29ème dimanche du Temps Ordinaire
Année B - saint Marc

Isaïe 53,10-11
Psaume 32
Hébreux 4,14-16
Marc 10,35-4

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1

Saint Vincent de Paul

20 octobre 1985

Semaine missionnaire mondiale

2

Lycée Militaire d'Autun

19 octobre 1997

Le Christ grand-prêtre

3

Garnison d'Angers

19 octobre 2003

Le Christ grand-prêtre

4

Brigade Franco-Allemande

22 octobre 2006

Les places d'honneur

5

Fort Neuf de Vincennes

18 octobre 2009

A ta droite et à ta gauche

6

Secteur Vermandois

21 octobre 2012

La mission

7

18 octobre 2015

Servir ou être servi ?

20 octobre 1985

Saint Vincent de Paul

retour en haut de la page

Semaine Missionnaire Mondiale

L'Eglise missionnaire est née à la Pentecôte. Cala veut dire que la mission dans l'Eglise n'est pas une activité qui se serait ajoutée par la suite, mais qu'elle fait partie de son essence même à la Mission est le dynamisme de vie et d'accroissement de l'Eglise. L'Esprit est donné à l'Eglise pour qu'elle soit le Peuple de Dieu et un peuple en extension.

En célébrant les sacrements, l'Eglise fait mémoire de la mort et de la résurrection de son Sauveur, et le Christ ressuscité a donné l'Esprit Saint à ceux qui croient en Lui pour qu'ils soient évangéliseurs. Cela veut dire que,

  • L'Esprit Saint est la source de l'activité missionnaire de l'Eglise.
  • La mission de l'Eglise n'est pas autre que celle de l'Esprit. La mission de l'Eglise est le signe de la mission de l'Esprit, son signe efficace, son sacrement pourrait-on dire. Il n'y a pas une mission de l'Eglise qui viendrait relayer la mission du Christ sur la terre : la mission de l'Eglise est la face visible de la mission de l'Esprit Saint, envoyé par le Père et le Fils ressuscité. L'activité missionnaire de l'Eglise renvoie à la mission de l'Esprit - non comme à une réalité extérieure et parallèle - mais comme à une réalité qui lui est intérieure.

L'Eglise n'a pas pour autant le monopole de l'Esprit, elle n'est pas la seule à être sous sa mouvance car l'Esprit inspire qui il veut. Mais elle est la seule à pouvoir annoncer, dans l'Esprit, que le Christ est Seigneur.

La mission n'est pas une activité qui vient des hommes, mais une révélation qui est faite aux hommes par l'Esprit et qui les envoie pour annoncer cette Bonne Nouvelle. La mission est donc autant réception de la Parole de Dieu que transmission de cette Parole.

Chaque membre de l'Eglise se doit de porter comme un souci primordial cet effort fait pour que tous les hommes dans le monde entier soient dans la joie de connaître leur Sauveur et de pouvoir vivre dès aujourd'hui dans le Royaume des Cieux.

Dans cette semaine notre mère l'Eglise nous demande de soutenir par tous les moyens en notre disposition cet élan missionnaire qui nous vient de l'Esprit depuis la Pentecôte. Prions pour que d'autres bénéficient de ce que nous mômes avons reçu d'autres.

Père JeanPaul Bouvier

 


19 octobre 1997

Lycée Militaire d'Autun

retour en haut de la page


Le Christ grand-Prêtre

L'auteur de l'Epître aux hébreux insiste beaucoup sur l'appartenance du Christ Jésus au peuple Juif, c'est à dire à l'ancienne Alliance. Dans cette lettre, écrite aux judéo-chrétiens de Rome, il reprend un certain nombre d'aspects de l'Ecriture pour montrer que Jésus est bien l'achèvement de la promesse.

En particulier, il a un long développement sur le Christ nouvel Adam, antithèse du premier.

  • - Adam pécheur est renouvelé par l'Adam qui meurt pour les péchés.
  • - Le premier humain est sauvé par le Fils de l'homme.
  • - Adam est créé le sixième jour (le Vendredi, veille du sabbat) le Christ meurt le Vendredi Saint.
  • - Adam pèche par le bois de l'arbre du bien et du mal, Jésus sauve par le bois de la Croix.

Jésus assure les fonctions de prêtre :

  • - Il est grand prêtre à la manière d'Abraham offrant le fils de son propre sang puisque c'est la volonté de Dieu. Jésus verse son propre sang pour le pardon des péchés de la multitude.
  • - Il est grand-Prêtre à la manière de Melkisédek, à qui Abraham donne la dîme pour l'offrande faite à Dieu, le sacrifice qui plaît à Dieu est de faire sa volonté.
  • - Il est grand-Prêtre à la manière d'Aaron, sacrificateur, offrant le sang de l'animal en expiation des péchés du peuple.

Jésus est aussi la victime :

  • - Il est Isaac offert par son père, portant lui-même le bois de l'holocauste jusqu'au sommet de la montagne : Jésus porte le bois de sa croix au sommet du Golgotha
  • - Il est victime offerte en sacrifice de propitiation, l'agneau de Pâque libère les Hébreux de l'esclavage d'Egypte: l'Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde et qui libère de la mort.
  • - Il est le bouc émissaire qui est envoyé pour se perdre dans le désert chargé des péchés du peuple, le jour du Yum Kippur. Jésus est abandonné de tous, seul, il semble perdu aux yeux des hommes.

Ainsi l'auteur de l'épître aux Hébreux parle le langage de ses lecteurs, il démontre la divinité du Christ à partir de leur connaissance des Ecritures. C'est une leçon pour nous qui, aujourd'hui, devons apprendre de nouveaux moyens pour annoncer l'évangile à ceux qui n'ont pas cette connaissance biblique. Partons du langage de nos contemporains pour les amener à une découverte du Christ toujours vivant.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun

 


19 octobre 2003

Garnison d'Angers

retour en haut de la page


Le Christ grand prêtre

Pour nous, chrétiens, cette notion du grand prêtre n’est pas très significative. Mais si nous reprenons la définition et le rôle du grand-prêtre dans l’Ancien Testament, nous comprenons son importance.

Le grand prêtre n’est pas conçu comme le sommet d’une hiérarchie, il n’est pas à la tête d’une cohorte de prêtres qui seraient des exécutants. Le grand-prêtre est celui qui représente le peuple de Dieu, il est le peuple de Dieu. Son rôle essentiel se situe lors du jour du Yum Kippour, c’est à dire le jour du Grand pardon. Ce jour-là, il entre dans le Saint des saints, la pièce réservée où rien n’entre, même pas la lumière et où se trouvait l’Arche d’Alliance, le trône de Dieu, lorsqu'elle existait. Il y a dans cet endroit une véritable présence de Dieu. Une fois entré dans ce lieu plus que sacré, le grand-prêtre prononce le Nom de Dieu le fameux tétragramme YHWH qui a été donné à Moïse et dont personne, sauf lui ne connaît la prononciation exacte. Le fait nous appelions quelqu’un par son nom implique que non seulement nous connaissons cette personne, mais aussi que d’une certaine façon, nous avons barre sur lui. En prononçant le Nom de Dieu, le grand-prêtre l’oblige à se souvenir de son Alliance passée avec Abraham, Isaac et Jacob, renouvelée avec Moïse et actualisée à chaque pâque et à accorder son pardon pour les péchés du peuple.

Nous voyons alors pourquoi l’auteur de l’épître aux Hébreux insiste sur le rôle de grand-prêtre du Christ. Plus que tout autre il connaît le Nom de Dieu, plus que tout autre il est en présence du Père, plus que tout autre il peut présenter un sacrifice au Père, puisqu’il est Dieu le Fils ; ce qu’un fils demande, un père l’accorde. Combien plus lorsqu’il s’agit de Dieu le Fils qui fait une demande à Dieu le Père dans la communion de Dieu l’Esprit !

Ainsi il n’est plus nécessaire de renouveler le jour du Yum Kippour, il a été fait une fois pour toutes le vendredi 13 Nissan de l’année 33, sur la Croix, le Fils a présenté le sacrifice éternel qui sied au Père. Lorsque nous célébrons la messe, nous sommes présents à la Cène, au Sacrifice de la Croix et à la Résurrection comme le grand-prêtre de Jérusalem était en présence de Dieu dans le Saint des saints.

Avec un tel intercesseur, nous sommes sûrs du pardon de nos péchés et cela devrait nous donner le dégoût de tout ce qui mène au péché. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique de la Garnison d'Angers


19 octobre 2006

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page


Les places d’honneur

Lorsque Jacques et Jean, les fils de Zébédée, demandent à Jésus de siéger à sa droite et à sa gauche, ils pensent à un pouvoir royal temporel, à avoir les meilleures places de leur vivant. Les personnes qui suivent Jésus ne sont pas dénuées d’ambition, ils le fréquentent parce qu’ils pensent qu’il va restaurer le royaume de David. Il aura donc besoin de personnes pour rétablir une noblesse autour du roi.

Ils répondent sans hésiter qu’ils peuvent boire à la même coupe que lui, pensant au hanap que tient l’échanson royal ; ils s’en estiment dignes et capables.

Sachant ce qu’il entend par ces expressions de coupe et de baptême, Jésus leur affirme qu’ils en boiront et qu’ils y seront plongés. Lui aussi les estime dignes et capables d’y boire et d’y être plongés, mais pas pour les mêmes raisons !

Ainsi en est-il de nous.

Lorsque nous nous mettons à la suite du Christ Ressuscité, nous estimons que nous pouvons le faire sans risque, sans que cela nous coûte trop, d’une façon confortable.

Comme pour Jacques et Jean, Jésus nous invite à sa suite. Comme pour les Apôtres, il sait que ce qui nous sera demandé sera bien au-delà de ce que nous envisageons. Comme pour ces deux frères nous pourrons boire à la coupe et être plongés dans le Baptême par la grâce du Fils Unique du Père. Il a prévenu tous ceux qui croiraient en sa Parole que l’Esprit Saint nous serait donné : nous n’avons pas à nous soucier de ce que nous avons à dire ou à faire, l’Esprit nous le soufflera le moment venu.

Nous avons donc raison de croire que cela ne nous coûtera pas trop, que ce sera confortable puisque nous aurons l’Esprit avec nous, revivifié par les Sacrements que nous vivons régulièrement. Nous ne savons pas à quoi nous nous engageons, mais nous le faisons d’un cœur plus allègre que les Apôtres car nous sommes sûrs de cette promesse.

N’ayons pas peur, avançons au large, le Christ nous devance et nous tend la coupe à boire.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de la Garnison d’Immendingen


18 octobre 2009

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page


A ta droite et à ta gauche

Cette demande que font les fils de Zébédée à Jésus est bien humaine, chacun d’entre nous voudrait la meilleure place. D’ailleurs leur demande est fondée. Ils sont les premiers à suivre Jésus (cf. Marc 1) Jésus les emmène pour les moments importants de sa mission ! L’expression « Il prit avec lui Pierre, Jacques et Jean » est présente à la transfiguration (cf. Matthieu 17 et Marc 9) ainsi qu’à l’agonie à Gethsémani (cf. Marc 14) Jacques et Jean, seuls, demandent à Jésus à  propos des incroyants : « Seigneur, veux-tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume ? » (Luc 9,54)

Tout cela montre qu’ils ont une place particulière parmi les Apôtres, ils n’hésitent pas à profiter de cet avantage apparent pour demander que cela soit manifesté par une décision du Maître en leur faveur.

La leçon que nous pouvons tirer de ce passage d’évangile tient en une phrase de Jésus : « Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire » (Luc 17,10) Lorsque nous vivons de l’Evangile et que nous essayons de le transmettre autour de nous, nous le faisons avec une force qui vient de l’intérieur de nous-mêmes comme le dit saint Paul : « Si j'annonce l'Evangile, ce n'est pas pour moi un sujet de gloire, car la nécessité m'en est imposée, et malheur à moi si je n'annonce pas l'Evangile ! » (1 Corinthiens 9,16) Pour le chrétien, annoncer le Salut par le Christ, doit être une nécessité dont il ne doit pas tirer orgueil, pas plus qu’il ne tire orgueil de manger ou respirer cela est aussi vital pour lui.

Quels que soient les mérites que je peux avoir, je ne fais que répondre à l’appel que le Père me lance ; Par la foi, je sais qu’Il me donne l’Esprit Saint pour accomplir cette mission. L’appel ne sera jamais en dehors de mes possibilités, mais à la mesure, toute la mesure, des dons que j’ai reçus. La grandeur se compte par le service de tous, je ne dois donc pas viser uniquement mon avantage mais le bien de l’Homme dans toute son humanité (cf. Benoît XVI, Caritas in veritate, chap.II)

La demande des fils de Zébédée sera ainsi exaucée, ils seront à la droite et à la gauche du Christ, mais ils n’y seront pas seuls : tous les hommes de bonne volonté cherchant l’amour dans la vérité seront avec eux.

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes


21 octobre 2012

Secteur Vermandois

retour en haut de la page


La mission

Au cœur de la semaine missionnaire mondiale, il est bon de réfléchir au sens et à la pratique de la mission. Nous sommes loin du missionnaire de ‘Tintin au Congo’ de 1930 qui nous semble aujourd’hui caricatural mais qui, à l’époque, avait un rôle important à jouer dans l’évolution du monde et de l’Eglise. La mission ne cherche plus à imposer une civilisation extérieure parallèlement à l’annonce de l’Evangile mais s’insère maintenant en utilisant les richesses de la culture de la région avec des acteurs locaux. La mission consiste davantage à développer des églises qui existent déjà plutôt que de créer de nouvelles églises locales, même si ce dernier point est toujours utile et nécessaire.

Compte tenu de ces prolégomènes, nous nous apercevons que la mission que le Seigneur nous confie n’est pas au-delà des mers mais bien là où nous sommes. Dans notre pays, dans nos régions, dans nos villes et villages, nous constatons que le souci de Dieu n’est plus premier depuis longtemps ; un peu d’égocentrisme, le culte des loisirs et de la finance ont pris le pas sur la dévotion due à Dieu seul. Comparez l’heure de catéchisme par semaine qui est concédée par les parents pour leurs enfants aux trois heures par jour de télévision que nous leur laissons regarder ! Et encore ces chiffres sont pour les enfants qui sont catéchisés. Pour les adultes, l’approfondissement de leur foi se résume le plus souvent à l’homélie du dimanche qui n’est pas toujours à la hauteur de l’attente des chrétiens.

La mission d’aujourd’hui commence par nous-mêmes : chacun d’entre nous est à évangéliser, de l’enfant au vieillard ; plagiant la question du bienheureux Jean-Paul II lors de sa visite en France en 1980 nous pourrions nous dire les uns aux autres : « Qu’as-tu fait de ton Baptême ? »

Les diocèses, les paroisses, les mouvements et autres instances catholiques multiplient les espaces de formation et de réflexion sur notre foi ainsi que retraites et pèlerinages pour que chaque chrétien puisse approfondir sa relation à Dieu et la vivre de façon plus accomplie.

La ‘Nouvelle évangélisation’ est à l’ordre du jour, mais l’évangélisation existe en France depuis saint Irénée de Lyon qui avait reçu l’imposition des mains de l’Apôtre Jean, il suffit de revivifier la foi des chrétiens  pour continuer cette évangélisation séculaire et qu’elle reprenne de la vigueur : « Eveille-toi, toi qui dors, lève-toi d'entre les morts, et sur toi luira le Christ. » (Ephésiens 5,14) La nouveauté n’est pas dans l’évangélisation mais dans la façon de la propager.

« Montre-moi ta foi sans les oeuvres; moi, c'est par les oeuvres que je te montrerai ma foi. » (Jacques 2,18)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur du Vermandois


18 octobre 2015

Secteur Vermandois

retour en haut de la page

n°839


Servir ou être servi ?

Le commandement que le Christ laisse à ses Apôtres : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » prend ici une autre dimension, il ne s’agit plus seulement de les aimer mais de les servir dans le sens le plus concret : ‘être l’esclave de tous’. Pour cela il se donne lui-même en exemple : « le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » Jésus ne choisit pas ceux qu’il sert, il est venu pour la multitude.

Le Christ se rend disponible à tous ceux qui viennent vers lui ou qui l’appellent, les enfants (e.g. Matthieu 19,13-14) les exclus de la communauté comme les lépreux (e.g. Luc 17,12-14) les Samaritains (cf. Jean 4) et les publicains (e.g. Matthieu 9,10) Il sauve de la lapidation la femme adultère (cf. Jean 8,3-12) Cela ne signifie pas qu’il approuve la façon de vivre de ceux qu’il accueille, mais qu’il les considère comme des personnes à aimer telles qu’elles sont et qu’il faut faire avancer sur le chemin qui mène à Dieu.

Le service que les chrétiens sont appelés à effectuer auprès de leurs frères et sœurs ne peut pas être fait dans un esprit d’obligation ou dans l’espoir d’une récompense, c’est un service ‘gratuit’ dans le sens propre : opéré par grâce. Le vrai service au Nom du Christ est spontané, sans calcul, en fonction des circonstances et de l’instant.

Il faut également considérer que le service est un phénomène bijectif : pour pouvoir servir il est nécessaire d’avoir une personne à servir. Il peut sembler paradoxal de dire que la personne servie rend service à celle qui la sert. S’inspirant de l’Ecclésiaste (ch.3) on pourrait dire : « il est un temps pour servir et un temps pour être servi ! » Accepter d’être le bénéficiaire du service est aussi important que d’en être l’auteur.

Pour faire la volonté du Père, le Christ nous demande de le suivre de nous mettre à son service : « Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. » Vivons en conformité avec le message que nous délivrons et en serviteur du Fils, alors nous pourrons l’entendre nous dire : « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Matthieu 25,40)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire