Naissance de saint Jean Baptiste
24 juin

Veille

Jérémie 1,4-10
Psaume 70
1Pierre 1,8-12a
Luc 1,5-17

Jour

Isaïe 49,1-6
Psaume 138
Actes des Apôtres 13,22-26
Luc 1,67-66.80

1

Brigade Franco-Allemande

2007

Unique Jean-Baptiste

2

Fort Neuf de Vincennes

2012

Son nom est Jean

3

Secteur Vermandois

2014

L’annonce faite à Zacharie

Si vous désirez recevoir toutes les semaines - en général le jeudi - l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

24 juin 2007

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Unique Jean-Baptiste

Saint Jean Baptiste, avec le ‘Bon Larron’, sont les deux seuls saints qui n’aient pas connu la résurrection de Christ, et si l’un et l’autre ont comme ressemblance d’avoir désigné le Christ comme le Roi du Royaume des cieux, ils n’en sont pas moins très différents…

De plus, rares sont les fêtes de saints qui ont préséance sur les dimanches, saint Jean Baptiste fait partie de ceux-là ce qui explique que nous le célébrions aujourd’hui.

Dès le début de sa prédication, saint Jean-Baptiste a appelé à se préparer à la venue du Messie : « Convertissez-vous car le Royaume de Dieu est proche ! » Autant que l’ouverture du Nouveau testament, il est, pour les chrétiens, la conclusion de l’Ancien. Les prophètes inspirés ont disparu d’Israël, Dieu semble abandonner son peuple sous le joug des romains, Il ne mandate plus d’hommes pour ramener les descendants d’Abraham vers Lui.

Le culte devient formel, prêtres, lévites et saducéens insistent sur les prescriptions rituelles davantage que sur le sens propre des sacrifices et holocaustes. Les pharisiens mettent en avant la lettre de la Loi et le respect strict des commandements, en y ajoutant d’autres (tout aussi obligatoires) qui forment un garde-fou pour préserver ceux qui ont été édictés par Dieu sur la montagne.

Ce que proclame Jean-Baptiste dans le désert devant des foules qui viennent écouter sa parole a de quoi choquer et scandaliser ces deux tendances de la foi juive. Il parle de changer son cœur, rappelant les grandes plaidoiries d’Isaïe, de Jérémie et d’Ezéchiel, les grands prophètes de l’âge d’or. Il prône non pas le retour au culte ou à la Loi, mais le retour à l’adoration de Dieu, gratuite, désintéressée, sincère et reconnaissante. Malgré le décalage avec la théologie contemporaine, pharisiens et scribes, prêtres et saducéens viennent entendre sentant bien au fond d’eux-mêmes la justesse des propos de l’ermite.

Fêter Jean-Baptiste, le précurseur, c’est prendre modèle sur lui. Loin des idéologies partisanes le chrétien doit laisser parler l’Esprit qui est en lui. Par le Baptême nous avons reçu l’Esprit de Sainteté et nous sommes devenus de vrais prophètes. L’amour du Père pour les hommes n’est pas tributaire d’un endroit ou d’une époque. Ce qui se vit, ce qui se fait et ce qui se dit autour de nous n’est pas obligatoirement la volonté du Père et nous le supplions tous les jours pour que sa volonté soit faite. Comme Jean-Baptiste nous annonçons une vérité qui nous dépasse et qui ne saurait être assujettie à une culture ; au contraire, nous sommes les veilleurs qui confrontent les pensées du temps à celles qui conduisent au Père, par le Fils dans l’Esprit.

Père JeanPaul Bouvier

2012

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page

Son nom est Jean

Zacharie est un homme important dans cette ville de la région montagneuse de la province de Juda (cf. Luc 1,39) Il est prêtre du Temple de Jérusalem, il fait même partie de ceux qui sont habilités à entrer dans le ‘saint’ et y faire brûler l’encens pour l’offrande du soir (cf. Luc 1,8) Toute la ville se souvient que, neuf mois auparavant, il était revenu de son ministère, muet, ne pouvant plus prononcer une parole. Beaucoup de personnes ont dû faire le rapprochement entre cet événement et l’annonce de la venue d’un enfant chez ce couple âgé et jusque là inféconds ; inconsciemment ou non, elles pressentaient une naissance extraordinaire. Certains pensaient peut-être aux similitudes avec la naissance du grand prophète Samuel (cf. 1Samuel 1,1-10)

Comme d’habitude, tous les habitants sont rassemblés pour la circoncision du garçon, mais sans doute avec davantage de curiosité que les autres fois. Ils s’attendent à ce que ce fils premier-né reçoive le nom de son père, Zacharie, comme c’était la coutume mais Elisabeth affirme vouloir l’appeler Jean comme l’Ange l’avait demandé à son mari dans le Temple (cf. Luc 1,13) Consulté, Zacharie écrit sur une tablette : « Son nom est Jean ! » et aussitôt sa langue se délie et il proclame les merveilles de Dieu.

En donnant ce nom alors que ‘personne dans ta famille ne porte ce nom là’, Elisabeth et Zacharie obéissent à la Parole de Dieu qui montre que cet enfant marquera une rupture : une nouvelle ère va s’ouvrir qui va « Illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort. » (Cantique de Zacharie Luc 1,79) L’Alliance faite avec Abraham évolue vers une Nouvelle Alliance proposée à tous les hommes.

Les chrétiens d’aujourd’hui savent « Que sera donc et enfant ? » (Luc 1,66) : le dernier des prophètes de l’Ancienne Alliance, il est parmi ceux qui annonçaient la venue du Messie, il est le précurseur : « Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. Celui-là n'était pas la lumière, mais il avait à rendre témoignage à la lumière. » (Jean 1,7-8) Son ministère a une importance considérable : « parmi les enfants des femmes, il n'en a pas surgi de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des Cieux est plus grand que lui. » (Matthieu 11,11)

Le message de Jean Baptiste a été forclos par la Passion et la Résurrection de Jésus, mais l’appel à la conversion reste toujours d’actualité et – d’une certaine façon – nous avons aussi à préparer les chemins du Seigneur dans ce monde qui s’éloigne de Lui ; chacun d’entre nous n’est pas la lumière mais nous devons rendre témoignage à Celui qui éclaire le monde.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

24 juin 2014

Secteur Vermandois

n° 759

Retour en haut de la page

L’annonce faite à Zacharie

Dans la première partie du Temple de Jérusalem, le ‘Saint’ ouvert vers l’Est, il n’y a que trois ‘meubles’ : au Sud la table des pains d’oblation (cf. 25,3-30)  au Nord le chandelier à sept branches (cf. Exode 25,31-39) et à l’Ouest l’autel de l’encens juste devant le rideau qui sépare le Saint du ‘Saint des Saints’ (cf. Exode 30,1-10) C’est dans cette pièce que Zacharie entre pour l’offrande du soir ; il doit faire brûler de l’encens sur l’autel, en face du Seigneur et recharger en huile les lampes du chandelier.

Zacharie est désigné par le sort parmi les prêtres autorisés à pénétrer dans le Temple, sans doute ce choix est-il fait en utilisant ‘les Ourim et les Toummim’ (cf. Exode 28,30) que le grand prêtre consulte lorsqu’il a besoin d’une décision qui vient de Dieu, car Dieu seul peut distinguer le prêtre qui fera l’offrande ainsi un prêtre indigne ne risque pas de profaner le sanctuaire.

L’Ange du Seigneur apparaît à droite de l’autel de l’encens, Zacharie est ‘bouleversé’ comme le sera la Vierge Marie (cf. Luc 1,29) et l’Ange a la même parole rassurante : « Sois sans crainte. » (Luc 1,13 et 1,30) car le message qu’il vient délivrer de la part du Seigneur est une Bonne Nouvelle : l’enfant promis à Zacharie et Elisabeth aura ‘la puissance du prophète Elie’ (Luc 1,17) pour faire de son peuple capable d’accueillir Dieu.

Le sacerdoce est héréditaire dans le culte juif, pourtant l’Ange annonce une autre mission pour l’enfant : il ne servira pas Dieu dans son Temple mais dans le désert pour appeler les croyants à la conversion du cœur davantage qu’aux offrandes. Dès sa naissance, Jean le Baptiste sera une interrogation permanente pour ses contemporains : « La crainte saisit alors les gens du voisinage, et dans toute la montagne de Judée on racontait tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient en étaient frappés et disaient : ‘Que sera donc cet enfant ?’ En effet, la main du Seigneur était avec lui. » (Luc 1,65-66)

Les récits de l’annonce faite à Zacharie et la Naissance de Jean sont pour nous des sources de méditation ; en premier lieu vient l’adoration de ce Dieu qui choisit les personnes qui ramèneront le peuple vers lui. Nous pouvons aussi nous appliquer ce qui est dit de ces deux personnes.

La preuve donnée à Zacharie est son mutisme jusqu’à la naissance de son fils, mais c’est aussi une ‘punition’ de n’avoir pas cru au message de l’Ange. Ne sommes-nous pas dans ce cas aussi ? Nous ne croyons pas assez fermement à la Parole de Dieu et cela nous rend muets : au lieu de proclamer le Royaume et le Salut des hommes, nous nous contentons d’une foi personnelle souvent étriquée alors que nous sommes appelés à être attentifs aux autres afin de les servir en nous venant des paroles de Jésus à ses disciples : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Matthieu 25,40)

« En effet, la main du Seigneur était avec lui. » La main du Seigneur a été posée sur nous dans les Sacrements que nous avons reçus. A ce titre nous sommes aussi envoyés avec la force du prophète Elie pour amener les hommes au Père, par le Fils en profitant de l’Esprit qui est en nous.

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois
    • saint Jean-Baptiste
    • saint Joseph
    • Notre Dame de Moyenpont


Année A

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire