/tr>

11ème dimanche du Temps Ordinaire

Année B - saint Marc

Deutéronome 18,15-20
Psaume 79
1Corinthiens 7,32-35
Marc 1,21-28

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1

Saint Charles de Monceau

15 juin 1991

Les paraboles du Royaume

2

Fort Neuf de Vincennes

17 juin 2012

Apparaître à découvert

15 juin 1991

Saint Charles de Monceau

retour en haut de la page

Les paraboles du Royaume

Les mots roi, royauté, royaume sont évidemment d'usage courant chez les Juifs qui avaient connu le régime monarchique depuis le XIème siècle avant Jésus-Christ jusqu'à l'Exil à Babylone au VIème siècle avant Jésus-Christ. Mais la Bible, dès les origines, leur donne un sens religieux en affirmant constamment que Dieu est roi, qu'il doit régner, qu'il est seul vraiment roi. Maître de l'univers qu'il a créé, Dieu est le chef du Peuple d'Israël avec lequel il a passé alliance : il le protège, il le conduit par ses prophètes; il le punit de ses infidélités pour le remettre sur le bon chemin.

Les rois que se donne Israël ne sont que ses lieutenants; ils n'ont aucun caractère divin, quand bien même ils reçoivent l'onction qui les consacre. L'infidélité de ces rois conduira d'ailleurs la dynastie de David à sa disparition, et, après l'Exil, c'est par ses prêtres et ses prophètes que Dieu gouverne désormais Israël.

Le Peuple d'Israël n'en continue pas moins à espérer un avenir où Dieu règnera véritablement sur l'univers (cf. Ps 47 et 96). Grâce au roi-messie qu'il consacrera, ou même sans cet intermédiaire, le règne de Dieu est au cœur de l'attente des croyants, au temps de Jésus.

On comprend bien dès lors pourquoi Jésus inaugure son annonce du salut en proclamant la proximité du Royaume de Dieu (ou du Royaume des cieux, ce qui revient au même). Il déclare même que le Royaume est déjà là (Mt 11,2-6,12,28; Lc 16,16). Non pas de manière éclatante, et encore moins par une restauration politique (Jn 18,36), mais par une vie nouvelle, une vie spirituelle, dont la semence est déposée au cœur de l'homme (Mt 13,24-43). Ce Royaume va grandir jusqu'à son achèvement, lorsque le Christ remettra à Dieu son Père le Royaume de l'humanité sauvée (1Cor 15,24-28).

L'Eglise fondée par Jésus ne s'identifie pas totalement à ce Royaume, mais elle en est l'ébauche visible, le chantier de construction inachevé mais en pleine activité.

Les Paraboles du Royaume n'ont pour but que d'exprimer cette conception théorique par des exemples pratiques dont nous n'avons pas fini d'explorer la richesse.

Père JeanPaul BOUVIER
vicaire à saint Charles de Monceau


17 juin 2012

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page


Apparaître à découvert

Lorsque saint Paul écrit aux Corinthiens que nous devrons tous ‘apparaître à découvert devant le Seigneur’ (5,10) il ne profère pas une menace mais une espérance. Pharisien formé par le rabbin Gamaliel (cf. Actes 22,3) reconnu pour la qualité de son enseignement, il fait allusion au paradis perdu au moment où le premier couple est créé : « tous deux étaient nus, l'homme et sa femme, et ils n'avaient pas honte l'un devant l'autre. » (Genèse 2,25) La nudité dont il est question n’est pas la simple absence de vêtements, c’est aussi la nudité spirituelle : ils n’ont rien à cacher l’un envers l’autre… ni à Dieu ! Dès qu’ils ont commis l’acte de désobéissance, ils veulent le cacher de Dieu derrière un pagne de feuilles de figuier (Genèse 3,7)

Ainsi saint Paul en sous-entendant ce récit biblique rappelle implicitement aux chrétiens de Corinthe que le Paradis est à nouveau ouvert pour les hommes et femmes qui se présenteront au ‘à découvert au tribunal du Christ’ dans la nudité spirituelle, sans rien avoir à cacher ni avoir honte devant le Sauveur. Restaurés dans la pureté originelle de la Création par le Sacrifice du Christ, les chrétiens peuvent s’avancer sans crainte, en toute confiance, vers le Seigneur ; leur vie parle pour eux et ils se présentent tels qu’ils sont.

Cette lecture retentit encore davantage dans notre époque qui a multiplié les sources de tentations : le temps passe trop vite et nous remettons à plus tard l’intimité que nous devrions avoir avec le Seigneur ; elle conditionne pourtant l’annonce de l’Evangile qui est ainsi reléguée à un plan subalterne. L’éducation chrétienne des enfants nécessaire pour leur future vie de chrétiens adultes passe après les occupations de loisirs que nous nous sentons obligés de devoir leur donner. L’approfondissement de notre foi d’adulte est négligé et nous la laissons aller sur sa lancée sans nous apercevoir de son affaiblissement.

« Notre ambition c’est de plaire au Seigneur. » (2Corinthiens 5,9) écrit sans Paul. Qu’en est-il de la nôtre ? Chaque dimanche les lectures nous provoquent à changer de vie, à nos convertir pour nous retourner l’essentiel : l’amour de Dieu et du prochain. Les résolutions ne suffisent pas, elles doivent être suivies d’actes concrets. « Rejetez-vous le péché ? » demande-t-on lors du Baptême et tous les assistants répondent : « J’y renonce ! » que ce ne soit pas dans notre vie une simple formule liturgique mais une affirmation de tous les jours.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire