saint Luc

1er dimanche de Carême
Année "C" - saint Luc

Deutéronome 26,4-10
Psaume 90
Romains 10,8-13
Luc 4,1-13

1

Brigade Franco-Allemande

25 février 2007

Martyre de saint Polycarpe

2

Fort Neuf de Vincennes

21 février 2010

La Parole est dans ta bouche et dans ton cœur

3

Secteur Vermandois

17 février 2013

Si tu es le Fils de Dieu…

4

14 février 2016

L’offrande sincère

5

Athies & Nesle

10 mars 2019

Dieu-le-Fils dans son humanité

Pour recevoir l'éditorial hebdomasdaire par courriel
envoyez-moi votre adresse mail

25 février 2007

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Martyre de saint Polycarpe

Les Polycarpe sont fêtés le 23 février

On plaça autour de Polycarpe les matériaux préparés pour le bûcher. Comme on allait l’y clouer, il dit : « Laissez-moi ainsi. Celui qui me donne la force de supporter le feu me donnera aussi, même sans la garantie de vos clous, de rester immobile sur le bûcher. » On  ne le cloua donc pas, mais on l’attacha.

Ainsi ligoté, avec les mains ramenées derrière le dos, il était comme un bélier de choix pris dans un grand troupeau pour être offert en sacrifice, holocauste préparé pour être agréable à Dieu. Levant les yeux au ciel, il dit : « Seigneur, Dieu tout-puissant, Père de ton enfant bien-aimé et béni, Jésus-Christ, par qui nous avons reçu la connaissance de ton nom, Dieu des anges, des puissances, de toute la création et de toute la race des justes qui vivent en ta présence : je te bénis parce que tu m’as jugé digne de ce jour et de cette heure, pour que je prenne part, dans la troupe des martyrs, à la coupe de ton Christ, en vue de la résurrection du corps et de l’âme à la vie éternelle, dans l’immortalité donnée par l’Esprit Saint. Je souhaite d’être admis aujourd’hui en ta présence avec eux comme un sacrifice riche et agréable, ainsi que tu l’avais préparé et manifesté d’avance, ainsi que tu l’as réalisé, Dieu sincère et véritable. »

« Aussi je te loue pour toute chose, je te bénis, je te glorifie par le grand prêtre éternel et céleste, Jésus Christ, ton enfant bien-aimé. Par lui gloire à toi, à lui et à l’Esprit Saint, maintenant et dans les siècles futurs. Amen. »

quand il eut fait monter cet amen et achevé sa prière, les hommes du feu allumèrent le brasier.

Une grande flamme brilla, et nous avons vu une merveille, nous à qui il fut accordé de le voir et qui avions été gardés pour annoncer aux autres ces événements. Le feu présenta la forme d’une voute, comme la voile d’un navire gonflée par le vent qui entourait comme d’un rempart le corps du martyr. Celui-ci était au milieu, non comme une chair qui brûle, mais comme un pain qui cuit, ou de l’or et de l’argent étincelant dans la fournaise. Et nous sentions un parfum pareil à celui d’une exaltation d’encens ou d’un autre aromate précieux

Lettre de l’Eglise de Smyrne

Saint Polycarpe est mort le 23 février 155.

21 février 2010

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

La Parole est dans ta bouche et dans ton cœur

La citation qu’utilise saint Paul dans son épître aux Romains est familière à ses lecteurs, elle vient du livre du Deutéronome (30,14) livre de référence pour les lois et la façon de vivre sa foi avec Dieu. Le passage dont est extrait cette citation précise : « Car cette Loi que je te prescris aujourd'hui n'est pas au-delà de tes moyens ni hors de ton atteinte. Elle n'est pas dans les cieux, qu'il te faille dire: "Qui montera pour nous aux cieux nous la chercher, que nous l'entendions pour la mettre en pratique?" Elle n'est pas au-delà des mers, qu'il te faille dire: "Qui ira pour nous au-delà des mers nous la chercher, que nous l'entendions pour la mettre en pratique?" Car la parole est tout près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur pour que tu la mettes en pratique. »

En d’autres termes, la Loi que donne Dieu à son peuple n’est pas externe à l’homme, elle fait partie intégrante de l’humanité. Ce n’est pas une Loi qui contraint mais une Loi d’amour qui fait participer au projet divin. La preuve en est que le démon lui-même va utiliser la Parole pour tenter le Fils unique de Dieu, c’est l’intelligence de l’Ecriture toute particulière de Jésus qui lui permet de contourner l’obstacle et de ne pas se laisser piéger par une manipulation des textes bibliques.

Aujourd’hui encore, nous entendons autour de nous des personnes qui s’approprient les commandements à leur propre profit, quelquefois en les déformant, mais aussi en les prenant au sens littéral sans prendre la précaution de la méditer en demandant à l’Esprit Saint de nous en donner l'explication ici et maintenant. Si effectivement nous avons la Parole dans notre cœur et pas seulement dans une connaissance livresque, nous pourrons annoncer la Bonne Nouvelle du Salut.

Le démon commence ses tentations en disant : « Si tu es le Fils de Dieu... » il s’adresse directement à Jésus, mais en replaçant les tentations dans le contexte évangélique, c’est après le baptême dans l’eau du Jourdain de Jésus par Jean que cette scène intervient. C’est le cas aussi pour nous : les tentations que nous vivons aujourd’hui ont lieu après notre Baptême dans l’Esprit et dans ces moments le démon nous dit à chacun de nous : « si tu es le fils (la fille) de Dieu... » en nous proposant d’appliquer la lettre et non l’esprit des Ecritures.

En ce temps de Carême où nous allons faire des efforts pour nous améliorer, où nous allons jeûner en toute  conscience, rappelons-nous l’apostrophe que Dieu met dans la bouche d’Isaïe : « Est-ce là le jeûne qui me plaît, le jour où l'homme se mortifie ? Courber la tête comme un jonc, se faire une couche de sac et de cendre, est-ce là ce que tu appelles un jeûne, un jour agréable au Seigneur ? N'est-ce pas plutôt ceci, le jeûne que je préfère: défaire les chaînes injustes, délier les liens du joug; renvoyer libres les opprimés, et briser tous les jougs ? N'est-ce pas partager ton pain avec l'affamé, héberger chez toi les pauvres sans abri, si tu vois un homme nu, le vêtir, ne pas te dérober devant celui qui est ta propre chair ? » (Isaïe 56,6-8)

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes

17 février 2013

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page

Si tu es le Fils de Dieu…

Les trois propositions que fait le démon à Jésus commencent toutes par cette attaque: « Si tu es le Fils de Dieu… » Le démon sait très bien que cet homme est le Fils de Dieu, mais il désire insérer le doute dans l’esprit de Jésus en le provocant pour l’amener à prouver ce qu’il est.

Le premier essai du démon concerne directement l’humanité de Jésus : il a faim ! Le Fils de Dieu, coéternel au Père et qui est ‘engendré non pas créé, de même nature que le Père et par qui lui a été fait’, pourrait transformer les pierres qui l’entourent en pain, il pourrait même créer du pain à partir de rien comme il a créé le monde, « Devenu semblable aux hommes et reconnu à son aspect comme un homme » (Philippiens 2,7) il a choisi d’assumer pleinement cette humanité qu’il vient sauver. Il rappelle au démon que « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre » (Luc 4,4) mais que la vie de l’homme vient de Dieu et non pas seulement de la nourriture.

Ainsi rabroué, le démon tente une nouvelle approche ; en offrant à Jésus ‘tous les royaumes de la terre’ qu’il prétend avoir la possession, il se fait l’égal de Dieu en parodiant la promesse faite à Abraham : « Lève les yeux et regarde, de l'endroit où tu es, vers le nord et le midi, vers l'orient et l'occident. Tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours » (Genèse 13,14-15) Il veut se faire reconnaître comme le véritable maître du monde. Mais Jésus lui réaffirme que les hommes ne doivent adorer que le Père. Reconnaître la primauté du démon serait faire la même faute que le premier couple humain.

Enfin le démon lance un défi à Jésus en citant le Psaume (90,11) pour qu’il se révèle dans une manifestation magistrale en se lançant du haut du Temple de Jérusalem protégé par des anges venu le secourir. Mais Jésus est venu pour sauver les hommes de l’emprise du démon, il ne cherche pas une gloriole personnelle ; la Gloire du Fils lui est donnée par le Père : « C'est pourquoi Dieu l'a souverainement élevé et lui a conféré le nom qui est au-dessus de tout nom afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux sur la terre et sous la terre et que toute langue proclame que le Seigneur c'est Jésus Christ à la gloire de Dieu le Père. » (Philippiens 2,9-11)

Vaincu le démon se retire.

Les tentations montrent combien le Fils du Père tient à assumer totalement l’humanité par sa naissance dans la crèche, il nous indique le chemin pour résister aux tentations qui nous pourchassent en se référant toujours à la Parole de Dieu, la seule boussole qui nous indique le but ultime de l’Homme : être en communion avec Dieu, Père, Fils et Esprit.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

14 février 2016

Secteur Vermandois

n°860

Retour en haut de la page

L’offrande sincère

Le livre du Deutéronome (1ère lecture) décrit la façon dont le croyant doit présenter les prémices de ses récoltes au Temple de Jérusalem. L’important n’est pas tant la corbeille elle-même que le rappel de tout ce que le Seigneur a fait pour son Peuple depuis le temps d’Abraham, ‘l’araméen nomade’. Mais ce n’est pas une simple succession de souvenirs, le donateur de l’offrande reconnaît être le bénéficiaire de tous ces bienfaits, il ne fait que rendre ce que le Seigneur lui a donné de ce ‘pays ruisselant de lait et de miel’.

Quel rapport peut-il y avoir entre ce texte, choisi par l’Eglise, et les tentations de Jésus au désert ?

Face au ‘Diable’, ‘Celui qui divise’, Jésus marque la communion qui doit exister entre le Père et l’Homme ‘créé à l’image de Dieu’ (cf. Genèse 1) Il remet tout à Dieu. La vie de l’Homme ne peut pas dépendre seulement de sa nourriture, le pain, mais aussi de sa relation avec Celui qui a donné la manne (cf. Exode 16) ; l’Homme ne peut pas prétendre être Dieu pour posséder la terre comme les habitants de Babel (cf. Genèse 11) ; l’Homme ne peut pas tenter Dieu à l’instar du Peuple hébreu à Massa et Mériba (cf. Exode 17) Ainsi Jésus rappelle les œuvres de Dieu pour les hommes afin de chasser le démon qui le tentait, en même temps il rend au Père de qui lui appartient.

Le Diable présentait les tentations en se servant le de Parole de Dieu, Jésus lui répondait de même parce que l’ayant inspirée, il la maîtrisait mieux que son adversaire. Dans cette façon de résister, le Fils éternel nous donne la seule voie pour pouvoir vaincre les tentations nous réfugier dans la Parole. La première des tentations (cf. Genèse 3) a réussie parce que Adam et Eve n’ont pas profité de la Parole que Dieu leur avait dite : « Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin ; mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ; car, le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse 2,16b-17) Ils oubliaient ainsi tout ce que Dieu avait fait pour eux en leur donnant le monde.

L’Eglise, en proposant ces deux textes pour le premier dimanche de Carême, invite les croyants à réfléchir sur ces deux aspects de l’action de grâce. Les tentations sont toujours devant celui qui veut suivre le chemin de Dieu et elles prennent des formes qui semblent venir de Dieu lui-même. Deux pistes pour pouvoir être victorieux comme le Christ au désert : la première est de s’approprier les marques d’amour que Dieu a semées au cours de l’Histoire des hommes et dans notre histoire en particulier ; la seconde est l’engagement à lire et méditer cette Parole qui nous a été transmise non pas pour trôner, fermée, dans une bibliothèque mais pour la laisser habiter dans notre cœur et dans notre esprit : « Tout près de toi est la Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur. » (Romains 10,8 – 2ème lecture)

Les moyens sont donc à notre portée, Jésus au désert nous montre la façon de résister aux tentations, suivons-le avec confiance.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois
administrateur des paroisses de Nesle et Athies

10 mars 2019

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°1066

Dieu-le-Fils dans son humanité

Il parait toujours étrange que le ‘Diable’ vienne proposer des tentations à Jésus pendant sa retraite au désert. Ne savait-il pas que la bataille était perdue d’avance qu’il n’avait aucune chance de réussir et qu’il échouerait ? Mais le démon connait bien l’être humain. N’a-t-il pas démontré dans le récit du jardin d’Eden qu’il était capable de détourner la Parole de Dieu pour tromper ceux qui l’écoutent. C’est donc sur le plan de la mentalité humaine de Jésus qu’il va concentrer ses attaques.

Puisque le Seigneur a voulu ‘se faire chair’ (cf. Jean 1,14) c’est par ce biais que la première tentation est formulée : « Ordonne à cette pierre de devenir du pain. » (v.3). la faim est le moteur de bien des émeutes et des révolutions dans l’humanité. Le Peuple Dieu lui-même récrimine dans le désert : « Les fils d’Israël leur dirent : « Ah ! Il aurait mieux valu mourir de la main du Seigneur, au pays d’Égypte, quand nous étions assis près des marmites de viande, quand nous mangions du pain à satiété ! Vous nous avez fait sortir dans ce désert pour faire mourir de faim tout ce peuple assemblé ! » (Exode 16,3). Le Fils incarné n’échappe pas à cette règle : « il eut faim » (v.2), mais il refuse d’être ainsi défié en rappelant le sens profond du don de la manne : « cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue – pour que tu saches que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur. » (Deutéronome 6,3)

Jésus ne veut pas tricher avec son incarnation. Il peut multiplier les pains pour une foule (cf. Luc 9,13) parce qu’il est le Dieu d’amour, mais pas pour des fins égoïstes à son usage personnel. Le piège du Diable est à double tranchant : soit Jésus renonce à assumer la plénitude de son humanité en manifestant sa divinité, soit il avoue que son incarnation limite la puissance de Dieu en reconnaissant qu’il n’a pas la possibilité de transformer la pierre en pain…

Le Diable est, par son nom lui-même (dia-bolos), le ‘diviseur’ : il cherche à mettre en conflit les deux natures du Fils en opposant les besoins de la nature humaine et ceux de la nature divine. Ayant échoué avec le corps physique du Fils, le Tentateur s’attaquera ensuite, dès le début de la communauté chrétienne, au ‘Corps mystique’, l’Eglise, en proposant cette même opposition (cf. la lettre aux sept églises de l’Apocalypse). Face à cela, IVème évangéliste rappelle les paroles de Jésus : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. »

Le Diable ne s’avoue jamais totalement vaincu, aujourd’hui encore, il vient nous tenter. A nous de résister et d’affirmer avec force et foi le Fils incarné venu pour sauver les hommes…

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier



éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions