29ème dimanche du
Temps Ordinaire
Année "C" saint Luc

1

Lycée Militaire d'Autun

18 octobre 1998

A propos de la Toussaint (Concile de Trente- 1563)

2

Forces Armées de Guyane

21 octobre 2001

L'inspiration divine

3

Garnison d'Angers

17 octobre 2004

Imposition des mains

4

Brigade Franco-Allemande

20 octobre 2007

Saint Jean de Capistran (patron des aumôniers militaires)

5

Fort Neuf de Vincennes

17 octobre 2010

Ecriture et Prière

6

Secteur Vermandois

20 octobre 2013

Vadémécum du chrétien

7

Athies et Nesle

16 octobre 2016

Prier sans se décourager

Exode 17,8-13
Psaume 120
2Timothée 3,14-17.4,1-2
Luc 18,1-8

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

18 octobre 1998

Lycée Militaire d'Autun

Retour en haut de la page

A propos de la Toussaint…

.Le saint concile enjoint à tous les évêques que, selon l'usage de l'Eglise catholique et apostolique, reçu dès les premiers temps de la religion chrétienne, et selon le sentiment unanime des saints Pères et les décrets des saints conciles, ils instruisent diligemment leurs fidèles particulièrement sur l'intercession des saints, la prière qu'on leur adresse, les honneurs rendus aux reliques et le légitime usage des images. Qu'ils leur apprennent que les saints qui règnent avec le Christ offrent à Dieu leurs prières pour les hommes ; qu'il est bon et utile de les invoquer humblement et, pour obtenir des bienfaits de Dieu par son Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, qui seul est notre Rédempteur et Sauveur, de recourir à leurs prières, à leur aide et à leur assistance. Ceux qui nient qu'on doive invoquer les saints qui jouissent dans le ciel de la félicité éternelle ; ou qui affirment que ceux-ci ne prient pas pour les hommes ; ou que les demandes qu'on leur adresse de prier pour chacun de nous sont de l'idolâtrie ; ou que c'est chose contraire à la parole de Dieu et opposée à l'honneur de Jésus-Christ, seul médiateur entre Dieu et les hommes ; ou que c'est sottise de supplier vocalement ou mentalement ceux qui règnent dans les cieux, tous ceux-là ont des pensées impies.

Les fidèles doivent aussi vénérer les saints corps des martyrs et des autres saints qui vivent avec le Christ ; ils ont été des membres vivants du Christ et le temple du Saint Esprit [1Co 3,16 ; 6,19 ; 2Co 6,16] et seront ressuscités et glorifiés par lui pour la vie éternelle. Par eux Dieu accorde de nombreux biens aux hommes. Ainsi, que ceux qui affirment qu'on ne doit ni honneur ni vénération aux reliques des saints ; ou que c'est inutilement que les fidèles les honorent ainsi que les autres souvenirs sacrés ; que c'est en vain que les fidèles visitent les lieux de leur martyre pour obtenir leur aide, tous ceux-là doivent être condamnés, comme l'Eglise l'a déjà fait autrefois et le fait encore aujourd'hui

Concile de Trente (XIXème œcuménique)
25ème session (3 et 4 décembre 1563)
Décret sur l'invocation, la vénération et les reliques des saints et sur les saintes images


21 octobre 2001

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page


L'inspiration divine

" Tous les passages de l'Ecriture sont inspirés par Dieu " dit saint Paul à Timothée dans l'extrait de sa lettre proposée par la liturgie aujourd'hui.

L'iconographie chrétienne nous a habitué à voir les auteurs inspirés écrivant sous la dictée de Dieu. Ce n'est pas aussi simple. Rappelons-nous l'acte de foi : " Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous nous avez révélées et que vous nous enseignez par votre Eglise, parce que vous ne pouvez ni vous tromper ni nous tromper. " Cette formulation est fondamentalement juste, mais la révélation suit l'évolution des connaissances de l'homme.

Ainsi les deux récits de la Création : en six jours, l'homme étant créé en dernier (Gn 1,1-2,4) ou l'homme créé en premier et nommant les animaux (Gn 2,4-25), ils sont respectivement des VIème et Xème avant Jésus Christ. Ce ne sont pas des reportages, nul journaliste n'était là ni des thèses scientifiques, ce sont des textes inspirés pour que l'homme de l'époque puisse les comprendre et y adhérer. La vérité n'y est pas matérielle, elle est divine : Dieu a créé le monde pour l'homme et le lui a confié. Les textes bibliques ne cherchent aucunement à nous démontrer le comment du monde et de la création, elle nous donne l'explication du pourquoi. En cela la science et les textes bibliques ne sont pas antinomiques, ils ne parlent pas sur le même plan. La science ne donne aucune solution au pourquoi la Bible ne s'intéresse pas au comment.

C'est pourquoi, dès l'Exil (587-538 av.JC) les croyants ont exploré la Parole de Dieu pour trouver dans les récits, non une vérité immédiate, mais l'essence même de la vérité. Dieu parle à tous les hommes, dans tous les textes inspirés, il ne s'agit pas de les bloquer dans une époque donnée.

Il y a toujours cinq niveaux de lecture à un texte biblique :

- Le niveau immédiat : Dieu apporte à son peuple un message pour le temps présent et non pas une promesse pour un futur éloigné dont le peuple n'aurait que faire.

- Le niveau messianique : après que la conjoncture du message est passé, le texte inspiré par Dieu demeure et le croyant y découvre un nouveau sens, celui qui se réalisera dans la venue du Messie promis par Dieu.

- Le niveau de la réalisation en Jésus Christ : pour le chrétien, les textes bibliques de l'Ancien Testament prennent un sens résolument nouveau dans le Fils Unique du Père qui vient accomplir (rendre complètes) les Ecritures

…/…

- A notre niveau : aujourd'hui, ces textes nous permettent par l'Esprit qui nous anime et qui nous éclaire, de comprendre comment diriger notre vie pour aller vers le Père par le Fils.

- Le niveau eschatologique : à la fin des temps, lorsque le Fils reviendra dans la gloire, nous comprendrons pleinement le sens des Ecritures puisque nous verrons le Père de nos yeux

Lorsque saint Paul écrit cette phrase à Timothée, il ne sait pas que lui-même que lui-même est inspiré, qu'il délivre un message de la part du Père non seulement à son correspondant, mais aussi à tous les chrétiens des siècles à venir.

Nourrissons-nous de la Parole divine, soyons croyants et sachons que nous aussi nous sommes inspirés ayant reçu l'Esprit Saint par l'imposition des mains lors de notre Baptême, notre Confirmation, notre Mariage ou notre Ordination.

Prions le Seigneur pour être, nous aussi, des témoins inspirés de l'Evangile et si nous sommes souvent les Timothée soyons aussi quelquefois les Paul.

Père JeanPaul Bouvier


17 octobre 2004

Garnion d'Angers

Retour en haut de la page


Imposition des mains

Dans la période contemporaine de Moïse, le roi était toujours à la tête de son armée et sa capture entraînait la défaite. L’imposition des mains que Moïse fait sur l’armée d’Israël dirigée par Josué ne remet pas en cause les qualités de commandement de ce dernier, elle indique simplement que Dieu, en tant que souverain de son Peuple, inspire Josué et vient l’aider dans ses responsabilités.

Pour les chrétiens d’aujourd’hui, il ne s’agit pas tant de commémorer un fait d’armes prestigieux où le Peuple de Dieu s’est illustré en étant inférieur en nombre à son ennemi, mais de constater quelle aide Dieu nous apporte aujourd’hui.

Comme dans le judaïsme, l’ennemi du croyant est le péché. Notre vie spirituelle s’est ouverte par le Baptême où l’évêque, le prêtre ou le diacre a imposé la main sur nous, nous donnant ainsi la force de vaincre le péché, exactement comme Josué a battu les Amalécites. A la différence près que lorsque l’imposition de la main du célébrant a cessé, la grâce qui l’accompagnait ne s’est pas arrêtée mais reste toujours présente dans la personne.

Comme le sacrifice du Christ a été effectué une fois pour toutes, remplaçant ainsi les anciens sacrifices qui étaient répétés à intervalles réguliers, l’imposition des mains du Baptême est faite une fois pour toutes, à tel point que lors des hérésies des premiers siècles du christianisme, l’église ne rebaptisait ni les hérétiques ni les apostats. Il en est de même des deux autres sacrements dits à caractère (la Confirmation et l’Ordre) qui confère à celui ou celle qui le reçoit un rôle particulier dans l’Eglise.

Les autres sacrements ont aussi une imposition des mains de la part du célébrant. Dans le Mariage lors de la bénédiction nuptiale les époux reçoivent l’imposition des mains ; de même les malades avant l’onction ; les pénitents lors de l’absolution. La grâce qui affère à ce geste n’est pas fugitive, mais temporaire elle ne dure que lorsque les conditions ne changent pas. Ainsi en cas de décès d’un époux, le survivant peut se remarier ; une récidive dans le péché invite à recevoir à nouveau le sacrement ; une maladie différente ou une aggravation notable mérite un don accru de la grâce.

Dans le cas de l’eucharistie, l’imposition des mains n’est pas faite sur les personnes mais sur le pain et le vin qui deviennent le Corps et le Sang du Christ, signe efficace de la grâce du Père.

Ainsi comme Moïse imposant la main sur les armées menées par Josué pour lui permettre de vaincre, les évêques, prêtres et diacres imposent la main au peuple de Dieu pour lui donner l’accès à la présence de Dieu.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de la garnison d’Angers


20 octobre 2007

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page


Saint Jean de Capistran, patron des aumôniers militaires

Jean de Capistran fut l’une des gloires de l’ordre franciscain au XVème siècle. Il naquit le 24 juin 1386 à Capistran non loin d’Aquila au Royaume de Naples. Son père, noble seigneur français, sans doute angevin, avait suivi Louis d’Anjou dans son expédition pour la conquête du royaume de Naples, il s’était fixé à Capistran après son mariage.

Jean perdit sa mère très jeune et fut envoyé à Pérouse où pendant dix années, il étudia le droit civil et canonique. Juriste éminent, sa capacité et son jugement sûr le firent considérer comme le prince des jurisconsultes. Ladislas, roi de Naples, le nomma gouverneur de Pérouse vers 1412. Il y soutint les pauvres et les gens du peuple, fut pour tous un juge intègre et incorruptible.

La ville de Capistran fut occupée par les troupes pontificales et Jean, incarcéré. En prison, saint François lui apparut stigmatisé et l’invita à entrer dans son ordre. Après avoir obtenu sa liberté au prix d’une forte rançon, Jean vendit ses biens et entra chez les franciscains à Pérouse. Il étudia la théologie avec Jacques de la Marche et eut pour premier maître Bernardin de Sienne. Il devint un profond théologien, un savant canoniste et le plus grand missionnaire de son temps. Ce fut un homme de prière, puisant sa force dans l’amour du nom de Jésus. Ordonné prêtre vers 1425, Jean de Capistran parcourut toutes les provinces d’Autriche et une partie de l’Europe.

Les papes Martin V, Eugène IV, Nicolas V et Calixte III eurent souvent recours à lui pour les intérêts généraux de l’Eglise : il fut nonce apostolique et inquisiteur général. Il dut faire face aux erreurs propagées par les fraticelles.

Sous le Pape Nicolas V, il eut à remplir des charges importantes et difficiles en travaillant, en particulier, à la réforme de l’ordre franciscain et de celui des Clarisses.

Il évangélisa l’Autriche, la Bohême, la Moravie, la Silésie, la Bavière, la Saxe, la Pologne, la Moldavie.

Il mourut le 23 octobre 1456 ( jour où il est fêté) au couvent de Vilak près de Sirmium.

Il a été choisi comme patron des aumôniers militaires à cause d’une correspondance avec l’un d’entre eux auquel il dispense de très judicieux conseils.

Sources diverses


17 octobre 2010

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page


Ecriture et prière

Les quatre textes bibliques inspirés par Dieu, le livre de l’Exode, le Psaume, la seconde lettre à Timothée et l’évangile de saint Luc, nous invitent à considérer l’amour de Dieu qui guide son peuple :

  • Dans le livre de l’Exode, l’imposition des mains que Moïse fait sur Josué et ses guerriers est le signe de la transmission de la puissance de Dieu qui, seule, peut vaincre l’adversaire. Les croyants ne doivent pas mettre leurs espoirs dans leur force mais uniquement dans la protection de Dieu.
  • Le psalmiste montre avec quel amour Dieu se rend présent à tous ceux qui le cherchent avec droiture et confiance.
  • Saint Paul écrit à Timothée qu’il ne peut enseigner la foi que par l’écoute la Parole de Dieu et sa mise en pratique avec patience.
  • Saint Luc raconte une parabole de Jésus qui garantit que Dieu fait justice à ses élus qui crient vers lui jour et nuit.

Ces quatre textes convergent vers la puissance de la Parole de Dieu et la prière de demande. Inspirés par l’Esprit Saint, ils sont intemporels et à ce titre les générations successives de chrétiens en ont tiré un grand bénéfice. C’est à notre tour d’écouter et d’entendre ce qui nous est dit dans ces passages bibliques.

La méditation de l’Ecriture permet au croyant d’y puiser la force de l’annonce de la Bonne Nouvelle pour aujourd’hui. Saint Jérôme, traducteur de la Vulgate (Bible en latin) écrit dans son prologue du livre d’Isaïe : « L'ignorance des Ecritures, c'est l'ignorance du Christ » Le Concile Vatican II exhorte les fidèles à une lecture fréquente et éclairée de la Bible : « Qu'ils se rappellent aussi que la prière doit aller de pair avec la lecture de la Sainte Ecriture, pour que s'établisse le dialogue entre Dieu et l'homme, car nous lui parlons quand nous prions, mais nous l'écoutons quand nous lisons les oracles divins. » (Constitution dogmatique Dei Verbum n°25)

Un écueil serait d’attendre de maîtriser toutes les Ecritures pour proclamer le Salut en Jésus-Christ, la Parole de Dieu est illimitée mais son annonce est immédiate. La méditation de ces textes nous emporte plus loin, suivant l’expression de saint Paul : « Annoncer l'Évangile en effet n'est pas pour moi un titre de gloire; c'est une nécessité qui m'incombe. Oui, malheur à moi si je n'annonçais pas l'Évangile ! » (1Corinthiens 9,16)

« La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux; priez donc le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. » (Luc 10,2) pour que les ouvriers puissent faire une moisson abondante, il est nécessaire de s’inspirer de ce que saint Paul écrit à Timothée : « Proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, mais avec une grande patience et dans le souci d’instruire. » Ceci est vrai pour chacun d’entre nous !

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique du Fort Neuf de Vincennes


20 octobre 2013

Secteur Vermandois

n° 684

Retour en haut de la page


Vadémécum du chrétien

Dans ses deux lettres à Timothée, saint Paul nous livre un véritable ‘manuel pour être chrétien’. A travers les conseils qu’il prodigue à son correspondant, chacun d’entre nous peut y retrouver des éléments pour régler sa vie en conformité avec l’Evangile.

« Depuis ton plus jeune âge, tu connais les textes sacrés » (v.15) Le but du catéchisme des enfants devrait être de donner une familiarité avec les Ecritures ; d’abord par des récits imagés et faciles à comprendre de façon à provoquer l’envie d’en savoir plus lorsqu’ils grandiront. Plus nous avançons en âge plus la nécessité de se nourrir de cette Parole se fait impétueuse. La multiplication des groupes bibliques dans nos paroisses est la preuve de cette aspiration à mieux comprendre pour mieux intégrer cette Parole dans la vie quotidienne afin de témoigner efficacement de notre foi en Jésus-Christ.

« [la Parole] est utile pour enseigner… » (v.16) Si nous voulons transmettre la Bonne Nouvelle annoncée par Jésus Christ, nous devons être remplis de cette Parole inspirée par la Sainte Trinité, et dans nos discours les mots viendront facilement car ils seront soufflés dans notre cœur par l’Esprit Saint (cf. Luc 12,11-12) Tous ceux qui nous ont précédés dans la foi nous ont transmis cette parole, chacun à sa façon, pensant faire le mieux possible dans son époque ; à notre tour nous avons à transmettre ce que nous avons reçu (cf. 1Corinthiens 11,23)

« … dénoncer le mal… » Il n’est pas question d’ériger des tribunaux ou de faire des autodafés mais d’être ferme sur ce qui éloigne de la sainteté. Il s’agit de dénoncer le mal et non les personnes, rappeler que le seul commandement que le Fils nous a laissé est : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » (Jean 15,12) ce qui implique : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. » (Matthieu 5,44) Dénoncer le mal sans cesser d’aimer ceux qui le pratiquent, voilà la mission du chrétien dans le monde.

« …redresser, éduquer dans la justice… » La volonté du Père, le sacrifice du Fils et le don de l’Esprit Saint n’ont qu’un seul but : remettre l’Homme debout, libéré des entraves qui le tenaient asservi et l’empêchaient de se relever par lui-même. L’enseignement de la Parole et sa méditation permettra au croyant d’être prêt pour le Retour du Ressuscité : « Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. » (Luc 21,36)

Nous, qui sommes les croyants d’aujourd’hui, nous devons prendre la place de Timothée en reprenant à notre compte cette phrase de saint Paul qui guide nos vies : « Tous les textes de l'Écriture sont inspirés par Dieu ; celle-ci est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice » Elle nous invite à mettre l’Ecriture en pratique comme l’ont fait tous ceux qui nous l’ont transmise. A notre tour de la transmettre dans notre époque.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


16 octobre 2016

Paroisses Nersle & Athies

Retour en haut de la page

n°899


Prier sans se décourager

Comme beaucoup de paraboles utilisées par Jésus, celle dite de ‘la veuve importune’ est déconcertante car elle implique la comparaison entre un juge inique « qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes » et le Père céleste qui est tout amour et respect envers les hommes. Le juge sans scrupule ne cède que pour ne plus être embêté par la femme qui le harcèle. Serait-ce la façon d’agir du Père qui ne nous exaucerait que pour se débarrasser de nous ? Devant un tel sophisme, il convient d’élargir notre approche.

Quelle est la demande de cette veuve ? La justice ! Elle n’essaie pas de soudoyer le juge pour avoir un jugement qui lui serait faussement favorable mais seulement qu’il siège au tribunal et déclare ce qui lui revient de droit.

C’est là le point où Jésus veut amener ses auditeurs : demander la justice pour avoir ce qui leur revient de droit. Quelle justice faut-il demander ? Jésus leur a déjà donné cette réponse : « Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ? ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » (Luc 11,11-13)

C’est donc l’Esprit Saint qu’il faut demander sans se lasser et nous serons exaucés. A chaque moment de notre existence nous avons des choix à faire ; ce ne seront de ‘bons’ choix que si nous demandons à l’Esprit Saint de nous éclairer dans la décision à prendre. En l’écoutant, nous serons sûrs de la direction à prendre et qu’il nous donnera les forces spirituelles nécessaires pour aller jusqu’au bout, mais il est nécessaire que nous soyons actifs.

Par l’incarnation le Fils a montré combien l’Homme est important aux yeux du Père : il ne cherche pas des esclaves qui ne réfléchiraient pas, il donne l’Esprit mais l’homme agit par sa propre volonté, avec ses propres forces. Notre prière n’est pas de demander que Dieu fasse tout et que nous n’ayons qu’à nous laisser porter par sa puissance ; notre prière est de demander l’Esprit pour que nous prenions les bonnes décisions et que nous les appliquions par nous-mêmes.

Saint Paul donne la recette de la prière : « Soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus. N’éteignez pas l’Esprit, ne méprisez pas les prophéties, mais discernez la valeur de toute chose : ce qui est bien, gardez-le ; éloignez-vous de toute espèce de mal. » (1ère Thessaloniciens 5,16-22)

Nous n’avons qu’à suivre ses conseils.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions