Fête de saint Pierre et saint Paul

29 juin

Actes 12,1-11
Psaume 33
2Timothée 4,6-8.16-18
Matthieu 16,13-19

1

saint Charles de Monceau

1991

Saints Pierre et Paul

2

Bosnie Herzégovine

2004

Opposition ? !

3

Brigade Franco-Allemande

2008

Choix de Dieu

4

Secteur Vermandois

2014

Galiléen vs Pharisien

Si vous désirez recevoir toutes les semaines - en général le jeudi - l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

29 juin 1991

Saint Charles de Monceau

Saints Pierre et Paul

Dans une vision humaine, à court terme, nous serions tentés de voir en ces deux personnes des ``concurrents'' qui se seraient partagé le travail : l'un évangélisant les Juifs et l'autre évangélisant les Païens afin de ne pas se gêner mutuellement.

Mais il n'en est rien. Cette approche est celle d'une société mercantile du profit pur et simple. Or Saint Paul rappelle souvent que pour évangéliser il ne demande rien si ce n'est d'être écouté. Même il travaille pour subvenir à ses besoins.

Ils meurent tous les deux à Rome et depuis l'évêque de Rome, le Pape, est dit successeur de Pierre et de Paul car il résume en lui, symbole de la vitalité de l'Eglise, les charismes de ces deux Apôtres.

Depuis longtemps, c'est le samedi le plus proche de ce jour que l'Eglise a choisi pour les fêter ensemble que les ordinations de prêtres sont célébrées à Notre Dame de Paris. Onze prêtres sont ordonnés ce 29 juin 1991.

C'est Beaucoup! C'est Peu!

Beaucoup parce que cela représente le quart des ordinations des huit dernières années (Quarante quatre). Beaucoup par rapport aux diocèses qui entourent Paris et qui n'ordonnent qu'un prêtre à la fois et pas tous les ans.

Peu parce que dans le même temps cent quatre-vingt-huit prêtres sont morts, sans compter ceux qui ont été obligés de quitter le ministère à cause de leur santé.

La joie des ordinations du 29 juin 1991 ne doit pas nous faire oublier cette situation et nous devons avoir la conscience d'être ensemble dans l'Eglise. C'est vrai qu'il y a moins de prêtres à Paris, c'est encore plus vrai dans les diocèses ruraux où des prêtres de plus de soixante-dix ans ont entre trois et quinze paroisses à desservir.

Nous pourrions dire que c'est une chance pour l'Eglise car cela permet de mieux percevoir le rôle du prêtre dans la communauté chrétienne. La célébration de la Messe prend d'autant plus d'importance qu'elle devient plus difficile, plus rare. Les chrétiens doivent rendre le christianisme présent dans la vie quotidienne plutôt que de regretter que telle ou telle messe qui leur était commode soit supprimée. La Messe retrouve sa dimension communautaire en étant célébrée pour tous et non plus pour des groupes spécifiques.

L'Evangélisation apparaît dès lors comme l'affaire de tous les chrétiens et non pas d'un groupe de ``spécialistes permanents''.

Père JeanPaul Bouvier
Vicaire à saint Charles de Monceau

2004

Bosnie-Herzégovine

retour en haut de la page

Opposition ? !

En ce jour où nous fêtons les deux plus grands Apôtres du message évangélique, si nous nous amusons à faire une comparaison entre eux, ce n’est pas pour effectuer un ‘classement’ mais bien plus pour nous émerveiller de l’amour de Dieu qui appelle ces deux hommes pour porter son message.

Pierre est pécheur en Galilée, pays méprisé par les juifs de Judée qui considèrent les habitants de cette région comme des rustres et des lourdauds. Dans les évangiles, Pierre n’est pas toujours présenté à son avantage : il ne comprend pas ce que Jésus dit et même s’oppose à ce qu’il dit (cf. Mt 16,16) Il ne déchiffre pas la signification de la Transfiguration, mais se contente de proposer l’hospitalité orientale (cf. Lc 9,28) Il renie le Seigneur par peur (cf. Mc 14,66sv.) ; Il ne réalise pas que Jésus est ressuscité selon la Parole lorsqu’il se rend au tombeau au matin de Pâques alors que le plus jeune, celui qui est désigné comme le ‘disciple que Jésus aimait’, croit dès qu’il voit (cf. Jn 20,8)

Paul est citoyen romain, d’une certaine noblesse, né à Tarse, en Cilicie, fin lettré, ayant étudié à Jérusalem auprès de Gamaliel, un maître dans les Ecritures, docteur de la Loi et membre du Sanhédrin, l’assemblée qui entoure le Grand-Prêtre (cf. Ac 5,34 et 22,3) Sa notoriété et ses connaissances sont telles que le Sanhédrin lui confie la mission d’aller s’opposer à la doctrine chrétienne à Damas, par le raisonnement et par la force s’il le faut, mais le Seigneur l’attendait sur le chemin.

Pouvons-nous imaginer deux personnes aussi différentes ? D’ailleurs les Actes des Apôtres montrent qu’ils ne sont pas toujours d’accord et leurs discussions semblent parfois assez orageuses…

Pourtant ce sont ces deux hommes qui se partagent la prédication Pierre auprès des juifs, Paul auprès des païens. Il ne s’agit pas d’un partage de style mafieux où ils auraient évité la concurrence, mais au contraire une répartition des tâches en fonction des charismes de chacun.

A l’exemple de ces deux Apôtres éminents, chaque chrétien se doit de porter l’évangile là où il est doué pour cela, les uns en mission lointaine, les autres dans leur entourage ; les uns dans la contemplation, les autres dans l’action ; les uns dans la vie religieuse, les autres dans la vie séculière ; les uns dans le Sacrement de Mariage, les autres dans le célibat…

L’essentiel n’est-il pas que, comme Pierre et Paul, nous restions nous-mêmes, pleinement nous-mêmes, sans fard et sans dissimulation, c’est alors que nous serons de vrais disciples.

père JeanPaul Bouvier
aumônier catholique de l'Opération Salamandre

2008

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page

Choix de Dieu

Vu de l’extérieur de l’Eglise, des personnes pourraient penser qu’il n’y a qu’une seule façon d’être chrétien, que le cadre donné par le dogme ne permet aucune individualité et que les communautés catholiques sont monolithiques et sans aspérité. L’exemple donné dans les textes du Nouveau Testament par le choix divin de ces deux hommes qui sont fêtés ensemble, le même jour, est une démonstration du contraire !

Deux hommes sont élus par Dieu pour propager l’Evangile, ils sont pris comme ils sont, pour ce qu’ils sont :

- Simon-Pierre, un marin pécheur dont la foi est spontanée, directe telle que le présente l’évangile du jour ; ce n’est pas lui qui répond à la question de Jésus mais le Père qui lui inspire la réponse. Le Christ l’institue chef des Apôtres et pasteur de son troupeau.

-  Saul, devenu Paul, un lettré qui suivi l’enseignement de Gamaliel, un rabbin réputé pour sa science et sa compréhension des Ecritures ; la réputation de rhéteur juif de Paul est telle que les Apôtres, au début, se méfieront de ses prédications. Le Christ le fait mettre à part pour être l’instrument de choix pour les païens.

La composition du groupe des Apôtres est tout aussi hétéroclite ; humainement, rien ne semblait pouvoir les rassembler autour de la même cause. Pourtant c’est eux que le Fils a choisis bâtir son Eglise, faisant même de ces deux hommes si opposés, Pierre et Paul, les principaux piliers.

Cette volonté de regrouper tous les hommes quelles que soient leurs origines fait de l’Eglise une communauté unique ; chacun annonçant l’Evangile du Christ selon ses capacités et son charisme propre.

Cette fête des deux grands Apôtres est le fête des vocations diverses et fécondes qui sont nées dans l’Eglise depuis la Pentecôte.

Père JeanPaul Bouvier

2014

Secteur Vermandois

n° 761

Retour en haut de la page

Galiléen vs Pharisien

Un simple regard sur une carte géopolitique de la Palestine à l’époque de Jésus met en évidence la coupure entre les deux provinces juives, la Judée au Sud et la Galilée au Nord, séparées par la province de Samarie. L’hostilité entre ces deux populations est forte : « La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. » (Jean 4,9) Cet état de fait entraîne un certain mépris des Juifs de Judée envers ceux de Galilée : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » (Jean 1,46) Lors de l’arrestation de Jésus, Pierre, simple pécheur de Galilée, est vite repéré à cause de son accent par les serviteurs du grand Prêtre : « Sûrement, toi aussi, tu es l’un d’entre eux ! D’ailleurs, ta façon de parler te trahit. » (Matthieu 26,73) Ce qui sous-entendrait que tous les Galiléens présents à Jérusalem étaient suspectés d’être des disciples de Jésus !

Parmi les Judéens plusieurs factions s’opposent sur l’interprétation des Ecritures, Saducéens, Pharisiens, Esséniens… Saul de Tarse est un pharisien élevé à la meilleure école : « Je suis Juif, né à Tarse en Cilicie, mais élevé ici dans cette ville [Jérusalem], où, à l’école de Gamaliel, j’ai reçu une éducation strictement conforme à la Loi de nos pères ; j’avais pour Dieu une ardeur jalouse, comme vous tous aujourd’hui. » (Actes 22,3) Fort de cette éducation, il n’hésite pas à persécuter ceux qui ont une interprétation de l’Ecriture qui, apparemment, diverge de l’enseignement classique qu’il a reçu.

Entre le pécheur Galiléen qui a renié son maître avant d’être institué « pasteur de ses brebis » (Jean 21,16) et le pharisien citoyen romain qui a persécuté les disciples du Christ avant de devenir : « l’instrument que j’ai choisi pour faire parvenir mon nom auprès des nations, des rois et des fils d’Israël. » (Actes 9,15) le seul point commun est le choix de Dieu : l’un comme l’autre sont chargés d’une mission spécifique par le Ressuscité lui-même.

En nous proposant de fêter ensemble ces deux Apôtres, l’Eglise nous montre que le choix de Dieu est premier ; la vocation de chacun est unique en fonction de ses capacités Paul n’avait pas vécu avec Jésus mais était un bon prédicateur, Pierre n’aurait sans doute pas été écouté par les philosophes d’Athènes (cf. Actes 17,21-32)

Ce qui est vrai pour ces deux personnages essentiels de l’Eglise, est également vrai pour chacun d’entre nous et c’est le même Esprit Saint qui inspire ceux que le Seigneur choisit (cf. 1Corinthiens 12,4-9) Cette fête jumelée des saints Pierre et Paul est un appel à la conversion : celui qui a trahit et celui qui a persécuté sont des ‘instruments de choix’ que le Seigneur envoie en mission. Quelle que soit mon attitude passée, le Seigneur a une mission pour moi et il attend patiemment que je l’entende.

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois
    • saint Jean-Baptiste
    • saint Joseph
    • Notre Dame de Moyenpont


Année A

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire