1er dimanche de l'Avent
Année B - saint Marc

Isaïe 63,16b-17.19b;64,2b-7
Psaume 79
1Corinthiens 1,3-9
Marc 13,33-37

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel
vous serez inscrits dans la liste de diffusion.

1

Saint Charles de Monceau

novembre 1991

Une première communion

2

Lycée Militaire d'Autun

28 novembre 1999

Début de l'année jubilaire

3

Forces Armées de Guyane

1er décembre 2002

Quatre semaines (mot d'accueil des enfants)

4

Bosnie Herzégovine

27 novembre 2005

les années liturgiques

5

Brigade Franco-Allemande

30 novembre 2008

Les deux avènements du Christ (saint Cyrille de Jérusalem)

6

Fort Neuf de Vincennes

27 novembre 2011

Réalité de l’Incarnation

7

Secteur Vermandois

30 novembre 2014

Qu'est-ce que l'Avent

8

Habitudes

9

Athies & Nesle

3 décembre 2017

Il demande au portier de veiller

HS

Une seule phrase

2018 est une année "B" : évangile de saint Marc

Note : L'année liturgique commençant avec le premier dimanche de l'Avent, les dimanches de l'Avent et une partie du Temps de Noël font partie de l'année civile suivante :
le dimanche 3 décmbre 2017est le premier dimanche de l'Avent de l'année 2018

novembre 1991

Saint Charles de Monceau

retour en haut de la page

 

Une première communion

Pendant ce dimanche, à la messe de 10h00, trois enfants de CM2 communieront pour la première fois. C'est un moment important pour eux, le plus beau jour de leur vie, dit-on.

C'est là une occasion de mettre en pratique l'Evangile de ce jour qui nous invite à veiller. Cela veut dire, entre autres choses, que nous devons être attentifs aux signes qui nous entourent. Un de ces signes aujourd'hui ce sont ces enfants qui s'approchent du Corps du Christ et qui nous montrent quelle joie ils ressentent.

Nous avons perdu cette joie parce que nous communions à toutes les messes auxquelles nous participons. Le Christ se donne à nous, physiquement, et nous y sommes presque indifférents. Comment avons-nous pu nous habituer à un geste aussi exceptionnel, un geste qui montre l'amour et la confiance que Dieu met en nous?

Nous pouvons aider ces enfants de multiples façons, mais l'une d'entre elles nous concerne personnellement : communier aujourd'hui en nous rappelant notre propre première communion serait leur offrir un beau cadeau, qu'ils aient en même temps la communion au Corps du Christ et la communion fraternelle à la communauté chrétienne à laquelle ils appartiennent.

HEUREUX LES INVITES AU FESTIN DE NOCES DE L'AGNEAU

Père JeanPaul BOUVIER
Vicaire à saint Charles de Monceau

28 novembre 1999

Lycée Militaire d'Autun

retour en haut de la page

 

Début de l'année jubilaire

Le pape Boniface VIII (1294-1303) a proclamé la première année jubilaire universelle en 1300, devant être célébrée tous les cent ans. Depuis sept siècles les années jubilaires ont été multipliées : ce sont toutes les années en 00, 25, 33, 50, 58, 75, 83.

Pour celle qui nous concerne, ce début est aussi un aboutissement : depuis trois ans le pape Jean-Paul II nous a demandés de prier et de méditer sur les trois Personnes de la Trinité - le Père, le Fils et le Saint Esprit - pour aboutir à cette année jubilaire consacrée à la Trinité.

Les deux dernières années scolaires, nous avions eu des réflexions guidées par les documents pontificaux et conciliaires.

L'année qui s'ouvre aujourd'hui est ponctuée de célébrations, de rassemblements et d'actes locaux ou personnels, chacun y trouvera un accent particulier en fonction de ce qu'il apportera lui-même. La définition de Jean-Paul II pour l'année sainte 1983 est toujours d'actualité : "Faire d'une façon extra-ordinaire les choses ordinaires de la foi". Il faut donc que chacun d'entre nous réfléchisse à cet aspect de l'année jubilaire : comme mieux vivre ma foi, seul et avec les autres. Le Catholicisme est un peuple de croyants, chacun, à son niveau et en communion avec l'Eglise toute entière, est responsable de l'ensemble.

L'Aumônerie Catholique du Lycée Militaire d'Autun ne fait pas exception à la règle. Si elle propose un certain nombre d'activités, elle est aussi à l'écoute des demandes de chacun - du moins dans la mesure où ces aspirations sont exprimées.

C'est la réflexion qui vous est proposée : comment puis-je rendre la communauté chrétienne du Lycée Militaire d'Autun plus priante, plus appelante, plus présente…

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique du Lycée Militaire d'Autun

1er décembre 2002

Forces Armées de Guyane

pageretour en haut de la page

 

Quatre semaines

Le temps de l’Avent, c’est quatre semaines pour gravir les marches vers le soleil de Dieu. Veillez, veillez sans relâche : soyez vigilants. Voilà en quelques mots résumé le premier message de notre montée vers l’espérance :

Vigilance

Le temps de l’Avent, c’est quatre semaines pour rejoindre Jean le Baptiste au désert. Convertissez-vous, changez vos coeurs, préparez la route au Seigneur. Voilà proclamé par le prophète, le deuxième message de notre montée vers l’espérance :

Conversion

Le temps de l’Avent, c’est quatre semaines pour s’élever au-dessus du quotidien et oser dire sa foi au grand jour. Celui qui vient est plus grand que tout, il est paix, justice et amour sans fin. Voilà le troisième message de notre montée vers l’espérance :

Témoignage

Le temps de l’Avent, c’est quatre semaines pour accueillir l’impossible et mettre toute sa confiance en la Parole de Dieu. Le Seigneur est avec toi, dira l’ange à Marie. Le Seigneur est avec nous à tout jamais. Voilà le quatrième message de notre montée vers l’espérance :

Accueil.

Mot d’accueil lu par les enfants
au début de la messe du Premier dimanche de l’Avent
Texte de Madame Lemaire

27 novembre 2005

Bosnie Herzégovine

retour en haut de la page

Les années liturgiques

L'année liturgique catholique commence le premier dimanche de l'Avent pour se terminer par la fête du Christ Roi de l'Univers.

Un texte de refonte du canon de la messe, notamment l'usage des langues courantes, et de la distribution des lectures bibliques avait été prévu au Concile Vatican I (convoqué le 8 décembre 1869) mais en raison des querelles franco-prussiennes qui détériorait les relations entre les évêques français et germaniques le Concile fut suspendu après la quatrième session le 18 juillet 1870 en raison de la guerre.

Lorsque le pape Pie XI (1922-1939) envisage de reprendre les travaux du Concile Vatican I, tous les textes préalables sauf celui sur la liturgie lui paraissent obsolètes et il renonce à ce projet.

Le pape Jean XXIII (1958- 1963) décide alors de clôturer le Concile Vatican I et de convoquer le Concile Vatican II avec de nouveaux textes de préparation. Mais si le texte préparatoire de la refonte de la messe et des Sacrements en ressort complété et amélioré, le fond reste le même : proposition d'adopter la langue courante et de développer la lecture biblique.

La constitution Sacrosanctum Concilium est adoptée (4 décembre 1963) par presque tous les évêques (moins de 10 voix contre sur 3000 votants !) parce qu'elle ne posait pas de problème majeur. C'est le premier texte signé par le Concile Vatican II. Il prévoit une plus grande richesse biblique, la nécessité d'une homélie (explication spirituelle des textes bibliques) plutôt qu'un prône (prédication sur un sujet de foi ou de tradition) ou un sermon (reprendre les participants sur leur vie chrétienne du quotidien) la présence d'une prière universelle, l'utilité de la langue commune aux pays.

L'édition princeps du missel romain a été publiée en 1965. Les traductions officielles peu de temps après. Il insiste sur un nouveau découpage des lectures bibliques en étalant la lecture sur trois ans pour le dimanche (Années A, B et C) Les années A auront essentiellement des lectures de l'évangile tirées de saint Matthieu, B de saint Marc, C de saint Luc, le quatrième évangile étant réparti sur les trois années surtout au temps de Pâques. Pour les lectures de semaines, elles sont étalées sur deux ans (années paires et impaires)

A partir du premier dimanche de l'Avent (27 novembre 2005) l'Eglise sera dans l'année liturgique 2006 (si 2006 est divisé par 3, il reste 2 ce sont donc les lectures des années B) pendant laquelle l'évangile de saint Marc aura la part belle.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Militaire Catholique en Bosnie Herzégovine

30 novembre 2008

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page

Les deux avènements du Christ

Nous annonçons l’avènement du Christ : non pas un avènement seulement mais aussi un second, qui est beaucoup plus beau que le premier. Celui-ci, en effet, comportait une signification de souffrance, et celui-là porte le diadème de la royauté divine.

Le plus souvent, en effet, tout ce qui concerne notre Seigneur Jésus Christ est double. Double naissance : l’une de Dieu avant tous les siècles, l’autre de la Vierge à la plénitude des siècles. Double descente : l’une imperceptible comme celle de la pluie sur la toison, la seconde, éclatante, celle qui est à venir.

Dans le premier avènement, il est enveloppé de langes dans la crèche ; dans le second, il est revêtu de lumière comme d’un manteau. Dans le premier, il a subi la croix, ayant méprisé la honte ; dans le second, il viendra escorté par l’armée des anges, en triomphateur.

Nous ne nous arrêtons pas au premier avènement : nous attendons aussi le second. Comme nous avons dit lors du premier : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, nous le répéterons encore pour le second ; en accourant avec les anges à la rencontre du Seigneur, nous lui dirons en l’adorant : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Le Sauveur ne viendra pas pour être jugé de nouveau mais pour juger ceux qui l’ont traduit en jugement. Lui qui a gardé le silence lors du premier jugement, il rappellera leurs crimes aux misérables qui ont osé le mettre en croix en disant : Voilà ce que tu as fait, et j’ai gardé le silence. Alors il est venu selon le dessein de miséricorde et il enseignait les hommes par persuasion. Mais, lors du second avènement, ils seront obligés de reconnaître sa royauté.

Le prophète Malachie a parlé des deux avènements : Soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Voilà pour le premier. Et aussitôt il ajoute pour le second : Le messager de l’Alliance que vous désirez, voici qu’il vient, le Seigneur tout puissant. Qui pourra soutenir sa vue ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive du blanchisseur. Il s’installera pour fondre et purifier.

…/…

Donc, notre Seigneur Jésus Christ viendra du ciel. Il viendra vers la fin de ce monde, avec gloire, au dernier jour. Car la fin du monde arrivera et ce monde créé sera renouvelé.

Saint Cyrille de Jérusalem († 387)
Catéchèses prébaptismales

27 novembre 2011

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page

Réalité de l’Incarnation

Tous les ans, avec le premier dimanche de l’Avent, commence une nouvelle année liturgique. Après avoir envisagé la Parousie avec la fête du Christ Roi de l’univers, nous commençons un nouveau temps d’attente qui est la préparation de la venue du Fils Unique de Dieu dans notre chair.

A l’époque de la nativité de Jésus, il est certain que personne – à part la Vierge Marie et saint Joseph, bien sûr – ne s’attendait à la naissance de cet enfant, le « Verbe de Dieu qui venait habiter parmi nous » (cf. Jean 1) Evénement inouï, inconcevable pour les juifs qui attendaient surtout un messie comme David qui pourrait rétablir le Royaume dans toute sa splendeur, sa prospérité et sa souveraineté ; l’attente pouvait aussi être d’un grand prophète comme Samuel qui pourrait recevoir l’ordre de Dieu d’aller sacrer un nouveau David.

Il n’en est pas de même pour nous ! Nous savons ce qui s’est passé le soir de Noël, nous avons reçu le message non seulement des anges aux bergers mais de toute la vie de Jésus sur terre, nous connaissons son enseignement et nous avons conscience de sa mission de Sauveur du genre humain.

Alors certaines personnes – même des chrétiens – se demandent quelle nécessité il peut y avoir de commémorer avec faste l’évènement de la crèche et surtout de s’y préparer pendant quatre dimanches ! N’est-ce pas un épisode du passé qui devrait paraître mineur devant l’importance du Sacrifice que le Christ fait en s’offrant sur la Croix ? La naissance du Sauveur n’est pas un élément anecdotique de la foi parce que c’est son humanité qui est en cause : le Fils du Père venant dans le monde a voulu assumer son appartenance au genre humain dans toutes les dimensions y compris le passage intra-utérin : le Christ n’a pas pris une ‘apparence’ humaine, il est réellement « Le fruit des entrailles » de la Vierge Marie (cf. Luc 1,42)

L’événement de Noël conditionne le Salut, pleinement homme par sa naissance d’une femme, le Fils peut offrir son Corps et son Sang pour la Nouvelle Alliance (cf. les prières eucharistiques) pleinement Dieu par la conception de l’Esprit Saint il est le grand-Prêtre que le monde attendait, intercesseur auprès du Père de tout le genre humain.

Le peuple d’Israël psalmodiait : « Seigneur, qu'est donc l'homme, que tu le connaisses, l'être humain, que tu penses à lui ? » (Psaume 144,3) Les quatre dimanches de l’Avent nous éveillent à ce mystère de l’Incarnation, manifestation remarquable de l’amour de Dieu et nous préparent à reconnaître avec émerveillement : ‘Qu’est-ce que l’homme que tu deviennes l’un d’entre eux ?

Quatre dimanches seulement pour méditer la phrase de saint Jean qui résume ce mystère : « Et le Verbe s'est fait chair et il a campé parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'il tient du Père comme Unique-Engendré, plein de grâce et de vérité. » (Jean 1,14) afin de pouvoir entonner avec les anges :’ « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix aux hommes objets de sa complaisance ! » (Luc 2,14)

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

30 novembre 2014

Secteur Vermandois

n°786

retour en haut de la page

Qu’est-ce que l’Avent ?

Au début de l’Eglise, les chrétiens se réunissaient tous les samedis soirs jusqu’au dimanche matin (le premier jour de la semaine) pour célébrer la Résurrection du Christ et le début de la Nouvelle Création. Rapidement la célébration annuelle du jour de Pâques est apparue comme ayant une valeur spirituelle particulièrement importante pour laquelle les chrétiens devaient se préparer par une période équivalente à celle où Jésus avait résisté à la tentation au désert avant sa prédication : quarante jours, le Carême qui amène le croyant dans un esprit de pénitence à la Semaine Sainte.

Pour que la Résurrection du Fils éternel du Père ait son sens plénier, il fallait qu’il s’incarnât, qu’il eût un corps humain semblable au nôtre. La conception et la naissance d’une femme qui marquent son humanité sont capitales pour la foi chrétienne : « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire... » (Jean 1,14) Sans Incarnation, il ne peut pas y avoir de Résurrection.

Comme pour la mémoire de la Semaine Sainte et de la fête de Pâques, une préparation du cœur des chrétiens est nécessaire pour participer pleinement au mystère de l’Incarnation, non pas dans l’esprit de pénitence du Carême mais dans la joie avec la reconnaissance due au Père de nous avoir envoyé son Fils pour nous guider dans la vie spirituelle : « A bien des reprises et de bien des manières, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; mais à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. » (Hébreux 1,1-2a)

Cet ‘Avent’ (du latin adventus = qui doit venir) de quatre dimanches est un temps de méditation sur l’amour du Père pour l’humanité. La réponse à la question posée dans le livre de Job : « Qu’est-ce que l’homme, pour que tu en fasses tant de cas, Pour que tu daignes prendre garde à lui ? » (Job 7,17) est donnée : « Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. » (Jean 3,16)

L’Avent nous prépare à l’annonce des anges : « Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. » (Luc 2,11) Car c’est aujourd’hui que le Fils du Père s’incarne dans l’Eglise et dans chaque personne.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


n°787

Habitudes

L’année liturgique 2014 (‘A’, évangile de saint Matthieu) s’est achevée avec la fête du Christ Roi de l’univers, où le retour du Christ est décrit comme le jugement dernier. Le commencement de l’année liturgique 2015 (‘B’, évangile de saint Marc) semble être dans la continuité de cette révélation puisque, dans ce premier dimanche, l’attente du retour du « maître de la maison » est annoncé.

Ceci est un rappel pour chacun d’entre nous, nous sommes habitués à recommencer tous les ans un cycle liturgique, il s’est établi une sorte de routine de laquelle ce texte veut nous sortir. La venue du Fils éternel du Père parmi nous n’est pas une anecdote sans importance, c’est le centre même de notre foi et de la révélation. Nous nous sommes habitués au déferlement commercial où Noël est préparé dès début novembre et les calendriers de l’Avent qui vont invariablement du 1er au 24 décembre ne révèlent plus des citations ou des images bibliques mais sont remplis avec des chocolats ou des gadgets sans rapport avec l’événement religieux.

Au milieu de ce tapage médiatique, il est bien difficile aux chrétiens d’annoncer l’Evangile, de faire comprendre à nos contemporains que le mystère de l’Incarnation du Fils est la preuve de l’amour du Père non seulement pour l’humanité en général mais pour chaque personne individuelle qui compose cette humanité.

La ‘Veille’ que Jésus demande à ses disciples n’est pas uniquement une attitude personnelle dans l’attente du retour glorieux du Christ, chaque chrétien est également appelé à veiller à ce que le message ne soit pas ignoré ou dévoyé. La période de l’Avent a été conçue par l’Eglise pour que chacun puisse se préparer à la joie de l’Incarnation ; dans notre siècle, l’Eglise nous demande que, pendant cette période, nous rappelions à notre entourage le sens propre de cette fête que la société a déformé.

Quatre semaines pour nous assurer que le message de la nuit de Noël : « Aujourd'hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. » (Luc 2,11) soit bien reçu et compris par tous. « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. » (Matthieu 9,37-38) Rompons avec les habitudes, il est temps de nous mettre à l’ouvrage !

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

3 déceembre 2017

Paroisses Nesle & Athies

n° 974

retour en haut de la page

Il demande au portier de veiller

Le maître a « fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller. » (v.34) Cette précision est surprenante : n’est-ce pas là le travail du portier que de veiller ? Pourquoi le maître prend-il le soin d’ajouter spécifiquement ce qui peut sembler n’être qu’un détail pour ce serviteur particulier ?

Ce passage n’est pas un récit, c’est une parabole du Royaume au milieu d’autres paraboles que Jésus utilise pour faire comprendre à ses disciples le sens de sa venue : restaurer l’homme dans sa dignité de fils et fille de Dieu. Le portier devient alors le gardien du Royaume dont nous sommes provisoirement exclus à cause du péché. Les disciples peuvent faire le rapprochement avec l’entrée du Paradis qui a été interdite : « [Dieu] expulsa l’homme, et il posta, à l’orient du jardin d’Eden, les Kéroubim, armés d’un glaive fulgurant, pour garder l’accès de l’arbre de vie. » (Genèse 3,24)

Ce passage étant devenu impossible, il fallait que se présentât un autre accès : « Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage » (Jean 10,9) Le Fils est celui qui vient prendre chaque personne, individuellement, par la main, pour la conduire jusqu’au Père : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jean 14,6)

Cela éclaire la personnalité du portier : il est celui qui veille à ce que tous puissent entrer par la porte, c'est-à-dire que chacun puisse trouver le chemin pour y arriver ; il est aussi celui qui peut ouvrir la porte, c'est-à-dire celui à qui le Christ en a remis les clefs et qui peut lier et délier.

La relecture de cette petite incise sur le portier définit toute la mission de l’Eglise :

  • Mission évangélisatrice pour que chaque homme puisse entendre la prédication du Fils et suivre le chemin vers le Père. Il a ouvert cette nouvelle voie par son sacrifice de la Croix. Il a donné sa vie ‘pour la multitude’. Sa Résurrection témoigne de la miséricorde du Père en montrant ce à quoi nous sommes appelés.
  • Mission pastorale pour guider ceux qui ont entendu l’appel du Christ mais qui se découragent à cause de leurs péchés. Dans le pardon individuel qui est donné sacramentellement, le Père s’engage et donne la force de l’Esprit pour résister davantage à la tentation et ainsi progresser sur le chemin.

Ainsi le portier est celui qui ouvre la porte à tous ceux qui se présentent en suivant le chemin guidés par le Christ : « Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. » (Jean 14,3) Il est très important qu’il veille !

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Hors série

Notre Père

Notre Père, qui es aux Cieux
que ton Nom soit sanctifié,
que ton Règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel
donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.

Une seule phrase

A partir du premier dimanche de l’Avent 2017 (3 décembre) nous aurons une modification dans la prière du Notre Père.

Une seule phrase est changée : « ne nous soumets pas à la tentation » est remplacée par : « ne nous laisse pas entrer en tentation » ce qui rappellera des souvenirs aux plus anciens d’entre nous, à l’époque où nous vouvoyions le Père en disant : ‘ne nous laissez pas succomber à la tentation’.

C’est pour nous une chance : ce changement va permettre – au moins pendant un certain temps – de nous rendre plus attentifs à la récitation de ces mots qui sont usés à force de les ânonner sans grande conviction, par habitude.

Pourtant le Fils Unique nous a indiqué que c’était la meilleure façon de s’adresser au Père : « Vous donc, priez ainsi : Notre Père… » (Matthieu 6,9) Ces mots ont traversé les siècles et se sont répandus sur toute la terre grâce à la foi de tous ceux qui nous ont précédés et qui nous les ont appris ; ils ont été traduits dans toutes les langues et idiomes ; ils sont priés chaque jour par « une foule immense que nul ne peut dénombrer » (Apocalypse 7,13) Nous faisons partie de cette foule !

Si le changement d’une phrase peut nous permettre non plus de réciterle Notre Père’ mais de prier ces mots avec toute la dévotion et toute l’attention dont nous sommes capables, avec un cœur vraiment filial et totalement sincère, ce serait déjà un grand élan vers le Père.

En disant cette phrase, nous montrons que nous acceptons la grâce qui l’accompagne : si nous demandons avec foi l’aide du Père pour ne pas entrer en tentation, nous savons que nous serons exaucés : « votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. » (Matthieu 6,8)

(Editorial publié dans le journal de secteur ‘Le Renouveau n°23))
Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil



N'oubliez pas de m'écrire