32ème dimanche du Temps Ordinaire
Année B - saint Marc

1Rois 17,10-16
Psaume 145
Hébreux 9,24-28
Marc 12,38-34

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1

 

6 novembre 1988

Le Christ nous sauve

2

Saint Charles de Monceau

10 novembre 1991

Oser la Paix

3

Lycée Militaire d'Autun

9 novembre 1997

La dédicace de saint Jean du Latran

4

Lycée Militaire d'Autun

12 novembre 2000

Je voudrais monter très haut (Michel Quoist)

5

Fort Neuf de Vincennes

8 novembre 2009

Le prophète Elie

6

Secteur Vermandois

11 novembre 2012

La façon de donner…

7

8 novembre 2015

Pour l’apparence…

6 novembre 1988

Saint Vincent de Paul

retour en haut de la page

Le Christ nous sauve

L’épître aux Hébreux qui nous est proposée ce jour est une invitation à méditer le rôle du Christ comme grand-Prêtre. Mais un grand-Prêtre qui a fait une fois pour toutes le sacrifice d’expiation pour le péché.

C’est un des points fondamentaux de notre foi : par sa mort librement acceptée et par sa Résurrection, le Christ sauve tous les hommes. Cela veut dire que nos actes ne sont pas en eux-mêmes sauveurs : quoi que nous fassions, nous sommes sauvés.

La vie chrétienne quotidienne est une application directe de cette conception. Parce que nous savons que nous sommes sauvés, nos actions prennent une dimension spirituelle. Lorsque nous agissons, nous le faisons parce que nous sommes chrétiens, baptisés et configurés au Christ, ‘Prêtre, Prophète et Roi’ (liturgie du Baptême)

L’épître aux hébreux nous demande, indirectement, de vivre comme des personnes sauvées par l’action du Christ. La première urgence est de montrer à tous ceux qui nous entourent (nos proches, nos prochains) non seulement par des paroles mais aussi par des actions que la conscience d’être sauvés fait des chrétiens, des hommes dans toutes les dimensions humaines personnelles comme grégaires.

La spiritualité chrétienne doit aussi et surtout se développer dans le monde où le Fils de Dieu, qui se nommait lui-même le Fils de l’homme, est mort sur une croix en sacrifice propitiatoire pour tous les hommes.

Le symbole du poisson ‘Ichthus’ utilisé par les premiers chrétiens résumait cette foi chrétienne qu’il est toujours bon de rappeler aujourd’hui, le cryptogramme signifiait Iesus CHristos THeo Uios Soter, c'est-à-dire Jésus Christ de Dieu le Fils Sauveur. Et cette affirmation était suffisante pour que les chrétiens manifeste la foi dans leur vie.

Père JeanPaul BOUVIER

 


10 novembre 1991

Saint Charles de Monceau

retour en haut de la page


Oser la Paix

Les textes de ce Dimanche nous proposent deux veuves, celle de Sarepta qui hésite mais qui partage avec le prophète Elie le peu qu'elle possède, un peu d'huile et de farine; celle du Temple de Jérusalem qui fait l'admiration de Jésus en donnant un peu de son nécessaire pour vivre. Ce sont donc ces personnes démunies qui nous sont données en exemples.

Concrètement, pour nous aujourd'hui, quel profit pouvons-nous tirer de ces récits? Qu'avons-nous à partager?

Une des réponses tient dans le calendrier : Lundi 11 Novembre, nous, les Français, allons célébrer l'armistice de la guerre 1914-1918. L'arrêt d'une guerre est un événement important dans la vie d'un homme ou d'une femme. Certes, ce n'est pas la dernière des guerres que nous avons eu à subir sur le sol national, mais le 11 Novembre est depuis longtemps, en France, un symbole de la paix dans laquelle nous vivons actuellement. C'est peut-être cela que nous avons à partager...

Les journaux, les radios, les télévisions, se chargent de nous rappeler que le monde ne vit pas la paix.

Une guerre civile fratricide déchire la Yougoslavie.

Le Moyen-Orient, malgré des espoirs de solutions, est toujours divisé, notamment la Palestine, pays revendiqué par deux peuples et, spirituellement, par les trois religions monothéistes du monde.

Des pays souffrent de guerres économiques entre les grandes Nations. N'ayant presque rien, on leur prend le peu qu'ils possèdent et ils en subissent les conséquences : famines et épidémies.

Des pays riches et nantis sont soulevés par des confits sociaux et racistes parce que chacun veut préserver les avantages et le confort qu'il a acquis.

Même les chrétiens s'installent dans une indolence feutrée où il convient de ne pas être dérangé.

Les textes d'aujourd'hui nous réveillent : nous devons être présents aux autres, construire la paix là où nous sommes et de proche en proche elle pourra gagner le monde. Si je fais la guerre à mon voisin, je justifie les millions de morts que produisent les guerres entre pays. Nous devons partager ce qui nous fait vivre : l'amour de Dieu, et non pas nous contenter de l'à peu près. Aimer Dieu par dessus tout et aimer son prochain comme soi-même voilà le seul commandement qui nous est donné.

Relevons le défi du partage de la paix!

Père JeanPaul Bouvier
Vicaire à saint Charles de Monceau


9 novembre 1997

Lycée Militaire d'Autun

retour en haut de la page


(32ème dimanche du temps Ordinaire)

La dédicace de saint Jean du Latran

L'église saint Jean du Latran est, comme chacun sait, la cathédrale de Rome, c'est à dire le siège de l'évêque de Rome, le Pape, actuellement Jean-Paul II. C'est donc le siège apostolique qui vient des premiers évêques de Rome, les Apôtres Pierre et Paul.

Il y a quatre Basiliques majeures à Rome : saint Jean du Latran, saint Pierre de Rome au Vatican, saint Paul hors les murs et sainte Marie Majeure. Paul et Pierre ont été martyrisés à Rome, il est donc logique que des basiliques aient été érigées sur l'endroit de leur martyre ; sur la colline du Vatican pour saint Pierre, le long de la voie Apia pour saint Paul.

Il eût été aussi logique que la cathédrale fût choisie entre ces deux lieux, sanctifiés par les tombeaux des fondateurs de l'Eglise locale. Mais c'est saint Jean l'évangéliste, le disciple que Jésus aimait, qui a été choisi comme titulaire de la cathédrale de Rome ; signe de l'amour que le Christ porte à l'ensemble de ses disciples.

Pour marquer leur union au saint Père, symbole de la communion de leur nation avec l'Eglise Catholique, les rois de l'Europe médiévale devenaient possesseurs d'une stalle de chanoine de la cathédrale du Latran, c'est à dire qu'ils faisaient partie du chapitre, ou conseil, du Pape. La cathédrale saint Jean du Latran est restée le signe de la communion de toutes les communautés catholiques du monde, la fête de sa dédicace, remontant au 9 novembre 320, est donc une fête majeure de l'assemblée catholique mondiale puisque à travers cet événement historique, vieux de plus de seize siècles, nous célébrons l'unité actuelle de l'Eglise autour de son pasteur sur terre.

Ce n'est donc pas tant la consécration d'un édifice de pierre et de mortier que nous mettons en exergue que la consécration de l'Eglise bâtie avec des hommes et des femmes vivant la foi catholique où ils se trouvent, dans leur contexte socio-culturel. Cela nous remémore l'affirmation du Credo : " Je crois en l'Eglise, Une, Sainte, Catholique, et Apostolique qui s'applique tout particulièrement à cette fête.

L'Eglise est

  • · Une, parce qu'il n'y a qu'un seul Dieu, Père, Fils et Esprit, il ne peut donc n'y avoir qu'une seule Eglise ;
  • · Sainte, parce que seul Dieu est Saint et c'est Son Eglise ;
  • · Catholique, parce que dans le sens grec cela signifie Universelle, le message de Dieu s'adresse à tous les hommes ;
  • · Apostolique, parce qu'elle est basée sur le témoignage des Apôtres, témoins de la Résurrection et de la divinité du Fils.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun


19 novembre 2000

Lycée Militaire d'Autun

retour en haut de la page


Je voudrais monter très haut

Je voudrais monter très haut, Seigneur, au dessus de ma ville, au-dessus du monde, au-dessus du temps. Je voudrais purifier mon regard et T'emprunter Tes yeux.

Je verrais alors l'Univers, l'Humanité, l'Histoire, comme les voit le Père. Je verrais dans cette prodigieuse transformation de la matière, dans ce perpétuel bouillonnement de vie, Ton grand Corps qui naît sous le souffle de l'Esprit. Je verrais la belle, l'éternelle idée d'amour de Ton Père qui se réalise progressivement : tout récapituler en Toi, les choses du ciel et celles de la terre. Et je verrais qu'aujourd'hui, comme hier, les moindres détails y participent, chaque homme à sa place : le petit gosse qui naît et le vieillard qui meurt. Je verrais la plus petite parcelle de matière et la moindre palpitation de vie, l'amour et la haine, le péché et la grâce.

Saisi, je comprendrais que devant moi se déroule la Grande Aventure d'Amour commencée à l'aurore du Monde, l'Histoire Sainte, qui selon la promesse ne s'achèvera que dans la gloire, après la résurrection de la chair. Je comprendrais que tout se tient, que tout n'est qu'un même mouvement de toute l'Humanité et de tout l'Univers vers la Trinité, en Toi, et par Toi, Seigneur. Je comprendrais que rien n'est profane des choses, des personnes et des événements, mais, qu'au contraire tout est sacré à l'origine par Dieu, et que tout doit être consacré par l'homme divinisé.

Je comprendrais que ma vie, imperceptible respiration en ce Grand Corps Total, est un Trésor indispensable dans le Projet du Père. Alors tombant à genoux, j'admirerais, Seigneur le mystère de ce monde qui, malgré les innombrables et affreux ratés du péché est une longue palpitation d'amour, vers l'Amour éternel.

Je voudrais monter très haut, Seigneur,

Au-dessus de ma ville,

Au-dessus du monde,

Au-dessus du temps,

Je voudrais purifier mon regrd et T'emprunter Tes yeux.

Michel QUOIST
proposé par le Père Pierre du diocèse d'Autun,
suppléant l'absence de l'aumônier en manoeuvre en Bulgairie avec le 2ème RD


8 novembre 2009

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page


Le prophète Elie

Prophète d’Israël (en hébreu : elî-Yahû , «Yahvé est mon Dieu») qui est l’un des personnages les plus populaires, aussi bien dans la Bible — Ancien Testament et Nouveau Testament — que dans les traditions juives tardives. Sa biographie a pris la forme d’une ample légende. Un cycle de récits sur son personnage et ses miracles (uniques dans tout l’Ancien Testament, ils auront un parallèle dans le Nouveau Testament avec la série des miracles de Jésus) est relaté dans les livres des Rois.

Elie était originaire de Galaad, terre de Transjordanie, où la foi au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, héritage des ancêtres, s’était conservée dans sa plus grande pureté, à la différence de ce qui se passa dans les territoires occidentaux de Canaan, où les mélanges religieux étaient une menace redoutable pour le culte du «Dieu jaloux». La Bible montre Elie luttant vigoureusement, sur le terrain du royaume du Nord, pour rétablir l’appartenance d’Israël à Yahvé seul, l’opposition étant irréductible entre celui-ci et Baal (ce dont témoigne la fameuse séquence du sacrifice au mont Carmel, cf. 1 Rois 18,20-40). L’expérience mystique de l’Horeb (cf. 1 Rois 19,1-8) évoque celle de Moïse au Sinaï (appelé aussi Horeb dans l’Exode).

Jointes à la saga d’Élisée, les traditions concernant Elie ont été fixées à une époque postérieure aux deux personnages, sans doute par les disciples d’Élisée. Elie et Élisée apparaissent exécutant les mêmes gestes : avec le même manteau, ils frappent les eaux du Jourdain (cf. 2 Rois 2,8-14), qui se partagent. Dans un tel contexte, le Jourdain est le rappel de l’entrée en Palestine (cf. Josué, 3,16) et l’événement symétrique du passage de la mer Rouge (cf. Exode 14). C’est aussi très probablement le lieu d’un pèlerinage où le peuple commémorait liturgiquement et célébrait en même temps la sortie d’Égypte et l’entrée en Canaan. Ainsi les deux prophètes sont-ils présentés comme enracinés dans la tradition religieuse la plus fondamentale d’Israël. Le manteau d’Elie a été repris par Élisée (cf. 2 Rois 2,13). Ce rite, consécutif au partage des eaux du Jourdain, est un geste rituel et symbolique qui assurait, en la signifiant, la succession prophétique.

Le Nouveau Testament évoque quatre faits de la vie d’Elie : la sécheresse de 1 Rois 170 1 (cf. Luc 4,25 ; Jacques, 5,17 ; Apocalypse 11,6) ; le miracle chez la veuve de Sarepta mentionné dans 1 Rois 17,9 (Luc 4,25) ; la fuite d’Elie dans I Rois 19,1-18 (Romains 11,2-5) ; le jugement de Dieu (2 Rois, 1,10-12) auquel Elie a soumis ses adversaires (Luc 9,54).

Le récit de l’enlèvement mystérieux d’Elie aux cieux (cf. 2 Rois, 2,11) est à l’origine de l’attente de son retour (cf. Malachie 3), attente manifestée par des traditions et croyances diverses, dont le texte d’Ecclésiastique (48,1-14) est un bon témoin. La présentation évangélique de la figure de Jean-Baptiste comme celle du précurseur, et nommément comme celle d’Elie (Matthieu 17,11), s’insère directement dans un tel contexte.

Le retour d’Elie précédant l’apparition du Messie était une donnée universelle dans le judaïsme. L’intervention du prophète lors de l’événement messianique lui donnerait d’avoir part à la résurrection des morts

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes


11 novembre 2012

Secteur Vermandois

retour en haut de la page


La façon de donner…

La louange de la ‘pauvre veuve’ qui met deux piécettes dans le trésor du Temple vient juste après le passage où Jésus reproche aux scribes de se montrer supérieurs aux autres hommes. Il ne condamne pas leur connaissance de la Parole de Dieu, il ne fait que critiquer leur ‘exhibitionnisme‘ pour bien se faire reconnaître et admirer. Il n’est pas sûr qu’ils seraient aussi appréciés du peuple qu’ils le pensent.

Il n’y pas de quoi se vanter ou se faire admirer pour la connaissance de la Parole de Dieu car elle n’est importante et primordiale que si sa lecture et sa méditation emmène la personne vers une relation intime avec le Père ; une connaissance qui ne serait que ‘livresque’ ne saurait alimenter une vie spirituelle intense. Saint Paul ne rappelle-t-il pas aux Corinthiens : « J'aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, s'il me manque l'amour, je ne suis rien. » (1Corinthiens 13,2)

L’amour est donc premier, l’amour de Dieu et l’amour du prochain, qui est le seul commandement : « tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » (Marc 12,30-31)

La ‘pauvre veuve’ n’a sans doute pas une connaissance approfondie de l’Ecriture, mais elle aime Dieu au point de lui offrir une partie de son nécessaire, ce n’est pas un sacrifice spectaculaire puisque seul Jésus remarque cette offrande discrète de deux piécettes qui disparaissent aussitôt au milieu des nombreuses pièces d’or données ostensiblement par des personnes pour qui ce don n’affectera pas le train de vie.

Il serait facile de mettre des noms contemporains sur ces acteurs de la vie de Jésus, nous connaissons tous des ‘scribes exhibitionnistes’, des ‘pauvres veuves’, des ‘gens riches’ mais gardons-nus de les étiqueter trop rapidement, les apparences sont trompeuses : telle personne connaissant très bien la Bible n’hésite pas à partager sa connaissance et surtout à vivre de façon conforme à son enseignement ; telle ‘pauvre veuve’ apparente peut être en fait une avare qui refuse de partager son trésor ; tel riche partage sa fortune avec des associations caritatives sans se montrer publiquement.

Plutôt que de juger – et condamner – telle ou telle personne qui nous semble correspondre à ce que Jésus dénonce dans ce passage, cherchons à voir ce qui s’applique à nous… Nos façons de vivre, nos façons de donner sont-elles conformes à ce que l’Esprit Saint nous dit dans notre conscience ? Sans doute alternons-nous entre le scribe, la veuve et le riche. Ce passage d’évangile interpelle notre conscience et nous invite à davantage écouter sincèrement la Parole de Dieu et à la mettre en pratique.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur du Vermandois


8 novembre 2015

Secteur Vermandois

retour en haut de la page

n°843


Pour l’apparence…

7. La maladie de la rivalité et de la vanité. Quand l’apparence, les couleurs des vêtements et les insignes de distinctions honorifiques deviennent l’objectif premier de la vie, oubliant les paroles de saint Paul : « N’accordez rien à l’esprit de parti, rien à la vaine gloire, mais que chacun par humilité estime les autres supérieurs à soi. Ne recherchez pas chacun vos propres intérêts, mais plutôt que chacun songe à ceux des autres » (Philippiens 2,1-4). C’est la maladie qui nous porte à être des hommes et des femmes faux et à vivre un faux ‘‘mysticisme’’ et un faux ‘‘quiétisme’’. Saint Paul lui-même les définit comme des « ennemis de la croix du Christ » parce qu’ils « mettent leur gloire dans leur honte et ils n’apprécient que les choses de la terre » (Philippiens 3,19).

Pape François (22 décembre 2014)

Ces paroles destinées aux membres de la Curie ont été largement commentées et soulignées par la presse internationale. Pourtant il n’y avait rien d’original, le pape ne faisait que redire, avec d’autres mots, les paroles dures que Jésus avait eu envers les scribes que nous entendons dans le passage d’évangile de ce dimanche : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners. » (Marc 12,38-39)

Cela prouve l’actualité de l’Evangile qui met en exergue des défauts humains toujours actuels ; nous aurions beau jeu de juger et de condamner ces scribes face à Jésus ou ces membres de la Curie face au pape François si nous n’étions nous-mêmes dans des positions similaires. Le Christ raconte la parabole de la paille et de la poutre (cf. Luc 6,41-42) pour nous rappeler de considérer notre propre vie plutôt que d’éplucher la vie de nos voisins afin d’y trouver matière à reproches voire à condamnation.

La ‘pauvre veuve’ ne méritait pas la considération de ceux qui la voyait n’offrir que deux piécettes, car ils étaient occupés à admirer le geste – ostentatoire – de ces notables mettant de ‘grosses sommes’ ; seul Jésus a su y discerner l’abandon discret qu’elle faisait de son ‘indigence’. Il nous appelle à avoir le même regard : ignorer les ‘apparences’ et regarder le cœur. Cela ne peut être effectif que dans un esprit d’amour en demandant l’aide l’Esprit Saint ; baptisés nous avons été configurés au Fils, par la grâce du Sacrement, il nous est possible d’avoir le même regard et le même discernement que Lui.

Dans nos communautés, nous sommes appelés à avoir un regard bienveillant sur les façons diverses vivre la foi ; certains l’expriment simplement en mettant – presque à la dérobée – un cierge accompagné d’une prière sincère, d’autres ont des expressions plus visibles. Saint Paul écrit à l’intention des premières communautés : « Les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit. Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur. » (1Corinthiens 12,4-5) Cette constatation est le moyen de clarifier notre regard sur l’autre.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois
Administrateur des paroisse Note Dame de Nesle
et Sainte Radegonde d'Athies


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire