/tr>

2ème dimanche du Temps Ordinaire
Année B - saint Marc

1Samuel 3,3b-10.19
Psaume 39
1Corinthiens 13b-15a.17-21
Jean 1,35-42

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1

Saint Charles de Monceau

janvier 1991

Montrer Dieu

2

Forces Armées de Guyane

17 janvier 2003

Je ne t'ai pas appelé, retourne te coucher

3

Bosnie Herzégovine

15 janvier 2006

Ils virent où il demeurait

4

Brigade Franco-Allemande

18 janvier 2009

Une troisième fois Dieu appela Samuel...

5

Fort Neuf de Vincennes

15 janvier 2012

Que cherchez-vous ?

6

Secteur Vermandois

18 janvier 2015

Changement de nom

janvier 1991

Saint Charles de Monceau

Retour en haut de la page

Montrer Dieu...

Dans notre société actuelle, il est de bon ton de développer l'esprit de concurrence. Chacun considére l'autre comme un obstacle à sa propre promotion. Tous les coups sont permis pour arriver le premier.

Or les textes que l'Eglise nous propose aujourd'hui vont à l'encontre de ces idées :

Le prêtre Eli dormait du sommeil du juste, il est réveillé par trois fois par ce petit qui était au service du Temple. Comprenant ce qui se passe, il indique au jeune Samuel comment écouter le parole de Dieu; il le fait sans envie, sans jalousie, mais en donnant à cet enfant la clef qui permet d'entrer dans l'intimité du Seigneur : ``Tu diras : parle, Seigneur, ton serviteur écoute!''

De même, Jean-Baptiste, en voyant le Christ passer, ne cherche pas à garder ses disciples, à les retenir auprès de lui. Au contraire, il les envoie vers Celui qui devait venir, annoncé par les Ecritures; celui dont il préparait les chemins; celui dont il disait ne pas être digne de dénouer les courroies de ses sandales. Il leur dit simplement : ``Voici l'agneau de Dieu''.

Ces textes nous invitent à faire de même. Lorsque nous voyons quelqu'un qui cherche Dieu qui nous demande comment faire pour Le rencontrer, nous devons avoir la même humilité : ne pas garder Dieu pour nous seuls, ni ce ``disciple'' pour notre propre usage. Dieu nous demande d'accepter que les autres puissent voler de leurs propres ailes, même si cela nous dépouille un peu, car l'homme se repaît aussi de gloriole.

Sur le plan personnel, nous aussi, dans la célébration de la messe nous disons : ``Parle, ton serviteur écoute'' et pourtant nous sommeillons pendant les lectures alors que Samuel se réveille; nous entendons : ``Voici l'Agneau de Dieu'' et nous restons sur place alors que les disciples de Jean suivent le Christ.

Pour être chrétiens, soyons attentifs à ce que Dieu nous dit aujourd'hui et mettons-nous en marche à la suite de Jésus vers nos frères...

Père JeanPaul BOUVIER
vicaire à saint Charles de Monceau


19 janvier 2003

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page


Je ne t’ai pas appelé, retourne te coucher

La confusion de Samuel, encore petit enfant mais déjà élu par le Seigneur comme un prophète extraordinaire, est significative de la réaction des hommes. Bien sûr, nous ne sommes plus toujours des enfants, mais nous ne comprenons pas toujours correctement la vocation que Dieu nous adresse, - et nous ne sommes pas seuls.

Nous pourrions multiplier les exemples de personnes, pourtant saintes, qui n’ont pas interprété l’appel de Dieu dès la première fois et souvent l’appel auquel nous répondons n’est que les prémices de ce que nous aurons effectivement à faire.

Ainsi, dans l’évangile de ce jour, lorsque André dit à Simon : « Nous avons trouvé le messie », il ne fait allusion qu’à un maître, un meneur d’homme qui va emmener le peuple d’Israël à la victoire sur l’occupant ; il est loin de penser qu’en dirigeant son frère vers cet homme que Jean-Baptiste vient de désigner, il donne à Simon la possibilité de devenir la première pierre d’une nouvelle Alliance entre Dieu et les hommes. Pourtant le changement de nom que Jésus impose à Simon est un signe : Dieu n’a-t-il pas changé le nom d’Abram en Abraham (Gn 17,5) et le nom de Jacob en Israël (Gn 32,28) pour montrer des impulsions dans l’Alliance ? Le nom de Baptême, pour les adultes dans les temps anciens, n’était pas le même que celui qu’ils portaient jusque là, les religieux changent de nom le jour de leur entrée au monastère, le pape – à l’image de Simon – choisit un nom pour devenir le successeur de Pierre. Tous montrent ainsi qu’ils répondent volontairement à l’appel de Dieu.

Nous n’avons pas changé de nom le jour de notre Baptême ou de notre Confirmation, mais nous sommes aussi consacrés à Dieu et répondons volontiers à l’appel. Notre difficulté est de l’entendre et de le comprendre car pour la mise en œuvre, nous comptons sur l’aide de l’Esprit Saint qui nous est donné sans mesure.

Même si comme Eli pour Samuel, les personnes susceptibles de nous guider ne saisissent pas immédiatement l’opportunité de nous diriger vers Dieu, Dieu est patient et renouvellera son appel jusqu’à ce que nous comprenions que c’est Lui qui nous parle. Puissions-nous alors ne pas retourner nous coucher mais dire avec foi Parle, Seigneur, ton serviteur écoute !

père JeanPaul Bouvier
Aumônier catholique des Forces Armées en Guyane


15 janvier 2006

Bosnie Herzégovine

Retour en haut de la page


Ils virent où il demeurait

Deux disciples de Jean le Baptiste entendent leur maître désigner Jésus comme étant l’Agneau de Dieu et se mettent à le suivre pour voir où il demeure. Venez et voyez leur dit Jésus.

Quelle importance peut-il y avoir pour l’auteur du quatrième évangile de souligner cette anecdote ? Pourquoi est-il nécessaire de savoir où Jésus demeure ?

C’est une idée constante dans l’évangile de saint Jean : Dieu est parmi nous ! il utilise pour cela plusieurs verbes : Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous (Jn 1,14) ; les samaritains le prièrent de rester avec eux (Jn 4,40) ; je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous (Jn 14,25) ; et les redondances de la grande prière sacerdotale.

L’auteur fait dans son écrit une méditation de la venue de Dieu le Fils parmi les hommes et c’est cela qui est important. Le Temple de Jérusalem (qui est détruit à l’époque de la rédaction) n’était qu’une pâle représentation de ce que devait être la présence réelle de Dieu. Les annonces des prophètes se réalisent, la troisième partie de la promesse faite à Abraham est accomplie : Dieu vient sauver son peuple.

Que faut-il que le croyant fasse pour bénéficier de la présence de Dieu dans sa vie ? Venez et voyez ! répond Jésus. Le témoignage que donne l’auteur de l’évangile au matin de Pâques est comme la confirmation de cette proposition du Christ ; lorsque le disciple entre dans le tombeau vide derrière Pierre, il écrit simplement : il vit et il crut (Jn 20,8) Il est venu voir où Jésus demeurait il a vu qu’il était ressuscité et il a cru.

C’est ce qui nous est dit aujourd’hui : lorsque nous demandons où Dieu se trouve, le Christ nous répond aussi Venez et voyez ! Venir auprès de sa Parole par la lecture régulière de l’Ecriture, venir auprès du saint Sacrement, venir auprès de nos prochains et nous verrons le Fils de Dieu à l’œuvre dans ce monde, nous verrons les prodiges qu’il réalise dans nos contemporains et en nous. Alors avec saint Jean nous croirons parce que nous le verrons tel qu’il est, Dieu parmi les hommes.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Militaire Catholique en Bosnie Herzégovine


18 janvier 2009

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page


Une troisième fois Dieu appela Samuel...

L’enfant miraculeux, né d’Alqana et de sa femme Anne qui semblait être stérile, a été consacré au Seigneur conformément au vœu de sa mère. Il sert le prêtre Eli et dort dans les dépendances du Temple.

Deux fois dans la nuit, le Seigneur appelle le jeune Samuel qui se précipite chez Eli pensant qu’il a besoin de sa présence. Deux fois le prêtre lui répond qu’il ne l’a pas appelé. Sans se lasser, à la troisième fois, Samuel retourne vers le prêtre qui comprend alors que l’appel vient de Dieu et indique à l’enfant comment répondre…

Combien de fois sommes-nous appelés ? Tous les jours ? Plusieurs fois par jour ? Mais nous ne comprenons pas que c’est Dieu qui nous parle. Bien sûr nous n’entendons pas nos prénoms dans le silence de la nuit, mais des rencontres, des lectures, sont pour nous des appels aussi forts que celui que Samuel a entendu dans le Temple ; et, souvent, nous nous méprenons sur la signification de cet appel et nous répondons à côté de la demande.

L’appel est réitéré et, contrairement à Samuel, nous nous lassons de ne pas en comprendre le sens et nous l’ignorons en passant à autre chose.

Deux leçons principales peuvent être tirées de ce passage de la Bible :

  • En premier lieu la constance, même si nous ne comprenons pas, répondons à l’appel au risque de donner une réponse qui ne serait pas la bonne, Dieu nous donnera un signe ou une personne qui nous permettra de discerner le chemin sur lequel Il nous invite ;
  • En second lieu la disponibilité, Samuel va vers le prêtre sans se lasser ni récriminer pour avoir la solution : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute » C’est en nous mettant à l’écoute de la Parole de Dieu que nous pourrons comprendre et être sûr de repartir du bon pied.

C’est un enfant qui nous montre l’exemple ! Nous savons quelle importance a eu le prophète Samuel dans le projet de Dieu. Si nous répondons aussi simplement et franchement que cet enfant nous aurons aussi une grande importance dans l’annonce du Salut à tous les hommes.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse militaire


15 janvier 2012

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page


Que cherchez-vous ?

Jean le Baptiste a été témoin de la manifestation du Père lors du baptême d’eau qu’il a conféré à Jésus, il a vu « L’Esprit de Dieu descendre comme une colombe. » il a entendu la voix venant des cieux ouverts : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé qui a toute ma faveur. » (Matthieu 3,16-17) Il peut affirmer aux deux disciples qui sont avec lui : « Voici l’Agneau de Dieu ! » (Jean 1,35) et ceux-ci se mettent à suivre Jésus, sans rien dire, peut-être sans oser s’approcher.

Jésus re retournant vers eux leur pose cette question « Que cherchez-vous ? » pour qu’ils expriment leur attente, qu’ils se posent eux-mêmes la question « Au fond, qu’est-ce que je cherche ? » et qu’ils donnent leur propre réponse. En restant avec Jésus jusqu’au milieu de l’après midi, ils trouvent ce qu’ils cherchaient en étant disciples de Jean et aussitôt André va le dire à son frère Simon dans un cri de joie et d’exaltation : « Nous avons trouvé le Messie ! »

En posant le premier regard sur cet homme, Jésus lui donne un nouveau nom : ‘Pierre’ le symbole de la solidité et de la stabilité, pourtant le dernier regard que Jésus posera sur lui sera lorsqu’il le trahira dans le prétoire : « Et à l'instant même, comme il parlait encore, un coq chanta, et le Seigneur, se retournant, fixa son regard sur Pierre. » (Luc 22,60-61)

L’ensemble de ce passage d’évangile est toujours d’actualité pour tous les chrétiens, nous suivons le Christ qui nous a été désigné comme l’Agneau de Dieu, mais sans oser lui parler, sans vraiment oser nous approcher, nous le suivons à distance et le Christ se retourne vers nous en demandant : « Que cherches-tu ? » Nous aussi, nous restons avec lui dans sa Parole, dans les Sacrements qu’il nous a laissés mais sans aller plus loin, sans aller proclamer à nos frères, avec joie et passion : « Nous avons trouvé le Messie ! »

Comme pour Simon-Pierre, notre vie oscille entre les deux regards, le regard qui va nous donner un nom synonyme de stabilité et solidité : le nom de fils de Dieu et le regard qui est une constatation de notre reniement : « Je ne connais pas cet homme ! »

« Venez et voyez ! » dit Jésus aux deux disciples de Jean. Comme eux nous sommes venus et nous avons vu, mais nous nous laissons rattraper par les soucis de la vie quotidienne qui nous font oublier ce que nous avons vu, où nous sommes allés ; la liturgie nous permet de réentendre l’exclamation de Jean Baptiste : « Voici l’Agneau de Dieu ! » et de nous remettre à la suite du Christ pour voir où il demeure. A nous de rester avec lui pour revivifier notre foi et proclamer le message de l’Evangile.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes


18 janvier 2015

n°800

retour en haut de la page


Changement de nom

Le changement de nom dans la Bible est particulièrement important ; ainsi ‘Abram’ (héritier d’une lignée) devient ‘Abraham’ (père d’une multitude – cf. Genèse 17,5) ; ‘Jacob’ (‘que Dieu protège’ cf. Genèse 25,26)) devient ‘Israël’ (‘qui combat avec Dieu’ – cf. Genèse 32,28) qui donne son nom à toute sa descendance, les douze tribus constituant le Peuple de Dieu.

En d’autres occasions, c’est Dieu lui-même qui donne le nom à l’enfant à naitre : ‘Isaac’ (‘Il rit’) pour rappeler le rire incrédule de Sarah aux chênes de Membré (cf. Genèse 17,17-19) ; Jean fils du prêtre Zacharie (cf. Luc 1,13) et surtout le nom de son Fils ‘Jésus’ (‘Dieu sauve’ à Joseph cf. Matthieu 1,21 et à Marie cf. Luc 1,31)

Aussi lorsque Jésus que son frère André lui a présenté comme étant le Messie donne un nouveau nom à Simon : « Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas – ce qui veut dire : Pierre. » celui-ci comprend qu’il y a un changement pour lui, mais la signification profonde de ce changement lui échappe encore. Plus tard Jésus éclaircira le sens de ce nouveau nom ! « Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. » (Matthieu 16,18)

Cette explication du rôle dévolu à ce disciple met en parallèle le destin de Jacob dont la descendance charnelle engendre le Peuple de Dieu et celui de Simon-Pierre sur l’enseignement duquel repose le nouveau Peuple de Dieu : les frères et sœurs du Fils, constitué de « ceux qui écoutent sa Parole et la mettent en pratique » (Luc 8,21) Il y a aussi une similitude entre Abraham et Simon-Pierre : ce dernier n’est plus seulement l’héritier d’une lignée, il devient le ‘pasteur des brebis du Seigneur’ (cf. Jean 21,15-19)

Par le Baptême d’eau et d’Esprit que nous avons reçu, nous avons aussi changé d’appellation, nous ne sommes plus seulement des hommes et des femmes aimés de Dieu comme ceux qui ne croient pas au Fils, nous sommes devenus enfants de Dieu : « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il [le Verbe] a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. » (Jean 1,12) dans une filiation qui nous permet de prier en disant ‘Notre Père’.

Pierre sur laquelle le Christ bâtit son Eglise, l’Apôtre rappelle qu’il n’est pas seul dans cette mission : elle est donnée à tous les chrétiens : « Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle, pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus Christ. » (1Pierre 2,5) Les ‘brebis’ du Christ, chrétiens guidés par Pierre et ses successeurs sont actifs dans la construction du Royaume. Chacun a sa place selon les dons que le Seigneur a mis en lui. En écoutant sa Parole et en la mettant en pratique nous entendrons l’appel qu’Il nous lance et il nous donnera la force d’y répondre.

Père JeanPaul Bouvier
Curé 'in solidum' du secteur Vermandois


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire