Fête du Saint Sacrement
du Corps et du Sang du Christ
Année "A"

1

Lycée Militaire d'Autun

30 mai 1999

Le sacrifice du Christ

2

Brigade Franco-Allemande

25 mai 2008

La Manne

3

Fort Neuf de Vincennes

26 juin 2011

Transsubstantiation

4

Secteur Vermandois

22 juin 2014

‘Fête-Dieu’

5

Athies & Nesle

18 juin 2017

Communier au Corps du Christ

Deutéronome 8,2-3.14b-16a
Psaume 147
1Corinthiens 10,16-17
Jean 6, 51-58

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

30 mai 1999

Lycée Militaire d'Autun

retour en haut de la page

Le sacrifice du Christ

Les textes d'aujourd'hui sont presque ceux du Jeudi Saint, fête de l'institution de l'Eucharistie, seule la première lecture, de l'Ancien Testament, change. Cette dernière évoque la figure du roi Melkisédek, grand prêtre du Seigneur à Salem (l'antique Jérusalem).

Il y a donc un lien très étroit entre le Jeudi Saint, la Cène, et cette fête du Corps et du Sang de Notre Seigneur. Si nous sommes attentifs aux paroles de la consécration, elles ne se présentent pas comme la chair qui nous est donnée à manger et le sang qui nous est donné à boire, elles sont plus explicites : "Prenez et mangez-en tous, ceci est mon corps livré pour vous."; Prenez et buvez-en tous, ceci est mon sang versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés."

Il ne s'agit pas seulement du Corps et du Sang du Christ, il s'agit du CORPS LIVRE et du SANG VERSE POUR NOUS. Cela change le sens même des mots. Les chrétiens ne sont pas anthropophages comme l'ont pensé certains romains aux premiers siècles, ce n'est pas de la chair humaine ou du sang humain que nous recevons, c'est le Corps et le Sang divins de Jésus-Christ.

Sous l'apparence du pain est du vin, nous recevons le sacrifice du Christ de son corps livré et de son sang versé, nous communion à la substance divine même. Comme le dit une des oraison après la communion : "fais que nous devenions ce que nous avons reçu", nous participons à la divinité par notre communion.

Comme dans l'Eden où nos parents étaient sans dissimulation devant Dieu, comme Moïse qui parlait face à face avec Dieu, nous sommes dans la pleine vision de Dieu lorsque nous adorons le Saint Sacrement, qu'il soit exposé ou dans la tabernacle, mais nos yeux humains sont insuffisants pour y distinguer toute la gloire qui en émane, il faut les yeux de la foi.

L'adoration doit nous renvoyer à notre vie courante, quotidienne, rappelons-nous l'épître de Saint Jean : "Celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, est incapable d'aimer Dieu qu'il ne voit pas". Alors l'adoration légitime que nous faisons à toutes les messes, ou devant le Saint Sacrement, nous envoie en mission : cette pleine vision de la gloire de Dieu dans la foi, nous entraine à la pleine vision de l'Esprit qui est en nos frères images de Dieu.

Pour nous aussi, il est important de nous souvenir que nous sommes "tabernacle" du Christ, lorsque nous avons reçu la communion nous montrons Dieu à nos contemporains, soyons réellement présence joyeuse et heureuse du Christ dans le monde.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun

25 mai 2008

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page

La Manne

Dans le court passage du Deutéronome, Moïse rappelle par deux fois que la Manne donnée aux hébreux dans le désert était une nourriture inconnue des pères, et pourtant ils s’en sont nourris pendant 40 ans ! Cela leur a permis de survivre pendant la durée de l’Exode ; une fois arrivés au pays de Canaan, la manne cessa de venir le lendemain de la première Pâques en ce pays (cf. livre de Josué 4,12)

Jésus évoque cette période de la vie du peuple hébreux pour mieux leur faire comprendre ce dont il parle, sa Chair et son Sang sont mieux que cet aliment miraculeux donné à leur pères ; cette nourriture là donne la Vie éternelle.

Lors de la Cène, le Christ reprend les mêmes expressions sans que ses disciples comprennent davantage le sens profond de ses paroles ; sans doute ont-ils été étonnés des mots ‘Chair’ et ‘Sang’ employés par le Seigneur, mais ils ont surtout retenu l’aspect partage du pain et du vin, peut-être certains ont-ils pensé à la rencontre entre Abraham et Melchisédech (cf. livre de la Genèse ch. 14) mais ils ne s’y sont pas arrêtés.

Après la Pentecôte, le texte du livre des Actes des Apôtres insiste sur le fait que les disciples étaient fidèles à la prière et à la ‘fraction du pain’ prouvant ainsi qu’ils se rassemblaient pour vivre ensemble la Cène que le Seigneur avait instituée la veille de sa Crucifixion ;

Saint Paul parle également dans ses lettres de ces rassemblements pour partager la ‘Chair’ et le ‘Sang’ du Seigneur et invite les participants à le faire dignement et avec foi.

A la suite des textes bibliques, les documents de l’Eglise, en particulier lors des Conciles locaux ou œcuméniques, soulignent l’importance de cette célébration que le Christ a dit de faire en mémoire  de lui.

Aujourd’hui encore, en participant à la messe nous vivons cet instant extraordinaire où le Christ dit ‘Ceci est mon Corps’ et ‘Ceci est mon Sang’ mais nous pourrions nous poser les deux questions primordiales :

  • Est-ce que je comprends mieux que les Apôtres le soir de la Cène ?
  • Est-ce que je communie dignement selon les critère de saint Paul ?

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse militaire

26 juin 2011

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page

Transsubstantiation

Ce dimanche consacré au Saint Sacrement permet de rappeler aux chrétiens catholiques l’importance fondamentale du sacrifice eucharistique et de la communion : quels que soient le lieu et l’époque nous partageons le Corps du Christ en participant à la Cène où Jésus a changé le pain et le vin en son Corps et son Sang : « Or, tandis qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : "Prenez, mangez, ceci est mon corps." Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : "Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. » ( Matthieu 26,26-28) La présence réelle du Christ dans le pain et le vin consacrés est un élément de foi intangible dans l’Eglise.

S’il est nécessaire pour la consécration des espèces qu’il y ait du pain et du vin, il n’est pas indispensable pour les fidèles de communier systématiquement au Corps et au Sang : « Le Christ est, en effet, tout entier sous l'espèce du pain et sous la moindre parcelle de cette espèce, tout entier sous l'espèce du vin et sous toutes ses parties » (Concile de Trente (1545-1565) 13ème session (11 octobre 1551) : décret sur la Très Sainte Eucharistie ch. 3) En recevant la communion par une seule des deux espèces le chrétien communie au Christ aussi totalement que sous les deux espèces.

Cette présence toute particulière du Christ dans son Corps et dans son Sang est permanente, les espèces consacrées doivent être conservées avec respect et dévotion : « Il ne reste donc aucune raison de douter que tous les fidèles, selon la coutume reçue depuis toujours dans l'Eglise catholique, doivent rendre, en vénérant le très saint sacrement, le culte de latrie dû au vrai Dieu. En effet, ce n'est pas parce qu'il a été institué par le Christ notre Seigneur comme nourriture qu'on doit moins l'adorer. Nous croyons qu'en lui est présent ce même Dieu dont le Père éternel a dit, en l'introduisant dans le monde "Et que tous les anges de Dieu l'adorent "(Néhémie 1,6 ; Psaume 97,7) »(Concile de Trente (1545-1565) 13ème session (11 octobre 1551) : décret sur la Très Sainte Eucharistie ch. 5) Les hosties consacrées seront portées aux malades pour leur santé spirituelle et manifester leur communion avec l’église locale.

Aujourd’hui, instruits par ces textes qui précisent l’importance de ce Sacrement, nous devons y penser lorsque nous nous avançons pour recevoir la communion en évitant deux écueils principaux. Le premier était ce qui était vécu avant le Concile Vatican II, la communion était devenue si sacrée que les fidèles ne la recevaient que rarement tout en allant à la messe les dimanches et jours de fêtes au point que l’un des commandements de l’Eglise devait ordonner : « Ton Créateur tu recevras au moins à Pâques humblement » (4ème commandement de l’Eglise) pour que les chrétiens communient une fois par an ! Le second écueil est l’inverse du précédent, la communion devient si fréquente que les fidèles la reçoivent quelquefois sans discernement, comme un geste obligé de la messe identique aux signes de croix initial et final. Pourtant la personne qui donne la communion précise « Le Corps du Christ » et la réponse est un acquiescement : « Amen » Ce mot est-il suffisamment pensé et médité ?

« La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas communion au sang du Christ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas communion au corps du Christ? »(1 Corinthiens 10,16)

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

22 juin 2014

Secteur Vermandois

n° 758

Retour en haut de la page

‘Fête-Dieu’

Le dimanche qui suit la Pentecôte, célébrant l’effusion de l’Esprit Saint sur les personnes présentes dans le Cénacle, l’Eglise Catholique fête la Sainte Trinité qui rappelle aux chrétiens leur foi en Dieu unique en trois personnes distinctes : le Père, le Fils et l’Esprit Saint ; le dimanche suivant a lieu la solennité du ‘Saint Sacrement du Corps et du Sang du Seigneur’ que la dévotion populaire a justement appelée ‘Fête-Dieu’ manifestant ainsi, par les processions du Saint Sacrement, sa foi en Jésus, incarnation de la deuxième Personne de la Sainte Trinité : le Fils coéternel au Père.

La foi en la présence réelle était affirmée par la solennité de ces processions en des époques où la communion eucharistique était peu fréquente ; en se référant à saint Paul : « Et celui qui aura mangé le pain ou bu la coupe du Seigneur d’une manière indigne devra répondre du corps et du sang du Seigneur. » (1Corinthiens 11,27) les croyants – tout en allant à la messe tous les dimanches et fêtes d’obligation – ne s’approchaient de la Sainte Table que quelques fois par an, après s’être confessé et avoir reçu l’absolution afin d’être en ‘état de grâces’ au moment où ils recevraient le Corps du Christ.

Les temps ont changé et la pratique d’une communion fréquente déjà désirée et prêchée par saint Pie X (1903-1914) est reprise et développée par le Concile Vatican II (1963-1965) : « On recommande fortement cette parfaite participation à la messe qui consiste en ce que les fidèles, après la communion du prêtre, reçoivent le Corps du Seigneur avec des pains consacrés à ce même sacrifice. » (Sacrosanctum Concilium n°55) Mais cette communion fréquente a entraîné une diminution des actes de dévotion et d’adoration dus à Jésus-Hostie.

La Fête-Dieu, fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang de Notre Seigneur, est encore plus importante à célébrer pour nous rappeler la force des paroles de Jésus reprise dans la consécration des espèces : « Ceci est mon Corps… Ceci est mon Sang… » : le Fils du Père devient réellement présent sur l’autel et reste, réellement présent, dans le pain et le vin consacrés auxquels le croyant doit adoration : « Tous les fidèles, selon la coutume reçue depuis toujours dans l'Eglise catholique, doivent rendre, en vénérant le très saint sacrement, le culte de latrie dû au vrai Dieu. » (Concile de Trente, décret sur la très Sainte Eucharistie – 1551)

Les processions se font rares, mais le Saint Sacrement est toujours présent dans les églises où nous entrons. Notre Dieu est présent dans le tabernacle, il n’est pas nécessaire de le voir pour l’adorer ; la Fête-Dieu n’est pas qu’une seule fois par an, mais à chaque fois que nous sommes en présence du Saint Sacrement !

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

18 juin 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°947

Communier au Corps du Christ

« Il ne reste donc aucune raison de douter que tous les fidèles, selon la coutume reçue depuis toujours dans l'Eglise catholique, doivent rendre, en vénérant le Très Saint Sacrement, le culte de latrie dû au vrai Dieu. En effet, ce n'est pas parce qu'il a été institué par le Christ notre Seigneur comme nourriture qu'on doit moins l'adorer. Nous croyons qu'en lui est présent ce même Dieu dont le Père éternel a dit, en l'introduisant dans le monde "Et que tous les anges de Dieu l'adorent " [Néhémie 1,6 ; Psaume 97,7], lui que les mages "ont adoré en se prosternant" [Matthieu 2,11], lui enfin, dont l'Ecriture témoigne qu'il fut "adoré " en Galilée par ses Apôtres [Matthieu 28, 17]. » (Concile de Trente, décret sur la Très Sainte Eucharistie, 11 octobre 1551)

Cette déclaration du Concile de Trente insiste sur l’importance du ‘Très Saint Sacrement’ et sur la dévotion à laquelle les catholiques sont appelés à lui porter ; elle est faite contre les protestants qui n’ont pas cette sensibilité ; certains d’entre eux vont même jusqu’à suggérer que la présence du Christ dans les espèces consacrées ne serait que symbolique !

Dans les siècles qui suivent la séparation entre les deux branches du christianisme ne cessent de s’accentuer. Du côté catholique la présence réelle dans l’Eucharistie devient tellement soulignée que les fidèles n’osent plus s’en approcher, ils sont invités à ne pas regarder l’hostie ou le calice lors des élévations car ‘personne ne peut voir Dieu sans mourir’ ; la communion devient rare dans les assemblées au point que l’église demande à ce que tout catholique communie au moins une fois l’an dans le temps pascal (4ème commandement de l’Eglise) mais il doit participer à la messe tous les dimanches et fêtes (2ème commandement) Du côté protestant, la ‘fraction du pain’ n’est pas forcément célébrée tous les dimanches et il n’est pas obligatoire d’y participer : seules comptent la Foi et la Parole.

Aujourd’hui la communion est devenue plus fréquente : les catholiques communient à toutes les messes auxquelles ils participent avec l’inconvénient que le « culte de latrie dû au vrai Dieu » s’en trouve diminué. Déjà saint Paul lançait cet avertissement : « Et celui qui aura mangé le pain ou bu la coupe du Seigneur d’une manière indigne devra répondre du corps et du sang du Seigneur. On doit donc s’examiner soi-même avant de manger de ce pain et de boire à cette coupe. » (1Corinthiens 11,27-28) Cette phrase devrait être rappelée dans nos assemblées avant de proposer la communion…

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions