25ème dimanche du Temps Ordinaire
Année B - saint Marc

Isaïe 50,5-9a
Psaume 114
Jacques 2,14-18
Marc 8,27-35

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1

Garnison d'Angers

21 septembre 2003

Messe de rentrée

2

Brigade Franco-Allemande

24 septembre 2006

Leçon d'ambition

3

Fort Neuf de Vincennes

20 septembre 2009

La place de l’enfant dans les évangiles

4

Secteur Vermandois

23 septembre 2012

Le plus grand

5

20 septembe 2015

Ils avaient peur de l’interroger

21 septembre 2003

Garnison d'Angers

retour en haut de la page

Priez

Vous n'obtenez rien parce que vous ne priez pas ; vous priez, mais vous ne recevez rien parce que votre prière est mauvaise ; vous demandez des richesses pour satisfaire vo instincts. (Jc 4,3)

Cette apostrophe de saint Jacques à ses correspondants est sévère, mais elle est juste non seulement pour ceux à qui il adressait cette lettre mais aussi à tous les temps ainsi qu'à nous aujourd'hui.

D'où cette question déjà posée par les Apôtres : " Seigneur apprends-nous à prier ! " et le Christ à travers eux nous a appris à appeler Dieu notre Père. C'est la prière par excellence quoi qu'elle soit parfois dévaluée par la routine et l'absence d'attention.

Prier, c'est avant toute chose laisser le Père parler en nous par l'Esprit. Cet Esprit que nous recevons lorsque nous célébrons un Sacrement est à l'œuvre en nous et s'exprime en cris ineffables pour nous tourner vers le Père.

La lecture de la Bible et particulièrement du Nouveau Testament est une façon d'écouter le Parole de Dieu et d'essayer de la mettre en pratique.

L'oraison, le fait de rester en silence dans le calme est une autre façon de se mettre à l'écoute de Dieu.

L'examen de conscience permet de discerner dans notre vie quotidienne ce qui nous sépare de Dieu et les progrès que nous avons à faire pour revenir sur le chemin.

Bien d'autres moyens sont possibles en fonction de notre spiritualité propre, le chant, la musique, la danse, la peinture, tous les arts ; mais le moyen n'est rien sans le désir de rencontrer Dieu, Père, Fils et Esprit, de l'écouter et de mettre en pratique ce qui nous est proposé.

Cherchons, comme nous y invite saint Jacques, la Sagesse de Dieu : paix, tolérance compréhension et nous serons sur le chemin qui nous conduit à Lui.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de la Garnison d’Angers


24 septembre 2006

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page


Leçon d’ambition

Le passage de l’évangile de saint Marc que l’Eglise propose aujourd’hui nous invite à une réflexion sur le pouvoir. « Qui est le plus grand parmi eux ? » s’interrogent les Apôtres. Combien de fois dans nos communautés entendons-nous cette question ?

Il n’en est pas d’un groupe de chrétiens comme d’une société humaine ordinaire. Le Christ, et l’Eglise à sa suite, nous rappelle qu’il ne peut pas y avoir de grandeur sans service ; et réciproquement, il n’y a pas de service sans grandeur.

L’extrait de l’Epître de saint Jacques développe cette idée en la mettant sous l’égide de la Sagesse de Dieu. Cette Sagesse dont l’Apôtre dit qu’elle est « …droite, pacifique, tolérante, compréhensive, miséricordieuse, bienfaitrice, impartiale et sans hypocrisie. » Voilà un cadre que nous pouvons donner à la grandeur qui vient de Dieu et utiliser comme examen de conscience.

Le Christ confie à chaque croyant un rôle particulier sans imposer de hiérarchie ; ainsi lorsqu’il demande à Pierre de paître ses brebis (Jn 21,15ss) il ne dit pas qu’il est supérieur mais au contraire qu’il se met au service de tout le peuple.

Chaque chrétien est appelé à une vocation propre. Toutes les vocations sont différentes ; l’amour du Père suscite, dans l’Esprit, les personnes et les missions dont le monde a besoin, au moment opportun, en complémentarité les unes aux autres. A la charnière des XIIème et XIIIème siècles, se lèvent deux personnes Dominique et François, le premier insiste sur la préparation et la formation intellectuelle en se basant sur de nombreux ouvrages, le second considère que les livres sont un luxe qui n’est pas indispensable, seule la connaissance du Credo et de la prière du Seigneur suffit. Il serait fou de vouloir ‘classer’ ces deux saints contemporains l’un par rapport à l’autre !

La constitution dogmatique Lumen Gentium du Concile Vatican II rappelle : « Si donc, dans l'Eglise, tous ne marchent pas par le même chemin, tous, cependant, sont appelés à la sainteté et ont reçu à titre égal la foi qui introduit dans la justice de Dieu (cf. 2 Pierre 1,1) Même si certains, par la volonté du Christ, sont institués docteurs, dispensateurs des mystères et pasteurs pour le bien des autres, cependant, quant à la dignité et à l'activité commune à tous les fidèles dans l'édification du Corps du Christ, il règne entre tous une véritable égalité. » (LG n°32)

Cessons donc de nous demander quel est le plus grand dans l’Eglise : tous nous sommes appelés à réaliser notre appel personnel, comme nous le pouvons et avec ce que nous sommes. Le père ne nous demande pas l’impossible : chaque mission qu’Il confie est accompagnée d’une grâce d’état qui permet de la réaliser. « N’ayez pas peur ! » (Jn 6,20)

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de la Garnison d’Immendingen


20 septembre 2009

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page


La place de l’enfant dans les évangiles

Les récits de l’enfance de Jésus sont rares dans les évangiles. Saint Matthieu et saint Luc nous présentent la naissance à la crèche (cf. Matthieu 2 & Luc 2,1-21) et, pour saint Luc, la présentation de l’enfant au Temple (cf. Luc2,22-40) ainsi que l’épisode de Jésus au Temple de Jérusalem devant les docteurs de la Loi, sans doute la forme de l’époque d’une ‘Bar-Mitsva’ pour laquelle tout garçon juif doit montrer sa connaissance de l’Ecriture (cf. Luc 2,41-51)

Les évangiles rapportent également de nombreuses guérisons voie même de réanimations d’enfants malades, possédés ou morts (e.g. Matthieu 8,6 ; Marc 9,20 ; Luc 8,54)

Mais le plus important est de voir comment Jésus accueille les enfants lorsqu’ils croisent son chemin. Dans l’évangile de saint Marc proposé ce dimanche il dit : « Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé. »

Ce n’est pas un enfant extraordinaire que Jésus prend mais simplement un enfant qui se trouvait là, sans doute poussé par la curiosité de voir cet homme dont tout le monde parle et qui est suivi par une grande foule. Un enfant quelconque dont le seul mérite est d’avoir été là !

La méditation de cette péricope invite à deux lectures parallèles. La première est immédiate elle nous demande comme aux disciples présents ce jour-là d’être attentifs à l’accueil de ceux  qui n’ont pas d’importance, ; à cette époque l’enfant n’a pas d’existence propre, il est indifférencié, asexué. Ce n’est que l’adulte, homme ou femme, qui est considéré. C’est vers les êtres faibles et dépendants comme des enfants que le disciple du Christ doit se tourner et les considérer avec le même amour que Jésus leur portait.

La seconde lecture est plus personnelle. Comme cet enfant qui accepte d’être ainsi accueilli en raison de sa faiblesse, nous devons accepter avec la même humilité d’être accueillis dans l’Eglise avec nos faiblesses, ne pas chercher à se valoriser en dissimulant tel ou tel aspect de notre vie mais au contraire admettre d’être celui qui va permettre aux autres d’accueillir le Christ et Celui qui l’a envoyé, le Père.

Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir dit un proverbe, mais il faut avoir une destination à son don : si je donne humblement, je dois aussi accepter de recevoir humblement. Comme le Christ qui a tout donné mais qui acceptait les dons qui lui étaient faits.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique du Fort Neuf de Vincennes


23 septembre 2012


Secteur Vermandois

retour en haut de la page


Le plus grand

Les Apôtres discutent en chemin pour savoir lequel d’entre eux est le plus grand. Mais ils le font à distance de Jésus afin qu’il ne les entende pas. Ils ont donc bien conscience que la décision de désigner le plus grand n’appartient qu’à lui. La question ironique qu’il leur pose en arrivant les gène et ils n’osent pas avouer le contenu de leurs palabres.

En prenant l’exemple de l’enfant, Jésus veut leur montrer que la grandeur ne dépend pas d’un choix extérieur mais de l’intérieur de chaque personne : l’enfant est, par excellence, la personne qui attend tout de l’adulte et dont l’adulte ne peut rien attendre en retour. L’accueil d’un enfant est donc un geste totalement désintéressé qui explique la phrase que Jésus leur a dite auparavant : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » (Marc 9,35)

Des discussions similaires ont lieu dans nos communautés, chacun ayant une propension à s’estimer personnellement plus important et plus nécessaire que les autres et pourtant si une personne manque, la communauté n’est pas au complet. Que pourrait faire un chef de chœur sans choriste ? Un lecteur sans auditeur ? Un quêteur dans une église vide ? Sous la baguette du chef d’un orchestre philharmonique, le triangle est aussi nécessaire que le premier violon et l’œuvre interprétée repose sur sa bonne exécution de la partition par chaque instrumentiste.

A la suite des Apôtres, les premières communautés chrétiennes n’échappent pas à cette difficulté et saint Jacques dans sa lettre n’hésite pas à morigéner vertement les destinataires de sa lettre. Il a retenu la leçon que le Christ avait donnée au groupe des Apôtres et il la transpose en condamnant les dissensions qui existent dans cette église particulière, allant jusqu’à comparer leurs disputes à des guerres voire des assassinats.

Quelques siècles après, nos propres communautés ont besoin d’entendre à nouveau ces mises en garde. Prompts à juger, nous nous mettons facilement au-dessus des autres en négligeant jusqu’à leur présence. La lecture de l’épître de saint Jacques et les paroles de Jésus devraient nous inciter à regarder nos communautés avec un œil plus objectif et surtout plus indulgent.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur du Vermandois


20 septembre 2015

n°835

retour en haut de la page


Ils avaient peur de l’interroger

Cette phrase de l’évangile de saint Marc est surprenante. C’est le principe même des disciples d’interroger le Maître pour apprendre et progresser. Cette crainte des disciples pourrait laisser penser que Jésus est un maître autoritaire et sévère. Pourtant il enseigne ‘d’autorité’ et non pas de façon livresque ‘comme les scribes’ (cf. Matthieu 7,29). Il n’est pas question d’apprendre une leçon qui devrait être récitée sans erreur.

Mais, s’agit-il d’une peur d’interroger ou bien d’une peur de la réponse que donnerait le Maître ? Ce funeste avenir qu’il prédit pour le ‘Fils de l’homme’ s’applique-t-il à lui seul ou bien à tous les disciples ? Devront-ils eux aussi être rejetés, livrés et tués ? La Résurrection annoncée par les prophètes – en particulier Isaïe et Ezéchiel – doit advenir à la fin des temps, Jésus veut-il dire que la Parousie arrivera trois jours après son assassinat ? Tant de questions soulevées par le Christ dont les disciples redoutent les réponses.

D’autre part, quand les pharisiens et les scribes lui tendent un piège, la réponse de Jésus se retourne souvent contre eux en montrant leur méconnaissance et leur mauvaise compréhension de la Parole de Dieu, il est donc logique que les disciples hésitent avant de demander des explications.

Même une question personnelle pour la vie spirituelle n’obtient pas la réponse attendue ; ainsi pour l’homme riche voulant savoir comment obtenir la vie éternelle, il attendait des félicitations sur ce qu’il faisait mais reçoit une exigence supplémentaire : « Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. » (Marc 10,21)

Ces exemples sont tout à fait actuels, nous sommes dans la même attitude que ces disciples, nous n’osons rien demander dans nos prières parce nous avons peur d’une réponse inattendue ou d’une exigence particulière que nous ne voulons pas entendre et notre prière demeure formelle, nous ne nous y impliquons pas vraiment. Dans ce cas, l’épître de ce jour explique : « Vous n’obtenez rien parce que vous ne demandez pas. » (Jacques 4,2)

A travers cette péricope saint Marc interpelle tous les chrétiens et leur dit : « Osez interroger le Seigneur ! » Nous avons été marqués de l’Esprit Saint pour avoir la force du le Christ pour entendre la réponse quelle qu’elle soit et de la mettre en pratique : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. » (Jean 14,10-11)

« Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. » (Matthieu 7,7) Cette parole de Jésus résume l’attitude que nous devons avoir : ne pas avoir peur de demander, Dieu répond toujours avec amour.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire