Temps Ordinaire
26ème dimanche
Année A - saint Matthieu

1

Lycée Militaire d'Autun

26 septembre 1999

L'hymne aux Philippiens

2

Brigade Franco-Allemande

28 septembre 2008

Le vigneron et ses deux fils

3

Fort Neuf de Vincennes

25 septembre 2011

Humilité

4

Secteur Vermandois

28 septembre 2014

Je ne veux pas

5

Athies & Nele

1er octobre 2017

 

Ezéchiel 18,25-28
Psaume 24
Philippiens 2,1-11
Matthieu 21,28-32

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

3 octobre 1999

Lycée Militaire d'Autun

Retour en haut de la page

L'hymne aux Philippiens

La liturgie catholique nous propose régulièrement dans les offices que chantent ou récitent les moines et les prêtres cet hymne qui nous est donné en première lecture aujourd'hui :

Le Christ Jésus,
ayant la condition de Dieu,
ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu.
Mais il s'est anéanti,
prenant la condition de serviteur.
Devenu semblable aux hommes,
reconnu homme à son aspect,
il s'est abaissé,
devenant obéissant jusqu'à la mort,
et la mort de la croix.
C'est pourquoi Dieu l'a exalté :
il l'a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom,
afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse
au ciel, sur terre et aux enfers,
et que toute langue proclame : "Jésus-Christ est Seigneur"
à la gloire de Dieu le Père.

Je laisse ce texte à votre méditation personnelle, il permet de comprendre pourquoi nus faisons une génuflexion devant le Saint Sacrement en entrant devant une église.

 

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun

28 septembre2008

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Le Vigneron et ses deux fils

Ce n’est pas la seule fois où Jésus utilise une parabole mettant en scène un père et ses deux fils, la plus connue est la parabole dite du fils prodigue dans laquelle l’aîné est jaloux de l’amour que son père manifeste au cadet.

Celle qui est proposée pour ce 26ème dimanche du Temps Ordinaire est similaire à la précédente. Un des deux fils dit oui à son père mais ne met pas en œuvre ce qui lui est demandé ; le second dit non mais effectue le travail souhaité.

Les Apôtres, après avoir reçu l’Esprit Saint de la Pentecôte, comprennent ce que ces récits signifient. L’appartenance à la descendance d’Abraham n’est pas suffisante, encore faut-il vivre en conformité avec ce choix de Dieu !

L’Ancien Testament possède de nombreuses narrations où le Peuple de Dieu affirme adhérer à la volonté de Dieu et à ses commandements et à chaque fois s’en détourne malgré les avertissements des prophètes ; c’est le fils qui dit oui mais ne fait pas. Tout aussi nombreux sont les passages où le Peuple se repend des écarts et retourne vers Dieu ; c’est alors le fils qui dit non mais qui fait. Ainsi dans ce court apologue, Jésus résume toute l’histoire d’Israël.

Comme le peuple hébreu, les chrétiens ont ces deux tendances, et même chacun de nous a en lui ces deux fils : à certains moments de notre vie nous serons le premier d’entre eux, à d’autres moments le second. Nous pouvons même ajouter deux situations : celui qui dit oui et qui fait et celui qui dit non et qui ne fait pas !

Pour suivre la volonté du Père, encore faut-il la connaître ! Pour cela nous avons deux guides indissociables : la Parole de Dieu que nous méditons régulièrement et la Tradition de l’Eglise qui permet de comprendre la Parole hic et nunc.

Comme le second fils, ne nous entêtons pas dans une décision qui se révèlerait mauvaise pour notre vie spirituelle, mais acceptons ce retour sur soi et sur son orgueil pour mettre en œuvre le dessein du Père sur tous les hommes.

Père JeanPaul Bouvier

25 septembre 2011

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

Humilité

Saint Paul nous donne la clef de la véritable humilité : estimer les autres supérieurs à soi et se préoccuper davantage des autres que de soi-même.

Il développe ensuite cette idée en faisant remarquer à ses correspondants combien l’humilité du Christ a été importante en venant parmi nous, homme parmi les hommes : « Il n’a pas jugé bon de revendiquer son droit d’être traité à l’égal de Dieu ! »

Ainsi en est-il du chrétien, quelque soit sa qualité, son intelligence, ses connaissances, il ne doit pas s’arroger le droit d’être traité de façon différente des autres hommes et femmes ; se prévaloir des dons qu’il a reçus pour dominer les autres et les rabaisser ne saurait être un comportement compatible avec l’Evangile.

Toutefois il ne faut pas confondre humilité et humiliation ! L’humilité est une vertu qui met en lumière les limites de chacun et la reconnaissance de ses propres faiblesses ; l’humiliation consiste à rabaisser sciemment une personne ou soi-même de façon à mettre cet autre dans un état d’infériorité et de dépendance. Dieu veut que l’Homme soit debout, fier de sa condition humaine et non prosterné ou courbé. Cette volonté de Dieu est marquée dès le commencement lors de la Création du monde : « Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il le créa. Dieu les bénit et leur dit: "Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la. » (Genèse 1,2-28) et pour le sauver il envoie son propre Fils : « Et le Verbe s'est fait chair et il a campé parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'il tient du Père comme Unique-Engendré, plein de grâce et de vérité » (Jean 1,14)

S’il n’y a pas lieu d’humilier l’homme et la femme, ‘image de Dieu’ chaque homme et chaque femme doit avoir l’humilité de rendre grâce pour ce qu’ils sont avec l’émerveillement du psalmiste : « Qu'est-ce que l'homme, pour que tu le connaisses, Seigneur, le fils de l'homme, pour que tu comptes avec lui ? » (Psaume 143,3)

Reconnaître ce que je suis entraîne aussi la reconnaissance de que l’autre est : une personne humaine aimée du Père, sauvée par le Fils et inspirée par l’Esprit Saint. Le regard que je porte sur mon prochain est donc radicalement changé, je ne suis plus en ‘concurrence’ avec lui mais dans une même communion : c’est un frère – une sœur – de qui je dois me préoccuper. L’exemple du Christ qui, à la veille de sa Passion, lave les pieds de ses disciples doit toujours rester dans la mémoire du chrétien suivant la demande même de Jésus : « Car c'est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j'ai fait pour vous. » (Jean 13,15)

Dans un monde de plus en plus individualiste et protectionniste, notre devoir du chrétien est de montrer que l’‘Autre’ n’est pas à écraser comme un ennemi mais à aider à se relever comme un frère le ferait pour un frère.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

28 septembre 2014

Secteur Vermandois

n°776

Retour en haut de la page

Je ne veux pas

Par cette parabole, Jésus veut attirer l’attention de ses auditeurs sur l’histoire du Peuple de Dieu dans la Bible qui, comme le second fils, est toujours prêt à dire qu’il va suivre la Parole et les commandements du Seigneur mais qui s’en écarte en négligeant le travail de la ‘vigne’.

Le premier fils représente les prophètes qui, la plupart du temps effrayés de la mission qui leur est confiée, refusent d’abord d’aller porter le message de Dieu au Peuple mais qui acceptent en faisant confiance à la Parole qui leur est adressée. Par exemple Moïse dit : « Pardon, mon Seigneur, mais moi, je n’ai jamais été doué pour la parole. […] Je t’en prie, mon Seigneur, envoie n’importe quel autre émissaire. » (Exode 4,10.13) Jonas s’enfuit pour ne pas aller convertir la ‘Grande ville de Ninive’ (cf. Jonas 1,1) Isaïe voyant le trône et la Gloire de Dieu s’écrie : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures » (Isaïe 6,5) de même Jérémie : « Ah ! Seigneur mon Dieu ! Vois donc : je ne sais pas parler, je suis un enfant ! » (Jérémie 1,6)

Dans le Nouveau Testament, le disciple Ananie de Damas n’est pas enthousiaste à l’idée d’aller délivrer Saul de la cécité : « Seigneur, j’ai beaucoup entendu parler de cet homme, et de tout le mal qu’il a fait subir à tes fidèles à Jérusalem. » (Actes 9,10) mais confiant dans la mission que le Seigneur lui donne, il va à la ‘rue Droite’ et impose les mains au persécuteur pour le guérir et lui rendre la vue.

Dans l’histoire de l’Eglise, beaucoup de grands témoins n’ont pas accepté tout de suite de se mettre au service de l’Evangile ; la grâce leur a permis de dépasser leurs limites humaines pour mener à bien la mission personnelle qui leur était confiée. Certains ont été canonisés et déclarés saints, d’autres sont restés dans l’anonymat.

De même pour nous aujourd’hui, chacun d’entre nous va trouver de ‘bons motifs’ pour essayer d’éviter la mission qui nous est donnée le plus souvent par manque de confiance en soi, mais cette attitude est aussi un manque de confiance en Dieu, Père, Fils et Esprit, un manque de foi ! Si nous demandons l’Esprit Saint, il nous sera donné : « C’est pourquoi, je vous le dis : tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l’avez obtenu, et cela vous sera accordé. » (Marc 11,24)

Il y a donc une troisième voie à cette parabole :

  • · Le premier fils dit : « Je ne veux pas », mais s’étant repenti il y alla ;
  • · Le second fils dit « Oui, Seigneur » mais il n’y va pas
  • · Nous disons : « « Oui, Seigneur » et nous y allons dans la confiance qu’à travers nos forces, c’est Dieu lui-même qui agit. Là nous ferons vraiment la volonté du Père

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

1er octobre 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°963

Catéchèse express

[Le Christ Jésus], ayant la condition de Dieu, il ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.

Dans ces quelques lignes, saint Paul donne un concentré de la foi chrétienne, l’essence même de son enseignement auprès des païens. A la suite de l’Apôtre, l’Eglise reconnaît l’importance primordiale de cette prédication en proposant ce texte pour introduire aux célébrations dominicales car il est chanté dans les premières vêpres du dimanche, tous les samedis soirs. Il est donc bon de nous y attarder.

Ayant la condition de Dieu : l’acte de foi central du christianisme est ici affirmé : cet homme Jésus est le Messie, celui que Dieu par les prophètes avait annoncé est venu comme cela était promis. Il n’est pas seulement l’Emmanuel (Dieu avec nous) du prophète Isaïe (7,14), il est Jésus (Dieu sauve) : Dieu lui-même vient pour sauver son Peuple.

Prenant la condition de serviteur : mystère de l’incarnation, pour manifester l’amour qu’il porte aux hommes, Dieu le Fils, tout en gardant la condition divine accepte de prendre la condition humaine dans toutes ses dimensions. Dieu se révèle à Moïse comme « Celui qui EST » (cf. Exode 3,1-15) et il révèle Jésus comme sa Parole : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » (Matthieu 17,5)

Devenant obéissant jusqu’à la mort : il fallait que le Fils incarné traversât la mort pour montrer aux hommes que la mort est vaincue, l’humanité est appelée à être transformée et non pas à la déchéance : « tu ne peux m'abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. » (Psaume 15[16],10) comme Jésus l’explique aux compagnons d’Emmaüs : « Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » (Luc 24,26)

Le Nom qui est au-dessus de tout nom : Jésus avec le Père et l’Esprit est « Celui qui EST » un seul Dieu devant lequel toute personne ‘fléchit le genou’ qu’elle soit ‘au ciel’ (c'est-à-dire parmi les chœurs célestes) ‘sur terre’ ou ‘aux enfers’ (= dans le séjour des morts) mais elle est vivante.

Cette profession de foi – sur laquelle il aurait encore beaucoup à dire – est le ‘credo’ de saint Paul, il développe ces idées dans toutes ses lettres. C’est un modèle pour que nous professions notre foi de façon aussi claire et concise. Mais il est nécessaire que nos actes soient en conformité avec cette profession de foi…

 Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions