12ème dimanche du Temps Ordinaire
Année A - saint Matthieu

1

Forces Armées de Guyane

23 juin 2002

Le nouvel Adam

2

Brigade Franco-Allemande

22 juin 2008

Dites-le au grand jour !

3

Athies & Nesle

25 juin 2017

Adam préfigure le Christ

Jérémie 20,10-13
Psaume 68
Romains 5,12-15
Matthieu 10,26-33

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

23 juin 2002

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page

Le nouvel Adam

Il en est du Christ et d'Adam de même que pour la Pentecôte et la tour de Babel : c'est la même chose à l'envers.

Adam est considéré comme le fils de Dieu (cf. la généalogie de Jésus en Lc 3, 38) créé à l'image de Dieu (Gn 1,26ss) et animé par le souffle de Dieu (Gn 2,7). Le Christ est le Fils du Père, Dieu lui-même, né avant tous les siècles et conçu humainement de la Vierge Marie par l'action de l'Esprit Saint. Adam a été créé, le Fils éternel a été engendré.

L'auteur inspiré du livre de la Genèse nous laisse du premier couple une image de la méfiance de l'homme face à la proposition de l'amour de Dieu : Adam et Eve préfèrent croire un étranger, le diable (diabolos = celui qui divise), plutôt que de faire confiance à leur Créateur. Le Christ au contraire nous donne l'image de la communion avec le Père dans l'Esprit au point de faire sienne la volonté du Père.

La mort et la résurrection du Christ est un nouveau commencement, une nouvelle création. Jésus meurt sur la croix un vendredi, jour de la semaine où l'homme a été créé ; le samedi, jour du sabbat, repos sacré puisque Dieu s'est reposé après la semaine de création, Jésus est au tombeau, absent du monde ; le dimanche, premier jour de la création, le Christ ressuscite dans la gloire ouvrant une nouvelle ère pour le monde : le Royaume de Dieu est parmi nous, premier-né d'entre les morts, le Christ inaugure la création nouvelle où il n'est plus besoin d'avoir un Temple particulier à Jérusalem pour adorer Dieu, " Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité. " (Jn 4,24)

La désobéissance du premier couple a entraîné la fatalité de la mort ; l'obéissance du Fils annihile cette fatalité et tous ceux qui ont précédé la venue du Christ ressuscitent en lui. Après le Christ, dans l'Eglise, ceux qui vivent le Baptême passent symboliquement la mort avec lui en étant plongés trois fois dans l'eau baptismale, correspondant à la Trinité mais aussi aux trois jours passés dans le tombeau, et participent de la vie divine en ressortant de cet anéantissement devenus dépositaires de l'Esprit Saint.

Adam et Eve, excluent du Paradis toute leur descendance et les chérubins sont mis à la porte du jardin d'Eden pour garder l'Arbre de Vie (Gn 3,24) Ils s'écartent pour laisser passer le Fils du Père et ceux, multitude que nul ne peut dénombrer (Ap 7,9) qui suivent Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie.

En chacun de nous, l'enfant d'Adam et Eve combat l'enfant de Dieu ; le démon cherche toujours à séparer l'homme de son Créateur par ses tentations. Sachons simplement que le Christ est vainqueur et qu'il nous tend la main pour nous aider à sortir triomphateur de cette lutte : " Là où le péché a abondé, la grâce a surabondé " (Ro 5,20)

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

22 juin 2008

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Dites-le au grand jour !

L’enseignement du Christ n’est pas révélé à une ‘Elite’ qui seule pourrait comprendre le sens réel et profond du message. C’est une erreur fréquemment répandue où un petit groupe estime qu’il est le seul à percevoir la totalité de la révélation et par conséquent le seul à être véritablement sauvé !

Jésus annonce à ses Apôtres que, s’ils sont dépositaires du trésor de la foi, ce n’est pas uniquement pour leur profit personnel, mais au contraire pour en faire profiter toute l’humanité, sans restriction.

Pour le montrer, il choisit de choquer quelquefois ses contemporains en s’adressant aux femmes (cf. la Samaritaine en Jean 4) aux publicains (cf. l’appel du collecteur d’impôts en Matthieu 9) ou en pointant l’hypocrisie des pharisiens (cf. Matthieu 15) Ainsi il dévoile que rien n’est acquis, qu’une loi, fut-elle donnée par Dieu à Moïse ne peut remplacer ni la conscience ni l’amour.

Ainsi la perception de la révélation ne peut être figée par des théoriciens dans des livres puisque c’est la vie quotidienne des chrétiens qui est la meilleure façon de proclamer l’Evangile du  Salut.

Lorsque Jésus demande à ses Apôtres de le dire au grand jour, il ne fait pas seulement allusion à des annonces verbales mais aussi à l’annonce implicite par la façon de vivre qui devrait être conforme au discours !

Nous qui sommes les apôtres du Christ dans notre temps, nous avons aussi reçu le trésor de la foi. Comme eux nous n’avons pas à le garder égoïstement dans une jouissance intellectuelle mais à le partager par la parole et par nos actes avec tous ceux qui nous entourent ; nous serons alors témoins d’un des plus grands miracles de la foi : plus nous transmettrons le message de l’amour de Dieu, Père, Fils et Esprit, mieux nous le comprendrons et loin de nous dépouiller d’une valeur nous nous enrichirons.

Si nous choquons nos interlocuteurs, que ce soit comme le Christ, non pas pour le plaisir de choquer mais de façon pédagogique pour faire réfléchir chacun sur sa vie personnelle et sociale.

Père JeanPaul Bouvier

25 juin 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°948

Adam préfigure le Christ

Cette expression de saint Paul semble particulièrement osée : comment comparer Adam qui est pratiquement synonyme de la transgression originelle et le Fils qui vient dans notre chair pour expier cette transgression ? Mais l’Eglise ne chante-t-elle pas dans l’‘Exultet’ de la vigile de Pâques : « O felix culpa quae talem et tantum meruit habere redemptorem » traduit habituellement par « Heureuse faute qui nous valut un tel Rédempteur. » comme si nous nous réjouissions de la désobéissance d’Adam !

Le théologien saint Thomas d’Aquin (1225-1279) développe cette idée pour tenter d’expliquer la présence du mal dans le monde : si Dieu le permet c’est parce qu’un plus grand bien peut en être tiré ; en guise de démonstration, il souligne la relation de cause à effet entre la faute originelle d’Adam, la venue du Fils dans la chair du pécheur – Fils de Dieu et fils d’homme – et le don de l’Esprit Saint. En conclusion, le péché ne peut pas contrecarrer l’aspiration de l’homme à la communion avec le Père.

« Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous ! » (Jean 1,14) Par son Incarnation, le Fils réhabilite l’être humain « créé à l’image de Dieu » (cf. Genèse 1,27) Par sa naissance d’une Vierge, le Christ instaure une nouvelle naissance : de sa Mère Immaculée le Christ a pris la nature humaine, pas la faute de l’Homme. Dans son entretien avec Nicodème, il appelle ses frères à vivre cette nouvelle naissance par le Baptême d’eau et de l’Esprit Saint pour être libérés du péché et de la mort et parvenir à entrer dans le Royaume de Dieu (cf. Jean 3,5)

Par sa Passion et sa Résurrection, le Seigneur montre l’effet de cette libération. Les Apôtres l’ont bien comprise et la rappelle dans leurs écrits : « Toujours nous portons, dans notre corps, la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps. » (2Corinthiens 4,10) ; « Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne. » (Romains 6,5) ; « Ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair, avec ses passions et ses convoitises. » (Galates 5,24) ; « vous deveniez participants de la nature divine, et que vous échappiez à la dégradation produite dans le monde par la convoitise. » (2Pierre 1,4).

Libérés du péché et de la mort, le chrétien avance dans la connaissance de Dieu, Père, Fils et Esprit, non par des connaissances mais par des pratiques qui évoquent à la face du monde le Sacrifice du Christ pour toute l’humanité. L’Eglise est le signe de l’amour de Dieu pour tous, en tant que chrétien je suis  signe de l’Eglise en aimant mes frères au Nom du Seigneur.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions