Jeudi Saint
messe de la Cène

1

Brigade Franco-Allemande

5 avril 2007

Por vobis et pro multis

2

20 mars 2008

Bulle "Exultate Deo" d’Eugène IV

3

9 avril 2009

La dernière coupe

4

Fort Neuf de Vincennes

1er avril 2010

Transmission

5

21 avril 2011

Alliance

6

3 avril 2012

Servir

7

Secteur Vermandois

28 mars 2013

C’est une loi perpétuelle

8

17 avril 2014

Pas seulement les pieds !

10

24 mars 2016

L’Alliance Nouvelle et Eternelle

11

Athies & Nesle

13 avril 2017

La ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main

Exode 12,1-8.11-14
Psaume 115
1Corinthiens 11,23-26
Jean 13,11-15

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

5 avril 2007

Brigade Franco-Allemande

n°308

retour en haut de la page

Pro vobis et pro multis

Depuis près de vingt siècles cette formule, ou une expression équivalente, est utilisée dans toutes les langues lors de la Consécration du pain et du vin dont les substances deviennent celles du Corps et du sang de Note Seigneur Jésus Christ.

Depuis près de vingt siècles, les chrétiens ont entendu cette formule et ont pris pour eux ce pour vous. Si les croyants sont tous inclus dans cette locution, à qui s’adresse donc le reste de la phrase pour beaucoup ?

Deux interprétations sont possibles

La première, plus restrictive, est de considérer que le pour vous ne s’adresse qu’aux participants locaux de la messe célébrée, c’est à dire la petite communauté présente dans l’endroit au moment  de la Consécration. Le Pour beaucoup englobe alors tous les participants à la messe dans d’autres lieux ou dans d’autres temps.

La seconde, plus universelle, considère que tous les participants à la messe, où qu’ils soient, à quelque époque qu’ils aient vécu, sont inclus dans le pour vous et que le pour beaucoup s’adresse à tous les autres, ceux qui n’ont pas eu la chance de connaître le message du Fils de Dieu, soit par ignorance (c’est le cas en particulier de tous ceux qui ont vécu avant que le Fils se fût incarné) soit par refus ou par méconnaissance.

Il y a  un peu des deux, et cela est pour nous une source de méditation. Chacun d’entre nous a la chance de pouvoir rencontrer son Seigneur et de le reconnaître dans le pain et le vin eucharistiés. Cela nous conduit à changer de vie et changer notre cœur pour ne pas être spirituellement identiques avant et après avoir reçu le Corps du Christ, pour laisser s’exprimer cet homme nouveau que nous avons revêtu au Baptême.

L’adoration que nous allons faire ce soir est une attente avec le Christ au jardin de Gethsémani ; nous allons prier avec lui pour que la volonté du Père soit faite. Mais dans notre vie quotidienne, ne sommes-nous pas plutôt comme ces disciples qui se sont endormis ? Voire même comme celui qui le trahit ?

« Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, c’est par mes œuvres que je te montrai ma foi » dit saint Jacques dans sa lettre. Que ce soit notre devise.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Militaire


20 mars 2008

Brigade Franco-Allemande

n°364

retour en haut de la page


Le troisième sacrement est l'Eucharistie. Sa matière est le pain de froment et le vin de raisin, auquel on doit mélanger avant la consécration un tout petit peu d'eau. On y mélange de l'eau, parce que, selon le témoignage des saints Pères et des Docteurs de l'Eglise mentionnés dans la discussion précédente, on croit que le Seigneur lui-même a institué ce sacrement avec du vin mélangé d'eau. Ensuite, parce que c'est une représentation adéquate de la Passion du Seigneur. Car le bienheureux Alexandre, cinquième pape après saint Pierre, dit  «Dans l'oblation des mystères qui sont offerts au Seigneur au cours de la solennité de la messe, on doit offrir seulement en sacrifice du pain et du vin mélangé d'eau. Dans le calice du Seigneur, on ne doit pas offrir seulement le vin ou seulement l'eau, mais les deux mélangés, car on lit que ce sont les deux, le sang et l'eau, qui ont coulé du côté du Christ [cf. Jn 19,34]» C'est aussi parce que l'effet de ce sacrement, l'union du peuple chrétien au Christ, est adéquatement signifié. L'eau, en effet, signifie le peuple ; suivant ce verset de l'Apocalypse   «Des eaux nombreuses... des peuples nombreux» [cf. Ap 17,15], et le pape Jules, qui fut le deuxième après le bienheureux Sylvestre, dit  «Le calice du Seigneur doit être offert, selon le précepte canonique, avec un mélange de vin et d'eau, parce que nous voyons que l'eau représente le peuple et que le vin manifeste le sang du Christ. Donc, lorsque dans le calice le vin est mélangé à l'eau, le peuple est uni au Christ et là foule des fidèles intimement jointe à celui en qui elle croit», Comme la sainte Eglise romaine, instruite par les bienheureux Apôtres Pierre et Paul, tout comme les autres Eglises des Latins et des Grecs au milieu desquelles brillèrent des lumières de sainteté et de savoir, gardèrent cet usage depuis la naissance de l'Eglise et le gardent encore il ne semble nullement convenable qu'une région particulière s'écarte de cette pratique universelle si raisonnable. Nous décrétons donc que les Arméniens doivent aussi se conformer à l'universalité du monde chrétien et que leurs prêtres doivent, en offrant le calice, mélanger au vin un peu d'eau, comme on l'a dit.

La forme de ce sacrement, ce sont les paroles du Sauveur par lesquelles il le réalisa. Le prêtre, en effet, réalise ce sacrement en parlant au nom du Christ. Par la vertu des paroles, la substance du pain est changée au corps du Christ et la substance du vin à son sang. De telle manière cependant que le Christ tout entier est contenu sous l'espèce du pain et tout entier sous l'espèce du vin ; sous toute portion d'hostie et de vin consacrés, après la séparation des espèces, le Christ est tout entier présent.

L'effet que ce sacrement produit dans l'âme de celui qui le reçoit dignement est l'union de l'homme au Christ. Et parce que la grâce incorpore l'homme au Christ et l'unit aux membres du Christ, il s'ensuit que ce sacrement fait s'accroître la grâce en ceux qui le reçoivent dignement. Tous les effets que la nourriture et la boisson matérielles produisent sur la vie du corps  soutien, accroissement, restauration et joie, ce sacrement les opère pour la vie spirituelle. En lui, selon la parole du pape Urbain, nous célébrons, pleins de reconnaissance, le souvenir de notre Sauveur, nous sommes préservés du mal, nous sommes fortifiés dans le bien et nous allons vers un accroissement de vertu et de grâce.

Bulle «Exultate Deo » d’Eugène IV (22 novembre 1439)

 


9 avril 2009

Brigade Franco-Allemande

n°428

retour en haut de la page


La dernière coupe

Dans la Haggadah qui définit la liturgie de la soirée familiale du Séder, c'est-à-dire le rituel de la Pâque juive, quatre coupes sont utilisées les trois premières ont leur importance dans le cours du repas rappelant la libération de l’esclavage d’Egypte ; la quatrième est le final de cette célébration, après l’avoir bue les participants ne doivent plus rien manger.

Saint Paul et saint Luc expliquent que c’est après le repas que Jésus prend la coupe alors qu’aucune précision n’est donnée pour le pain. Ils veulent donc insister sur la signification profonde de cette coupe spécifique. Dans la bénédiction après avoir bu le vin de cette coupe, il est dit aujourd’hui : « … Aie pitié, Eternel, notre Dieu de ton peuple Israël, de Jérusalem ta ville, de Sion résidence de ta Majesté, de ton autel et de ton Temple. Reconstruis bientôt et de nos jours Jérusalem, la ville sainte ; veuille que nous y entrions et que nous jouissions de sa gloire… »

Jésus, puisqu’il présidait l’assemblée au Cénacle, a prononcé une bénédiction en des termes équivalents ; mais dans la bouche du Fils de Dieu qui va donner sa vie pour le pardon des hommes, ces paroles prennent une toute autre dimension.

Parallèlement à ce qu’il a dit concernant le Temple qu’il se propose de rebâtir en trois jours, faisant allusion à son propre corps, cette bénédiction prend un retentissement tout différent qui ne peut être compris qu’après la Résurrection. Notamment par l’auteur du IVème évangile, celui qui arrivé au tombeau et voyant les linges « voit et croit » (cf. Jean 20,7), lorsqu’il décrit la Jérusalem nouvelle descendant du ciel où le Temple est inutile puisque Dieu lui-même y est présent. Cette description conclut le livre de l’Apocalypse montrant qu’avec cette inauguration tout est achevé (cf. Apocalypse 21)

Dans le même registre, les trois évangélistes synoptiques relatent que, lors de la mort de Jésus, le voile de Temple se déchire de haut en bas (cf. Matthieu 27,51 ; Marc 15,38 ; Luc 23,46) laissant le Saint des saints à la vision de tous et montrant sa vacuité : Dieu n’est plus présent au milieu des hommes. Le centurion de garde près du gibet peut s’écrier « Vraiment cet homme était le Fils de Dieu » (cf. Matthieu 27,53 ; Marc 15,38 ; Luc 23,47)

Ainsi dans la bénédiction finale de la célébration de la Cène, Jésus essaie de faire comprendre à ses disciples que des temps nouveaux sont arrivés avant que des signes plus évidents ne leur soient donnés afin qu’ils aient le temps de se préparer au signe éclatant de la Résurrection. Les évangélistes écrivant ensuite montrent les signes qu’ils n’avaient pas compris au moment où ils étaient donnés

Père JeanPaul Bouvier


1er avril 2010

Fort Neuf de Vincennes

n°468

retour en haut de la page


Transmission

  • C’est une loi perpétuelle : d’âge en âge vous la fêterez (Exode 12,14)
  • Je vous ai transmis ce que j’ai reçu (1 Corinthiens 11,23)
  • C’est un exemple que je vous ai donné (Jean 13,15)

Le christianisme, enraciné dans le judaïsme est basé sur la transmission de la foi et d’une promesse faite à Abraham, transfigurée dans le sacrifice sur Fils du Père. Une transmission d’événements qui ne sont pas fixés dans le passé mais au contraire auxquels nous sommes invités à participer. La fête juive de la Pâque souligne qu’aujourd’hui le croyant est libéré de l’esclavage d’Egypte ; la célébration de la messe est une participation au dernier repas de Jésus et de ses disciples au soir du jeudi.

C’est un des éléments importants de la foi sacramentelle : nous ne re-faisons pas ce qu’a fait Jésus, nous participons à son sacrifice fait une fois pour toutes : faites ceci en mémoire de moi, il ne s’agit pas de faire autre chose.

A chaque fois que les chrétiens se réunissent pour célébrer la messe ils se retrouvent tous, à travers les siècles et à travers l’espace au Cénacle de Jérusalem autour de Jésus livrant son Corps et son Sang pour tous les hommes et femmes. Cet aspect est souligné dans les quatre prières eucharistiques en priant pour les morts et les vivants après la transsubstantiation du pain et du vin en Corps et Sang de Jésus Christ : nous sommes avec eux, ils sont avec nous.

Si nous pouvons célébrer la messe de nos jours, plus ou moins librement selon les pays, plus ou moins moqués ou critiqués selon l’air du temps, nous le devons à tous ceux qui nous ont précédés et qui nous ont transmis ces Sacrements qui nous configurent au Christ ; eux aussi ont connu des persécutions, des menaces pour leur vie, des incompréhensions, des moqueries, des dévalorisations…

Au moment où nous allons fêter la Résurrection du Christ, signe de notre propre résurrection, nous avons ce devoir de transmission, non seulement en enseignant mais aussi comme pour le lavement des pieds en étant des exemples pour ceux qui nous entourent.

Ne laissons pas l’idéologie des sociétés modernes enfermer la foi chrétienne dans une sphère qui ne serait que personnelle, nous sommes un peuple, Le Peuple de Dieu acquis par le don que le Fils a fait de son Corps et de son Sang.

Père JeanPaul Bouvier
aumônier de Vincennes


21 avril 2011

Fort Neuf de Vincennes

n°532retour en haut de la page


Alliance

Le thème de l’Alliance est récurent dans l’Ancien Testament. Celle qui est promise à Abram : ‘J'institue mon alliance entre moi et toi, et je t'accroîtrai extrêmement.’ (Genèse 17,2) est conclue (ch. 15) avant même que Dieu change son nom d’Abram (= dont les pères sont importants) en Abraham (= père d’une multitude ch. 17) Elle est centrale dans la foi juive. Pourtant la première alliance que Dieu passe avec les hommes n’est pas celle-là mais celle qu’Il passe avec Noé (cf. Genèse ch. 6 & ch.9) et le signe qu’Il donne après le Déluge est l’arc-en-ciel, mais il le définit comme ‘Tel est le signe de l'alliance que j'établis entre moi et toute chair qui est sur la terre.’ (Genèse 9,17)

Jésus, au soir de la Cène, parle de son propre sang qui va être répandu comme du sang de l’Alliance (Matthieu 26,26-29 ; Marc 14,22-25) et une Alliance qui est Nouvelle (Luc 22,19-20 ; 1Corinthiens 11,23-25) La nouveauté de cette Alliance réside dans le fait que le sang du Fils est versé pour ‘la multitude’ et non plus seulement pour une descendance précise : toute l’humanité est comprise dans cette Alliance.

La notion même d’alliance implique une réciprocité : deux parties s’engagent l’une envers l’autre. Il n’en est rien lorsque Dieu passe une Alliance avec les hommes, Lui seul s’engage, Il ne fait qu’indiquer ce que le croyant doit faire s’il désire rester dans cette Alliance ; la liberté de l’homme reste entière. Pour montrer ce choix de vie, à l’entrée de la Terre Promise Dieu dit à son Peuple : « Je prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre: je te propose la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie, pour que toi et ta postérité vous viviez,  aimant le Seigneur ton Dieu, écoutant sa voix, t'attachant à lui; car là est ta vie, ainsi que la longue durée de ton séjour sur la terre que le Seigneur a juré à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob, de leur donner. » (Deutéronome 30,19-20)

De la même manière, Jésus, le ‘Maître’ et ‘Seigneur’ donne un exemple à ses Apôtres en leur lavant les pieds comme un serviteur, les invitant à agir de la même façon, le véritable disciple se met au service de ses frères et sœurs.

Lorsque aujourd’hui nous voyons l’évêque ou le prêtre laver les pieds de quelques fidèles, nous pensons à ce geste du Christ. Pour les personnes devant lesquelles il se met à genoux ceint du tablier de service c’est souvent un moment de gène et de confusion et, comme l’Apôtre Pierre, elles auraient tendance à dire : « Tu ne me laveras pas les pieds, non jamais ! » Pour le célébrant c’est un moment spirituel important, il s’identifie au Christ serviteur de façon tangible en se montrant comme pasteur attentif au bien du troupeau.

Ce n’est pas une action théâtrale mais bien un moment spirituel important pour la communauté d’être ainsi servie par son pasteur. Vivons-le pleinement.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes


5 avril 2012

Fort Neuf de Vincennes

n°602

retour en haut de la page


Servir

Le IVème évangéliste ne décrit pas la Cène avec l’instauration de l’eucharistie, il sait que cela est écrit et transmis par d’autres auteurs et lu dans toutes les communautés chrétiennes ; par contre il relate cet épisode surprenant : le Seigneur lave les pieds de ses disciples ! C’est un signe de bienvenue de la part du maître de maison, mais cette tâche est habituellement exécutée par un esclave.

La réaction de Simon-Pierre est tout à fait compréhensible, il ne peut imaginer que le Seigneur effectue ce travail comme s’il était son serviteur : c’est à lui de servir Jésus et non le contraire. Lorsque Jésus lui dit que c’est un passage obligé pour avoir part au Royaume, il se résigne à se laisser faire et demande même plus.

Devant les disciples apparemment silencieux après cette besogne, Jésus leur explique qu’il n’y a pas d’action qui soit humiliante si elle est faite pour servir ses frères et il leur demande d’en faire autant. Non pas dans le sens littéral en lavant les pieds de tous ceux qu’ils vont rencontrer mais dans le sens profond de se mettre au service des autres en fonction de leurs besoins propres.

De nos jours, les chrétiens sont presque toujours gênés lorsqu’ils sont pressentis pour que le célébrant leur lave les pieds – de façon assez symbolique – pendant la célébration de la Cène. Face à cela, l’évêque ou le prêtre est heureux de faire à ces personnes ce que le Christ a fait à ses disciples, c’est un acte où il se sent ‘in personna Christi’ de façon plus tangible que lorsqu’il préside un Sacrement : il se met au service des hommes comme le Christ s’y est mis.

Toute la Bonne Nouvelle conduit à l’amour de tous les frères et l’évangile de saint Jean rapporte la phrase de Jésus : « Je vous donne un commandement nouveau: vous aimer les uns les autres; comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. » (Jean 13,34) et saint Matthieu indique la voie de la perfection : « Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? Et si vous réservez vos saluts à vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Matthieu 5,46-48)

L’attitude de serviteur que Jésus prend avec ses Apôtres, leur fait comprendre qu’il n’y a pas parmi les hommes de personnes supérieures aux autres : Lui qui est Fils de Dieu « n'a pas usé de son droit d'être traité comme un dieu mais il s'est dépouillé prenant la forme d'esclave. Devenant semblable aux hommes et reconnu à son aspect comme un homme il s'est abaissé devenant obéissant jusqu'à la mort à la mort sur une croix. » (Philippiens 2,6-8)

En sortant de l’église, essayons de graver dans notre esprit : « Car c'est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j'ai fait pour vous »

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes


28 mars 2013

Secteur Vermandois

n°668

Retour en haut de la page


C’est une loi perpétuelle

Dans le livre de l’Exode, Dieu présente la Pâque, célébration de la sortie d’Egypte, comme une fête perpétuelle, c'est-à-dire quelque chose de permanent qui dure toujours de façon ininterrompue, qui ne cesse pas. La prière de la Pâque juive, la ‘Haggadah’, fait référence à la promesse faite à Abraham et à sa descendance : « Mon père était un araméen errant… » regroupant ainsi l’ensemble du Peuple de Dieu à travers les siècles depuis les origines.

En célébrant la Pâque avec ses disciples, Jésus accomplit – rend complète – cette loi perpétuelle en leur disant après le partage du pain et du vin « Faites ceci en mémoire de moi ! » ‘Faire mémoire’ est profondément différent d’un simple souvenir, comme pour la libération d’Egypte il s’agit d’une actualisation dans la vie même du croyant. Jésus ne dit pas ‘Refaites ceci’ : il leur donne le pouvoir de faire à sa place (‘in personna Christi’) pour que tous les croyants qui ont vécu, vivent et vivront son sacrifice soient présents autour de lui lors de la dernière Cène : « Chaque fois en effet que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. » (1Corinthiens 11,26)

Ainsi lorsque nous participons à la messe nous sommes transportés dans le Cénacle avec les Apôtres, nous partageons le Corps et le Sang du Seigneur et nous l’entendons nous dire : « Faites ceci en mémoire de moi ! » mais en même temps nous recevons l’appel qui nous est lancé pour nous mettre au service de nos frères : « Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Car c'est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j'ai fait pour vous. » (Jean 13,14-15)

La Pâque juive, mémorial perpétuel de la libération de l’esclavage d’Egypte nécessite le sacrifice tous les ans d’un agneau sans défaut par les prêtres dans le Temple de Jérusalem ; elle est transfigurée par le mémorial du Sacrifice du Fils unique de Dieu, le grand-Prêtre siégeant dans la gloire, qui offre perpétuellement son propre Corps et son propre Sang au Père dans le sanctuaire céleste pour l’expiation des péchés des hommes (cf. l’épître aux Hébreux)

Les messes auxquelles nous participons ne sont pas des documentaires sur ce qui s’est passé il y vingt siècles, c’est l’événement lui-même auquel nous sommes invités à participer comme tous les disciples du Christ qui nous ont précédés. Avec eux, nous pouvons témoigner : « Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde vers le Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout. » (Jean 13,1)

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois


17 avril 2014

Secteur Vermandois

n°744

Retour en haut de la page


Pas seulement les pieds !

L’indignation de Pierre est tout à son honneur, les autres disciples semblent s’être laissés faire dans comprendre davantage l’attitude du Maître. Mais Simon-Pierre avait reconnu dans l’action de Jésus le Messie attendu par le peuple : « Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » (Matthieu 16,15-16) Il refuse totalement que Celui qui vient au Nom du Seigneur (cf. Psaume 118,26 & Matthieu 21,9) lui lave les pieds comme un serviteur.

A cette indignation correspond son enthousiasme lorsque le Maître lui dit que c’est un passage nécessaire pour avoir part au Royaume : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » (13,9) Il est prêt à supporter cela pour être toujours avec le Christ. Mais il ne peut envisager que la mission du ‘Fils du Dieu vivant’ s’achève par une condamnation à mort : « A Dieu ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas. » (Matthieu 16,22b)

Les chrétiens sont à l’image de Pierre, ils oscillent entre une foi exaltée prête à déplacer les montagnes et une réticence à considérer le Christ serviteur lui qui, par sa nature divine, ne peut être que servi. Une certaine conception de l’‘Eglise triomphante’ s’oppose ainsi à une conception de l’‘Eglise des pauvres’ tout aussi exclusive. Dans ce passage du IVème évangile, Le Fils de Dieu montre à ses disciples que c’est dans le service qu’il est triomphant. Reconnaître le Christ dans la personne qui me sert est tout aussi important que de le reconnaître dans sa présence réelle de l’Eucharistie.

La pointe de ce texte est double dans des sens qui pourraient paraître antinomiques. L’exemple que nous donne Jésus est le service : « C'est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous. » (13,15) mais parallèlement à cela, il ne faut pas oublier l’exemple de Pierre et savoir accepter d’être servi : « pas seulement les pieds ! » Donner l’occasion à d’autres la joie d’être configurés au Christ serviteur est aussi un service qu’il ne faut ni négliger ni sous-estimer.

Etre serviteur au nom du Christ semble plus estimable, mais avoir l’humilité d’accepter d’être servi est tout aussi remarquable. Le Christ est tout aussi présent dans celui qui sert aux yeux de celui qui est servi que dans celui qui est servi aux yeux du serviteur : « toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. » (Matthieu 25,40)

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois


24 mars 2016

Secteur Vermandois

n°868

Retour en haut de la page


L’Alliance Nouvelle et Eternelle

Les alliances sont nombreuses dans l’Ancien Testament :

Avec le premier couple, avant même leur création : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre » (Genèse 1,26)

  • Avec Caïn après le meurtre d’Abel : « « Si quelqu’un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois. » Et le Seigneur mit un signe sur Caïn pour le préserver d’être tué par le premier venu qui le trouverait. » (Genèse 4,15)
  • Avec Noé après le déluge : « Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais » (Genèse 9,12)
  • Avec Abraham : « Moi, voici l’alliance que je fais avec toi : tu deviendras le père d’une multitude de nations. Tu ne seras plus appelé du nom d’Abram, ton nom sera Abraham. » (Genèse 17,4-5)
  • Avec son Peuple : « si vous écoutez ma voix et gardez mon alliance, vous serez mon domaine particulier parmi tous les peuples, car toute la terre m’appartient » (Exode 19,5) et renouvelée plusieurs fois e.g. « Je vous ai fait monter hors d’Egypte, et je vous ai amenés dans le pays que j’ai juré à vos pères de vous donner. J’ai dit : Jamais je ne romprai mon alliance avec vous. » (Juges 2,1)

L’Alliance instituée par le Fils est nouvelle par la nature du Sacrifice qui est offert : ce n’est plus le sang et le corps de l’agneau pascal tel qu’il est décrit dans le livre de l’Exode : « Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l’année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau. […] on l’immolera au coucher du soleil. On prendra du sang, que l’on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. On mangera sa chair cette nuit-là » (Exode 12,5…8) Désormais c’est le Corps et le Sang de Dieu qui est partagé par les croyants, le Fils est immolé et son sang macule les bois vertical et horizontaux de la croix, signe que l’humanité est sauvée de la mort et du péché comme le signe sur la porte avait permis aux fils ainés des hébreux d’être épargnés.

En célébrant la Pâque avec ses disciples, le Christ inaugure la Nouvelle Alliance par un réel sacrifice : les juifs partageaient avec les prêtres la viande de l’animal offert en sacrifice qui avait été grillé sur l’autel du Temple. En célébrant le sacrifice du Christ, les chrétiens partagent le Corps de Celui qui est préside la Jérusalem céleste : « Il est digne, l’Agneau immolé, de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et louange » (Apocalypse 5,12)

Vivants dans cette Nouvelle Alliance, alimentés par le Corps de ‘l’Agneau Immolé’, inspirés par l’Esprit, les chrétiens suivent l’exemple donné par leur Maître et sont serviteurs dans le monde comme le rappelle saint Jean par l’épisode du lavement des pieds. Cette Semaine Sainte relancera le désir de partager cette Bonne Nouvelle à toutes les nations.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois
administrateur des paroisses de Nesle et Athies

13 avril 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°933

La ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main

Ce sont là les indications que le Seigneur donne à Moïse pour manger la Pâque : il faut que le peuple soit prêt à partir dans la hâte dès que Pharaon aura donné l’ordre du départ, après la mort de tous les premiers-nés d’Egypte. Dieu ajoute encore une prescription pour l’avenir : « Ce jour-là sera pour vous un mémorial. » (Exode 12,14)

A l’époque de Jésus, une relecture a été faite de ce texte. Le peuple juif a bien compris que c’est le mémorial qui était important en non pas le fait de se préparer à quitter en toute hâte ‘ceinture aux reins, sandales aux pieds, bâton à la main’ (v.11) le pays de l’esclavage ; il ne s’agit de refaire tous les faits et gestes de la nuit de Pâque en Egypte mais de faire mémoire de la libération que Dieu leur a donnée par son amour, n’a-t-il pas dit à Moïse depuis le cœur du buisson ardent : « Le cri des fils d’Israël est parvenu jusqu’à moi, et j’ai vu l’oppression que leur font subir les Égyptiens. » (Exode 3,9)

Dans cet esprit, les disciples demandent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? » (Matthieu 26,17) Ils pensaient au rituel habituel du mémorial de la Sortie d’Egypte ; mais Jésus, comme dans sa prédication, va développer la Parole du Père dans un sens inattendu et, par l’exemple du lavement des pieds, il leur montre qu’il n’y a rien de plus grand que d’être le serviteur de tous, autre façon d’affirmer le leitmotiv qui sous-tend le IVème évangile : ‘Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés !

Cet évangile, écrit beaucoup plus tardivement que les autres, ne revient pas sur l’institution de l’Eucharistie qui est sans doute déjà célébrée régulièrement par les chrétiens comme en témoigne saint Luc : « Ils étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. » (Actes 2,42) mais il l’évoque en rappelant l’importance de la réception du Corps et du Sang du Christ : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. » (Jean 6,54)

Au cœur de la Semaine Sainte, célébrer le double mémorial de la libération de l’Egypte et l’institution de l’Eucharistie invite chacun d’entre nous à mesurer les dons que le Père met en nous : libérés de l’esclavage du péché par l’unique sacrifice du Fils, promis à la résurrection comme le Fils, nous recevons l’Esprit qui nous donne le discernement nécessaire pour voir l’action du Père, du Fils et du Saint Esprit dans le monde et en nous. Pour être fidèle à Dieu, sa Parole nous guide : « Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j'ai dit : « Voici, je viens. « Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse » (Psaume 39[40],7-9)

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions