33ème dimanche du Temps Ordinaire
Année B - saint Marc

Daniel 12,1-3
Psaume 15
Hébreux 10,11-14.18
Marc 13,24-3

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1

Saint Charles de Monceau

17 novembre 1991

Week-end de Codépie/District

2

Lycée Militaire d'Autun

16 novembre 1997

Cette génération ne passera pas avant que cela n'arrive !

3

Garnison d'Angers

16 novembre 2003

Vous avez dit "Apocalypse"

4

Secteur Vermandois

18 novembre 2012

Le Fils de l’Homme

5

15 novembre 2015

Ne craignez pas

17 novembre 1991

Saint Charles de Monceau

retour en haut de la page

Week-End de "Codépie" Scouts de France et "District" Guides de France

Nous avons choisi de terminer notre Week-End par la célébration de la Messe. Les textes du jour ne sont guère faciles à comprendre dans le contexte de ce que nous faisons tous les jours : nous avons tendance à voir, à gérer l'immédiat pour le mieux.

Or ce qui nous est dit aujourd'hui, c'est justement de l'immédiat : le retour du Christ que Saint Paul pensait imminent au début de sa prédication. C'est parce que le Christ tardait, d'après lui, que sa pensée s'est affinée.

Tous les dimanches, dans vos paroisses respectives, vous proclamez solennellement le Credo. Que ce soit dans le texte du symbole des Apôtres : " D'où il viendra juger les vivants et les morts" ou dans la formule plus développée du symbole de Nicée : " Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts et son règne n'aura pas de fin", lorsque nous récitons le Notre Père : " Que ton règne vienne", nous proclamons notre foi dans le retour du Christ.

Même, la semaine prochaine, nous fêterons le Christ Roi, c'est à dire que nous aurons une fête qui nous transportera, à travers l'espace et le temps, à l'époque où le Christ Victorieux de la mort sera effectivement Roi du monde.

Ces prières de la messe, nous devons les prendre comme un bloc : c'est l'Eglise qui nous dit ce que nous affirmons; il est possible que, personnellement, j'ai telle ou telle difficulté avec la foi de l'Eglise, mais je fais confiance! Quelquefois, nous récitons ces prières, distraitement, sans y faire vraiment attention. Mais cela ne vaut-il pas mieux que de ne rien dire du tout?

Avec vos unités, vous êtes souvent bien mal à l'aise en disant : " On ne va pas encore leur faire réciter le Notre Père ou chanter le Prière Scoute!". Mais rendez-vous compte que c'est une chance de pouvoir prier Dieu avec les mêmes mots, les mêmes attitudes tout autour du monde. N'est-ce pas une façon de, déjà, rendre présent le Christ Roi? Nous touchons là l'idée de la communion des saints, autre point de la foi de l'Eglise qui pose des questions aux chrétiens.

Nous avons fait, tout à l'heure, un petit jeu qui vous a montré qu'il y a plus d'intelligence et de connaissance dans plusieurs cerveaux que dans un, en particulier au niveau de la foi. Cela est vrai aussi lorsqu'on réfléchit ou que l'on prie avec des jeannettes, des louveteaux ou des caravelles ou des pionniers. Vous n'avez pas à maîtriser toute la foi de l'Eglise, vous avez à la transmettre.

Pour le retour du Christ dans sa gloire, ni vous ni moi ne savons le jour et l'heure, cela est réservé au Père, mais nous avons à transmettre cette espérance, car il s'agit bien d'une espérance. Acceptons humblement de ne pas tout savoir, faisons confiance à l'Esprit Saint qui nous révélera ce que nous devons dire et faire. Cela n'implique pas une tranquillité d'esprit : nous devons nous former, mais rien dans ces formations ne pourra remplacer une véritable expérience de Dieu.

Lorsque nous avons la certitude de cette espérance, elle transforme notre vie : il y a des choses qu'on ne peut plus faire, non pas parce qu'elles sont interdites, mais parce que elles nous sépareraient de l'amour de Dieu.

Ainsi il n'est pas question de respecter des ``interdits'', il est question de vivre l'amour. Il s'agit de rendre présent dans le monde d'aujourd'hui les signes du Fils de l'Homme. Notre mission dans le Guidisme ou dans le Scoutisme est de montrer aux jeunes que nous avons en responsabilité que Dieu n'est pas un dieu qui nous donne des interdits, mais un Dieu qui nous aime et qui nous charge de proclamer cette Bonne Nouvelle : ``Tu es aimé''

A la fin de ce Week-End, prenons quelques minutes de silence pour prier les uns pour les autres. Chacun est appelé par Dieu à une mission, chaque mission est différente. Que l'Esprit de notre Baptême et de notre Confirmation nous aide à trouver cette mission et à nous y consacrer...

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de la Codépie Scout de France et du District Guide de FranceNord Ouest de Paris


16 novembre 1997

Lycée Militaire d'Autun

retour en haut de la page


Cette génération ne passera pas avant que tout cela n'arrive !

Jésus se serait-il trompé?

La génération des Apôtres est passée depuis près de vingt siècles, et il ne semble pas que la vision apocalyptique de l'évangile de saint Marc se soit réalisée.

En sommes-nous sûrs?

Reprenons les termes mêmes de cette prophétie telle qu'elle est rapportée par saint Marc (Mc 13,24-32), plus explicite que celle de Daniel.

Nous constatons des éléments cosmiques : le soleil s'obscurcira et la lune perdra son éclat. Or les trois évangélistes Matthieu, Marc et Luc nous précisent à propos de la mort de Jésus : Et, quand arriva la sixième heure, l'obscurité arriva sur le pays tout entier jusqu'à la neuvième heure. (Mc 15,33) N'est-ce pas là la réalisation de ce que Jésus annonçait à ses Apôtres?

Nous y voyons également une manifestation avec grande puissance et grande gloire du Fils de l'homme. Quelle manifestation pourrait être plus puissante ou plus glorieuse que la Résurrection du Fils de Dieu? Les Apôtres croient voir un fantôme (Lc 24,36) comme lorsqu'il marchait sur le symbole du mal, la mer (Mc 6,49).

Enfin il enverra ses anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde. Lors de l'Ascension, le Christ envoie ses Apôtres pour Baptiser toutes les nations au nom du Père, du Fils et du saint Esprit. Ce ne sont pas des anges mais des hommes qui vont porter cette Bonne Nouvelle aux extrémités de la terre.

Cette " apocalypse " que Jésus prédit à ses Apôtres est donc déjà accomplie, mais il faut les yeux de la foi pour en prendre conscience. Nous devons en continuer la réalisation parmi nos contemporains. La mort et la résurrection de Jésus sont des événements toujours actuels; le témoignage qui a commencé au temps des Apôtres se continue à travers l'histoire et l'espace par les témoins d'aujourd'hui, connus ou anonymes, par nous-mêmes, à notre place, qui sommes aussi chargés de la mission de rassembler les élus. Si la tâche nous semble trop importante ou trop lourde, l'Esprit saint que nous recevons dans les Sacrements que nous vivons nous aidera : ce n'est pas vous parlerez, mais l'Esprit saint (Mc 13,11)

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun


16 novembre 2003

Garnison d'Angers

retour en haut de la page


Vous avez dit apocalypse ?

Lorsque nous parlons d’apocalypse, tout le monde pense à celle de saint Jean. Pourtant tous les ans, dans les dernières semaines de l’année liturgique, l’Eglise propose, suivant les années, les apocalypses des évangélistes saints Matthieu, Marc et Luc. Apocalypse du verbe grec "apokaluptein" signifie simplement révélation. Il ne s’agit pas tant des catastrophes qui sont sensées arriver lors du retour du Christ, que de la révélation de ce retour.

La pédagogie de la bible chrétienne est telle qu’elle commence par la Création du monde par le Père éternel et qu’elle s’achève sur l’accomplissement de cette Création, enfin réunie autour de son Créateur grâce à son Fils dans l’Esprit Saint.

Puisque les croyants que nous sommes ont la totalité de la révélation, nous avons le sens de la vie sur terre : elle aboutit à la présence de Dieu auprès de ceux qu’il aime. Et comme nous avons conscience d’être entrés dans le Royaume par le Baptême, nous vivons déjà, par anticipation, cette présence. Cela entraîne une perception du monde et de l’être humain différente de ceux qui n’ont pas cette connaissance.

Nous sommes le sel de la terre, le ferment dans la pâte, nous reflétons la Lumière du monde. C’est une grande joie que nous devons partager, mais aussi une responsabilité que nous devons assumer.

père JeanPaul Bouvier
aumônier catholique de la Garnison d’Ange


18 novembre 2012

Secteur Vermandois

retour en haut de la page


Le Fils de l’Homme

Pour ses disciples, Jésus reprend la vision qu’avait eu le prophète Daniel : « Je contemplais, dans les visions de la nuit: Voici, venant sur les nuées du ciel, comme un Fils d'homme. Il s'avança jusqu'à l'Ancien et fut conduit en sa présence. A lui fut conféré empire, honneur et royaume, et tous peuples, nations et langues le servirent. Son empire est un empire éternel qui ne passera point, et son royaume ne sera point détruit. » (Daniel 7,13-14) les auditeurs comprennent que Jésus applique à lui-même cette prophétie : il est ce fils d’homme à qui tout pouvoir a été donné et qui règnera sur toutes les nations pour l’éternité.

Lors de son procès devant le grand-prêtre, celui-ci lui demande : « Je t'adjure par le Dieu Vivant de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu. » à quoi Jésus répond : « Tu l'as dit. D'ailleurs je vous le déclare dorénavant, vous verrez le Fils de l'homme siégeant à droite de la Puissance et venant sur les nuées du ciel. » (Matthieu 26,63-64) Aussitôt, le grand-prêtre crie au blasphème comprenant que Jésus se déclare comme siégeant à la Droite de Dieu, c'est-à-dire de même nature que Lui.

Parallèlement à cette affirmation que Jésus donne de sa nature divine, l’expression même ‘fils de l’homme’ implique sa nature humaine ; saint Luc fait remonter la généalogie de Jésus jusqu’à Adam, le premier homme créé (cf. Luc 3,23-38) montrant ainsi après avoir décrit l’Annonciation et la Nativité que Jésus est un homme dans toutes ses dimensions, un homme né d’une femme, le ‘fruit de ses entrailles’. Le prophète Daniel parlait d’une apparition ‘comme un fils d’homme’ Jésus démontre que ce n’est pas une simple apparition mais une véritable Incarnation de la divinité : « Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous ! » (Jean 1,14)

Par les explications du sens profond des Ecritures qu’il donne, Jésus montre qu’il n’en a pas une simple connaissance mais qu’il la maîtrise parce qu’il en est l’inspirateur : sa parole révèle la Parole de Dieu : « Tout m'a été remis par mon Père, et nul ne connaît le Fils si ce n'est le Père, et nul ne connaît le Père si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler. » (Matthieu 11,27) Par sa naissance, par ses souffrances et ses sentiments, par sa mort, Jésus montre la réalité de son humanité. Par sa Résurrection, Jésus montre le dessein du Père sur sa Création : « Grâce et paix vous soient données par "Il est, Il était et Il vient", par les sept Esprits présents devant son trône, et par Jésus Christ, le témoin fidèle, le Premier-né d'entre les morts, le Prince des rois de la terre. Il nous aime et nous a lavés de nos péchés par son sang, il a fait de nous une Royauté de Prêtres, pour son Dieu et Père. » (Apocalypse 1,4-6)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur du Vermandois


15 novembre 2015

Secteur Vermandois

retour en haut de la page

n°844


Ne craignez pas

Le choix des lectures pour ce dernier dimanche du Temps Ordinaire (la semaine prochaine, nous fêterons le Christ Roi) paraît un peu étrange. L’opposition apparente entre la lecture du livre de Daniel (évocation du combat de l’archange Michel) l’évangile (la venue du Fils de l’Homme) et l’épitre aux Hébreux qui continue l’apologie de notre grand-Prêtre par rapport à l’Ancienne Alliance.

Les premiers (Daniel et Marc) décrivent les fins dernières, lorsque le monde sera transformé par la Parousie, c'est-à-dire le retour du Christ dans la Gloire du Père, accompagné par des catastrophes mais aussi par l’exaltation du Peuple de Dieu.

L’intonation de l’épître aux Hébreux tranche avec ces récits. L’auteur y souligne, avec une certaine sérénité, combien est important pour notre salut le passage d’un grand-Prêtre, simplement un homme qui doit offrir des holocaustes pour ses propres péchés afin de pouvoir se présenter devant le Créateur, et le grand-Prêtre, homme et Dieu qui siège à la droite du Père qui par son unique et perpétuel sacrifice offre la perfection aux hommes, ses frères de sang.

Ces récits sont plus semblables que nous ne pourrions le penser de prime abord ; en effet quelles que soient les circonstances du retour glorieux du Fils de l’Homme, celui-ci n’abandonnera pas son rôle d’intercesseur devant le Père et il mènera par son sacrifice à la même perfection que la sienne tous ceux qui se présenteront.

Le Christ a insisté pendant sa vie terrestre sur la mission que le Père lui a confiée : ne perdre aucun des hommes (cf. Jean 17,12 ; 18,9) L’humanité pécheresse est crucifiée dans l’homme Jésus, elle est sauvée par le sacrifice du Fils qui est désormais assis à la droite du Père dans son corps humain car s’il est ‘conçu de l’Esprit Saint’ il est ‘né de la Vierge Marie’ (cf. Credo)

Il y a cinquante ans, les pères conciliaires écrivaient : « "Image du Dieu invisible" (Colossiens 1,15), il est l'Homme parfait qui a restauré dans la descendance d'Adam la ressemblance divine, altérée dès le premier péché. Parce qu'en lui la nature humaine a été assumée, non absorbée, par le fait même, cette nature a été élevée en nous aussi à une dignité sans égale. Car, par son incarnation, le Fils de Dieu s'est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. Il a travaillé avec des mains d'homme, il a pensé avec une intelligence d'homme, il a agi avec une volonté d'homme, il a aimé avec un cœur d'homme. Né de la Vierge Marie, il est vraiment devenu l'un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché. » (Concile Vatican II – Gaudium et Spes n°22 §2)

Dans la foi, toute crainte disparaît, l’homme aimé du Père, sauvé par le Fils, inspiré par l’Esprit ne craint pas la justice de Dieu car il sait que cette justice n’est pas un jugement mais une action qui le rend juste.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire