Fête de l'Ascension
Année B saint Marc

Actes 1,1-11
Psaume 46
Ephésiens 4,1-13
Marc 16,15-20

1

Brigade Franco-Allemande

21 mai 2009

Double présence

2

Fort Neuf de Vincennes

17 mai 2012

Supportez-vous

3

Secteur Vermandois

10 mai 2015

Une manière digne de votre vocation

4

Athies & Nesle

10 mai 2018

La droite de Dieu

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel
vous serez inscrits dans la liste de diffusion.

21 mai 2009

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Prière après la communion de la fête de l’Ascension : Dieu qui nous donne les biens du ciel alors que nous sommes encore sur la terre, mets en nos cœurs un grand désir de vivre avec le Christ en qui notre nature humaine est déjà près de toi.

Double présence

L’Ascension du Christ nous paraît, comme aux Apôtres, être une absence du Fils de Dieu. Mais en y regardant de plus près nous constatons une double présence qui n’avait jamais existé.

Présence de notre humanité auprès du Père par l’Incarnation de son Fils Ressuscité, notre corporéité y compris dans ce qu’elle peut avoir de matérielle est déjà dans le Royaume de Dieu. L’humanité en communion totale avec Dieu lors de la création, s’en est séparé par transgression du seul interdit-qui lu avait été donné. Cette même humanité a retrouvé la communion par l’Ascension du Fils éternel, héritier d’Adam et Eve.

Présence du Fils de Dieu sur la terre, parmi nous, par le Corps mystique du Christ, l’Eglise (cf. l’encyclique Mystici Corporis de Pie XII) La présence de Dieu dans le Temple de Jérusalem est universalisée par l’Eglise, elle n’est plus localisée dans un endroit mais répandue sur toute la terre, offerte à tous les hommes et femmes sans distinction, suivant le dernier ordre de Jésus Ressuscité avant son Ascension : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la Création ! » (Marc 16,15)

Nous comprenons mieux la réflexion des hommes en vêtements blancs dont parlent les Actes des Apôtres :  « Pourquoi regarder le ciel ? » Le Christ est parmi nous comme nous sommes déjà dans le Royaume par notre Baptême. C’est à nous qu’il appartient désormais de porter la Bonne Nouvelle aux limites du monde.

Père JeanPaul Bouvier

17 mai 2012

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

Supportez-vous !

Dans le langage français courant, le verbe ‘supporter’ a pris une connotation très négative : ce qui est supportable n’est pas ce qui est le meilleur, ni même le mieux mais ce qui est faisable en fonction des circonstances ; une fragile ligne de crête sépare ce qui est supportable de ce qui est insupportable. Quand quelqu’un dit qu’il en ‘supporte’ un autre cela signifie le plus souvent qu’il est à la limite de la crise de nerfs lorsqu’ils se rencontrent…

Le sens de cette phrase de saint Paul se trouve dans l’utilisation du mot anglais francisé du ‘supporter’ sportif, c'est-à-dire une personne qui va aider une équipe ou un athlète dans les épreuves par ses acclamations et applaudissements. Pour l’Apôtre dire ‘supportez-vous les uns les autres’ revient à dire ‘aidez-vous les uns les autres’.

Saint Paul insiste bien sur la notion de réciprocité, tel en supportera un autre dans des circonstances particulières mais sera aidé dans d’autres événements. Le charisme de chacun sera mis au service de tous et de la communauté, notion qu’il développe dans la suite de son épître.

Quel rapport entre ce texte et la fête de l’Ascension ?

Le Christ étant ‘parti nous préparer une place’ (cf. Jean 14) c’est à l’Eglise que revient la responsabilité d’annoncer la Bonne Nouvelle de la Résurrection et du pardon des péchés, mais elle ne pourra être crédible que si ses membres montrent qu’ils mettent en pratique les qualités évangéliques qu’ils prêchent, d’abord à l’intérieur de leurs communautés et ensuite à l’ensemble du monde.

Ce support mutuel auquel saint Paul invite les chrétiens d’Ephèse sera le signe du support que le Christ apporte à chacun : « Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient. » (Marc 16,20) Notre ‘supporter’ le plus fidèle et le plus actif est donc le Christ lui-même sous toutes ses présences : l’avocat auprès du Père, la nourriture de l’Eucharistie, l’Eglise qui est son corps mystique, les chrétiens configurés au Christ par le Baptême…

Le jour de l’Ascension, Jésus monte vers le Père mais il n’abandonne pas ceux qui croient en lui, il accomplit la prophétie fait par Jean Baptiste : « celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d'enlever les sandales; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu. » (Matthieu 3,11) et fait une nouvelle promesse : « je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin de l'âge. » (Matthieu 28,20)

A travers les Apôtres, c’est à nous que ces promesses sont faites : nous avons été baptisés dans l’Esprit Saint et le Feu, et le Christ est toujours avec nous pour nous donner l’aide dont nous avons besoin pour ‘porter du fruit’.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

14 mai 2015

Secteur Vermandois

n° 816

Retour en haut de la pag

Une manière digne de votre vocation

Saint Paul ne se contente pas d’exhorter les Ephésiens, il donne aussi un ‘mode d’emploi’. Pour être digne de sa vocation, il est nécessaire d’être humble, doux, patient et aimer.

Etre humble a souvent été pris comme synonyme d’humiliation. Dans l’esprit chrétien, il ne s’agit pas de se rouler dans la boue mais ne pas s’estimer supérieur aux autres personnes. Chacun d’entre nous possède un domaine où il excelle davantage que ses frères et sœurs, mais loin d’en tirer une gloriole de mauvais aloi, nous devons mettre cette compétence au service de tous et dans le même temps profiter, sans jalouser, des compétences des autres : c’est ensemble que nous construisons l’Eglise chacun à se mesure : « A celui-ci est donnée, par l’Esprit, une parole de sagesse ; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit ; un autre reçoit, dans le même Esprit, un don de foi ; un autre encore, dans l’unique Esprit, des dons de guérison ; à un autre est donné d’opérer des miracles, à un autre de prophétiser, à un autre de discerner les inspirations ; à l’un, de parler diverses langues mystérieuses ; à l’autre, de les interpréter. Mais celui qui agit en tout cela, c’est l’unique et même Esprit » (1Corinthiens 12,8-11)

La douceur s’oppose à la violence, c'est-à-dire que notre attitude doit être sans agressivité même lorsque nous défendons un point de vue auquel nous adhérons particulièrement. La violence – même si elle n’est que verbale – ne peut rien donner de bon : l’Evangile ne s’impose pas, il se propose : « Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché. » (Luc 10,11) Parallèlement à la douceur vient la patience car l’impatience entraîne la colère et ne peut atteindre son but d’évangéliser. « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois. » (Matthieu 18,22) Douceur et patience sont donc complémentaires.

Saint Paul conclut ce passage en regroupant tout ce qu’il a dit dans le commandement du Christ : l’amour de l’autre ! En agissant selon ces préceptes, le chrétien construit –chacun à sa mesure – le Corps du Christ et aspire à la plénitude de l’Homme parfait.

En cette fête de l’Ascension, les Apôtres pourraient déplorer le départ du Christ, mais au contraire « ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile » (Marc 16,19) conscients du rôle qui leur est imparti. Aujourd’hui ce rôle nous est confié, face à une société matérialiste notre mission n’est ni plus difficile ni plus facile que pour ces premiers témoins. L’enseignement de saint Paul nous aide à développer notre façon d’annoncer l’Evangile en fonction de nos capacités. Trouvons et exploitons notre ‘manière digne de notre vocation

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

10 mai 2018

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°1010

La droite de Dieu

« Il s’assit à la droite de Dieu » (Marc 16,19 # Profession de foi)

Droite et gauche ont toujours été en opposions. La première est considérée comme positive alors que la seconde semble être néfaste : un homme droit est un homme juste sur lequel il est possible de compter, un homme gauche au contraire rate tout ce qu’il entreprend. Les élus de Matthieu 25 sont mis à la droite du Père pour montrer qu’ils ont suivi le précepte de Dieu : aimer son prochain.

Cette indication n’est pas une localisation géographique mais elle montre que le Fils participe à la puissance du Père comme d’autres passages bibliques l’affirment :

  • « Oracle du Seigneur à mon seigneur : ‘Siège à ma droite, et je ferai de tes ennemis le marchepied de ton trône.’ » (Psaume 109[110],1)
  • « Au commencement, était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. » (Jean 1,1)
  • « Le Père et moi, nous sommes UN. » (Jean 10,30)

Saint Luc dans son second livre préfère parler de la Nuée. Là encore il s’agit de la reprise de notions bibliques bien précises dans l’esprit des auditeurs :

  • « Le Seigneur lui-même marchait à leur tête : le jour dans une colonne de nuée pour leur ouvrir la route » (Exode 13,21)
  • «  la nuée remplit la maison du Seigneur, et, à cause d’elle, les prêtres durent interrompre le service divin : la gloire du Seigneur remplissait la maison du Seigneur ! (1Rois 8,10-11)>/i>
  • « Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » (Marc 9,7)

L’unité du Père et du Fils est donc dès l’annonce primitive de l’Evangile (le ‘Kérygme’) une affirmation forte de la divinité de ‘Celui qui a été crucifié’. Dans le monde contemporain des événements saint Paul le reconnait : « Nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes. » (Corinthiens 1,23)

A notre tour, nous avons à annoncer cette Bonne Nouvelle du Fils Sauveur, mais ce n’est plus un scandale ou une folie, c’est contre l’indifférence que nous devons lutter. Notre témoignage est plus important que jamais…

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier



éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions