Temps Ordinaire
13ème dimanche
Année A - saint Matthieu

1

Forces Armées de Guyane

29 juin 2002

Préférence (saint Pierre et saint Paul)

2

Secteur Vermandois

29 juin 2014

Galiléen vs Pharisien (Saint Pierre et saint Paul)

3
Athies & Nesle
2 juillet 2017
Le prophète Elisée

2Rois 4,8-16a
Psaume 88
Romains 6,3-11
Matthieu 10,37-42

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

30 juin 2002

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la Page

Préférence (Saint Pierre et Paul)

Les paroles qui nous sont adressées par le Christ ce dimanche peuvent paraître surprenantes. Ne dit-il pas qu'il faut l'aimer plus que toute autre personne, y compris ses parents ? Pourtant l'Ancien Testament par les dix commandements prescrit qu'il faut honorer son père et sa mère et rappelle à d'autres passages le devoir de subvenir à leurs besoins dans la vieillesse.

Cette prescription que le Seigneur fait aux Douze Apôtres n'invite donc pas à délaisser ses parents, il parle de ne pas les aimer plus que lui. Il s'agit là d'une préférence lorsqu'il peut y avoir une concurrence. Etre soumis à ses parents est une prescription évangélique, rappelée également par saint Paul (cf. Ep 6,1), sauf si cette soumission peut avoir de graves conséquences pour moi, pour ma vie, pour ma foi.

De même lorsque le Christ nous demande de nous aimer les uns les autres, il ne s'agit pas d'aimer toute personne de la même façon, il y aura toujours des sympathies spontanées et des antipathies, il désire que nous contemplions l'image de Dieu qui est en chaque personne et qui est respectable, quelle que soit la personne et quoi qu'elle ait fait.

L'important est de préférer le Christ à toute chose car il est le Chemin, la Vérité, la Vie. " Nul ne va vers le Père sans passer par moi " (cf. Jn 14,6) A tout moment de la vie, chaque homme, chaque femme, doit se poser la question : " Suis-je sur le chemin du Christ ou non ? " et ne laisser aucun obstacle s'interposer entre lui et l'amour du Christ.

Comme toujours, le chrétien est relancé par sa propre conscience : préférer le Christ est une question de relation d'amour entre lui et le Seigneur ; il ne pourrait s'agir d'une loi intangible qui serait identique pour toute personne. Au contraire, une relation d'amour dépend des deux personnes et de rien d'autre.

Ce qui est bon pour moi dans ma foi ne l'est peut-être pas pour telle autre personne, mais je ne peux discerner ce qui est bon pour moi que dans un esprit de prière et de relation constante avec Dieu, Père, Fils et Esprit suivant le conseil évangélique de prier sans cesse (cf. Lc 18,1ss)

La péricope qui nous est proposée en ce dimanche nous incite à faire un examen de conscience : " Qu'est-ce je préfère au Christ ? " Cela peut être des personnes, mais cela peut aussi être des animaux ou des objets inanimés, des passions… En fonction de la réponse que chacun de nous peut donner nous pourrons demander dans la prière au Fils unique du Père de nous envoyer l'Esprit pour inverser cette préférence et revenir sur le chemin qui conduit au Royaume.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

29 juin 2014

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page

Galiléen vs Pharisien (Saint Pierre et saint Paul)

Un simple regard sur une carte géopolitique de la Palestine à l’époque de Jésus met en évidence la coupure entre les deux provinces juives, la Judée au Sud et la Galilée au Nord, séparées par la province de Samarie. L’hostilité entre ces deux populations est forte : « La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. » (Jean 4,9) Cet état de fait entraîne un certain mépris des Juifs de Judée envers ceux de Galilée : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » (Jean 1,46) Lors de l’arrestation de Jésus, Pierre, simple pécheur de Galilée, est vite repéré à cause de son accent par les serviteurs du grand Prêtre : « Sûrement, toi aussi, tu es l’un d’entre eux ! D’ailleurs, ta façon de parler te trahit. » (Matthieu 26,73) Ce qui sous-entendrait que tous les Galiléens présents à Jérusalem étaient suspectés d’être des disciples de Jésus !

Parmi les Judéens plusieurs factions s’opposent sur l’interprétation des Ecritures, Saducéens, Pharisiens, Esséniens… Saul de Tarse est un pharisien élevé à la meilleure école : « Je suis Juif, né à Tarse en Cilicie, mais élevé ici dans cette ville [Jérusalem], où, à l’école de Gamaliel, j’ai reçu une éducation strictement conforme à la Loi de nos pères ; j’avais pour Dieu une ardeur jalouse, comme vous tous aujourd’hui. » (Actes 22,3) Fort de cette éducation, il n’hésite pas à persécuter ceux qui ont une interprétation de l’Ecriture qui, apparemment, diverge de l’enseignement classique qu’il a reçu.

Entre le pécheur Galiléen qui a renié son maître avant d’être institué « pasteur de ses brebis » (Jean 21,16) et le pharisien citoyen romain qui a persécuté les disciples du Christ avant de devenir : « l’instrument que j’ai choisi pour faire parvenir mon nom auprès des nations, des rois et des fils d’Israël. » (Actes 9,15) le seul point commun est le choix de Dieu : l’un comme l’autre sont chargés d’une mission spécifique par le Ressuscité lui-même.

En nous proposant de fêter ensemble ces deux Apôtres, l’Eglise nous montre que le choix de Dieu est premier ; la vocation de chacun est unique en fonction de ses capacités Paul n’avait pas vécu avec Jésus mais était un bon prédicateur, Pierre n’aurait sans doute pas été écouté par les philosophes d’Athènes (cf. Actes 17,21-32)

Ce qui est vrai pour ces deux personnages essentiels de l’Eglise, est également vrai pour chacun d’entre nous et c’est le même Esprit Saint qui inspire ceux que le Seigneur choisit (cf. 1Corinthiens 12,4-9) Cette fête jumelée des saints Pierre et Paul est un appel à la conversion : celui qui a trahit et celui qui a persécuté sont des ‘instruments de choix’ que le Seigneur envoie en mission. Quelle que soit mon attitude passée, le Seigneur a une mission pour moi et il attend patiemment que je l’entende.

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

 

2 juillet 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°949

Le prophète Elisée

Le premier livre des Rois (cf. 1Rois 19,19-20) montre comment Dieu a désigné Elisée au grand prophète Elie pour lui succéder. Lorsqu’il est appelé Elisée était en train de labourer la toute dernière partie de son champ, mais il n’achève pas son ouvrage, non seulement il laisse le labour mais il offre les bœufs de l’attelage en brûlant la charrue pour le sacrifice qu’il partage avec ses ouvriers. Il montre ainsi que sa décision est sans retour.

Plus tard, ayant suivi Elie au désert, Elisée est témoin de l’enlèvement du prophète par « un char de feu, avec des chevaux de feu » et « Elie monta au ciel dans un ouragan. » (2Rois 2,11) Il s’empare alors du manteau que son maître avait laissé tomber, symbole de l’esprit de Dieu qui entourait Elie, et, sur le chemin du retour, il effectue le même miracle que son maître en ouvrant le Jourdain pour passer à pied sec (2Rois 2,14)

Dès lors Dieu est avec Elisée et lui permet de réaliser de nombreux signes et de prononcer de nombreuses prophéties pour guider les rois et le peuple sur le chemin de la foi.

  • A Jéricho, une source empoisonnée provoquait la mort et la stérilité de la terre, Elisée, au Nom du Seigneur, y jeta une écuelle de sel et les eaux en furent assainies (2Rois 2,19-22)
  • Les armées d’Israël et de Juda n’avaient plus d’eau dans le désert d’Edom, Elisée fait gonfler les eaux d’un torrent à sec pour que hommes et bêtes puissent boire et il prédit la victoire sur le roi d Moab (2Rois 3,9-21)
  • Les deux fils d’une veuve endettée étaient menacés d’esclavage si elle ne payait pas son créditeur. Elisée multiplie l’huile d’un petit vase pour qu’elle puisse la vendre et régler ses dettes (2Rois 4,1-7)
  • Au couple de Sunam (1ère lecture) qui l’accueillait il promet un fils « la femme conçut » mais à l’adolescence, l’enfant meurt et Elisée revient pour le réanimer (2Rois 4,8-37)

Le miracle le plus célèbre au point d’être la seule mention du prophète Elisée dans la prédication de Jésus (Luc 4,27) est la guérison de Naaman le général syrien, un étranger au peuple d’Israël (2Rois 5,1-10) Sur le conseil du prophète il se baigne dans le Jourdain et est guéri de sa lèpre. Revenu sur ses pas il offre de somptueux présents à Elisée qui les refuse car c’est Dieu qui a guéri Naaman et non lui.

Un an après sa mort, Dieu fait un nouveau miracle : un homme mort qui était porté en terre est mis précipitamment dans le tombeau d’Elisée à cause d’une menace d’invasion et il revient à la vie (2Rois 13,14-19)

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions