lui-même : malgré cette manifestation divine exceptionnelle, il enverra des messagers pour demander à Jésus s’il est bien Celui qui doit venir (cf. Matthieu 11,3)

A défaut de le comprendre, nous percevons l’amour réciproque du Père pour le Fils depuis toute éternité dans la communion de la Sainte Trinité, comme formulé dans le symbole de Nicée-Constantinople : le Fils est « Dieu né de Dieu, Lumière née de la Lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu […] de même nature que le Père »

La théophanie lors du baptême du Christ par Jean ne vise pas directement cet amour entre le Père et le Fils, il signifie surtout l’amour que le Père porte à l’humanité, cet amour de l’Homme qui entraîne la venue du Fils dans notre chair : « Pour nous les hommes, et pour notre salut […] il a pris chair »

Cet épisode survenant, dans l’évangile de saint Matthieu, après la visite des mages à l’enfant Jésus exprime la même révélation de l’Incarnation ; c’est par amour que le Fils se fait homme, s’unissant charnellement à l’humanité pour lui montrer le chemin qui va vers le Père : « Je leur ai fait connaître ton nom et je le leur ferai connaître, pour que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux et moi en eux. » (Jean 17,26)

Le Père met tout son amour dans le Fils qui ne le garde pas pour lui seul mais le propose à toutes les générations, invitant chaque homme et chaque femme à venir dans la familiarité avec le Père comme lui-même est dans son intimité : « En ceci s'est manifesté l'amour de Dieu pour nous: Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde afin que nous vivions par lui. » (1 Jean 4,9)

Dans ses souhaits de conclusion à la seconde épître aux Corinthiens, saint Paul leur écrit : « La grâce du Seigneur Jésus Christ, l'amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient avec vous » (13,13) Ces mêmes mots commencent la messe catholique nous rappelant l’ordre : c’est par la grâce acquise par le Fils sur la croix que nous recevons l’amour du Père pour vivre en communion avec tous les hommes dans l’Esprit, alors nous sommes disposés à célébrer le sacrifice du Christ. Ne répondons pas machinalement à cette invitation et si nous arrivons après que cela soit dit, nous nous privons de cette préparation spirituelle.

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes

29 décembre 2013

Secteur Vermandois

n°725

Retour en haut de la page

Commencement de la Mission

Les évangélistes saint Matthieu et saint Luc rapportent des épisodes de la vie de Jésus enfant mais ces récits ne comportent pas à proprement parler d’annonce directe de la Bonne Nouvelle tout au plus émerveillent-ils ceux qui en sont les témoins : les Bergers à la naissance (cf. Luc 2,7-14) les Mages (cf. Matthieu 2,11-12) Le vieillard Siméon (cf. Luc 2,22-32) Anne (cf. Luc 2,32-40) les docteurs de la Loi du Temple (cf. Luc 2,41-52)

Jean-Baptiste avait déjà reconnu la présence du Messie alors qu’il était encore dans  le ventre de sa mère (cf. Luc 1,39-45) et, de la même façon, il le reconnaît lorsqu’il se présente devant lui pour être plongé dans l’eau. Sachant que Jésus n’a nul besoin de conversion, il commence par refuser et au contraire il exprime la nécessité pour lui de recevoir un baptême de la part du Fils du Père. Mais Jésus insiste pour être manifesté publiquement comme le véritable envoyé du Père.

Lors de son Baptême par Jean-Baptiste, la mission commence pour Jésus : le Père demande aux témoins d’écouter son Fils Bien-aimé, ce n’est pas un simple prophète qui est présenté aux foules mais le propre Fils en communion avec le Père par l’Esprit. Aussitôt après, Jean désigne Jésus comme l’Agneau de Dieu à ses disciples au risque de les perdre : « Le lendemain, Jean était encore là, avec deux de ses disciples ; et, ayant regardé Jésus qui passait, il dit : Voilà l’Agneau de Dieu. Les deux disciples l’entendirent prononcer ces paroles, et ils suivirent Jésus ». (Jean 1,35-37)

Aujourd’hui encore, le Christ insiste pour que nous agissions comme nous le faisons habituellement : il se servira de nos compétences pour être manifesté au monde. Le Père le désignera aux témoins de nos actions comme le ‘Fils bien aimé’ qu’il faut écouter ; nous pourrons alors le montrer à nos contemporains comme ‘l’Agneau de Dieu

Les chrétiens prennent toujours cette attitude de Jean-Baptiste comme un modèle exemplaire de détachement : sa mission de ‘préparer le chemin du Seigneur’ (cf. Jean 1,23) est terminée le Seigneur entame son chemin, il n’est plus besoin de le préparer. Ainsi notre annonce de l’Evangile doit toujours être de montrer le Christ et d’accepter que ceux à qui nous l’avons montré le suivent sur un autre chemin ; notre mission auprès d’eux s’achève et nous devons aller vers d’autres personnes qui ne connaissent pas encore le Salut. Comme Jean-Baptiste nous pourrons dire : « Il faut qu’il grandisse, et que je diminue » (Jean 3,30)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois
    • saint Jean-Baptiste
    • saint Joseph
    • Notre Dame de Moyenpont


Année A

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire