21ème dimanche du
Temps Ordinaire
Année "C" saint Luc

1

Talmont/Gironde

27 août 1989

L'acte d'espérance (Dom Helder Camara)

2

Bosnie Herzégovine

22 août 2004

La louange des Psaumes (Saint Pie X constitution Divino afflatu -1911)

3

Brigade Franco-Allemande

26 août 2007

Prière d'ouverture du 21ème dimanche du Temps Ordinaire

4

Fort Neuf de Vincennes

22 août 2010

Nous avons mangé et bu avec toi !

5

Secteur Vermandois

25 août 2013

Je prendrai des prêtres parmi eux

6

21 août 2016

Connaissant leurs actions et leurs pensées

Isaïe 66,18-21
Psaume 116
Hébreux 12,5-13
Luc 13,22-30

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

27 août 1989

Talmont/Gironde

Retour en haut de la page

L'acte d'espérance

Mon Dieu, J'espère avec une ferme confiance que vous me donnerez, par les mérites de Jésus-Christ votre grâce en ce monde et le bonheur éternel dans l'autre, parce que vous l'avez promis et que vous tenez toujours vos promesses.

"Ne perdons pas de vue que le Créateur a confié à l'homme le droit et le devoir de dominer la nature et de compléter la création, mais n'oublions pas non plus que nous ne sommes que co-créateur et que nos espérances plongent leurs racines dans la magnanimité et les largesses du Père qui nous a voulu à son image et à sa ressemblance et nous fait participer de sa propre nature divine.

Notre espérance n'est pas naïve et ne craint pas d'affronter des obstacles. Elle a le courage de les regarder de près, elle travaille à les surmonter en comptant sur sa force propre sans oublier cependant que le Fils de Dieu s'est fait homme et a déjà commencé le travail de libération de l'homme qu'il nous revient de mener à bien, avec l'aide divine.

Serait-ce un audace excessive, serait-ce un rêve irréalisable, serait-ce une espérance vaine que de penser l'espérance en une communauté mondiale?"

Dom Helder Camara (13 janvier 1970)


22 août 2004

Bosnie Herzégovine

Retour en haut de la page


la louange des Psaumes

Les Psaumes recueillis dans la Bible ont été composés sous l’inspiration divine. Certes, dès les débuts de l’Eglise, ils ont merveilleusement contribué à nourrir la piété des fidèles qui offraient à Dieu, en toutes circonstances, un sacrifice de louange, c’est à dire l’acte de foi qui sortait de leurs lèvres en l’honneur de son nom. Mais il est certain aussi que, selon un usage déjà reçu sous la Loi ancienne, ils ont tenu une place éminente dans la liturgie proprement dite et dan l’Office divin.
…/…
Les psaumes possèdent en outre une étonnante efficacité pour éveiller dans les cœurs le désir de toutes les vertus. « Certes, toute la Sainte Ecriture, de l’Ancien comme du Nouveau Testament, est inspirée par Dieu et utile pour l’enseignement, ainsi qu’il est écrit ; néanmoins le livre des Psaumes, comme un paradis contenant tous les fruits des autres livres, propose ses chants et ajoute ses propres fruits aux autres dans la psalmodie. » Ces paroles sont de saint Athanase, qui ajoute très justement : « Je pense que, pour celui qui chante les Psaumes, ils sont comparables à un miroir où il peut se contempler lui-même ainsi que les mouvements de son âme, et psalmodier dans ces dispositions. »

C’est pourquoi saint Augustin parle ainsi dans ses confessions : « Combien j’ai pleuré, en chantant tes hymnes et tes cantiques, tant j’étais remué par les douces mélodies que chantait ton Eglise ! Ces chants pénétraient dans mes oreilles, la vérité s’infiltrait dans mon cœur que la ferveur transportait, mes larmes coulaient, et cela me faisait du bien. »

Saint Pie X, constitution Divino afflatu (1911)


26 août 2007

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page


Prière d'ouverture du 21ème dimanche du Temps Ordinaire

Dieu qui peux mettre au cœur de tes fidèles un unique désir,
donne à ton peuple d’aimer ce que tu commandes
et d’attendre ce que tu promets ;
pour qu’au milieu de ce monde,
nos cœurs s’établissent fermement là où se trouvent les vraies joies.

Cette prière à laquelle nous prêtons peu d’attention au début de la messe du 21ème dimanche du Temps Ordinaire présente un aspect important de notre foi. Mais elle mérite quelques explications pour que nous en saisissions tout le sel.

L’expression ‘Dieu qui peux’ n’est pas à prendre dans le sens où le Père userait d’un arbitraire pour donner ou ne pas donner sa grâce. C’est davantage une double constatation d’une part de la toute puissance du Seigneur et d’autre part que tout vient de Lui.

Nous ne pouvons aimer ce qu’Il commande que si nous sommes dans la communion avec Lui, si nous réalisons, même imparfaitement, à quel point Il est proche de nous par amour du genre humain. Dieu nous commande toujours le mieux pour chacun d’entre nous. Il est donc nécessaire de rechercher quelle est la volonté de Dieu pour moi ‘hic et nunc’. Cela ne peut se réaliser que dans la méditation de la Parole qu’Il nous a donnée tout au long de l’histoire du Peuple élu.

Quant à la promesse que nous avons reçue, il s’agit du triple engagement qu’il a conclu avec Abraham : faire un grand peuple de sauvés, sur une terre qu’Il nous donne et l’assurance de Sa présence au milieu de nous.

Dans ce don qu’Il nous a fait, nous ne sommes pas inactifs car Il nous commande de manifester l’amour tout autour de nous ; le Fils nous a dit : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. » et dans la parabole du ‘Bon Samaritain’ Il nous indique que cette demande n’est pas dirigée uniquement vers les croyants mais universelle : mon prochain n’est pas celui qui est proche par l’identité de pensée, mais celui qui est proche géographiquement, celui que Dieu met sur mon chemin.

C’est en étant le prochain de celui-là que nous trouverons les vraies joies.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse militaire


22 août 2010

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page


Nous avons mangé et bu avec toi !

Certains disciples cherchent à avoir une ‘bonne’ place à côté de Jésus dans le royaume qu’ils pensent terrestre ; ils se targuent d’une intimité qui devrait, selon toute logique, leur être comptée de façon positive. La réponse de Jésus est cinglante : « Je ne vous connais pas, vous qui commettez l’injustice » !

Ainsi ce n’est pas la proximité physique avec Jésus qui peut donner les clefs du Royaume, mais bel et bien la proximité spirituelle ; cela rappelle la phrase de Jésus concernant ses proches parents : « Jésus répondit: "Qui est ma mère et qui sont mes frères?" Et tendant sa main vers ses disciples, il dit: "Voici ma mère et mes frères. Car quiconque fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là m'est un frère et une sœur et une mère." » (Matthieu 12,48-50)

Nous avons une réelle proximité physique avec le Fils du Père lorsque nous communions à son Corps, nous le touchons, que ce soit avec la main ou avec la langue ; participant à la dernière Cène, nous mangeons avec Lui. Nous pourrions, nous aussi, lui dire « Nous avons mangé et bu avec toi ! » Craignons que la réponse ne soit aussi sévère que pour les disciples de l’évangile.

Notre présence à la messe est donc soumise à notre vie quotidienne ; une fois encore la réponse se trouve dans l’enseignement de Jésus : « Quand donc tu présentes ton offrande à l'autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère ; puis reviens, et alors présente ton offrande. » (Matthieu 5,23-24) Si nous suivons ce précepte nous ferons la volonté de Dieu.

Réciproquement, c’est notre participation à la messe et la communion fréquente qui va nous donner la force de vivre de façon conforme à la Parole de Dieu. L’aliment spirituel que constitue l’eucharistie porte celui qui la reçoit avec foi à annoncer la Bonne Nouvelle de tout son être, c'est-à-dire non seulement par des paroles mais aussi par des actes.

Tels les Apôtres, réunis au Cénacle pour prier et méditer les évènements qu’ils ont vécu, sortent pour annoncer la proximité du Royaume de Dieu avec une prédication mais aussi avec des aumônes et des miracles, tels les chrétiens d’aujourd’hui réunis à la messe dominicale pour célébrer leur Seigneur vont à l’extérieur porter leurs richesses spirituelles et périssables à ceux qui en sont démunis.

La participation à la messe et la vie chrétienne sont deux éclairages du même mystère ; aucune personne ne peut se dire chrétienne avec foi sans participer régulièrement à la communauté eucharistique, pas plus qu’elle ne peut se vanter d’être ‘pratiquant’ sans avoir une vie appropriée aux instructions données par le Christ, le Fils du Père fait homme.

L’examen de conscience que chaque chrétien fait régulièrement lui permet de vérifier la conformité de sa vie personnelle avec son intimité avec le Christ.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique du Fort Neuf de Vincennes


25 août 2013

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page


Je prendrai des prêtres parmi eux

Ce prophète anonyme se revendiquant du prophète Isaïe promet au peuple d’Israël de ‘rassembler les hommes de toute nation et de toute langue’. Il indique ainsi que les descendants génétiques d’Abraham ne seront pas les seuls à bénéficier de la Gloire du Seigneur, c'est-à-dire de sa présence et de sa protection. Plus encore, il indique que Dieu prendra parmi eux des prêtres qui ne seront pas des descendants d’Aaron, contrairement à ce qui est annoncé lors de l’établissement du sacerdoce dans le désert après la sortie d’Egypte : « Le sacerdoce leur appartiendra par une loi perpétuelle. Tu consacreras donc Aaron et ses fils. » (Exode 29,9) « Tu établiras Aaron et ses fils pour qu’ils observent les fonctions de leur sacerdoce ; et l’étranger qui approchera sera puni de mort. » (Nombres 3,10)

Cette phrase devait paraître scandaleuse aux auditeurs de cette prophétie : comment Dieu pourrait-il revenir sur une institution qu’il a lui-même fixée ? Ce prophète se croirait-il l’égal de Dieu ?

Bien des années après cette prophétie, l’auteur de l’épître aux Hébreux révèle la clef de cette énigme : le Fils de Dieu est le véritable grand prêtre : « Ainsi, puisque nous avons un grand prêtre qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. » (Hébreux 4,14) Lui seul peut offrir un sacrifice perpétuel en étant entré dans le sanctuaire des Cieux afin de se constituer une multitude de frères en les rendant semblables à lui : « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. » (Romains 2,29)

Le rituel du Baptême reprend cette réalité en annonçant après l’immersion et avant l’onction par le Saint Chrême : « Dieu votre Père vous marque de l’huile sainte pour que vous demeuriez toujours unis à Jésus, Christ et Seigneur, prêtre, roi et prophète pour les siècles des siècles. » (Rituel Romain n°358) Chaque baptisé est prêtre en rendant un culte à la Sainte Trinité, il est roi car héritier du Royaume et il est prophète puisqu’il annonce le retour du Christ dans la Gloire.

Ainsi la prophétie du livre d’Isaïe est réalisée : lorsque le sacerdoce d’Aaron a cessé dès la destruction du Temple de Jérusalem, le sacerdoce du peuple chrétien était déjà en place autour des Apôtres puis de leurs successeurs. Le Père par le Fils et dans l’Esprit Saint a accompli sa promesse : ‘rassembler les hommes de toute nation et de toute langue’.

Le décret sur l’Apostolat des Laïcs a été publié à la dernière session du second Concile du Vatican (18 octobre 1965) commence ainsi : « Notre temps n’exige pas un moindre zèle de la part des laïcs; les circonstances actuelles réclament d'eux au contraire un apostolat toujours plus intense et plus étendu. » (n°1) Il reste toujours d’actualité et rappelle cette prophétie d’Isaïe : ‘ces messagers de mon peuple annonceront ma gloire parmi les nations.’ L’Eglise d’aujourd’hui reprend le flambeau

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


25 août 2013

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page

n°891


Connaissant leurs actions et leurs pensées

Il y a une opposition apparente entre la lecture du livre d’Isaïe et l’apostrophe de Jésus dans le passage de l’évangile. Le premier souligne que Dieu sauvera l’humanité, y compris à l’extérieur de son peuple, bien qu’il soit en pleine connaissance de ses fautes : « je viens rassembler toutes les nations, de toute langue. » Le second évoque la difficulté d’entrer dans le Royaume, il ne faut pas être « du dehors » c'est-à-dire vivre comme étant déjà dans le Royaume.

Ce sont donc des paroles pédagogiques prononcées à quelques siècles d’écart pour rappeler au peuple l’Alliance que le Seigneur a passée avec « Abraham, Isaac et Jacob » Jésus, comme le prophète, veut faire comprendre à ses auditeurs que faire partie du Peuple de Dieu implique des devoirs, en particulier faire de la Loi le centre de sa propre vie. Des hommes et des femmes vivent selon les préceptes de Dieu alors qu’ils ne font pas partie des descendants d’Abraham : ces « derniers seront premiers » et passeront devant ceux qui sont héritiers de la promesse mais qui restent « dehors »

Lorsqu’il reviendra sur ce sujet avec la demande de l’homme riche : « Bon maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? » (Luc 18,18) Jésus conclut son enseignement en disant : « Ce qui est impossible pour les hommes est possible pour Dieu. » (18,27) pour bien souligner que le Salut est un don de l’amour de Dieu et qu’il est impossible de l’obtenir par ses propres mérites.

La promesse faite à Abraham avait été conclue par le sacrifice de trois animaux : « une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans » (Genèse 15,9) Le Fils éternel s’est incarné pour faire alliance non plus avec un peuple avec toute l’humanité. Dieu s’était engagé seul dans l’alliance, de même le Christ s’engage seul en acceptant le sacrifice de sa vie : « ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés. » (Matthieu 26,28) Rien n’est demandé en échange, le pardon est donné sans restriction.

C’est en réalisant cet amour du Père que nous pouvons vivre en frères et sœurs du Fils et nous partageons l’émerveillement de saint Jean : « Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. » (1Jean 3,1) et par l’Esprit Saint qui nous est donné par cette filiation, nous pouvons témoigner : « A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13,35)

Nous ne sommes pas ‘du dehors’ pique par le Baptême nous sommes entrés dans le Royaume, vivons de cette Vie éternelle qui nous est donnée.

 Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois
administrateur des paroisses de Nesle et Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions