28ème dimanche du Temps Ordinaire
Année B - saint Marc

Sagesse7,7-11
Psaume 89
Hébreux 4,12-13
Marc 10,17-30

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1

Saint Charles de Monceau

23 octobre 1991

Va ! Vends tout ce que tu as

2

Brigade Franco-Allemande

15 octobre 2006

Qui peut être sauvé ?

3

Fort Neuf de Vincennes

11 octobre 2009

Rendre des comptes

4

Secteur Vermandois

14 octobre 2012

Tout est possible à Dieu

5

11 octobre 2015

Entrer dans le Royaume de Dieu

23 octobre 1991

Saint Charles de Monceau

retour en haut de la page

Va ! Vends tout ce que tu as !

En ce dimanche où nous accueillons les nouveaux paroissiens, nous entendons cette phrase dans la bouche de Jésus qui nous invite au détachement.

Pour tous ceux qui arrivent ce conseil évangélique doit avoir une résonance particulière. En effet, s'ils sont nouveaux ici, c'est qu'ils sont en même temps des anciens de quelque part...

Combien de détachements sont à vivre lors d'un déménagement? Surtout si nous changeons de région : éloignement des amis, de la famille, des relations. Tout est à refaire, à reconstruire. Pour les enfants, c'est un changement d'école, de copains, de jeux.

Et encore, nous sommes loin de l'exigence de l'évangile : se détacher de tout pour suivre le Christ.

Dans cette période transitoire d'installation, nous avons une stabilité : l'Eglise et le rassemblement de la messe dominicale. Dans ce lieu, nous sommes sûrs d'y trouver des frères, différents de nous, mais réunis par la même personne : le Ressuscité.

C'est pourquoi la paroisse Saint Charles de Monceau nous invite à faire attention. Ces personnes qui arrivent dans notre quartier ont besoin de se sentir accueillies. Avant de faire partie de tel ou tel noyau qui a plaisir à se rencontrer, il faut connaître ceux avec lesquels nous nous entendrons suffisamment bien pour partager.

Aujourd'hui, autour d'un verre de l'amitié, un petit nombre de personnes va leur souhaiter la bienvenue en notre nom à tous. Mais la semaine prochaine et les suivantes? C'est à chacun d'entre nous d'être attentif à ce que personne dans notre église, à quelque messe que ce soit, ne soit esseulé, délaissé, ignoré. Ce que nous vivons aujourd'hui est un temps de lancement, c'est à nous ensuite de relever le défi et de montrer aux personnes du quartier que la communauté paroissiale existe, qu'elle est sensible à la présence de tous ses membres.

Si nous y arrivons, nous serons réellement un signe : signe de la présence de l'amour de Dieu parmi les hommes, présence du Corps du Christ dans le monde. Car la force que nous dépenserons pour aller vers l'autre ne vient pas de nous, mais de Dieu.

"Pour les hommes, cela est impossible, mais pas pour Dieu; car rien n'est impossible à Dieu"

Père JeanPaul Bouvier
Vicaire à saint Charles de Monceau


15 cotobre 2006

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page


Qui peut être sauvé ?

L’épisode de l’homme avec de grands biens n’est pas seulement un anecdote de la vie de Jésus, elle contient un enseignement plus profond qu’il n’apparaît en première lecture.

En effet il ne s’agit pas tant d’y voir un appel au détachement, bien qu’il soit important, qu’une méditation sur le Salut offert par Dieu.

Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu ! Jésus propose cette conclusion à l’entretien qu’il vient d’avoir avec cet homme, ce à quoi les Apôtres s’insurgent : Qui peut être sauvé ? se demandent-ils entre eux.

Jésus doit être satisfait de la réaction de ses disciples, c’est sans doute pourquoi il avait lancé cette phrase provocatrice, il voulait leur faire comprendre que quoi que l’homme fasse, il ne peut pas acquérir le Royaume de Dieu. Le Salut n’est pas quelque chose qui peut être gagnée, c’est un don de Dieu.

Déjà les habitants de Babel avaient voulu gagner le Ciel par leurs propres mérites en construisant une tour qui allait jusqu’aux cieux, essayant ainsi de pénétrer dans l’espace divin par effraction, sans y avoir été invité par Dieu. Il n’en résulta que confusion et disputes.

Quelques soient les bonnes actions, dévotions et vie selon les commandements du Seigneur, le Salut et la Vie éternelle ne sont pas des dus mais un acte d’amour du Père qui ouvre les bras aux fils prodigues que sont les hommes.

C’est la clef de la comparaison avec le chameau et le chas de l’aiguille. Si Dieu le veut, l’animal passera par cette petite ouverture : Pour les hommes cela est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu !

Ainsi, Jésus profite de l’occasion de la demande d’un homme riche pour montrer aux disciples que l’amour de Dieu pour les hommes est plus fort que tout. Le Salut nous est offert par grâce. Mais c’est en comprenant que la grâce de Dieu agit en nous que nous pourrons pleinement suivre les commandements avec un cœur léger, non pas en obéissant à une loi humaine, mais en répondant librement à l’amour du Père.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de la Garnison d’Immendingen


11 octobre 2009

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page


Rendre des comptes

L’auteur de l’épître aux Hébreux insiste sur la Parole de Dieu qui a été écrite pour juger les temps présents. Déjà dans l’ancien Testament, Moïse rappelait : « Elle n'est pas au-delà des mers, qu'il te faille dire: "Qui ira pour nous au-delà des mers nous la chercher, que nous l'entendions pour la mettre en pratique?" Car la parole est tout près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur pour que tu la mettes en pratique. » (Deutéronome 30,13-14)

Mais cette Parole n’es pas un code figé qui s’appliquerait systématiquement sans réflexion. Elle a été faite et donnée par Dieu pour que l’homme soit heureux et non pour le contraindre. Il est donc important pour le croyant de saisir l’esprit de cette loi pour l’appliquer au mieux dans le dessein de Dieu.

A cette fin, le chrétien est aidé par la méditation fréquente de cette Parole dans un esprit de prière et de disponibilité. Lecture qui peut être faite seule ou en communauté en essayant de discerner la meilleure façon d’appliquer les préceptes de Dieu dans un contexte historique et sociologique sans cesse en mouvement.

Ainsi l’auteur de l’épître aux Hébreux entend que nous aurons à rendre des comptes autant sur notre interprétation intelligente et circonstanciée de la Parole que sur son application stricte et légaliste. Depuis que la Loi a été donnée à Moïse, elle n’a cessé d’être méditée pour une meilleure application possible, les relectures de l’Histoire du Peuple de Dieu montrent les mauvaises interprétations qui en ont été faites dans le passé afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

L’expression qu’il utilise en écrivant que « Tout est nu devant elle » montre que les excuses – souvent fallacieuses – que nous nous trouvons pour dévier de l’esprit de la Loi ne tient pas devant la Parole, elle connaît le cœur des hommes et voit aussi bien dans les intentions que dans les actes.

Tout cela pourrait paraître inquiétant si nous n’avions la révélation de l’amour du Père dans le sacrifice du Fils. En effet, nous avons été sauvés une fois pour toutes et nos péchés absous par le Christ qui a offert sa vie pour notre salut. Dès lors, si nous agissons en conscience, aidés par la méditation régulière de la Parole de Dieu, nous n’avons pas à craindre de rendre des comptes ; notre bilan ne sera peut-être pas équilibré mais notre sincérité et notre conscience combleront ce qui pourra manquer.

Loin d’être une crainte, c’est une affirmation supplémentaire de l’amour du Père qui, en nous donnant cette Loi, nous laisse libre de l’interpréter en fonction des temps et des mœurs contemporaines. Le chrétien par la méditation de la Parole évite l’écueil du contresens ou de la trahison de l’esprit de cette Loi.

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes

14 octobre 2012

Secteur Vermandois

retour en haut de la page


Tout est possible à Dieu

Des explications ‘rationnelles’ sont quelquefois données pour l’expression qu’utilise Jésus : « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume de Dieu ! » (Marc 10,25) Il nous est dit que le  ‘trou de l’aiguille’ est le surnom d’une porte d’accès à la ville de Jérusalem si basse et si étroite que les chameaux avaient du mal à passer lorsqu’ils étaient chargés. Ainsi le passage serait difficile mais pas impossible.

A force d’édulcorer les passages d’évangiles, ceux-ci finissent par ne plus être que rationnels et le message que Jésus est venu apporter aux hommes devient une prédication ordinaire, une simple piqûre de rappel de ce que les prophètes ont déjà dit.

C’est oublier complètement la personne de Jésus, Fils de Dieu : « Et le Verbe s'est fait chair et il a campé parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'il tient du Père comme Unique-Engendré, plein de grâce et de vérité. » (Jean 1,14) « Lui étant dans la forme de Dieu n'a pas usé de son droit d'être traité comme un dieu mais il s'est dépouillé prenant la forme d'esclave. Devenant semblable aux hommes et reconnu à son aspect comme un homme il s'est abaissé devenant obéissant jusqu'à la mort à la mort sur une croix. » (Philippiens 2,6-8) Une personne, deux natures, humaine et divine, c’est le fondement de la foi catholique. Vouloir expliquer rationnellement tous les passages des évangiles peut impliquer une négation de la Toute Puissance de Dieu Père, Fils et Esprit.

« Tout est possible à Dieu ! » Y compris de faire passer un chameau par le chas d’une aiguille, y compris de faire entrer un ‘riche’ dans le Royaume « Je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. Or c'est la volonté de celui qui m'a envoyé que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. » (Jean 6,38-39)

L’Être humain s’est séparé de Dieu ; le Père a envoyé le Fils pour donner sa vie en rançon pour nos péchés et par le Baptême il nous a offerts de vivre en pleine communion avec Lui. Comme nous ne sommes pas fidèles dans cette communion, il nous permet par le Sacrement de Réconciliation et de Pénitence de restaurer ce Baptême en nous donnant l’Esprit Saint pour un nouveau départ.

« Tout est possible à Dieu » parce qu’il aime chacun de nous et il attend avec patience que nous revenions vers Lui : « Tandis qu'il était encore loin, son père l'aperçut et fut pris de pitié; il courut se jeter à son cou et l'embrassa tendrement. » (Luc 15,20)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur du Vermandois


11 octobre 2015

Secteur Vermandois

retour en haut de la page

n° 838


Entrer dans le Royaume de Dieu

L’homme qui accourt vers Jésus pour l’interroger « Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? » a sans aucun doute prévu ce que le Maître lui demande de suivre les Commandements donnés par Dieu à Moïse ; en répondant sincèrement  : « Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. » il s’attend à entendre Jésus lui dire qu’il mérite d’entrer dans le Royaume.

La conclusion que lui donne Jésus le prend au dépourvu et il ne comprend pas le sens profond de ces paroles ; obnubilé par sa fortune, il ne retient que la première partie et il « s’en alla tout triste, car il avait de grands biens. » Or c’est la seconde partie qui est la plus importante : « Viens et suis-moi ! » Ce n’est plus seulement la Loi de Moïse qu’il faut suivre, mais surtout le Fils du Père qui déclare : « Moi, je suis le chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi » (Jean 14,6)

Cette interrogation devait être récurrente dans les premières communautés chrétiennes : les trois évangélistes synoptiques relatent cette rencontre quasiment de façon identique. La même question était posée par les disciples de Jean Baptiste (cf. Luc 3,12-14) Le pharisien debout dans le Temple croit y avoir répondu et que la récompense lui est due par son observance de la Loi, mais Jésus montre en exemple le publicain qui reconnaît tout devoir à l’amour de Dieu et que son attitude devant Dieu lui permet d’être justifié (cf. Luc 18,10-14)

Chaque chrétien se pose constamment cette question : « Que dois-je faire pour être un vrai disciple ? » La réponse nous est aussi donnée par le Christ : « Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » (Matthieu 12,50) et aussi : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique » (Luc 8,21) Pour être des frères et des sœurs du Fils éternel, les chrétiens doivent se nourrir de la Parole pour y discerner l’appel que le Père propose à chacun personnellement comme à un enfant bien-aimé. Il ne s’agit pas de suivre servilement une ‘recette’ qui serait extérieure à la personne mais de trouver dans sa vie SA propre réponse.

Jésus ressuscité dit à ses Apôtres : « La paix soit avec vous ! » C’est le signe de notre bon discernement : si nous sommes en paix, nous sommes avec le Seigneur dans sa volonté de Salut pour l’humanité.

« Et pour que ta volonté soit faite donne-lui toujours cette paix » (Liturgie de la messe)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire