7ème dimanche de Pâques
Année "A"

1

Lycée Militaire d'Autun

16 mai 1999

La marche de Lourdes (Mgr Michel Dubost)

2

Forces Armées de Guyane

12 mai 2002

Professer ou confesser la foi ?

3

Brigade Franco-Allemande

3 mai 2008

Jésus prie pour ses disciples

4

Fort Neuf de Vincennes

5 juin 2011

Le Christ, Homme nouveau (Vatican II)

5

Secteur Vermandois

1er juin 2014

Communion(s)

6

Athies & Nesle

28 mai 2017

Actualisation

Actes 1,12-14
Psaume 26
Pierre 4,13-16
Jean 17,1b11a

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

16 mai 1999

Lycée Militaire d'Autun

Retour en haut de la page

La marche de Lourdes

Depuis 1858, la foule marche, avance a petits pas.
Hier les gens savants dissertaient sur la fin de la religion
C'était l'opium du peuple. Mais le prolétariat aurait la victoire.
Et Bernadette vint.
Et le peuple s'est mis en marche. Et depuis il ne s'est plus arrêté.
"Ave, Ave, Ave Maria
Depuis tantôt quarante ans, j'ai mis si souvent mes pas au milieu des autres
Que, pour moi, Lourdes est ce peuple en marche.
Depuis dix ans je viens avec les militaires.
Les fils des Allemands et des Français qui se sont réconciliés ici...
Et qui chantent " au Roi Albert", avant, eux aussi, de marcher...
"Ave, Ave, Ave Maria"...
Ils ne savent pas que les savants disent que la foi est en crise
Tout simplement, ils n'ont pas de mots pour dire la paix qu'ils cherchent.
Ils n'ont pas de théorie. Que la fraternité.
Mais ils marchent. Et ils marchent encore.
"Ave, Ave, Ave Maria"...
Marie est la et, j'en suis sûr, nous regarde, les regarde.
Elle les connaît tous, un par un
Ce sont ses fils!
Et chacun, au fond, lui rappelle son fils.
Et cette foule allant passer Pâques a Jérusalem:
Elle la mère - et le père aussi - avaient décidé que Jésus pourrait marcher seul,
Ou plutôt avec ses amis - il disait ses copains.
C'était une décision. Un acte de confiance.
Ou plutôt le fruit d'un raisonnement: le petit est devenu grand...
Et puis au retour" il n'était pas là
Alors elle aussi avait marché, et marché, et marché.
Elle était revenue sur ses pas et l'avait enfin trouvé:
Il était au Temple.
En elle pas de sentiment de possession. Pas de violence.
Mais l'angoisse qui s'exprime parce qu'elle est vraie.
Mais elle dit aussitôt, parce quelle est vraie, qu'elle ne le possède pas.
Qu'elle fait un avec son Joseph. Pas avec lui, Jésus
Et il répond.
Et elle ne comprend pas. Elle ne voulait pas le posséder.
Mais, elle ne savait pas encore qu'il était autre.
Pas étranger. Mais pas a elle. Pas elle. Lui.
Que ce n'était plus un bébé.
Et elle ne dit plus rien:
Et elle marche. Et elle pense. Et elle respecte.
"Ave, Ave, Ave Maria".
Dans la foule, elle est là.
Pas de gifle.
Vous pensez qu'elle comprend tous "ses petits gars"?
Non. Elle ne comprend pas plus.
Mais elle respecte. Mais elle aime. Mais elle est la.
Elle les regarde comme elle regarde Bernadette, comme des personnes.
Pour un peu, elle leur dirait vous
Et leur demanderait de lui faire la grâce d'être là.
Elle médite leur histoire en son cœur.
Elle en fait un chant d'amour, un chant de paix.
Une découverte de Dieu.
Elle sait ce qu'il lui en a coûté de dire oui.
Elle sait que chaque femme dit de son fils qu'il est adorable.
Mais de là à l'adorer... Et, elle adore celui qu'elle a nettoyé, langé.
Et elle adore ce gamin qu'elle ne comprend plus.
Elle sait combien la foi a été difficile.
Et blessante quand ils l'ont injurié, calomnié, blessé, tué.
Elle sait la fatigue. Elle sait la croix.
Et ce que masquent les sourires et les chants...
"Ave, Ave, Ave Maria"...
Elle marche avec eux.
Bernadette est la aussi... ses galoches font moins de bruit
Que sous la porte du Baous.
Mais elle est la. silencieuse. Elle est un peu étonnée par tous ces militaires!
Mais elle en connaît tant qui sont pauvres, qu'elle est en famille.
Alors, elle aussi elle marche.
Et prie pour eux.
"Ave, Ave, Ave Maria".
La foule marche, avance a petits pas.
Le siècle passe, le millénaire aussi.
Les amis s'en vont - n'est-ce pas Alain?
Mais la marche continue.
C'est la marche de la foi.
Rien n'existe sans la foi.
Sans elle, le monde s'arrête...
Dieu merci, la marche continue:
Regardez ce jeune blessé
Il faudrait relever la bâche de sa voiture
Et lui donner un peu d'eau.
La vie continue.
"Ave, Ave, Ave Maria".

+ MicheI DUBOST
Evêque aux Armées Françaises

12 mai 2002

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page

Professer ou Confesser la foi ?

En ces mois de mai et juin, les professions de foi sont célébrées un peu dans toutes les paroisses de France. Mais d'où provient cette célébration qui n'existe pratiquement qu'en France et en Belgique et qui n'est pas un Sacrement, même si elle en revêt les atours ?

La Communion a été d'une fréquence variable dans l'histoire de l'Eglise. L'accent avait tellement été mis sur le mystère et le sacré que les chrétiens n'osaient plus s'approcher de la communion au Corps du Christ de peur de commettre un sacrilège. La communion ne devait se faire que si le chrétien s'était confessé la veille, et encore ! On lit dans les manuscrits autobiographiques de sainte Thérèse de Lisieux combien elle est heureuse que son confesseur l'ait autorisée à communier une fois dans la semaine en plus du dimanche (elle participait à la messe tous les jours)

A la fin du XIXème et au début du XXème siècles la première Communion se faisait relativement tard vers 10/12 ans, en même temps que la Confirmation, à la fin de l'école primaire ; cela correspondait pour la plupart des personnes à l'entrée dans la vie active, c'est à dire dans la vie adulte. C'est le sens même de la Confirmation qui nous rend adultes, responsables et missionnaires dans l'Eglise par le don de l'Esprit Saint qui nous est fait.

Devant cet état de fait le pape Pie X demanda à ce que la Communion soit plus précoce : dès qu'un enfant saurait distinguer que l'hostie n'est plus du simple pain mais une participation au mystère du Christ (dans l'esprit de saint Pie X, la Confirmation devait toujours précéder la Communion) L'âge de sept ans a été retenu comme norme.

La tradition populaire franco-belge a tenu à conserver une célébration pour marquer l'entrée dans la vie active des jeunes, le passage de l'enfant à l'adulte (on ne parlait pas alors d'adolescence) et cette célébration, au vu de son origine, s'est appelée Communion Solennelle par opposition à la Première Communion, célébrée avec faste et participation de toute la famille au sens large du terme.

Après le Concile Vatican II, il a paru nécessaire en France d'actualiser cette célébration et d'insister - non plus sur la communion qui était déjà faite depuis trois ou quatre ans - mais sur l'acceptation par l'enfant de la foi de l'Eglise qui avait été faite au Baptême par les parents, le parrain et la marraine en son nom. C'est devenu une rénovation du Baptême qui n'a plus rien à voir avec l'entrée dans la vie active.

Mais tous les dimanches, nous annonçons la foi de l'Eglise en disant le Je crois en Dieu ; la subtilité de la langue française fait que confesser la foi ou professer la foi sont quasiment synonymes, ce sont les préfixes (con- et pro-) qui nous indiquent que confesser c'est la dire avec les autres alors que professer la foi c'est la dire devant les autres, la seconde découle de la première : je ne peux professer la foi que si je confesse la foi régulièrement.

La démarche des jeunes qui font une profession de foi (devant nous) nous invite à la confesser ensemble et à aller la professer à l'extérieur du bâtiment de notre église, dans le monde.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

3 mai 2008

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Jésus prie pour ses disciples

Jésus prie pour ses disciples dans cette longue prière que saint Jean nous rapporte. Lorsque nous lisons ce passage du IVème évangile (Jean 13,31-17,26), nous pouvons avoir l’impression qu’il y a des répétitions, des redondances, mais chaque passage ajoute sa pierre pour construire l’ensemble et faire progresser tous ceux qui liront ce texte. Jésus y parle de sa glorification et y agrège ses disciples, non seulement ceux qui étaient présents à la Cène mais tous ses disciples à venir.

Jésus délègue ceux qui croiront en Lui pour prendre sa place dans le monde. Lourde responsabilité ! Impossible si nous ne sommes pas en communion avec le Père de la même façon que le Fils ; c’est pourquoi, dans sa prière, Jésus demande à ce que nous ayons la même gloire que la sienne, une gloire qui vient de Dieu et qui retourne à Dieu.

Le Christ a glorifié le Père en « accomplissant l’œuvre qui lui avait été confiée » (cf. v.4) ceux qui lui sont configurés par le Baptême doivent glorifier le Père en accomplissant l’œuvre qui leur est confiée aujourd’hui.

Saint Jean précise l’œuvre qui est demandée aux croyants en explicitant celle du Christ : « Je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues. » les chrétiens reçoivent la Parole de Dieu, inscrite dans la Bible et la Tradition de l’Eglise ; ce n’est pas pour la garder égoïstement mais au contraire la donner gratuitement autour de nous comme le Christ l’a partagée à tous ceux qui voulaient l’entendre.

L’annonce du Royaume de Dieu n’est pas l’apanage d’une élite, ni une question de connaissance, il suffit de recevoir la Parole de Dieu et de la transmette. Il appartient à certains de rédiger des ouvrages de théologie ou d’exégèse dans le silence d’un bureau, à d’autres d’aller au loin en quittant tout, mais à tous il est demandé d’être dans le monde, présents aux autres hommes et femmes et, comme le Christ, de les aimer tels qu’ils sont !

Père JeanPaul Bouvier

5 juin 2011
Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

Le Christ, Homme nouveau

22. §1. En réalité, le mystère de l'homme ne s'éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné. Adam, en effet, le premier homme, était la figure de celui qui devait venir , le Christ Seigneur. Nouvel Adam, le Christ, dans la révélation même du mystère du Père et de son amour, manifeste pleinement l'homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation. Il n'est donc pas surprenant que les vérités ci-dessus trouvent en lui leur source et atteignent en lui leur point culminant.

§2. « Image du Dieu invisible » (Colossiens 1,15) , il est l'Homme parfait qui a restauré dans la descendance d'Adam la ressemblance divine, altérée dès le premier péché. Parce qu'en lui la nature humaine a été assumée, non absorbée , par le fait même, cette nature a été élevée en nous aussi à une dignité sans égale. Car, par son incarnation, le Fils de Dieu s'est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. Il a travaillé avec des mains d'homme, il a pensé avec une intelligence d'homme, il a agi avec une volonté d'homme , il a aimé avec un cœur d'homme. Né de la Vierge Marie, il est vraiment devenu l'un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché .

§3. Agneau innocent, par son sang librement répandu, il nous a mérité la vie ; et, en lui, Dieu nous a réconciliés avec lui-même et entre nous , nous arrachant à l'esclavage du diable et du péché. En sorte que chacun de nous peut dire avec l'Apôtre : le Fils de Dieu « m'a aimé et il s'est livré lui-même pour moi » (Galates 2,20). En souffrant pour nous, il ne nous a pas simplement donné l'exemple, afin que nous marchions sur ses pas , mais il a ouvert une route nouvelle : si nous la suivons, la vie et la mort deviennent saintes et acquièrent un sens nouveau.

§4. Devenu conforme à l'image du Fils, premier-né d'une multitude de frères , le chrétien reçoit « les prémices de l'Esprit » (Romains 8,23), qui le rendent capable d'accomplir la loi nouvelle de l'amour . Par cet Esprit, « gage de l'héritage » (Ephésiens 1,14), c'est tout l'homme qui est intérieurement renouvelé, dans l'attente de "la rédemption du corps" (Romains 8,23) : « Si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts demeure en vous, celui qui a ressuscité Jésus-Christ d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous » (Romains 8,11) . Certes, pour un chrétien, c'est une nécessité et un devoir de combattre le mal au prix de nombreuses tribulations et de subir la mort. Mais, associé au mystère pascal, devenant conforme au Christ dans la mort, fortifié par l'espérance, il va au-devant de la résurrection .

§5. Et cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ, mais bien pour tous les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce . En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l'homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l'Esprit Saint offre à tous, d'une façon que Dieu connaît, la possibilité d'être associé au mystère pascal.

§6. Telle est la qualité et la grandeur du mystère de l'homme, ce mystère que la Révélation chrétienne fait briller aux yeux des croyants. C'est donc par le Christ et dans le Christ que s'éclaire l'énigme de la douleur et de la mort qui, hors de son Evangile, nous écrase. Le Christ est ressuscité ; par sa mort, il a vaincu la mort, et il nous a abondamment donné la vie pour que, devenus fils dans le Fils, nous clamions dans l'Esprit: Abba, Père !

Concile Vatican II
Constitution Gaudium et Spes n°22

1er juin 2014

Secteur Vermandois

n° 755

Retour en haut de la page

Communion(s)

La fin de l’année scolaire est la période où se multiplient les communions. Selon les régions et les traditions locales elles ont diverses dénominations : petite, privée, première pour les unes, grande, deuxième, solennelle pour les autres, devenue ‘profession de foi’. Nous pouvons nous poser la question de savoir pourquoi de telles différences.

Au XIXème siècle, l’habitude avait été prise de faire coïncider la première communion avec l’entrée dans la vie active, c'est-à-dire aux environs de la douzième année. L’enfant devenait adulte, on disait qu’il avait le droit de se servir seul à table et non plus d’être servi comme un enfant, les rites de l’admission parmi les adultes s’accompagnaient souvent de la première cigarette roulée par le parrain et du premier verre de ‘gnole’.

Le pape saint Pie X (1903-1914) s’apercevant que l’accès à la communion sacramentelle était devenue de plus en plus tardive a demandé que la première des communions soit faite beaucoup plus jeune, à l’âge de raison fixé à sept ans. Ce souhait sous-entendait que la Confirmation avait été célébrée avant ou au cours de la première des communions.

Cette demande du pape a été suivie (sauf pour la Confirmation) mais la France et la Belgique ont voulu conserver le ‘rite de passage’ de l’enfance à l’âge adulte, la ‘Communion Solennelle’ est née de cette tradition. Les garçons mettaient leur premier costume d’adulte et les filles portaient une robe aussi somptueuse qu’une robe de mariée. Un ‘renouvellement’ avait lieu l’année suivante.

Peu avant le Concile Vatican II, l’Eglise a voulu simplifier ce rite devenu obsolète : il ne s’agissait plus d’entrer dans la vie active et la société parlait de d’adolescence, un état intermédiaire entre l’enfance et l’adulte. La Communion solennelle a été renommée ‘Profession de foi’ et se définit comme une acceptation et une prise en compte personnelle par les jeunes des promesses faites lors de leur Baptême en leur nom par leurs parents, parrains et marraines. Pour rappeler le Baptême les jeunes – garçons et filles – portent une aube blanche et un cierge allumé au Cierge Pascal.

Aujourd’hui cette tradition perdure, la première des communions se célèbre vers neuf ans, en général en CM1 et la Profession de foi vers 12 ans en classe de 5ème. Quant à la Confirmation elle est remise ‘sine die’.

A l’occasion de ces célébrations, intériorisons ce que nous voyons, rappelons-nous notre propre première communion et essayons de retrouver la joie de recevoir le Corps du Christ. Cela devrait être une fête et un émerveillement car c’est toujours une première fois.

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

28 mai 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°944

Actualisation

En ce temps-là,

Jésus leva les yeux au ciel et dit :

« Père, l’heure est venue.

Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie.

Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.

Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu,

et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire.

Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe.

J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner.

Ils étaient à toi, tu me les as donnés,

et ils ont gardé ta parole.

Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi,

car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données :

ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi,

et ils ont cru que tu m’as envoyé.

Moi, je prie pour eux ;

ce n’est pas pour le monde que je prie,

mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi.

Tout ce qui est à moi est à toi,

et ce qui est à toi est à ton Eglise ;

et je suis glorifié en eux.

Désormais, je ne suis plus dans le monde ;

eux, ils sont dans le monde,

et moi, je viens vers toi. »

Aujourd’hui,

L’Eglise lève les yeux au ciel et dit :

« Père, l’heure est venue.

Glorifie ton Eglise afin que l’Eglise te glorifie.

Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, elle donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.

Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu,

et celle que tu envoies, l’Eglise de ton Fils.

Nous, nous te glorifions sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu nous as donnée à faire.

Et maintenant, glorifie ton Eglise auprès de toi, Père, de la gloire que nous avions auprès de toi lorsque tu as créé le monde.

Nous manifestons ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour nous les donner.

Ils étaient à toi, tu nous les as donnés,

et ils ont gardé ta parole.

Maintenant, ils reconnaissent que tout ce que tu nous as donné vient de toi,

car je leur ai donné les paroles que tu nous as données :

ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que l’Eglise de ton Fils est sortie de toi,

et ils ont cru que tu l’as envoyée.

Nous te prions pour eux ;

ce n’est pas pour le monde que nous te prions,

mais pour ceux que tu nous donnes, car ils sont à toi.

Tout ce qui est à ton Eglise est à toi,

et ce qui est à toi est à moi ;

et l’Eglise est glorifiée en eux.

Désormais, Le Christ n’est plus dans le monde ;

Nous, nous sommes dans le monde,

Et nous suivons ton Fils qui vient vers toi. »

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions