1er dimanche de l'Avent

Année A - saint Matthieu

1

Lycée Militaire d'Autun

29 novembre 1998

Avent

2

Forces Armées de Guyane

2 décembre 2001

Saint Matthieu

3

Brigade Franco-Allemande

2 décembre 2007

L'origine du "2S"

4

Fort Neuf de Vincennes

28 novembre 2010

Revêtez le Seigneur Jésus Christ

5

Secteur Vermandois

1er décembre 2013

L’annonce de la Lumière

6

Nesle & Athies

27 novembre 2016

Revêtons-nous des armes de la lumière !

Isaïe 2,1-5
Psaume 121
Romains 13,11-14
Matthieu 24,37-44

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

Note :

L'année liturgique commence avec le premier dimanche de l'Avent,
les dimanches de l'Avent et une partie du Temps de Noël font partie de l'année civile suivante:
le dimanche 27 novembre 2016 est le premier dimanche de l'Avent de l'année liturgique 2017

29 novembre 1998

Lycée Militaire d'Autun

n° 32

Retour en haut de la page

Avent

Nous attendons tous quelque chose. Pour certains, ce sont des précisions quant à leur avenir, pour d'autres l'attente se situe davantage dans l'immédiat, d'autre encore se situeront entre les deux termes.

Pour la vie du Lycée Militaire d'Autun, deux jeunes, un élève de seconde et un élève de Corniche ont vécu, hier soir pendant le Week-end des secondes, la première étape de leur Baptême qui aura lieu pour le premier pendant les vacances de Noël, pour le second pendant le Pèlerinage Militaire International de Lourdes, au mois de Mai.

Si nous essayons, pour ceux qui sont de "vieux" baptisés, de nous mettre à la place de ces jeunes qui participent régulièrement à la messe, nous nous rendrons compte que leur attente, du point de vue chrétien est impatiente. Ils ont hâte de vivre cet événement dans leur vie. Ils ont hâte de pouvoir s'approcher du Corps du Christ. Ils vivent un véritable Avent - dans les deux orthographes avent et avant.

Pouvons-nous imaginer pour nous-mêmes une telle attente ? La période liturgique qui s'ouvre ce dimanche peut nous sembler une redite (voir la feuille de la semaine dernière) et pourtant l'Eglise n'hésite pas à nous proposer une telle expérience : Attendre la venue du Christ dans notre vie, peut-être discrètement comme le suggère l'évangile, mais réellement et profondément.

Tentons l'expérience, laissons-nous guider par l'Esprit comme les mages se sont laissés guidés par l'étoile. Ils sont partis bien avant pour arriver à temps. Ils ne savaient pas ce qu'ils allaient trouver, mais ils savaient que ce serait important, comme nos deux futurs baptisés. Nous aussi, partons vers Noël sans être sûrs que nous savons ce que découvrirons.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun

2 décembre 2001

Forces Armées de Guyane

n° 124

Retour en haut de la page

Le concile Vatican II, ayant décidé une réforme liturgique, déclare dans le premier document signé par les Pères conciliaires : " Dans les célébrations sacrées, on restaurera une lecture de la Sainte Ecriture plus abondante, plus variée et mieux adaptée. " et " Pour présenter aux fidèles avec plus de richesse la table de la parole de Dieu, on ouvrira plus largement les trésors bibliques pour que, dans un nombre d'années déterminé, on lise au peuple la partie importante des Saintes Ecritures " (constitution sur la Sainte Liturgie Sacrosanctum Concilium n° 35 et 51 - 4 décembre 1963) Il fut donc décidé que les lectures des messes dominicales seraient étalées sur trois années pour avoir davantage de textes proposés à la méditation des chrétiens.

saint Matthieu

L'année liturgique qui s'ouvre aujourd'hui avec le premier dimanche de l'Avent est mise sous le signe de l'évangile selon saint Matthieu. Il est donc intéressant de rafraîchir notre mémoire sur la personnalité de saint Matthieu et l'originalité de son évangile.

Saint Matthieu raconte lui-même l'appel dont il fut l'objet alors qu'il exerçait son métier de collecteur des taxes douanières (Mt 9,9) Pour les juifs, il s'agit d'un paria, un des leurs qui travaille avec et pour les romains (dans une époque plus récente, on l'aurait appelé collaborateur) Sa connaissance des Ecritures et les abondantes citations dont il orne son récit prouvent qu'il est un juif pieux et, sans doute, dès son plus âge pétri avec la Parole de Dieu méditée à la maison familiale et à la synagogue.

Dans cette optique, il est très important pour cet auteur de montrer que Jésus est l'accomplissement de la promesse qui est faite à Abraham. La généalogie de Jésus qu'il donne (Mt 1,1-17) commence à Abraham et de fils en fils arrive à Jésus. Cela montre qu'il considère comme primordial que Jésus lui-même soit héritier de l'Alliance qui a été faite à Abraham. Une alliance dont il est le bénéficiaire par sa naissance dans le peuple juif, et dont il est l'initiateur dans sa nature divine. C'est pourquoi il ne vient pas pour abroger la Loi mais pour l'accomplir, c'est à dire la rendre complète (Mt 5,17)

Ainsi saint Matthieu remarque que Jésus dénonce les hypocrites qui font semblant d'obéir à la Loi mais qui n'en respecte que la lettre et non l'esprit (Mt 6,2.5.16 ; 15,7 ; 22,18 ; 23,13.23.25.27.29 ; 24,51) Jésus entend ainsi montrer à ses auditeurs que la Loi est intangible mais qu'elle est faite pour l'homme et non l'homme pour la Loi. Et quand un notable vient lui demander quel est le plus grand commandement, Jésus le résume en un seul qui est double : aimer Dieu et son prochain (cf. Mt 22,36ss)

En conclusion, l'évangile de saint Matthieu est celui qui assure le mieux la continuité du projet de Dieu entre l'Ancien et le Nouveau Testaments : c'est bien le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu d'Israël qui est venu, dans l'incarnation de son Fils pour sauver le peuple de son Alliance.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

2 décembre 2007
Brigade Franco-Allemande

n° 347

Retour en haut de la page

l'origine des "2S"

En 1802 Bonaparte fonda l'Ecole Spéciale Militaire (ESM).

C’est lors de la bataille d’Austerlitz (2 décembre 1802) que tomba le premier Saint-Cyrien. Depuis, dix mille de nos grands Anciens ont donné leur vie pour la grandeur de la France.  

La tradition de fêter le 2 S remonte au Second Empire : les élèves avaient alors l’habitude de se livrer dans les dortoirs de l’Ecole à des grandes batailles de traversins et de matelas. Il devint habituel de fêter de cette façon l’anniversaire de la bataille d’Austerlitz la veille du 2 décembre. Eugène TITEUX, dans son ouvrage sur Saint-Cyr, évoque ces moments : “ ... les matelas accumulés formaient des retranchements qui s’élevaient jusqu’au plafond ; bidons et gamelles servaient d’instruments pour battre la charge et les élèves, en chemise, armés de traversins et de sacs à linge, se livraient des combats homériques, pendant que de grands bruits de planches imitaient les détonations d’artillerie. Cet affreux vacarme s’accomplissait dans l’obscurité la plus profonde, tous les becs de gaz ayant été prudemment éteints... ”.

Le jour même du 2S, les élèves confectionnaient les habits pour la “ nuit d’Austerlitz ” qui recréait la célèbre veillée aux flambeaux de l’Empereur au milieu des bivouacs, le soir qui précéda la bataille. L’anniversaire s’achevait ainsi par une procession illuminée dans la Cour Wagram, sur l’air de la Galette entonnée par Jeunes et Anciens.

Du Marchfed, la reconstitution a été transférée sur un coteau de Coëtquidan, de topographie assez voisine du plateau de Pratzen, sommet d’un labyrinthe de vallons et de collines : les cercles enchantés de Brocéliande transformés en cercles de feu... Les canons tonnent, les fusils pétaradent, les sabres des cavaliers qui chargent reflètent les éclairs du soleil... d’Austerlitz, car la fin de l’automne est souvent dorée sous le ciel breton, et rarement y sont glacés, comme les lacs de Gildbach, les marécages de ce secteur où, pendant une heure, évoluent les fantassins aux longues et incommodes tuniques à parements rouges, qui, depuis le matin, bivouaquent sur la lande près de villages de tentes autours desquels caracolent les maréchaux. Apothéose de ce baptême du feu, les félicitations du Poireau (le général est appelé ainsi depuis le Général DEFFIS qui transforma en potager les jardins de Saint-Cyr) au Père Système incarnant l'Empereur dont il vient de relire le fameux ordre du jour : “ Soldat ! je suis content de vous... Il vous suffira de dire : j’étais à la bataille d’Austerlitz pour que l’on réponde : Voilà un brave ! ” Une copie en est conservée au Musée du Souvenir avec beaucoup d’autres pièces mémorables dont s’inspire la mise en scène de cette reconstitution, l’un des sommets de l’année scolaire.

(texte tiré d’un ouvrage sur l’Ecole de Saint-Cyr)

28 novembre 2010

Fort Neuf de Vincennes

n° 508

Retour en haut de la page

Revêtez le Seigneur Jésus-Christ

Saint Paul ne connaissait pas les chrétiens de Rome auxquels il s’adressait. Nous sommes dans ce cas : il ne nous connaissait pas et nous sommes aussi destinataires de cette lettre ; c’est à nous aujourd’hui que saint Paul conseille de revêtir le Christ comme cela a été dit par le prêtre qui nous a baptisés « Baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ ! » (Galates 3,27 - cf. rituel du Baptême n°225)

Le vêtement blanc que nous avons revêtu ce jour-là est le symbole de notre transfiguration, rayonnants d’une lumière éclatante comme Jésus devant ses Apôtres (cf. Matthieu 17) Grâce à l’adoption divine du Baptême nous sommes fils et filles du Père, frères et sœurs de Jésus. De même le cierge allumé nous configure au Christ « Lumière pour éclairer les nations païennes. » (Luc 2,40 cf. aussi Jean 1,4-7)

Revêtir le Christ, ce n’est pas enfiler un manteau qui nous serait extérieur pour nous protéger des tourmentes de notre temps, c’est au contraire devenir un christ par les onctions reçues lors de notre Baptême et de notre Confirmation, nous pouvons aussi dire comme Jésus : « L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a consacré par l'onction, pour porter la bonne nouvelle aux pauvres. » (Luc 4,18)

Chaque chrétien possède en lui le don de l’Esprit, la grâce d’état, qui fait de lui un porteur de l’Evangile dans l’Eglise et en dehors de la communauté chrétienne. Chaque homme ou femme adopté par le Père est unique. Tous ont les dons variés « Il y a, certes, diversité de dons spirituels, mais c'est le même Esprit […] à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée en vue du bien commun. […] Mais tout cela, c'est l'unique et même Esprit qui l'opère, distribuant ses dons à chacun en particulier comme il l'entend. » (cf. 1Corinthiens 12,4-11) Tous concourent à la révélation de l’amour de Dieu, Père, Fils et Esprit pour l’humanité.

Revêtir le Christ, c’est accepter de remplir cette mission avec ce que je suis et avec l’aide de l’Esprit, comme Jésus a accepté de remplir la sienne avec ce qu’il est : le Fils éternel du Père. La seule limite est notre manque de foi parce qu’il a dit à ses disciples que la potentialité leur est donnée de faire comme Lui : « celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que je fais ; et il en fera même de plus grandes, parce que je vais vers le Père. » (Jean 14,12)

Un nouveau temps de préparation au mystère de l’Incarnation du Fils unique du Père s’ouvre avec ce premier dimanche de l’avent ; l’exhortation de saint Paul aux communautés chrétiennes nous appelle à vivre pleinement notre humanité. « Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous » (Jean1,14) pour nous montrer jusqu’où va cette humanité lorsqu’elle se met sous le regard de Dieu. C’est en revêtant le Christ que nous pouvons être en vérité des hommes et des femmes dans le monde contemporain.

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes

1er décembre 2013

Secteur Vermandois

n° 716

Retour en haut de la page

L’annonce de la Lumière

Un œil non averti ne verrait pas un changement dans les lectures de ce dimanche, ce sont toujours des textes annonçant la venue du Christ dans la même veine que ceux des dimanches précédents – à l’exception de l’incise de la Fête du Christ Roi qui conclut l’année liturgique. Tout au plus constaterions-nous le changement d’évangéliste de saint Luc à saint Matthieu.

Ce sont les lectures de l’Ancien Testament qui nous permettent de percevoir la nouveauté de ton dans le message : le livre des Martyrs d’Israël (32ème dimanche) présentait l’espérance juive de la résurrection des justes à la fin des temps ; le prophète Malachie (33ème dimanche) annonçait le terrible jour du jugement et la punition des méchants. Au contraire, le prophète Isaïe décrit une période où le monde entier reconnaît le Seigneur, un monde où il n’y a plus de guerre, un monde où toutes les nations « marcheront à la lumière du Seigneur. » (Isaïe 2,5)

Cela évoque plusieurs passages bibliques pour les chrétiens : la venue de mages étrangers au peuple d’Israël, venus d’Orient guidés par la lumière d’une étoile, ils se prosternent pour adorer cet enfant comme un Dieu (cf. Matthieu 2,1-12) Les autres évangélistes développent également cette idée : « Lumière pour éclairer les nations, Et gloire d’Israël, ton peuple. » (Luc 2,32) Le IVème évangéliste associe la Parole et la lumière : « En elle [la parole] était la vie, et la vie était la lumière des hommes. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue. » (Jean 1,4-5) La parole est efficace comme dans le récit de la Création au premier jour : « Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut. » (Genèse 1,3) Cela appelle surtout la première lecture de la nuit de Noël accomplissement de la promesse de Dieu : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière ; Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort une lumière resplendit. » (Isaïe 9,1)

Devenus dépositaires de cette lumière qui nous a été confiée lors du Baptême, nous sommes responsables de sa propagation dans le monde par la parole et par les actes (cf. Romains 15,15) Notre vie doit ressembler à ce qu’écrit saint Paul : « Rejetons les activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour » (Romains 13,12-13)

Le temps de l’Avent qui s’ouvre devant nous est une préparation à la venue de cette lumière qui « éclaire les nations » Ce n’est pas à proprement parler un temps de pénitence comme le Carême, mais plutôt un temps d’action de grâce devant une telle preuve d’amour du Père pour ses enfants et du Fils pour ses frères en humanité.

Dans cette période, avant de célébrer les Saints Mystères souvenons-nous de la parole du Christ : « Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande. » (Matthieu 5,22-23)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

27 novembre 2016

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°907

Revêtons-nous des armes de la lumière !

« Dieu dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres. » Genèse 1,3-4)

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. » (Isaïe 9,1)

« En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes […] Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. » (Jean 1,4.9)

« La nuit aura disparu, ils n’auront plus besoin de la lumière d’une lampe ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les illuminera » (Apocalypse 22,5)

L’opposition entre la Lumière et les ténèbres court tout au long de la Bible comme le montrent ces quelques citations. C’est une façon pour parler de la Révélation que le Seigneur dispense aux hommes et femmes depuis les origines. Petit à petit il donne des ‘éclaircissements’ sur le projet qu’il propose à l’Homme. Les Conciles de Nicée (325) et de Constantinople (341) ont affirmé cette identité entre le Fils et la Lumière : il est ‘Dieu né de Dieu, vrai Dieu né du vrai Dieu, Lumière née de la Lumière’.

Pour nous, c’est tout le symbolisme du Cierge Pascal : allumé lors de notre Baptême, il est signe de la Lumière du Christ qui guidera tous les moments de notre vie terrestre, en attendant de profiter de la vraie ‘lumière’ de la Jérusalem céleste. Au moment du passage de cette vie à la Vie éternelle, le cierge pascal est à nouveau allumé pour affirmer à la fois la présence de Dieu, Père, Fils et Esprit tout au long de notre  vie, mais aussi la continuité de cette vie par son accomplissement dans la vision béatifique du Père dans sa Gloire.

Le Corps mystique du Christ – l’Eglise – est la Lumière du monde (cf. Matthieu 5,14) Chacun d’entre nous est invité à être une petite lumière locale, là où nous sommes, avec les moyens que le Saint Esprit envoyé par le Père met en nous au moment où nous en avons besoin (cf. Actes 7,55) Rendus forts malgré nos faiblesses, nous annonçons sans faiblir et sans nous lasser la ‘Joie de l’Evangile’ (pape François).

Saint Paul exhorte ses correspondants : « Rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière. » (Romains 13,13) Ainsi ‘armés’ dans la guerre contre les ténèbres, nous avançons dans le monde avec assurance continuant la mission du Christ, celle qu’il a reçue du Père et qu’il nous confie à son tour : « De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. » (Jean 17,18.20)

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions