Temps Ordinaire
22ème dimanche
Année A - saint Matthieu

1

Forces Armées de Guyane

31 août 2002

" Ne prenez pas pour modèle le monde présent "

2

Brigade Franco-Allemande

31 août 2008

Offrez votre personne et votre vie en sacrifice saint

3

Fort Neuf de Vincennes

28 août 2011

Comme un feu dévorant

4

Secteur Vermandois

31 août 2014

Les pensées des hommes

5

Athies & Nesle

3 septembre 2017

Pierre, le prenant à part

Jérémie 20,7-9
Psaume 62
Romains 12,1-2
Matthieu 16,21-27

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

31 août 2002

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page

« Ne prenez pas pour modèle le monde présent »

Le monde serait-il mauvais à ce point que nous ne devions le prendre pour modèle ? Dans ce cas, Dieu ne serait-il pas responsable d’avoir créé un tel environnement pour l’homme et la femme ?

« Dieu vit que cela était très bon ! » affirme le livre de la Genèse (Gn 1,31) mais dans le même passage, il remet la création dans son entier à la gérance du couple primitif : « Remplissez la terre et soumettez-la ! » (Gn 1,28) et il se retire pour que l’être humain soit responsable de sa gestion : « Le septième jour, il se reposa » (Gn 2,2)

Dieu, dans son amour, n’a pas laissé l’homme seul. Dès le commencement il le guide pour éviter la séparation, et lorsqu’elle est consommée, il reste présent aussi bien à Caïn, le meurtrier de son frère, qu’à Noé le seul juste sur terre en se manifestant à eux et en les protégeant, à Abraham pour montrer que l’Alliance n’est pas rompue. Toujours il rappelle que l’homme est appelé à mieux : à être en communion avec Lui.

En fonction de cela, saint Paul met en garde contre le monde présent. Ce n’est pas celui-ci que nous devons avoir comme modèle, mais l’humanité restaurée ; l’objectif auquel nous aspirons nous a été révélé par les prophètes et enfin par le Fils Unique du Père qui, par l’acceptation de sa mort, nous fait entrer dans le monde où nous serons en présence de la gloire divine.

L’espérance chrétienne n’est pas une vision pour l’avenir, nous avons conscience d’être déjà dans le Royaume, nous y sommes entrés par le Baptême en participant à la mort et à la résurrection du Christ et le modèle que nous devons prendre n’est pas hypothétique, il est dans notre cœur et dans notre foi. Le monde présent porte en gestation le monde de Dieu, mais tant qu’il n’est pas advenu, nous avons une idée incomplète de ce qu’il sera grâce aux révélations qui nous ont été faites.

Nous pouvons alors inverser la phrase de saint Paul : donnez-vous en modèle au monde présent, que les chrétiens montrent la séparation qui existe entre ce qui est et ce qui devrait être pour que la création réponde pleinement au projet de Dieu.

                                                                  Père JeanPaul Bouvier
                                           Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

31 août 2008

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Offrez votre personne et votre vie en sacrifice saint

Le terme de sacrifice n’a pas une bonne renommée, surtout dans le contexte de confort matériel où nous vivons. Dans l’esprit de nos contemporains cela évoque quelque chose de difficile, de désagréable que nous nous imposons péniblement.

Le sacrifice dont parle saint Paul n’est pas un effort extérieur, c’est toute notre vie qui est prise par la foi, l’espérance et la charité. Il ne s’agit plus d’aller offrir un mouton ou des tourterelles dans un Temple unique, mais de participer à l’action du Christ en vivant pleinement dans notre monde.

Les récits des évangiles insistent sur le fait que nous sommes aimés tels qu nous sommes, le Fils unique du Père ne renvoie personne, ni la Samaritaine, ni Zachée, ni même les pestiférés, il les accueille tels qu’ils se présentent mais ils seront transformés par cette rencontre, chacun différemment. La Samaritaine devient porteuse de la Bonne Nouvelle en allant prévenir toute la ville de Sychar de la présence du Messie ; Zachée ne profitera plus de sa position pour faire des exactions mais prendra les impôts en étant juste et équitable ; les malades de la peste, les aveugles, les boiteux seront guéris…

Le sacrifice de notre personne et de notre vie provient du don qui nous est fait de l’Esprit Saint de façon particulière et personnelle, il sera fonction de notre personnalité et de nos possibilités physiques. Le Père ne demande pas à un paralytique d’aller courir les chemins pour annoncer l’Evangile, mais il peut lui demander de prier pour ceux qui le font.

A nous de trouver, grâce à l’Esprit, l’appel qui nous est destiné et d’y répondre joyeusement et librement, c’est uniquement de cette façon que nous obéirons à cette exhortation inspirée à saint Paul, non seulement à la communauté des Romains, mais à toute l’Eglise à travers le temps.

Père JeanPaul Bouvier

28 août 2011

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

Comme un feu dévorant

Le prophète Jérémie, pourtant en butte à des avanies constantes, ne peut retenir les avertissements que Dieu lui demande de révéler. Sans nulle doute il préférerait annoncer des événements positifs plutôt que les malheurs qui attendent Israël, mais la Parole de Dieu est impérative : il ne peut pas garder ces messages pour lui-même, il doit les délivrer au roi, aux prêtres, au Peuple. Il ne doit pas considérer les risques qu’il encourre personnellement mais seulement la mission qui lui a été confiée.

Avant et après le prophète Jérémie, de nombreuses personnes choisies par Dieu ont eu à souffrir à cause de leur mission, mais toujours elles ont considéré que le message était premier ; non seulement dans l’Ancien Testament, mais également dans le Nouveau Testament où les premiers martyrs ne se souciaient pas de leur confort personnel ou même de leur vie (e.g. le martyre d’Etienne – Actes 7,54-8,2) mais uniquement du message de Salut offert à toute l’humanité.

Dans les siècles qui ont suivi la prédication et le sacrifice du Fils de Dieu, ce n’est pas par entêtement ou obstination que des hommes et des femmes se sont levés pour annoncer l’Evangile à leurs contemporains au risque de perdre la considération de leurs proches, comme pour Jérémie la Parole qu’ils ont reçue était un feu dévorant qui brûlait leur cœur et leurs lèvres et ce feu ne pouvait être contenu.

Les chrétiens d’aujourd’hui relèvent le flambeau et annoncent l’importance centrale de l’Humanité dans un monde secoué de toutes parts par – selon les mots de Jérémie (20,8) – Violence et Pillage. Le message n’est pas mieux reçu aujourd’hui qu’il ne l’a été par le passé car il va à l’encontre de ce qui établi par les habitudes et l’égoïsme de chacun.

Le feu de l’Esprit Saint est descendu sur les Apôtres le jour de la Pentecôte (cf. Actes 2,1-4) ; il vient sur nous lors des Sacrements du Baptême et de la Confirmation dès lors un besoin impérieux d’annoncer l’Amour de Dieu s’empare des Baptisés et des Confirmés qui répondent présents à l’appel du Christ Ressuscité : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples ! » (Matthieu 28,19)

La fougue et l’enthousiasme de ces jeunes qui se sont rassemblés à Madrid pour les Journées Mondiales de la Jeunesse ont ravivé le feu qui couvait en chacun de nous et donne à tout chrétien un nouvel élan et leur retour permet à nos paroisses un renouveau missionnaire et apostolique, bousculant nos liturgies ronronnantes. Ne mettons pas le feu sous le boisseau mais portons-le sur le lampadaire (cf. Matthieu 5,15)

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

31 août 2014

Secteur Vermandois

n°772

Retour en haut de la page

Les pensées des hommes

Pierre n’a pas été long à passer de l’écoute de l’Esprit Saint qui lui a fait reconnaître le Messie, Fils du Père, à l’incompréhension humaine du projet divin. Si Jésus est le Fils du Père éternel, il ne peut pas subir les avanies, la souffrance et la mort, qu’il vient d’énoncer. Pour l’Apôtre, une intervention miraculeuse empêchera ces événements ; en cela il rappelle les tentations utilisées par le démon au désert : « Si tu es le Fils de Dieu… » (cf. Luc 4,3) Jésus peut alors lui dire : « Passe derrière moi, Satan ! »

Quant à l’affirmation de la Résurrection déjà évoquée par Jésus, elle demeure incomprise comme lors de la Transfiguration : Pierre Jacques et Jean redescendent de la montagne « se demandant entre eux ce que voulait dire : ‘ressusciter d’entre les morts’ » (Marc 9,10) Même en entrant dans le tombeau vide le jour de Pâques, Pierre ne comprend pas (cf. Jean 20,6-7) Ce n’est que le jour de la Pentecôte que le don de l’Esprit Saint permettra à Pierre de proclamer : « Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies. Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir. » (Actes 2,23-24)

De même, les compagnons qui font route vers le village d’Emmaüs, n’ont pas compris que Dieu le Fils devait ressusciter parce que cela leur semblait impossible dans la ‘pensée des hommes’. Ils n’ont pas cru non plus au témoignage des femmes ayant trouvé le tombeau vide. Bien que troublés par leur récit, Ils s’en vont sans vérifier leurs dires.

Aujourd’hui, nous ne sommes pas meilleurs que nos prédécesseurs. Nous savons que le Christ est ressuscité, ‘premier-né d’entre les morts’, mais au fond de nous-mêmes notre foi est chancelante puisque nous ne vivons pas conformément à cette foi. Saisis nous aussi par la ‘pensée des hommes’, nous nous contentons d’une pratique extérieure sans intérioriser et transmettre la joie du Salut malgré le don de l’Esprit qui nous a été fait lors de notre Baptême et de notre Confirmation. Comme Pierre, alternativement nous affirmons que Jésus est le Messie venu pour le salut de l’humanité, puis dans d’autres temps, nous doutons de la résurrection des morts, oscillant entre ‘la pensée de Dieu’ et la ‘pensée des hommes’, entre ce qui nous paraît impossible et ce qui nous semble rationnel. Rappelons-nous de l’expression de l’Ange à Marie : « Rien n’est impossible à Dieu » (Luc 1,37)

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

3 septembre 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°959

Pierre, le prenant à part

Pierre vient – par la grâce de l’Esprit Saint – de professer sa foi en Jésus, le Christ, le Fils de Dieu (cf. Matthieu 16,16). Il ne veut pas morigéner Jésus devant les autres disciples ni montrer son désaccord avec le ‘Maître’, mais il ne peut pas envisager que Celui qui est plus grand que tous les prophètes soit rejeté et tué par ceux à qui il est envoyé : les ‘anciens’, les ‘prêtres’ et les ‘scribes’ – c'est-à-dire l’élite du peuple de Dieu – ne pourront que reconnaitre la puissance de Dieu en Jésus, ils se mettront eux aussi à sa suite.

Les foules reconnaissent le Messie, elles crient « Hosanna au Fils de David » à son passage ; elles écoutent avec ravissement l’enseignement qu’il prodigue ‘avec autorité’ ; elles se précipitent à ses genoux pour demander des guérisons et le bannissement des esprits mauvais. Comment pourrait-il en être autrement de ceux qui sont chargés par Dieu de conduire et d’éduquer ces foules en discernant le chemin de la foi ?

Malgré sa profession de foi en Jésus, Fils de Dieu, Pierre y voit surtout le Messie, c'est-à-dire littéralement celui qui a reçu l’onction, comme David, une onction royale, matérielle, avec de l’huile. Un véritable sacre comme Roi d’Israël pour restaurer l’indépendance, la gloire et la puissance du Peuple de Dieu. Sa dénégation : « Dieu t’en garde, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas, » (v.22) est pour Jésus comme un rappel des tentations au désert (cf. Matthieu 4,1sv.), c’est pourquoi il appelle Pierre ‘Satan’.

Face à cette conception purement humaine et matérielle de son ministère, Jésus affirme sa double nature : « le Fils de l’Homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père » (v.27) Humain et créateur des anges, uni par l’Esprit dans la Gloire avec le Père.

Cette affirmation permet de mieux comprendre la phrase précédente : « Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ? » (v.26) Elle rappelle la vanité d’accumuler pour soi-même (cf. Luc 12,20) Mais appliquée au Fils incarné, elle prend un autre sens : le Fils va gagner le monde entier au Père au prix de sa vie et ce qu’il donne en échange de sa vie, c’est l’effusion de l’Esprit, la rémission des péchés et le Salut éternel !

Comme Pierre, nous avons souvent des perspectives purement humaines, immédiates et matérielles. A nous aussi Jésus dit : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » (v.23) Il est temps de marcher à la suite de Jésus et d’en prendre les moyens !

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions