Dimanche des Rameaux et de la Passion
Année B - saint Marc

Marc 11,1-10
Isaïe 50,4-7
Psaume 21
Philippiens 2,6-11
Marc 14,1-15,47

1

Forces Armées de Guyane

12 avril 2003

Inconstance

2

Brigade Franco-Allemande

5 avril 2009

Accepter le pardon

3

Fort Neuf de Vincennes

1er avril 2012

Blasphème

4

Secteur Vermandois

29 mars 2015

Eviter des troubles dans le peuple

5

Athiies & Nesle

25 mars 2018

Le baiser de Judas

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

12 avril 2003

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page

Inconstance

Quel contraste entre les deux passages de l’Evangile qui nous sont proposés par la liturgie de ce dimanche ! D’un côté une acclamation, semble-t-il unanime, de tous les habitants de Jérusalem et les pèlerins venus pour la Grande Fête et de l’autre l’abandon total, y compris des proches de Jésus et même de ses Apôtres. saint Marc, que nous lisons cette année ne parle pas des personnes au pied de la croix, il précise au contraire que les femmes regardent de loin .

Il serait facile de jeter la pierre à cette foule aussi inconstante dans ses admirations, mais ce serait oublier l’histoire du peuple de Dieu où se succèdent moment de ferveur et instants d’incroyance et de refus. Ce serait aussi oublier l’histoire de l’Eglise où se sont aussi mêlés piété et superstition, inspiration et obscurantisme, foi et apostasie... Et, si nous nous intéressons aux personnes, dans la vie de tout croyant se suivent périodes de dévotion et d’indifférence.

La pointe de la liturgie d’aujourd’hui est dans cette juxtaposition de ces deux textes. Elle nous signifie que nous sommes présents à cette messe pour adorer notre Seigneur et communier à son Corps dans la foi, l’espérance et la charité, que, même si dans notre vie quotidienne nous nous écartons de ces vertus cardinales, le sacrifice du Christ et son dénuement total nous donne le pardon et nous rétablit dans notre dignité d’homme à part entière, fils et filles de Dieu, tels que Dieu nous a voulus dans sa Création.

Cet accès à la dernière semaine de Carême nous invite à offrir au Seigneur non seulement les pauvres efforts que nous avons pu faire, mais aussi nos échecs, nos culpabilités, nos soucis et nos peines. Nos efforts seront davantage du côté de l’acclamation de l’entrée à Jérusalem Céleste, le reste sera davantage du côté de l’abandon voire du mépris manifesté au Christ en croix.

Il ne s’agit ni de se gonfler ni de se dévaluer, notre salut est d’être nous-mêmes simplement : « Dieu ne juge pas selon les apparences, mais il voit le coeur » Je me présente au Seigneur tel que je suis et c’est lui qui fait de moi un être ressuscité.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

12 avril 2009

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Accepter le pardon

Lire dans la même célébration l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem et le récit de la Passion présente un résumé du mystère de Jésus, Fils Unique de Dieu ; à la fois acclamé par des foules, admiré, recherché mais peu de temps après hué, vilipendé et rejeté.

La similitude et l’opposition entre les deux Apôtres Judas et Pierre sont instructives pour nous.

Au point de vue de la similitude : Tous les deux vont trahir Jésus, le premier trahit Jésus en le vendant aux grands prêtres et en le désignant à ceux qui viennent pour l’arrêter par un baiser. Le second refuse par trois fois de reconnaître qu’il fait partie de ses disciples, malgré les allégations qu’il avait faites de ne jamais abandonner Jésus, même au risque de sa vie.

Au point de vue de l’opposition, Judas croyait peut-être qu’une rencontre entre les grands prêtres et Jésus lèverait les incompréhensions et que ceux-ci se rallieraient au message de la Bonne Nouvelle ; mais s’apercevant que Jésus est livré à la vindicte populaire et à la mort infamante de la croix, il va se suicider, ne pensant pas un seul instant qu’un pardon est possible. Au contraire Pierre va accepter le pardon de Jésus ressuscité lorsqu’ils sont au bord du lac et que Jésus lui demande par trois fois : « Pierre, m’aimes-tu ? »

L’enseignement qui nous est donné par cette comparaison est que le refus du pardon conduit à la désespérance. Le Christ a donné sa vie pour que les péchés soient pardonnés. Ne pas croire que le pardon est possible est une négation du sacrifice du Fils de Dieu et donc une négation totale de la foi.

La Semaine Sainte qui s’ouvre n’est pas une méditation négative sur la souffrance mais une révélation de l’amour du Père qui va jusqu’au bout. Vivons donc quotidiennement comme des hommes et des femmes pardonnés.

Père JeanPaul Bouvier

1er avril 2012

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

Blasphème !

En pleine nuit, le Sanhédrin se réunit pour juger Jésus. Ils agissent dans l’urgence, il ne faut pas – à leurs yeux – que les disciples de cet homme aient le temps de rameuter la foule qui a acclamé Jésus à son entrée dans Jérusalem ; il faut donc agir le plus vite possible quitte à donner du crédit à de faux-témoignages.

Lorsque le Grand-Prêtre lui demande s’il est le Messie, le Fils du Dieu béni, il utilise une périphrase, il parle du Dieu Béni puisque le Nom de Dieu, YHWH (= JE SUIS !) Le Nom qui a été donné à Moïse ne doit pas être prononcé. Seul le Grand-Prêtre connaît la prononciation de ce Nom qui est transmis de Grand-Prêtre à Grand-Prêtre. Jésus lui répond non seulement par la citation du prophète Daniel : «  vous verrez le Fils de l’homme siège à la droite du Tout-Puissant et venir parmi les nuées du ciel. » (7,13) mais il fait précéder cette phrase de ce qui semble être l’affirmation « Je suis ! » mais en fait Il prononce le Nom de Dieu. Le Grand-Prêtre, effrayé que ce Nom soit prononcé en dehors du Saint des saints et par un homme qu’il pense être un homme ordinaire, déchire alors ses vêtements et crie au blasphème.

Les membres du Sanhédrin n’ont pas compris l’importance de la réponse de Jésus, ils pensent qu’il est blasphémateur en s’appropriant la prophétie et ils réclament la mort. La mise à mort d’un blasphémateur, dans la Loi juive, est la lapidation. Le grand Conseil se réunit tôt le matin et décide de livrer Jésus à Pilate, sans doute par peur que les juifs ne lapident pas Jésus ou bien que ce dernier harangue et convertisse la foule, il vaut donc mieux le dénoncer comme émeutier au procurateur, la mort sera donnée par les romains qui ne comprennent pas la langue de Jésus et ce sera la mort infamante de la Croix réservée aux esclaves et aux agitateurs !

Si Pilate essaie de sauver Jésus, il est facile de noyauter une foule pour lui faire crier ce que le grand conseil désire, même au prix de la libération d’un criminel…

Jésus meurt sur la croix, entouré de romains, n’ayant devant lui que sa mère et le ‘disciple qu’il aimait’, à la neuvième heure (vers 15 heures) au moment même où, dans le Temple les prêtres sacrifient l’agneau pour la grande fête de la Pâque. Les ténèbres ont envahi Jérusalem et « le Rideau du Temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas. »

Aujourd’hui, dans nos vies, les ténèbres semblent quelquefois gagner et nous avons une impression de vide comme au jour de la Crucifixion et avec Jésus nous disons : « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » Ce n’est qu’un passage : la mort du Christ appelle la Résurrection ! Nous redisons avec confiance l’acte d’espérance de l’Eglise : « Mon Dieu, J'espère avec une ferme confiance que vous me donnerez, par les mérites de Jésus-Christ votre grâce en ce monde et le bonheur éternel dans l'autre, parce que vous l'avez promis et que vous êtes bon et fidèle dans vos promesses. »

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

29 mars 2015

n°810

Retour en haut de la page

Eviter des troubles dans le peuple

Les prêtres et les scribes sont guidés par la peur face à la personne de Jésus.

Ils ont peur que les romains qui occupent la Palestine ne soient indisposés par la prédication de cet homme qui annonce l’avènement d’un Royaume et qui entraîne derrière lui des foules nombreuses qui l’acclament comme le successeur de David, le roi du ‘Grand Israël’. Le procurateur romain se verrait dans l’obligation d’engager des représailles qui pourraient aller jusqu’à la destruction de Jérusalem et du Temple.

Ils ont également peur de s’opposer ouvertement à Jésus et de le condamner eux-mêmes parce qu’il dynamise les foules par les miracles qu’il accomplit mais aussi par la profondeur et la véracité de ses paroles : « On était frappé par son enseignement car sa parole était pleine d’autorité. » (Luc 4,32) Les pharisiens, prêtres et les scribes ont essayé de déconsidérer la prédication de Jésus aux yeux de la foule soit en l’opposant à la foi juive : « Il n’expulse les démons que par Béelzéboul, le chef des démons. » (Matthieu 12,24) soit en l’opposant à l’occupant romain : « Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? Devons-nous payer, oui ou non ? » (Marc 12,14) A chaque fois, Jésus retourne leur piège contre eux.

Ces peurs obscurcissent leur jugement ; les prêtres, scribes et pharisiens craignent de perdre leurs habitudes, leur confort matériel et spirituel, leur identité. Ils sont prêts à tout pour garder leur société telle qu’elle est même s’il faut aller jusqu’à la suppression de Jésus qui menace leur tranquillité. Devant le Sanhédrin, le grand-prêtre ne dit-il pas : « Vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas. » (Jean 11,50)

La foule enthousiaste acclame Jésus dans la liesse en criant : « Hosanna au fils de David ! » mais qui peu de temps après elle exige sa mort auprès du procurateur Pilate : « Crucifie-le ! ». Aveuglés par leur crainte, les juifs, manipulés par les prêtres, oublient un des fondements de l’Alliance : seul Dieu est le roi d’Israël : « Les grands prêtres répondirent : « Nous n’avons pas d’autre roi que l’empereur. » Jean 19,15)

Au moment où nous allons célébrer l’entrée de Jésus dans Jérusalem, il nous est bon de réfléchir sur nos propres attitudes : cette acclamation de joie ne doit pas être suivie par un abandon des principes de notre foi. Le rappel de la versatilité des pèlerins venus à Jérusalem pour célébrer la Pâque doit nous inviter à regarder sans concession notre propre vie dans laquelle, nous aussi, nous avons des périodes d’exaltations et des temps de reniements. Cette méditation est une demande pour avoir la Grâce de Dieu afin que nous restions dans la voie qu’il nous montre.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

25 mars 2018

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°999

Le baiser de Judas

Le nom de Judas apparaît dans la liste des Apôtres donnée par les trois évangiles synoptiques (il n’y a pas de liste d’Apôtres dans le IVème évangile). Il a donc été un témoin privilégié de toute la prédication de Jésus, y compris les explications réservées aux ‘Douze’ (cf. Matthieu 13,36). Il a vu les miracles accomplis. Il est même présent lors de la Cène (sauf dans l’évangile de saint Jean).

Saint Jean le présente sous un jour particulièrement défavorable en supposant une cupidité éventuelle lorsque Marie de Béthanie renverse un parfum de prix sur les pieds de Jésus et les essuie avec ses cheveux : « Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : ‘Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ?’ Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait. » (Jean 12,4-6) Nulle trace de cette présomption chez les autres évangélistes.

Est-ce seulement l’appât de ces trente pièces d’argent – le salaire d’un ouvrier agricole pendant un mois (cf. Matthieu 20,9) – qui pousse Judas à trahir celui qu’il a suivi avec espérance depuis plusieurs années ? Il savait pourtant que les grands-prêtres cherchaient à faire mourir Jésus. Pourquoi la surprise et ce revirement lorsque Jésus est livré aux Romains pour être mis à mort ? Il aurait dû s’y attendre alors qu’il accuse les prêtres d’avoir livré un innocent ! (cf. Matthieu 27,4)

Peut-être y a-t-il une autre motivation dans l’esprit de Judas… Ayant entendu l’enseignement de Jésus, il est persuadé que cet homme est réellement le Messie attendu par Israël, l’Elu de Dieu, comme David, pour restaurer le Royaume de Dieu sur terre. Si les grands-prêtres avaient l’occasion d’écouter ce qu’il a dire, ils se convertiraient forcément et seraient de ses disciples les plus acharnés. Jésus lui semble être trop timoré pour aller parler directement à Caïphe et au Sanhédrin, Judas décide de forcer la main à Jésus, en le livrant, il l’oblige à leur révéler la puissance de Dieu qui est en lui ! Devant l’échec de ce qu’il pensait être une mission divine, il perd toute espérance en cet homme et dans la fidélité de Dieu envers son peuple, il n’a plus qu’à aller se pendre… S’il avait attendu 72 heures, il aurait vu a Gloire du Seigneur…

Cette hypothèse – osée – est quand même une leçon pour chacun d’entre nous. Combien de fois, croyant bien faire, pensant être investis par un message personnel de Dieu, nous tombons à côté de ce que nous désirions et les conséquences peuvent nous démoraliser. Contrairement à Judas, nous devons garder espérance en Dieu, comme Joseph le rappelle à ses frères : « Vous aviez voulu me faire du mal, Dieu a voulu le changer en bien. » (Genèse 50,20)

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier



éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions