saint Luc

1er dimanche de l'Avent
Année C
Evangile de saint Luc

Jérémie 33,14-16
Psaume 24
Thessaloniciens 3,12-4,2
Luc 21,25-36

1

Lycée Militaire d'Autun

30 novembre 1997

Le temps qui passe (Michel Dubost)

2

3 décembre 2000

Attendre

3

Brigade Franco-Allemande

3 décembre 2006

L'incarnation ne change pas le Fils Eternel

4

Fort Neuf de Vincennes

29 novembre 2009

Attendre la venue

5

Secteur Vermandois

2 décembre 2012

Se préparer à la naissance du Fils de Dieu

6

29 novembre 2015

La venue du Christ

7

Athies & Nesle

2 décembre 2018

Origine de l’Avent

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel
et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

30 novembre 1997

Lycée Militaire d'Autun

Retour en haut de la page

n° 42

Le temps qui passe

Passent les jours et passent les semaines
Ni le temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Les jours s'en vont, je demeure.

Les mots de Guillaume Appolinaire, la voix de Léo Ferré me reviennent en mémoire alors que les médias s'enflamment de propos sur les 35 heures, s'émerveillent d'un prix Nobel de physique qui (si j'ai bien compris) pourrait rendre les horloges précises au milliardième de seconde… et peut-être plus…

Toute société a lutté contre le temps…

D'abord pour le mesurer. Du gnomon des Egyptiens du 13ème siècle avant Jésus-Christ à l'horloge atomique des années 50 fondées sur les propriétés vibratoires de la matière (Césium), de l'horloge à mercure du Moyen Age à l'invention du pendule par Huyghens… La précision n'a cessé d'augmenter.

Toute société a lutté pour unifier le temps…

L'heure universelle (G.M.T.) et la création du bureau international de l'heure (1919) en sont les témoins pour hier… et l'heure européenne pour aujourd'hui… Mais le temps demeure fluctuant, car sa définition est toujours cosmique et les théories d'Einstein permettent d'avancer que la prétention d'unifier le temps est vaine.

Toute société lutte pour gagner du temps…

Faire vite et mieux, gagner en productivité… Nous connaissons cela… Et la rationalisation gagne dans tous les domaines. Evidemment aller vite est devenu une nécessité pour les combattants. Là aussi la rapidité a ses limites : pour aller vite et sans danger, il faut que le pilote d'un Mirage 2000 fasse (rapidement) la synthèse de beaucoup d'informations : ces informations sont sur ses cadrans… Mais consulter les cadrans prend cinq secondes… soit 1 kilomètre à la vitesse de 200m/s ; il peut arriver beaucoup de choses en un kilomètre.

Toute société lutte pour allonger le temps.

D'abord il faut effacer la nuit : l'électricité, puis les lunettes de vision nocturne… nsuite il faut effacer la fatigue, le sommeil : les pilules peuvent aider… Cela aussi ne peut pas aller sans limites… Mais lesquelles ?

Toute société lutte pour agir en temps opportun…

On soigne de plus en plus à des heures précises en fonctions des cycles humains (je pense à l'asthme et au diabète)…

Le temps passe… Et il est différent pour chacun.

Psychologiquement, Physiquement (les dormeurs de l'après-midi, de la nuit). Socialement (les horaires… Les dépassements d'horaires)… Dans les familles et les communautés, il devient de plus en plus difficile de faire cohabiter des temps différents.

Le temps passe… et l'on éprouve parfois un vertige.

Près de chez moi, il y a un atelier qui fabrique des pizzas que des jeunes vont livrer à domicile. J'imagine qu'ils sont payés au nombre de pizzas livrées. En tout cas ils foncent. Le nez dans le guidon. Les accidents sont fréquents, car pour aller vite, ils finissent par ne plus voir les dangers… Il y a quelques jours, il y a eu un mort. Un mort de la bataille du temps. A quoi sert de gagner du temps… si c'est pour perdre sa vie ? J'ai vu dans cet accident comme une parabole.

Je ne crois pas qu'il soit utile de maugréer contre notre temps. Il nous faut l'habiter. "Plus le temps est vide, plus il nous pèse " (Vladimir Jankélévittch).

Comment ?

Antoine Bloom recommandait un exercice pour commencer à habiter le temps "asseyez-vous et dites : je suis assis : je ne fais rien ; je suis résolu à ne rien faire pendant cinq minutes… Détendez-vous alors et pendant tout ce temps répétez-vous : je me trouve en présence de Dieu, en présence de moi-même et de tout le mobilier qui m'entoure, je suis tranquille sans bouger… " Essayez ! Vous verrez combien cela est difficile au début ! Puis vous découvrirez combien cela est bon d'être calme et serein devant Dieu. Et votre action dans le temps changera, car votre temps appartient à Dieu. Vous aurez découvert la responsabilité. " Nous qui touchons à la fin des temps " (1Co 10,11)…

+ M. Dubost
Evêque du Diocèse aux Armées Françaises

3 décembre 2000

Lycée Militaire d'Autun

Retour en haut de la page

n° 108

Attendre

Les semaines dernières, nous avons été invités à attendre le retour du Christ glorieux. Nous avons eu les descriptions de ce retour que ce soit dans l'Apocalypse de saint Jean ou dans les lectures de l'Ancien Testament.

Aujourd'hui, nous recommençons une nouvelle année liturgique, l'année C ; et l'Eglise nous propose d'attendre la venue du Seigneur, non plus comme un roi, mais comme un enfant qui naît !

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique du Lycée Militaire d'Autun

30 novembre 2004

Garnison d'Angers

Retour en haut de la page

n° 254

Avent

En regardant depuis quelques semaines les vitrines des magasins et le Père Noël présent dans les rues et les centres commerciaux, nous pourrions penser que l’Avent dure au moins deux mois. En fait, il ne dure que l’espace de quatre dimanches, ce qui fait, selon les années, entre trois et cinq semaines. Quatre dimanches pour se préparer à cet événement inouï : « Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous »

Mais il y a deux mille ans qu’une nuit, dans une étable de Palestine, un petit garçon est né, Fils unique de Dieu, fils unique de Marie. Et les chrétiens s’y préparent encore ?

Bien sûr nous ne nous préparons pas à cette naissance-là de Jésus à Bethléem. Nous essayons d’admettre que l’amour du Père a été aussi grand, qu’Il a envoyé son propre Fils parmi nous pour nous montrer combien l’être humain qu’il a voulu créer est important à ses yeux, qu’il n’a pas pu se résoudre à ce que nous soyons séparés de Lui. Les prophètes n’avaient pas été écoutés, il fallait que Dieu s’incarnât pour que le genre humain soit sauvé et puisse revenir en pleine communion avec Lui, comme il l’a toujours été dans Son projet.

Ce temps de l’Avent nous permet de préparer notre cœur à l’avènement du Fils en nous. Autre naissance, aussi importante que celle célébrée par les anges dans le ciel et les mages sur la terre. Dans la nuit de Noël, au moment où dans toutes les églises éclate le Gloria le monde entier est averti que le Père éternel l’aime sans limite et sans contreparties. Dieu, Père, Fils et Esprit, ne s'est jamais séparé de l’homme, mais l’homme se sépare souvent de Dieu.

Rappelons-nous : il est l’un d’entre nous : Il s’est fait chair !

                                                                  Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de la Garnison d’Angers et de la Gendarmerie du Maine & Loire

3 décembre 2006

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

n°294

L’incarnation ne change pas le Fils Eternel

[Le concile] s'oppose à ceux qui tentent de diviser le mystère de l'incarnation en une dualité de Fils. Il exclut de la participation aux saints mystères ceux qui osent déclarer passible la divinité du Fils unique. Il contredit ceux qui imaginent un mélange ou une confusion des deux natures (phusis) dans le Christ. il rejette ceux qui déraisonnent en disant que la forme d'esclave prise chez nous par le Fils est de nature céleste ou d'une essence (ousia.) étrangère à la nôtre. Il anathématise ceux qui ont inventé cette fable de deux natures dans le Seigneur, avant l'union, et d'une seule, après l'union.
A la suite des saints Pères, nous enseignons donc tous unanimement à confesser un seul et même Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, le même parfait en divinité et parfait en humanité, le même vraiment Dieu et vraiment homme, composé d'une âme raisonnable et d'un corps, consubstantiel au Père selon la divinité, consubstantiel à nous selon l'humanité, "en tout semblable à nous sauf le péché " [Hé 4,15]. Avant les siècles engendré du Père selon la divinité, et, né en ces derniers jours, né pour nous et pour notre salut, de Marie, la Vierge, mère de Dieu, selon l'humanité. Un seul et même Christ Seigneur, Fils unique, que nous devons reconnaître en deux natures, sans confusion, sans changement, sans division, sans séparation. La différence des natures n'est nullement supprimée par leur union, mais plutôt les propriétés de chacune sont sauvegardées et réunies en une seule personne (prosopon) et une seule hypostase (upostasis). Il n'est ni partagé ni divisé en deux personnes, mais il est un seul et même Fils unique, Dieu Verbe, Seigneur Jésus-Christ, comme autrefois les prophètes nous l'ont enseigné de lui, comme lui-même Jésus-Christ nous l'a enseigné, comme le Symbole des Pères nous l'a fait connaître.

Ces points ayant été déterminés avec une précision et un soin des plus extrêmes, le saint Concile œcuménique a défini qu'une autre foi ne pouvait être proposée, écrite, composée, pensée ou enseignée aux autres par qui que ce soit.

Concile de Chalcédoine
(IVème œcuménique - 8 octobre à début novembre 451)
Profession de Foi - session du 22 octobre 451

29 novembre 2009

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

n° 453

Attendre la venue

Une nouvelle année liturgique commence par ce temps de l’Avent, un temps d’attente de la venue du Fils unique de Dieu. Cette année 2010 sera, pour les lectures dominicales, une année C, c'est-à-dire majoritairement des textes issus de l’évangile de saint Luc.

Nous pourrions nous attendre à avoir les grands textes qui précèdent la naissance de Jésus, par exemple l’Annonciation (Luc 1,26-38) l’annonce (Luc 1,5-25) et la naissance (Luc 1,57-66) de Jean-Baptiste, le Benedictus (Luc 1,67-79) ou le Magnificat (Luc 1,46-55)… Or il n’en est rien ! Si nous parcourons les quatre dimanches, nous constatons que les textes qui sont proposés sont davantage une continuation de la fête du Christ Roi qu’une préparation à la naissance du Sauveur.

Pourquoi l’Eglise a-t-elle choisi ce décalage apparent ?

La perspective a complètement changé depuis l’événement de la Résurrection. Il ne s’agit pas pour le chrétien d’attendre la naissance d’un enfant un soir dans une étable, mais de méditer sur l’Incarnation du Fils du Père. La fête de Noël ne peut se comprendre qu’à la lumière de la Résurrection. Pour que le Fils puisse donner sa vie « en rançon pour la multitude » (Matthieu 20,28) il était nécessaire qu’il s’incarnât ; non seulement qu’il prenne un corps humain mais que réellement et concrètement comme le dit le IVème évangile : « Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous » (Jean 1,14)

Les péricopes proposées ce 1er dimanche de l’Avent nous invitent à deux choses : en premier reconnaître les signes de la présence de Dieu dans le monde actuel ; en second de veiller et de prier dans l’attente de la venue du « Fils de l’homme dans la nuée » (Luc 21,27)

Cette méditation d’un Dieu tout-Puissant, dont la personne du Fils vient dans notre chair pour nous donner l’Esprit qui permet d’ « adorer le Père en esprit et vérité » (Jean 4,23) appelle la réflexion que saint Paul adresse aux Philippiens : « Lui étant dans la forme de Dieu n'a pas usé de son droit d'être traité comme un dieu mais il s'est dépouillé prenant la forme d'esclave. Devenant semblable aux hommes et reconnu à son aspect comme un homme il s'est abaissé devenant obéissant jusqu'à la mort à la mort sur une croix.  » (Philippiens 2,6-8)

A travers l’image de l’enfant dans la crèche, reconnaissons la tendresse de Dieu qui vient parmi nous par amour.

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes

2 décembre 2012

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page

n° 646

Se préparer à la naissance du Fils de Dieu

Un nouveau cycle liturgique commence ce dimanche. Répondant au souhait du Concile Vatican II de développer les lectures bibliques (cf. ‘Sacrosanctum Concilium’ nos 24 & 35) la lecture des évangiles est étalée sur trois ans correspondant aux trois évangiles synoptiques (Matthieu, Marc et Luc) L’année 2013 sera une année où l’évangile de saint Luc sera majoritairement lu.

« Notre Mère la sainte Eglise estime qu'il lui appartient de célébrer l’œuvre salvifique de son divin Epoux par une commémoration sacrée, à jours fixes, tout au long de l'année. Chaque semaine, au jour qu'elle a appelé "jour du Seigneur", elle fait mémoire de la résurrection du Seigneur, qu'elle célèbre encore une fois par an, en même temps que sa bienheureuse passion, par la grande solennité de Pâques. Et elle déploie tout le mystère du Christ pendant le cycle de l'année, de l'Incarnation et la Nativité jusqu'à l'Ascension, jusqu'au jour de la Pentecôte, et jusqu'à l'attente de la bienheureuse espérance et de l'avènement du Seigneur. » (Sacrosanctum Concilium n°102)

La fête de la Nativité à laquelle nous prépare le temps de l’Avent conditionne le sacrifice que le Fils du Père fait de sa vie humaine en expiation des péchés des hommes : « Bienheureuse faute de l'homme, qui valut au monde en détresse le seul Sauveur ! » (‘Exultet’ de la nuit de Pâques) Mais ce sacrifice n’a de sens que si le Sauveur a vécu pleinement notre vie d’homme : « Conçu de l'Esprit Saint, né de la Vierge Marie, il a vécu notre condition d'homme en toute chose, excepté le péché, annonçant aux pauvres la bonne nouvelle du salut ; aux captifs, la délivrance ; aux affligés, la joie. » (4ème prière eucharistique)

Quatre dimanches pour se préparer à cet événement inouï annoncé par les anges aux bergers : « Aujourd'hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David. » (Luc 2,11) Quatre dimanches pour méditer sur le Père céleste qui envoie son Fils dans le monde pour permettre à l’homme de revenir en communion avec Lui. Il n’envoie pas un nouveau prophète pour simplement indiquer le chemin qui conduit vers Lui : il envoie son Fils qui est le chemin : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père sinon par moi. » (Jean 14,6)

Le Christ « Avant les siècles engendré du Père selon la divinité, et, né en ces derniers jours, né pour nous et pour notre salut, de Marie, la Vierge, mère de Dieu, selon l'humanité. » (Concile de Chalcédoine 22 octobre 451) s’incarne encore aujourd’hui dans l’Eglise animée par l’Esprit Saint selon la divinité et composée d’hommes et de femmes selon l’humanité. La préparation de la Nativité est aussi une réflexion sur notre implication comme membres du Corps mystique du Christ !

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur du Vermandois

29 novembre 2015

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page

n°846

La venue du Christ

Lorsque saint Luc relate ce que Jésus disait de sa venue, il a deux événements en tête : le retour du Christ dans la Gloire lors de la Parousie mais aussi la venue du Fils du Père au moment de la Nativité. Les deux événements étant intimement liés car pour qu’il y ait retour, il faut qu’il ait eu une venue.

Les signes dans le ciel qui annoncent la fin des temps ont déjà eu lieu : à la naissance de Jésus des anges dans le ciel illuminé chantent la Gloire de Dieu, signe du Salut offert aux hommes ; une étoile guide ‘les mages venus d’Orient’ vers l’endroit où ils pourront trouver ‘le roi des juifs qui vient de naître’ (cf. Matthieu 2,1-2) ; le soleil s’obscurcit au moment de la mort du Christ en croix et ‘Il y eut des ténèbres sur toute la terre’ (cf. Luc 23,44-45)

Ces phénomènes à eux seuls montrent que les temps sont accomplis ; ce que les prophètes avaient annoncé se réalise, mais cela se fait dans la discrétion. Citant le prophète Isaïe, Jésus dit à ses disciples : « Il a rendu aveugles leurs yeux, il a endurci leur cœur, de peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils ne comprennent dans leur cœur, et qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guérirai. » (Jean 12,40) C’est par la foi en Jésus Christ, Fils éternel du Père que les yeux peuvent se déciller : « pour que ceux qui ne voient pas puissent voir. » (Jean 9,39)

Dans le passé, ces signes annonciateurs n’ont pas été reconnus, c’est pourquoi, parlant de sa venue Jésus met ses disciples en garde : « Restez éveillés, priez en tout temps. » (Luc 21,35) Cette recommandation s’adresse à tous ceux qui mettent leur foi dans l’Evangile ainsi les chrétiens pourront discerner les signes de la présence du Christ à son Eglise, signes discrets que nous ne pouvons découvrir que dans un esprit de prière et de mise à l’écoute de l’Esprit Saint.

Le temps de l’Avent est un don fait aux chrétiens pour leur permettre de s’éveiller, d’ouvrir grand leur cœur et leur esprit au mystère de l’incarnation, le signe essentiel qui montre à l’humanité que le Père est proche : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. » (Jean 3,16) Un Fils qui accepte la mission que lui confie le Père : il « ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. » (Philippiens 2,6-7)

A l’imitation du Fils, les chrétiens profitent de ce temps de l’Avent pour prendre la condition de serviteur de leurs frères. L’esprit de Noël ne réside pas dans un calendrier mercantile rempli de surprises mais dans la pratique de la paix et de la joie annoncées par les anges aux bergers : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » (Luc 2,14)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois
Administrateur de Nesle et Athies

2 décembre 2018

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°1044

Origine de l’Avent

Les tout premiers chrétiens attendaient le retour du Christ dans la Gloire du Père d’un jour à l’autre : « Chaque jour, d’un même cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple, ils rompaient le pain dans les maisons. » (Actes 2,46) Les semaines s’écoulant, une organisation s’est faite jour avec la prééminence du dimanche : « Le premier jour de la semaine, nous étions rassemblés pour rompre le pain, et Paul, qui devait partir le lendemain, s’entretenait avec ceux qui étaient là. » (Actes 20,6)

Plus tard l’importance de se souvenir du sacrifice du Christ est marquée en célébrant d’une façon plus solennelle le ‘Triduum Pascal’ : Jeudi Saint, Vendredi Saint et nuit du Samedi Saint ; non pas comme un anniversaire mais dans le sens issu du judaïsme de la pâque : la libération de l’esclavage du péché et de la mort. L’Eglise a gardé le même calcul : le dimanche après la première lunaison de printemps. Pour célébrer dignement cet événement si important, il était nécessaire qu’il y eût un temps de préparation ; en référence à Jésus se retirant au désert pendant quarante jours  avant de s’engager dans son ministère, les quarante jours de Carême furent institués pour faire pénitence et être prêt pour la Résurrection.

C’est Dieu fait homme qui est venu montrer à l’humanité sa victoire sur la mort ; il fallait donc qu’il naquît d’une femme. L’Eglise devait célébrer la Nativité mais là encore il ne saurait s’agir d’un anniversaire ! Pâques se situe au moment de l’année où la lumière devient plus importante que les ténèbres. Pour célébrer la naissance de Celui qui est Lumière née de la lumière, il a été choisi quatre jours après le solstice d’hiver : au moment où l’homme est sûr que le soleil ne reviendra pas en arrière. Cette célébration devra aussi être précédée d’un temps dans l’attente de la joie de la naissance du Sauveur.

Ainsi au fil du temps, l’année liturgique s’est imposée à toute l’Eglise…

Ce dimanche, nous commençons un nouveau cycle. Certains pourraient penser qu’ils savent déjà tout puisque ce cycle a été parcouru il y a trois ans ; Pourquoi recommencer ? A quoi bon ? Ceux-là ont une vision à deux dimensions : ils voient un serpent qui se mord la queue qui serait parcouru de la queue à la tête avant de recommencer le même trajet. Les années liturgiques ne sont pas des cercles : elles se situent sur une hélice : chaque année passée nous a faits monter d’un cran, nous entamons l’année avec tout ce que les précédentes nous ont apporté, nous avons grandi dans la foi !

Héraclite (philosophe grec du VIème siècle av.J.C.) disait déjà : « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » sous-entendu que les circonstances et même l’eau étaient différentes. Nous pourrions aisément nous inspirer de ce philosophe et aborder cette année liturgique avant un cœur ouvert à la nouveauté de l’Evangile.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier



éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions