Fête de la Sainte Famille
Année "B"

Genèse 15,1-6.21,1-3
Psaume 104
Hébreux 11,8.11-12.17-19
Luc 2,22-40

1

Fort Neuf de Vincennes

30 décembre 2011

Marie et Joseph s’étonnent !

2

Secteur Vermandois

28 décembre 2014

L’enfant grandissait

3

Athies & Nesle

31 décembre 2017

Premier pèlerinage au Temple

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel
vous serez inscrits dans la liste de diffusion.

30 décembre 2011

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

La fête de la Sainte Famille est célébrée le dimanche entre Noël et le 1er janvier
s'il n'y a pas de dimanche, comme c'est le cas en 2011, elle est célébrée le 30 décembre

Marie et Joseph s’étonnent !

Marie et Joseph sont venus au Temple de Jérusalem conformément à la Loi de Moïse pour une double raison : la purification de la Vierge Marie considérée comme rendue impure par le sang répandu  lors de l’accouchement (cf. Lévitique 12,2-5) et le rachat de Jésus en tant que premier-né (cf. Exode 13,13-15) ils ne pensaient pas que cela attirerait l’attention de quiconque : ce genre de cérémonie était courant.

Survient cet homme, Syméon dont saint Luc précise qu’il est rempli de l’Esprit Saint et qu’il a reçu l’assurance de Dieu de voir le Messie avant de mourir. Syméon reconnaît la réalisation de cette promesse dans le petit enfant amené par ses parents Celui qui est l’envoyé de Dieu, Celui qui apporte le Salut pour tous les peuples.

La Vierge Marie et saint Joseph s’étonnent de ce que le vieillard dit de Jésus ! Pourtant ils savent qui est Jésus et combien sa conception est surnaturelle, combien sa naissance a été entourée de manifestations qui montraient qui il est, ils se souviennent des anges qui sont apparus aux bergers pour leur annoncer la naissance du Sauveur ; ils entrevoient la mission pour laquelle le Fils éternel du Père s’est incarné.

Ils ne devraient donc pas être étonnés que dans la Maison de son Père céleste, des hommes et des femmes soient inspirés par l’Esprit Saint et se mettent à prophétiser… Cet étonnement indique que – spontanément – ils pensent être une famille ‘ordinaire’ : un père, une mère, un fils. Bien sûr chacun d’eux a reçu un message et une mission particulière délivrés par l’Archange Gabriel, le messager de Dieu : le Fils du Père est dans une famille unie qui l’aime et qui va lui enseigner tout ce qu’un enfant doit apprendre pour avancer dans la vie.

Ils ne tirent aucune fierté, aucun orgueil de ce que disent de l’enfant Syméon et Anne, ils continuent leur pèlerinage en respectant tout ce que prescrit la Loi, puis ils retournent discrètement à Nazareth où, grâce à Marie et Joseph, l’enfant pourra grandir et se fortifier avant de partir pour annoncer le Salut.

La fête de la Sainte famille nous montre des parents qui aiment leur enfant mais qui lui permettent se développer afin qu’il devienne lui-même, sans le monter au pinacle mais sans le déprécier. C’est un exemple de respect mutuel qui devrait inspirer toutes nos familles.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

28 décembre 2014

Secteur Vermandois

n°796

Retour en haut de la page

L’enfant grandissait

Après la fête de la Nativité, l’Eglise nous propose de méditer sur les évènements liés la Sainte Famille ; suivant les années liturgiques, il nous est présenté une réflexion sur la fuite en Egypte (Matthieu 2,13-15.19-23 année ‘A’) sur la présentation au Temple (Luc 2,22-40 année ‘B’) et sur le recouvrement au Temple (Luc 2,41-52 année ‘C’) Ce choix complète la révélation de l’Incarnation : non seulement « le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous » (Jean 1,14) mais il a une famille et une vie d’enfant correspondant à la société dans laquelle il a vu le jour.

Dieu le Fils a voulu avoir la même vie que n’importe lequel de ses frères humains et en particulier respecter les coutumes et les rites du monde juif. La présentation au Temple et la purification de sa mère font partie des cérémonies prescrites par Dieu et inscrites dans la Loi de Moïse. Il n’a pas voulu se dispenser de ces actes religieux dont lui-même ou sa mère immaculée n’ont nul besoin.

Toutefois, malgré la foule qui se presse quotidiennement dans le Temple de Jérusalem, cet enfant, Fils du Père, ne passe pas inaperçu de ceux qui sont inspirés par l’Esprit Saint : « Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. » Cet homme reconnaît dans ce bébé la réalisation de la promesse du Seigneur : « qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur » De même la prophétesse Anne, entièrement dévouée au service du Seigneur, en voyant la Sainte Famille « proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. » Après cet épisode au Temple, la Sainte Famille retourne à l’anonymat de Nazareth où « L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. »

Le mystère de l’Incarnation s’épanouit dans cette méditation de la Sainte Famille : le Christ a assumé parfaitement la vie de l’homme ; il peut se désigner lui-même indifféremment par les deux locutions : ‘Fils de Dieu’ ou ‘Fils de l’homme’ car il est pleinement les deux. Il n’est pas nécessaire de multiplier les anecdotes de la vie de Jésus avant son baptême par Jean, mais il est indispensable de noter la réalité matérielle de l’Incarnation correspondant au projet d’amour du Père. Saint Paul développe cette idée lorsqu’il affirme : « Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect » (Philippiens 2,5-7)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

31 déceembre 2017

Paroisses Nesle & Athies

retour en haut de la page

n° 983

Premier pèlerinage au Temple

Marie et Joseph savent pertinemment que Jésus n’a nul besoin d’être ‘consacré’ (cf. Exode 13,2) puisqu’il est Dieu-le-Fils ; au contraire, ce sont eux qui ont été consacrés au Seigneur par les visites de l’ange que chacun d’eux a reçues. De même, Marie n’a pas besoin d’être ‘purifiée’ (cf. Lévitique 12,6) puisque elle a enfanté dans sa virginité. Tous les deux, ils ont reçu la mission d’élever Jésus dans le Peuple que le Père s’est choisi et qu’il a préparé pour la venue de son Fils.

A l’inverse du premier couple qui a préféré la désobéissance (cf. Genèse 3) Joseph et Marie font confiance aux prescriptions de Dieu et ils observent fidèlement ce qui a été dit de la part du Seigneur en ce qui concerne les naissances et particulièrement celles concernant les premiers-nés qui doivent être ‘rachetés’.

L’Esprit Saint qui repose sur la sainte Famille irradie ; il éclaire ‘deux cœurs purs’ :

  • Syméon, ‘homme juste et religieux’, a reçu une promesse venant de Dieu (v. 26) il est poussé au Temple par l’Esprit et il reconnait dans cet enfant apparemment anonyme la réalisation du projet de Dieu, la « lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » (v.32)
  • Anne, ‘femme prophète’ reconnue comme telle (v.36) voit également dans cet enfant la ‘délivrance de Jérusalem’ et elle prophétise à tous ceux qui l’entendent en chantant ‘les louanges de Dieu’.

Joseph et Marie ne cherchent pas à profiter de ces révélations faites publiquement dans le Temple de Jérusalem, au contraire, ils retournent dans leur ville de Nazareth où ils continuent discrètement et humblement la mission qui leur a été confiée : faire que ‘l’enfant grandisse et se fortifie’ (v.40)

L’exemple qui nous est donné par l’attitude de la Sainte Famille au Temple de Jérusalem est double :

  • D’une part montrer le Fils à ceux qui le reconnaîtront par la grâce de l’Esprit Saint en ayant une attitude d’obéissance à Dieu dans notre vie ;
  • En même temps, discrètement, dans l’intimité, permettre au Fils de grandir et de s’affermir en nous par la prière et la fréquentation des Sacrements.

C’est de cette façon que nous pourrons mener à bien la mission personnelle que le Seigneur nous confie aujourd’hui

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions