3ème dimanche du Temps Ordinaire
Année B - saint Marc

1Samuel 3,3b-10.19
Psaume 39
1Corinthiens 13b-15a.17-21
Jean 1,35-42

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1

Forces Armées de Guyane

25 janvier 2003

Jonas parcourut la ville un jour à peine

2

Bosnie Herzégovine

22 janvier 2006

Une journée à peine !

3

Brigade Franco-Allemande

25 janvier 2009

Unitatis Redintegratio (Concile Vatican II)

4

Fort Neuf de Vincennes

22 janvier 2012

Jonas

5

Secteur Vermandois

25 janvier 2015

Prière pour l’unité des chrétiens

25 janvier 2003

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page

Jonas parcourut la ville un jour à peine

La ville de Ninive est tellement grande qu’il faut trois jours pour la traverser à pied, or Jonas ne la parcourt qu’une seule journée. Non pas qu’il ait été plus rapide que les autres personnes, mais son message était tellement important qu’il n’était pas nécessaire qu’il aille partout : le ‘bouche à oreille’ a fonctionné. Les personnes qui avaient été convaincues par la mise en garde de Jonas la répétaient appelant eux aussi à la conversion – c’est à dire à un changement radical de vie.

C’est ce qui se produit ! Les ninivites abandonnent leur conduite mauvaise et se retournent vers le Seigneur. Et Dieu renonça au châtiment

Cette façon de voir choque un peu les chrétiens qui ne pensent pas que Dieu puisse punir toute une ville à cause de l’inconduite de certains ; comme Abraham plaidant pour Sodome, nous estimons que s’il n’y a qu’un seul juste dans la ville, Dieu pardonne à toute la ville grâce à ce juste.

Mais si nous examinons de plus près l’enchaînement des événements, nous nous apercevons que Dieu propose le meilleur à l’être humain et que si nous ne suivons pas ses voies, nous nous exposons à des conséquences néfastes. Ainsi l’appel à la charité qui court tout au long de la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse de saint Jean, est essentiel. Aimer Dieu par-dessus tout et aimer l’Homme comme Dieu l’aime est le seul commandement. Tous ceux qui ne respectent pas ce commandement s’éloignent de la voie divine et sont des dangers potentiels pour les autres.

Dans notre vie quotidienne de chrétiens, prenons donc le temps de regarder dans la prière comment nous suivons ce commandement. La pratique de l’examen de conscience vespéral est à ce titre un guide indispensable ; la confession régulière permet de recevoir l’Esprit Saint pour éviter de commettre les mêmes péchés si des circonstances identiques se présentent ; la communion fréquente nous porte dans l’intimité de Dieu en nous faisant participer – et non pas seulement assister – au sacrifice du Christ.

Si nous arrivons à ce point de familiarité avec Dieu, Père, Fils et Esprit, nous pourrons être des Jonas qui appellent à la conversion et au salut, même si, comme lui, nous ne sommes pas d’accord et que nous voudrions que les pécheurs soient punis. La justice de Dieu est celle qui rend tous les hommes justes et non pas celle qui juge d’une façon implacable.

père JeanPaul Bouvier
Aumônier catholique des Forces Armées en Guyane


22 janvier 2006

Bosnie Herzégovine

Retour en haut de la page


Une journée à peine !

La ville de Ninive était tellement grande nous dit le texte de la première lecture, qu’il fallait trois jours pour la traverser. Or Jonas la parcourt à peine une journée en proclamant la destruction de la ville.

Cela ne veut pas dire que Jonas a été plus rapide que les autres hommes, cela signifie que le message qu’il délivrait a été colporté de personne à personne à une vitesse supérieure à son déplacement, de proche en proche la nouvelle a été connue de tous avant même qu’ils l’aient entendu de la bouche du prophète.

Aussitôt tous les habitants de Ninive crurent en Dieu et prennent le deuil, ils se repentent de leurs actions passées qui les ont séparés du seul Dieu.

Lorsque Jésus passe auprès du lac de Galilée, il appelle des pécheurs en leur disant qu’ils seront pécheurs d’hommes. C’est la même mission que celle de Jonas : annoncer que l’homme va à sa perte en se séparant de la voie qui mène à Dieu. Ce n’est pas une punition de la part du Père, mais les conséquences de nos actes qui nous font aller vers notre destruction. Le chemin que nous propose le Seigneur est le meilleur pour l’homme, si nous ne le suivons pas nous pourrons peut-être aller vers le bien, mais pas vers le meilleur.

Les disciples appelés au lac de Galilée ont cette fonction : annoncer que le Christ est ressuscité pour nous montrer à quoi nous sommes destinés. Tout au long de l’histoire de l’Eglise, des personnes se sont levées pour prendre la succession des disciples de la première heure.

Lorsque nous avons été confirmés, nous avons été envoyés en mission comme Jonas pour proclamer la Bonne Nouvelle du Salut. Non pas une destruction, mais au contraire une rédemption : l’être humain est restauré dans sa nature de fils de Dieu. C’est à notre tour de parcourir Ninive en proclamant le dessein de Dieu. Puisse notre message être répandu de proche en proche comme celui de Jonas.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Militaire Catholique en Bosnie Herzégovine


25 janvier 2009

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page


18-25 janvier, semaine de prière
pour l’unité des chrétiens

Les valeurs chrétiennes qui se trouvent chez les autres

Il est nécessaire que les catholiques reconnaissent avec joie et apprécient les valeurs réellement chrétiennes qui ont leur source au commun patrimoine et qui se trouvent chez nos frères séparés.

Il est juste et salutaire de reconnaître les richesses du Christ et sa puissance agissante dans la vie de ceux qui témoignent pour le Christ parfois jusqu’à l’effusion de sang ; car Dieu est toujours admirable et doit être admiré dans ses œuvres..

Il ne faut pas non plus oublier que tout ce qui est accompli par la grâce de l’Esprit Saint dans nos frères séparés peut contribuer à notre éducation.

Rien de ce qui est réellement chrétien ne s’oppose jamais aux vraies valeurs de la foi mais tout cela peut contribuer à faire atteindre toujours plus parfaitement au mystère du Christ et de l’Eglise.

Concile Vatican II
1963-1965
Décret sur l’œcuménisme Unitatis Redintegratio
Chapitre 1, n°4
21 novembre 1964


22 janvier 2012

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page


Jonas

Il est dommage que la liturgie ne nous donne que l’obéissance de Jonas à la demande du Seigneur car la première partie du livre nous montre que, lors du premier appel du Seigneur, Jonas s’était enfui pour ne pas commencer cette mission qu’il estimait impossible à réaliser. Devant les prodiges que Dieu fait pour lui sa puissance, Jonas accepte de partir pour Ninive mais en pensant que cette entreprise est vouée à l’échec.

La troisième partie du livre décrit Jonas furieux que Dieu ait pardonné aux habitants de la ‘grande ville’ et il estime que ce n’était pas la peine de lui faire arpenter les rues pour avertir du châtiment si Dieu  était déjà enclin à pardonner !

L’ensemble du livre est comme une biographie de tout homme. Devant la mission que Dieu nous propose, nous commençons par fuir : ce n’est pas pour nous, nous n’avons pas la capacité de la remplir, cela ne donnera rien… Puis devant l’insistance pressante de l’appel, nous nous résolvons à essayer mais notre conviction n’est pas toujours au rendez-vous. Enfin devant un résultat qui n’est pas celui que nous escomptions, nous avons l’impression d’avoir été floués, d’avoir œuvré en vain.

Nous sommes loin de la réponse du petit Samuel que nous lisons la semaine dernière : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ! » (1Samuel 3,18) mais lui aussi ce n’était qu’au troisième appel avec l’aide du prêtre Eli qu’il a cette disposition devant le Seigneur.

Nous avons pourtant plus de possibilités que Jonas ou Samuel puisque nous avons l’assurance du Christ qui nous a prévenus : « ne vous préoccupez pas de ce que vous direz, mais dites ce qui vous sera donné sur le moment: car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit Saint » (Marc 13,11) Lorsque nous recevons une mission du Seigneur et que celle-ci a été confirmée par la foi de l’Eglise, nous savons que l’Esprit est à l’œuvre en nous pour nous conférer la force nécessaire à l’accomplissement de cette mission.

Nous entendons beaucoup parler de ‘Nouvelle Evangélisation’ mais l’évangélisation n’est ni nouvelle ni ancienne, chaque époque à répondu comme elle a pu avec les hommes que Dieu suscitait pour répondre à la demande du Christ Ressuscité : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin de l'âge. »  (Matthieu 28,19-20)

Cette annonce de la Bonne Nouvelle n’est pas un carcan ou un devoir pesant car comme saint Paul l’écrit : « Annoncer l'Evangile en effet n'est pas pour moi un titre de gloire ; c'est une nécessité qui m'incombe. Oui, malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile ! » (1Corinthien 9,16) Ce n’est pas vrai que pour Jonas ou saint Paul, chaque chrétien doit ressentir cette nécessité résonner en lui.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes


25 janvier 2015

n°801

retour en haut de la page


Prière pour l’unité des chrétiens

Le 25 janvier – fête de la Conversion de saint Paul – s’achève la semaine de prière pour l’unité des chrétiens (18 au 25 janvier) Elle est passée plus ou moins inaperçue, à l’exception peut-être d’une intention dans la prière universelle. L’initiative d’instaurer cette semaine est venue à la suite du décret du Concile Vatican II ‘Unitatis redintegratio’ (21 novembre 1964) sur l’œcuménisme qui a souligné que les éléments qui sont communs à toutes les églises chrétiennes sont plus nombreux que ceux qui séparent ; chacune des églises peut – et doit – s’enrichir mutuellement de leurs différences. En particulier, l’aggiornamento liturgique de l’Eglise Catholique qui a suivi le Concile a mis en évidence l’importance de la Parole de Dieu et demande de favoriser l’homélie plutôt que le prône ou le sermon.

Cinquante ans après ce décret, le zèle œcuménique semble s’être émoussé ; les échanges de chaire entre un pasteur protestant et un prêtre catholique et même les réunions de prières sont devenus exceptionnels. Au lieu de faire un front commun en affirmant les valeurs chrétiennes face à une société sur-laïcisée, voire laïcarde, chacun reste frileusement dans son coin. Les événements dramatiques du début janvier auraient dû nous motiver pour montrer une prière commune et développer la visibilité de notre unité, mais là également une intention de la prière universelle a – la plupart du temps – paru suffisante.

Ce qui est vrai des rapports entre les différentes églises chrétiennes est aussi vrai à l’intérieur même de nos communautés chrétiennes ; un temps où les diverses sensibilités spirituelles représentées localement prient ensemble malgré les divergences est un signe fort pour la société qui nous entoure. Chacun de nous a en lui la force de manifester cette unité par la grâce du Christ : « Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » (Jean 17,22-23)

Le monde attend des chrétiens qu’ils lui montrent cette « Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique » qu’ils confessent tous les dimanches.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire