Fête de l'Annonciation
25 mars

Isaïe 7,10-14;8,10
Psaume 39
Hébreux 10,4-10
Luc 1,26-38

1

Garnison d'Angers

2005

Angelus

2

Brigade Franco-Allemande

2007

La Vierge Marie Modèle de l'Eglise (Mystici Corporis Pie XII)

3

Fort Neuf de Vincennes

2012

Le silence de la Vierge Marie

4

Secteur Vermandois

2013

La jeune fille est enceinte

5

2014

Mère de Dieu

6

Athies & Nesle

2019

Voici la servante du Seigneur

Pour recevoir l'éditorial hebdomasdaire par courriel
envoyez-moi votre adresse mail

28 mars 2005

Garnison d'Angers

retour en haut de la page

n°258

Annonciation

Cette année la fête de l’Annonciation est célébrée le 4 avril, rappelons la prière de l’Angélus

L’Ange du Seigneur porta l’annonce à Marie
- Et elle conçut du Saint Esprit. Je vous salue Marie…

« Voici la servante du Seigneur ;
- Qu’il me soit fait selon ta parole ! » Je vous salue Marie…

Et le verbe s’est fait chair
- Et il a habité parmi nous. Je vous salue Marie…

Priez pour nous, sainte Mère de Dieu :
- Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre Seigneur Jésus-Christ

Prions le Seigneur ! Que ta grâce, Seigneur notre Dieu, se répande en nos cœurs et maintenant que nous connaissons, par le message de l’Ange, l’incarnation de ton Fils bien-aimé, fais que nous soyons conduits par sa passion et par sa croix jusqu’à la gloire de la Résurrection. Lui qui vit et règne pour les siècles des siècles.

- Amen

prière traditionnelle dite à 7h00, 12h00 et 19h00

25 mars 2007

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page

n°306

25 mars Fête de l’Annonciation
La Vierge Marie, modèle de l’Eglise

Puisse la Vierge Mère de Dieu, Vénérables Frères, réaliser Nos vœux qui sont assurément aussi les vôtres, et nous obtenir à tous le véritable amour envers l'Eglise ! Puisse nous exaucer la Vierge Mère, dont l'âme très sainte fut, plus que toutes les autres créatures de Dieu réunies, remplie du divin Esprit de Jésus-Christ ; elle qui accepta « à la place de la nature humaine tout entière » qu' « un mariage spirituel unît le Fils de Dieu et la nature humaine. » Ce fut elle qui, par un enfantement admirable, donna le jour au Christ Notre-Seigneur, source de toute vie céleste et déjà revêtu en son sein virginal de la dignité de Chef de l'Eglise ; ce fut elle qui le présenta nouveau-né aux premiers d'entre les juifs et les païens qui étaient venus l'adorer comme Prophète, Roi et Prêtre. En outre, son Fils unique, cédant à ses maternelles prières, à Cana de Galilée, opéra le miracle merveilleux par lequel ses disciples crurent en lui  Ce fut elle qui, exempte de toute faute personnelle ou héréditaire, toujours très étroitement unie à son Fils, le présenta sur le Golgotha au Père Eternel, en y joignant l'holocauste de ses droits et de son amour de mère, comme une nouvelle Eve, pour tous les fils d’Adam qui portent la souillure du péché originel ; ainsi celle qui, corporellement, était la mère de notre Chef, devint spirituellement la mère de tous ses membres, par un nouveau titre de souffrance et de gloire. Ce fut elle qui obtint par ses prières très puissantes que l'Esprit du divin Rédempteur, déjà donné sur la Croix, fût communiqué le jour de la Pentecôte en dons miraculeux à l'Eglise qui venait de naître. Ce fut elle enfin qui, en supportant ses immenses douleurs d'une âme pleine de force et de confiance, plus que tous les chrétiens, vraie Reine des martyrs, compléta ce qui manquait aux souffrances du Christ... pour son Corps qui est l'Eglise; elle qui entoura le Corps mystique du Christ, né du Cœur percé de notre Sauveur, de la même vigilance maternelle et du même amour empressé avec lesquels elle avait réchauffé et nourri de son lait l'Enfant Jésus de la Crèche.

Supplions donc la très sainte Mère de tous les membres du Christ, au Cœur immaculé de laquelle Nous avons consacré avec confiance tous les hommes et qui maintenant au ciel resplendit dans la gloire de son corps et de son âme et règne avec son Fils, de multiplier ses instances auprès de lui, pour que les plus abondants ruisseaux de grâces découlent sans interruption de la Tête dans tous les membres du Corps mystique et que son patronage très efficace protège l'Eglise aujourd'hui comme jadis et lui obtienne enfin de Dieu, ainsi qu'à l'universelle communauté humaine, des temps plus tranquilles.

Fort de cet espoir d'En Haut, comme gage des grâces célestes et témoignage de Notre particulière bienveillance, Nous accordons de tout Notre cœur à chacun d'entre vous, Vénérables Frères, et aux troupeaux confiés à vos soins, la Bénédiction Apostolique.

Finale de la Lettre encyclique de Pie XII Mystici Corporis
du 29 juin de l'an 1943 (n°845-846)

  26 mars 2012

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page

n°599

Le silence de la Vierge Marie

Depuis la prophétie d’Isaïe, toute jeune fille juive est préparée spirituellement à être choisie par Dieu pour être celle qui donnera le Messie au monde. Aussi lorsque la Vierge Marie entend la salutation de l’ange, elle est bouleversée, et si elle se demande ce que cela signifie, elle a déjà une réponse mais elle attend ce que l’ange lui donne le message de Dieu.

La surprise qu’elle manifeste n’est donc pas due au message lui-même mais plutôt au fait que ce soit elle qui ait été choisie et la question qu’elle pose est déjà une acceptation, car ce n’est pas au conditionnel mais au futur immédiat que l’interrogation est posée : « Comment cela va-t-il se faire ? » Nombre de questions doivent se bousculer dans son esprit, mais la confiance prédomine : le Seigneur lui dira ce qu’Il attend d’elle lorsqu’il le jugera opportun.

Après la réponse et la ‘preuve’ qui lui est donnée, Marie dit simplement : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » acceptation sans limite du projet de Dieu, participation consciente et volontaire au Salut donné au monde.

Dans toute sa vie, la venue de l’ange Gabriel était dans l’esprit de la mère de Jésus, que ce soit lors de la visite des mages, des prophéties de Siméon et d’Anne au moment de la présentation ou du recouvrement dans le Temple de Jésus adolescent. La Vierge garde « tous ces évènements dans son cœur. » Comme beaucoup de Juifs croyants, elle devait plus ou moins attendre un messie davidique, mais elle a confiance en son fils, effrayée sans doute des risques qu’il prend, abasourdie par sa condamnation et sa mort, mais elle reste à prier au Cénacle avec les Apôtres car elle sait que ce n’est pas fini : l’ange lui a dit : « Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père [..] et son règne n’aura pas de fin. »

L’attitude de la Vierge Marie lors de l’Annonciation et pendant toute sa vie est faite de confiance et d’abnégation, elle répond toujours : « Je suis la servante du Seigneur ! » Les chrétiens au cours des siècles ont compris le rôle essentiel de la Vierge et la prient d’intercéder pour eux, en particulier par le ‘Je vous salue Marie’ reprenant les paroles de l’ange et d’Elisabeth afin d’avoir dans leur vie un peu de ce don de soi.

Aujourd’hui encore nous recevons des messages du Seigneur, notre mission est aussi de porter le Seigneur et de le donner aux autres ; comme la Vierge répondons en confiance « qu’il me soit fait selon ta parole. »

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

8 avril 2013

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page

n°674

La jeune fille est enceinte

Lorsque Isaïe prononce cette prophétie au nom du Seigneur il la présente comme une bonne nouvelle. Pourtant le roi Acaz n’a pas pour souci immédiat la venue du Messie quelques siècles après son règne : il se trouve dans Jérusalem assiégée par l’ennemi et il cherche un moyen de conclure une trêve qui ne soit pas totalement à ses dépens.

Cette prophétie a donc une réponse directe pour la demande précise du roi : dans le judaïsme les hommes ne pouvaient pas aller vers les femmes pendant le temps où le pays était en guerre pour des questions de pureté rituelle. Si une jeune fille est enceinte, cela signifie que la guerre est terminée. Les hommes n’ayant pas été faits prisonniers ou tués, cela signifie qu’une paix a été signée sans être désastreuse pour Israël. La Parole de Dieu transmise par Isaïe est donc une bonne nouvelle.

Après cet épisode de l’histoire d’Israël, la prophétie demeure et elle est relue dans la foi comme une annonce qui dépasse la simple réponse donnée par Dieu au roi Acaz. Les ‘rabbi’ l’interprète comme une promesse beaucoup plus importante, celle du Messie, celui qui va remettre Israël dans son rôle de Peuple de Dieu, lumière des nations. Dans cette évolution de la pensée, chaque fillette juive est préparée à être – éventuellement – cette jeune fille enceinte qui donnera le jour au roi incontesté.

La seule question que pose la Vierge Marie est « Comment cela va-t-il se faire ? » (v.34) parce qu’elle pense avoir compris ce que l’Ange lui demandait. Les détails que l’Ange apporte à la demande précisent les circonstances de cette conception : « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. C’est pourquoi celui qui va naître sera Saint, et Il sera appelé Fils du Très-Haut ! » (v.35) L’enfant sera conçu sans l’intervention d’un homme mais par l’Esprit Saint ; il sera Saint parce que seul Dieu est Saint. La prophétie d’Isaïe se réalise à un autre plan : non seulement la jeune fille est enceinte mais elle est enceinte d’un Sauveur bien plus important qu’un simple roi terrestre.

Après la Résurrection de Jésus, cette prophétie reprend pour les chrétiens son rôle de promesse, celle du retour du Christ dans la Gloire comme l’indique saint Jean : « La Femme mit au monde un enfant mâle, celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer ; et son enfant fut enlevé jusqu'auprès de Dieu et de son trône. » (Apocalypse 12,5-6)

Cette prophétie – comme toutes les autres prophéties de l’Ancien Testament – a quatre niveaux de lecture : réalisation immédiate, promesse d’une intervention divine, réalisation par le Christ, attente de la fin glorieuse.

Cette fête de l’Annonciation demande à chacun de nous d’accueillir le message de Dieu en notre cœur pour que nous puissions – à notre niveau – réaliser les promesses que les prophètes avaient annoncées.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

25 mars 2014

Secteur Vermandois

n°739

Retour en haut de la page

Mère de Dieu

« Car nous ne disons pas que la nature du Verbe est devenue chair en étant changée, ni qu'elle a été transformée en un homme complet, constitué d'une âme et d'un corps, mais nous affirmons que le Verbe, en s'unissant selon l'hypostase à une chair animée par une âme rationnelle, est devenu homme d'une manière inexprimable et incompréhensible et qu'il a été appelé Fils de l'homme ; cette union n'est due ni à la volonté ni au bon plaisir seulement ; elle ne s'est pas faite en assumant une personne seulement. Et bien que les natures, réunies par une véritable unité, soient différentes, d'elles deux résulte un Christ et un Fils ; non que l'union ait supprimé la différence des natures, mais parce que la divinité et l'humanité ont constitué pour nous, par cette rencontre inexprimable et mystérieuse en l'unité, un seul Seigneur, Christ et Fils... Ce n'est pas que d'abord un homme ordinaire soit né de la Sainte Vierge et que sur lui, ensuite, le Verbe soit descendu, mais nous disons que, sorti du sein maternel uni à la chair, il a accepté une naissance charnelle, parce qu'il revendique cette naissance charnelle comme la sienne propre... Ainsi [les saints Pères] n'hésitèrent pas à appeler la Sainte Vierge mère de Dieu. »

Concile d’Ephèse (431)

Cette déclaration du Concile d’Ephèse est une explication de texte du récit de l’Annonciation relaté dans l’évangile de saint Luc. En effet des théologies se développaient parallèlement à celle de l’Eglise catholique : les uns pensaient qu’il était impossible qu’une femme puisse être mère de son Créateur et donc l’enfant qui est sorti de ‘ses entailles’ n’était pas Dieu mais avait été ‘adopté par Dieu’, d’autres suggéraient que ce n’était qu’un ‘apparence d’homme’ qui avait été confié à Marie.

S’appuyant sur les déclarations de l’ange Gabriel a faites à Marie, le Concile affirme que l’enfant dont elle a accouché est bien totalement Dieu : « Celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. » (Luc 1,35) et totalement un homme qui nait naturellement d’une femme : « Tu vas concevoir et enfanter un fils » (Luc 1,31) Réalisant ainsi l’union de la nature divine et de la nature humaine en une seule personne, le Fils Unique du Père montre l’importance portée à toute l’humanité.

En relisant et en méditant le message de l’ange, le chrétien d’aujourd’hui est saisi par cet amour où « Le Verbe se fait chair et il a habité parmi nous. » (Jean 1,14) La nature humaine n’est pas une limite pour aller vers la Trinité mais au contraire le moyen par lequel nous rendons gloire à Dieu, c’est ainsi que : « toute langue proclame que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » (Philippiens 2,11)

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

25 mars 2019

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°1069

Voici la servante du Seigneur

Lorsque la Vierge Marie donne cette réponse pleine d’humilité à l’ange venu la trouver, elle a certainement dans l’esprit la révélation du prophète Isaïe (cf. première lecture). Elle a conscience d’être cette Vierge que le Seigneur suscite au milieu de son peuple pour porter cet enfant attendu depuis plusieurs siècles. Celui dont le prophète dira également : « Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur » (Isaïe 11,2)

Sans doute avait-elle une notion personnelle du rôle de ce Messie que le Seigneur envoie, mais c’est en pleine confiance qu’elle donne sa réponse : « que tout m’advienne selon ta parole. » sans poser davantage de questions. Tout au long de la vie de son fils, constatant ce qu’il fait et ce que les gens disent de lui, elle ‘méditera toutes ces choses dans son cœur.’ Elle est à l’origine du commencement de la vie publique de Jésus en lui signalant le manque de vin aux noces de Cana : « Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. » (Jean 2,11)

La Vierge Marie seule sait que son enfant est le Fils de Dieu venu dans notre chair : « ayant la condition de Dieu, il ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect. » (Philippiens 2,6-7). Elle n’est jamais loin de celui à qui elle a donné le jour : elle est et elle reste ‘la servante du Seigneur’ jusqu’à la Croix, la Résurrection et la Pentecôte.

Le message de l’ange à Marie ne s’arrête pas à l’annonce de sa grossesse pour donner son humanité au Fils, implicitement cela signifie qu’elle devra aussi veiller sur son Corps Mystique, l’Eglise, qui lui est confiée lorsqu’elle est au pied de la Croix, à travers l’anonymat du ‘disciple que Jésus aimait’, chacun de nous est donné comme enfant à la Vierge Marie individuellement et communautairement : « Voici ton fils ! »

Servante du Seigneur’, Marie est aussi servante de l’Eglise par son intercession constante pour tous ses enfants auprès de son fils. De notre côté, nous l’implorons : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, maintenant et à l’heure de notre mort »

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier



éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions