Fête de l'Ascension
Année "A"

1

Brigade Franco-Allemande

1er mai 2008

Pourquoi regarder le ciel ?

2

Fort Neuf de Vincennes

2 juin 2011

Reste avec nous

4

Secteur Vermandois

29 mai 2014

Est-ce maintenant ?

5

Athies & Nesle

25 mai 2017

Une nuée vint le soustraire à leurs yeux

Actes 1,1-11
Psaume 46
Ephésiens 1,17-23
Matthieu 28,16-20

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

1er mai 2008

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page

Pourquoi regarder le ciel ?

A peine le Christ est-il remonté vers le Père que les Apôtres sont désemparés, ne sachant quoi faire et ils attendent, vainement, que des instructions précises leur viennent. Le Christ leur a pourtant confié une mission : « De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ! » (Mt 28,19) Deux hommes vêtus de blanc les sortent de leur torpeur pour leur rappeler cette mission en leur demandant : « Pourquoi restez-vous là ? » (Actes 1,10)

La mission que le Christ confie à l’embryon d’Eglise que représentent les Apôtres est éternelle : elle est présente pour chaque chrétien comme elle a été présente tout au long de l’histoire de l’Eglise.

Les moyens de cette mission sont donnés en fonction de chaque personne. Pour la plupart des baptisés, il s’agira de vivre chrétiennement de façon à être des signes de l’amour de Dieu pour tous les hommes. Une personne épanouie et heureuse dans sa foi est la meilleure annonce de l’Evangile. D’autres personnes auront des missions plus spécifiques : clercs ou laïcs, ordres contemplatifs ou sécularisés, mariage ou célibat consacré, mission solitaire ou communautaire, restant sur place ou envoyés au loin. Toutes ces formes de mission doivent être avalisées par l’Eglise pour être certain qu’elles viennent de Dieu et qu’elles dureront.

Vues de l’extérieur de l’Eglise ces vocations paraissent être des obligations insupportables et inhumaines ; mais de même que la fidélité dans le mariage n’est pas vécue comme une contrainte mais comme l’expression naturelle de l’amour mutuel entre deux êtres humains, de même les conséquences de l’appel de Dieu sont vécues dans la certitude du don de l’Esprit qui permet à l’Homme de se dépasser.

Le récit de l’Ascension du Seigneur nous invite à ne pas rester passifs en attendant que quelque chose survienne mais au contraire à trouver dans notre vie le moyen d’être pleinement homme ou femme en assumant totalement notre humanité comme le Fils Unique du Père nous a montré que cela était possible.

Dans un esprit de prière et avec l’aide de toute l’Eglise nous pouvons trouver la meilleure voie afin que chacun d’entre nous s’accomplisse dans son humanité.

Père JeanPaul Bouvi

2 juin 2011

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page

Reste avec nous !

Les compagnons d’Emmaüs faisaient cette réflexion à l’inconnu qui avait voyagé avec eux (cf. Luc 24,13sv.) parce qu’ils voulaient continuer à profiter de son enseignement. Elle évoque aussi celle de Simon-Pierre lors de la Transfiguration : « Construisons trois tentes ! » (Matthieu 17,4)qui manifestait son désir de demeurer avec Moïse, Elie et Jésus. C’est un désir bien humain – et très louable – de vouloir rester ainsi dans la contemplation du mystère du Fils de Dieu.

Le projet de Dieu est tout différent : le Fils doit revenir auprès du Père pour que les hommes et femmes puissent prendre leur place dans l’annonce de la Bonne Nouvelle du Salut selon l’ordre de Jésus : « Allez, enseignez toute les nations ; baptisez les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ! » (Matthieu 28,19) L’Ascension de Jésus Christ n’est donc pas un abandon des Apôtres mais au contraire un envoi en mission : ce sont eux – et leurs successeurs – maintenant qui sont responsables de propager l’amour du Père pour tous les humains « à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre » (Actes 1,8) C'est-à-dire en partant d’où ils sont (Jérusalem) pour essaimer jusqu’au plus lointain (les extrémités de la terre)

Jésus Ressuscité leur donne une preuve qu’il ne s’agit pas d’un abandon : il leur promet l’assistance de l’Esprit Saint, le don de Dieu : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous ! » (Actes 1,7) e qu’il leur avait déjà dit avant la Passion : « Ne vous préoccupez pas de ce que vous direz, mais dites ce qui vous sera donné sur le moment : car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit Saint ! » (Marc 13,11)

Les Apôtres se trouvent dans une nouvelle situation : ils n’ont plus à suivre le Pasteur dans ses pérégrinations terrestres sur les chemins de la Palestine, ils doivent devenir eux-mêmes des pasteurs qui conduisent le troupeau des croyants sur le chemin du Royaume des Cieux en enseignant d’abord puis en baptisant dans l’eau et l’Esprit Saint ceux qui « garderont les commandements »

Avant que la mort terrestre prive les communautés de leur témoignage direct, l’Esprit Saint leur a donné la sagesse de former et de transmettre les commandements du Seigneur à des hommes qui seront leurs successeurs devenant à leur tour les pasteurs responsables du peuple de Dieu.

Quelques siècles après ces événements nous sommes dans les mêmes circonstances : le Christ est vivant dans son Eglise, physiquement présent dans l’eucharistie à laquelle les Apôtres étaient fidèles (cf. actes 2,42) c’est à notre tour d’être responsables de l’évangélisation à partir de là où nous trouvons pour que le message puisse arriver jusqu’aux extrémités de la terre. Nous entendons ces paroles : « Pourquoi restez-vous là ? » (Actes 1,11) et nous partons réconfortés vers la mission qui est confiée spécifiquement à chacun de nous.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

29 mai 2014

Secteur Vermandois

n° 754

Retour en haut de la page

Est-ce maintenant ?

Pendant quarante jours, les Apôtres ont vécu avec le Christ Ressuscité, ils ont reçu un enseignement particulier sur le Royaume de Dieu à propos duquel Jésus avait dit à Pilate : « Mon royaume n’est pas de ce monde. » (Jean 18,36) mais malgré cela, ils demandent encore : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir la royauté en Israël ? » (Actes 1,6) Ils attendent toujours une réalisation matérielle, immédiate et terrestre : ils espèrent un nouveau David. Leur compréhension des Ecritures reste fondamentaliste et limitée au Peuple d’Israël.

Lorsqu’ils voient le Fils éternel qui retourne siéger à la droite du Père, les Apôtres restent comme hébétés, ils regardent le ciel attendant un signe, une manifestation divine. Pour comprendre et transmettre l’enseignement que le Christ leur a prodigué pendant ces quarante jours, ils devront vivre l’événement de la Pentecôte où, selon la promesse que le Christ leur a faite, tout s’éclairera : « le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. » (Jean 14,26) La simple connaissance de la Loi, des prophètes et de l’enseignement du Christ ne suffit pas – encore qu’elle soit nécessaire – son  interprétation et son application doivent être faites dans l’écoute de l’Esprit Saint.

Bien qu’éclairés par le Saint Esprit et avertis par la Parole du Seigneur : «  Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. » (Actes 1,7) les premiers chrétiens s’attendent au retour rapide du Christ dans la Gloire ; au début de sa prédication, saint Paul lui-même pense le voir de son vivant : « Au signal donné par la voix de l’archange, et par la trompette divine, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront d’abord. Ensuite, nous les vivants, nous qui sommes encore là, nous serons emportés sur les nuées du ciel, en même temps qu’eux, à la rencontre du Seigneur. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur. » (1Thessaloniciens 4,16-17) Cette impatience est le signe de la ferveur et de la foi de ces communautés.

Vingt siècles après, des personnes, apparemment croyantes, doutent du retour du Christ et envisagent un Royaume de Dieu qui ne serait qu’un paradis immatériel après la mort. Cet événement est essentiel à cette foi que nous récitons (avec distraction ?) tous les dimanches : « Il reviendra dans la Gloire pour juger les vivants et les morts. » La question posée par les Apôtres : « Est-ce maintenant ? »devrait pourtant tarauder nos esprits et nous devrions vivre ‘comme si’ le Christ allait revenir dans la minute.

Notre manque de foi peut être la cause de l’attente car le Fils fait la volonté du Père : « la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. » (Jean 6,39) Il reviendra dans la Gloire lorsque sa demande sera réalisée : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » (Matthieu 28,19)

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

25 mai 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°943

Une nuée vint le soustraire à leurs yeux

La ‘Nuée’ est particulièrement importante dans la révélation de Dieu. Dès la conclusion de la promesse avec Abraham, elle est une présence de Dieu (cf. Genèse 15,17-18a) ; Dans le livre de l’Exode, Dieu guide son peuple par une nuée (cf. Exode 13,21) ; Le prophète Elie est emporté dans la nuée (cf. 2Rois 2,11) Le Fils de l’homme du prophète Daniel se révèle venant sur la nuée : « Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté. » (Daniel 7,13) ; Cette prophétie Jésus se l’applique à lui-même devant le Sanhédrin : « Le grand prêtre lui dit : ‘Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si c’est toi qui es le Christ, le Fils de Dieu.’ Jésus lui répond : ‘C’est toi-même qui l’as dit ! En tout cas, je vous le déclare : désormais vous verrez le Fils de l’homme siéger à la droite du Tout-Puissant et venir sur les nuées du ciel’ » (Matthieu 26,63)

C’est par une nuée que l’événement de la Transfiguration est clôturé : « Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : ‘Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le !’ » (Matthieu 17,5) De même au moment de l’Ascension : « une nuée vint le soustraire à leurs yeux. » Le Fils rejoint le Père dans cette manifestation visible.

Lorsque les ‘deux hommes en vêtements blancs’ disent aux Apôtres que Jésus ‘viendra de la même manière’, ils comprennent tout de suite que ce sera le moment de la libération définitive du péché et de la mort, l’accomplissement de la prophétie de Daniel comme le décrit la révélation faite à saint Jean : « Alors j’ai vu : et voici une nuée blanche, et sur cette nuée, quelqu’un siégeait, qui semblait un Fils d’homme. Il avait sur la tête une couronne d’or et, à la main, une faucille aiguisée. » (Apocalypse 1414)

Mais en attendant ce retour glorieux sur la nuée, les disciples du Christ, Fils du Père, ne doivent pas rester dans l’inaction : il leur est donné l’Esprit Saint pour qu’ils partagent la Bonne Nouvelle afin que tous connaissent la rédemption assurée par la mort et la Résurrection du Fils qui intercède pour les hommes ‘à la droite du Père.

La Nuée du désert de l’Exode conduisait les Hébreux vers la Terre Promise à leur père Abraham, le Fils parti dans la Nuée conduit toute l’humanité vers la nouvelle Terre Promise : la Jérusalem céleste où « La nuit aura disparu, ils n’auront plus besoin de la lumière d’une lampe ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les illuminera » (Apocalypse 22,5)

Comme les Apôtres, il nous est demandé de nous laisser guider par cette lumière pour être pleinement ‘image de Dieu

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions