Baptême du Christ
Année "B"

Isaïe 55,1-11
Cant. Isaïe 12
1Jean 5,1-9
Marc 1,7-11

1

Brigade Franco-Allemande

11 janvier 2009

Baptêmes et Baptême

2

Fort Neuf de Vincennes

9 janvier 2012

La mission de Jésus, Fils du Père

3

Secteur Vermandois

11 janvier 2015

Notre Père qui es aux cieux

4

Athies & Nesle

8 janvier 2018

Jésus vint de Nazareth

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel
vous serez inscrits dans la liste de diffusion.

11 janvier 2009 Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Baptêmes et Baptême

Nous aurions facilement tendance à assimiler le baptême que donne Jean au bord du Jourdain avec le Baptême chrétien, à nous dire que ces personnes qui viennent avec foi vers le Baptiste sont devenues chrétiennes d’une certaine façon...

Or, le Baptême chrétien est le seul Sacrement qui peut être donné par n’importe qui – en cas d’urgence – sous condition de faire ce que veut faire l’Eglise, même si la forme n’en est pas totalement respectée ; il suffit de prendre de l’eau et de la verser sur la tête de celui (ou celle) qui veut être baptisé(e) et de redire les paroles que le Christ a laissées à ses Apôtres (cf. Mt 28,19) : « Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. » Ce Baptême sera reconnu valide par toutes les branches du christianisme.

Qu’en est-il donc alors du Baptême de Jean ?

De nombreuses personnes viennent vers lui (et vers d’autres ‘baptiseurs’) pour se faire baptiser dans le sens littéral : être plongés dans l’eau, il ne semble pas que des paroles aient accompagné ce geste. Ces foules viennent surtout écouter le message de Jean « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. » et « Le Royaume de Dieu est tout proche » Des indications plus précises en fonction de la qualité des hommes qui désirent ce changement dans leur vie. L’immersion n’est qu’un signe visible de cette disposition intérieure.

Cette volonté de retrouver le chemin qui conduit vers Dieu et d’avoir une vie conforme à l’Ecriture se retrouve dans l’Eglise Catholique dans le Sacrement de Réconciliation et de Pénitence (appelé aussi la ‘Confession’) où le croyant constatant que son existence ne correspond pas tout à fait à ce que le Christ demande vient demander l’aide de l’Esprit Saint pour s’améliorer.

Jésus, Fils unique du Père et fils de la Vierge Marie, n’a pas à suivre cette démarche de conversion. Pourtant il choisit de venir vers Jean pour être également plongé dans l’eau du Jourdain car c’est pour lui un véritable changement de vie : quittant l’existence cachée à Nazareth, il va commencer son ministère public et prêcher non seulement la conversion mais aussi le Salut pour toute l’humanité.

Une autre explication, reprise par les Pères de l’Eglise, est que cette descente dans le Jourdain est pour le Christ une façon de signifier qu’il est venu y reprendre les péchés qui y avaient été abandonnés par les hommes pour les porter avec lui jusqu’à la Croix. Par ce geste il montre qu’il est le Rédempteur.

Pour nous aujourd’hui, il montre que nos péchés sont déjà pardonnés dans ce geste et il nous invite à les lui abandonner avec confiance, sûrs de notre salut.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse militaire

9 janvier 2012 Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

La mission de Jésus, Fils du Père

Habituellement, la fête du Baptême du Christ est célébrée le dimanche, comme dernier dimanche du temps de Noël et en même temps comme premier dimanche du ‘Temps ordinaire’ ; le dernier dimanche du ‘Temps ordinaire’ célèbre le Christ roi de l’univers.

Jésus reçoit au moment du baptême de Jean la mission des paroles du Père accompagnées par la présence de l’Esprit Saint : « C’est toi mon Fil bien-aimé ; en toi j’ai mis tout mon amour. » (Marc 1,11) et lorsque sa mission sera achevée il rendra tout au Père : « il remettra la royauté à Dieu le Père, après avoir détruit toute Principauté, Domination et Puissance. Car il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait placé tous ses ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi détruit, c'est la Mort ; car il a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu'il dira : "Tout est soumis désormais", c'est évidemment à l'exclusion de Celui qui lui a soumis toutes choses. Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même se soumettra à Celui qui lui a tout soumis, afin que Dieu soit tout en tous. » (1Corinthiens 15,24-28)

Ainsi la liturgie catholique propose aux fidèles un chemin progressif pendant le ‘Temps ordinaire’ pour mieux saisir la mission de Jésus Christ, et, si nous ne sommes plus présents à l’événement du Jourdain, nous ne sommes pas encore présents au moment où ‘Dieu sera tout en tous’. Nous sommes dans le temps de l’Eglise, Corps mystique du Christ (cf. l’encyclique de Pie XII Mystici Corpori - 29 juin 1943)

Par le Baptême dans l’eau et l’Esprit Saint, nous sommes devenus des christs et en célébrant le baptême de ‘Celui qui s’est fait chair et qui a habité parmi nous’ (cf. Jean 1) la voix venant du Ciel s’adresse aussi à nous : « C’est toi mon Fil bien-aimé ; en toi j’ai mis tout mon amour. » Par-là même, une mission identique nous est confiée : annoncer aux hommes que le Salut est venu. La deuxième personne du singulier utilisée par saint Marc indique bien que c’est une mission personnelle : tout l’amour de Dieu est en chacun de nous !

« On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il trouva le passage où il était écrit : L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a consacré par l'onction, pour porter la bonne nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé annoncer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer en liberté les opprimés, proclamer une année de grâce du Seigneur. Il replia le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous dans la synagogue tenaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : "Aujourd'hui s'accomplit à vos oreilles ce passage de l'Écriture." » (Luc 4,17-21) Nous avons été consacrés par l’onction du saint Chrême, nous pouvons donc prendre tout ce passage et le mettre à la première personne du singulier. C’est là la mission qui nous est confiée aujourd’hui.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

11 janvier 2015
Secteur Vermandois

n°799

Retour en haut de la page

Notre Père qui es aux cieux

Les ‘gens venus de toute la Judée et de Jérusalem’ (cf. Marc 1,5) recevaient un baptême de conversion, un acte qui marquait leur désir de se détourner de leurs péchés et revenir sur le chemin de Dieu. Jésus vient aussi vers Jean et, selon une tradition spirituelle séculaire, par cette démarche il vient reprendre sur lui les péchés que les juifs ont abandonnés dans le Jourdain pour les porter jusqu’à la Croix, les y crucifier avec lui et assurer leur pardon par sa Résurrection dans la Gloire. « Lui-même a porté nos péchés, dans son corps, sur le bois, afin que, morts à nos péchés, nous vivions pour la justice. Par ses blessures, nous sommes guéris. » (1Pierre 2,24)

Dès qu’il a reçu le baptême de Jean, Jésus voit l’Esprit descendre sur lui ‘comme une colombe’ et il entend la voix dire : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » (v.11) Immédiatement, il part au désert pour se préparer à la mission que le Père lui a confiée. (Marc 1,12)

Cette succession d’évènements, baptême d’eau, manifestation de l’Esprit, voix du Père, est le signe que le Baptême chrétien est différent du baptême de Jean. Paul baptise « au Nom du Seigneur Jésus » les habitants d’Ephèse qui n’ont reçu que ce baptême et lorsqu’il leur impose les mains, « l’Esprit Saint vient sur eux […] et ils prophétisaient. » (cf. Actes 19,1-6).

Jésus donne un commandement à ses Apôtres au moment de les quitter le jour de l’Ascension : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Matthieu 28,19) conformément à ce qu’il avait dit à Nicodème, un chef des juifs, lorsqu’il s’était entretenu avec lui : « si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » (Jean 3,5)

Le Baptême et la Confirmation que nous avons reçus ont configuré chacun de nous au Christ. Nous sommes nés à la vie éternelle dans le Royaume ; nous recevons les mêmes signes que Jésus lors du baptême de Jean : après avoir été plongés dans l’eau, nous voyons l’Esprit Saint, non pas sous la forme d’une colombe, mais sous la forme du Saint Chrême dont nous sommes oints et nous entendons la voix du Père qui nous dit par la bouche du célébrant : « tu es devenu enfant de Dieu » (rituel du Baptême) qui est équivalente à la Parole dite pour le Fils : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » Le Père trouve sa joie en chaque personne baptisée !

Ainsi lorsque les Apôtres demandent à Jésus de leur apprendre à prier, il leur donne ces deux mots qui résument tout le message : ‘Notre Père’ ; Dieu est le Père de chaque homme et chaque femme et il met son amour paternel en chacun de nous ; ‘Dieu est riche en pardon’ rappelle le prophète Isaïe (1ère lecture)

Frères et sœurs du Fils, nous sommes héritiers du Royaume. Comme le Fils Eternel, nous annonçons cet amour du Père comme Jésus l’a enseigné : « Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. » (Matthieu 5,44)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

8 janvier 2018

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°986

Jésus vint de Nazareth

Venant de la petite ville de Galilée, Jésus quitte son enfance, le lieu où il a vécu en attendant le moment favorable : « leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. » (Luc 2,40). Devenu adulte, Il « avait environ trente ans ; il était, à ce que l’on pensait, fils de Joseph, fils d’Eli… » (Luc 3,23), Jésus part dans la mission qui lui a été confiée par le Père, celle pour laquelle il « s’est fait chair » : apporter au monde le Salut.

Sa première destination en partant de Nazareth est le lieu où Jean baptisait dans le Jourdain. Par la grâce de l’Immaculée Conception, la Vierge Marie lui a transmis un corps sans péché, il fallait donc que le Christ commençât par rencontrer cet aspect de l’humanité qu’il a prise. Quel meilleur endroit que celui où les hommes affluaient dans un esprit de conversion et pour essayer de dire non au péché ?

Les pèlerins venaient en foule à Jean, ils cherchaient le meilleur chemin pour aller vers Dieu et ils étaient conscients des péchés qui les séparaient de la volonté divine. En étant plongés dans le Jourdain, ils marquaient leur désir de revenir sincèrement à l’observance des commandements du Seigneur. Sans doute venaient-ils en chantant le Psaume 50 (51) : « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense. » (vv.3-4) Ils abandonnaient dans l’eau leurs péchés comme un vêtement sale reprend sa propreté dans l’eau qui le lave.

Une antique tradition chrétienne voit en Jésus ruisselant de l’eau de son immersion le Fils unique du Père remontant du Jourdain chargé des péchés qui y ont été laissés par les auditeurs de Jean – et plus généralement tous les péchés de l’humanité. Il les a portés sur lui jusqu’à la Croix où ils ont été supprimés une fois pour toute : « Lui-même a porté nos péchés, dans son corps, sur le bois, afin que, morts à nos péchés, nous vivions pour la justice. » (1Pierre 2,24)

La méditation du Baptême du Christ me pose une question : ‘ai-je vraiment abandonné mes péchés au Fils de Dieu ?’ La voix du Père qui a retentit pour Jésus est pour moi aujourd’hui, chaque jour il me dit, à moi personnellement : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » (v.11) et il envoie son Esprit Saint pour me guider. Fortifiés par cet amour de Dieu, Père Fils et Esprit, nous nous appliquons à être réellement la joie du Père.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions