4ème dimanche de Carême
Année B - saint Marc

2Chroniques 36,14-16.19-23
Psaume 136
Ephésiens 2,4-10
Jean 3,14-21

1

Brigade Franco-Allemande

22 mars 2009

L'Exil à Babylone

2

Fort Neuf de Vincennes

18 mars 2012

Dieu n’abandonne pas son Peuple

3

Secteur Vermandois

15 mars 2015

Levez les yeux vers le Seigneur

4

Athies & Nesle

11 mars 2018

Nicodème

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel
vous serez inscrits dans la liste de diffusion.

22 mars 2009

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

L’exil à Babylone

Au bord des fleuves de Babylone nous étions assis et nous pleurions,
Nous souvenant de Sion ;
Aux saules des alentours nous avions pendu nos harpes.

C'est là que nos vainqueurs nous demandèrent des chansons,
Et nos bourreaux des airs joyeux :
"Chantez-nous, disaient-ils, quelque chant de Sion."

Comment chanterions-nous un chant au Seigneur
Sur une terre étrangère ?
Si je t'oublie, Jérusalem, que ma main droite m'oublie.

Je veux que ma langue s'attache à mon palais
Si je perds ton souvenir,
Si je n'élève Jérusalem au sommet de ma joie.

Ce psaume 136 qui est proposé pour ce quatrième dimanche de Carême exprime la profonde tristesse des juifs déportés à Babylone et surtout séparé de Jérusalem et de son Temple. L’alliance que Dieu avait faite à Abraham et à ses descendants reposait sur trois points : Un peuple, aussi nombreux que les étoiles du ciel, une terre ruisselante de lait et de miel et la présence de Dieu au milieu de son peuple. Tout cela semble avoir disparu. Dieu aurait-il abandonné son peuple ?

Contre toute attente, Dieu interviendra auprès de Cyrus, roi païen de Babylone, qui autorisera le peuple juif à rentrer à Jérusalem et à reconstruire le Temple, malgré l’avis de ses conseillers qui pensent que ces hommes reconstruiront des fortifications plutôt qu’un Temple.

Lorsque nous lisons ce chant aujourd’hui, nous devrions avoir la même tristesse d’être séparés de la Jérusalem céleste à laquelle nous aspirons. Les Sacrements que nous vivons nous entrouvrent une fenêtre vers ce Royaume qui nous est annoncé, mais notre pesanteur humaine marquée par le péché nous empêche de profiter pleinement de ces visions furtives.

Pendant ce Carême, nous sommes appelés à davantage vivre les signes qui nous sont donnés, que ce soit dans la célébration eucharistique ou pénitentielle. Alors nous pourrons nous émerveiller du mystère de Pâques et y participer de toute notre âme et de tout mon corps.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse militaire

18 mars 2012

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

Dieu n’abandonne pas son Peuple

L’auteur du second livre des Chroniques constate la déliquescence de la foi du Peuple de Dieu sous le règne du roi Sédécias : le Peuple n’écoute plus la Parole et va vers d’autres dieux. Les chefs des prêtres ne font pas exemption « imitant toutes les pratiques sacrilèges des nations païennes » La conséquence ne se fera pas attendre, Jérusalem et son Temple seront complètement détruits. Ils pensaient impossible que Dieu ne laisse son Temple et l’Arche de l’Alliance tomber dans des mains ennemies ; ils étaient sûrs qu’il y aurait un miracle, une intervention divine qui mettrait les assaillants totalement en déroute. Ils constatent à leurs dépens que Dieu se propose, il ne s’impose pas.

De même, à l’époque de Jésus, les auditeurs n’ont pas écouté sa Parole, Lui, le « Verbe fait chair » Ils se sont installé dans un confort spirituel satisfait l’accomplissement des rites mais où le cœur se fermait à leur signification. La conséquence en fut identique, ce n’était plus les Babyloniens qui ont détruit le Temple mais l’ensemble de la population, juifs résidants en Palestine, romains et personnes de la diaspora qui a demandé à Pilate avec force cris « Crucifie-le ! »

Dieu n’a pas abandonné son Peuple aux mains des Babyloniens mais il a inspiré le roi Cyrus pour que celui-ci favorise le retour l’Exil et la reconstruction du Temple afin que Dieu soit à nouveau de façon visible et tangible au milieu de son Peuple afin que les sacrifices et les holocaustes puissent reprendre pour la sanctification du Peuple.

Jésus ressuscite dans sa chair, le Temple de son Corps (cf. Jean 2,19) et donne une nouvelle présence de Dieu au milieu de l’humanité, l’Eglise : « Vous-mêmes, comme pierres vivantes, prêtez-vous à l'édification d'un édifice spirituel, pour un sacerdoce saint, en vue d'offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus Christ. » (1Pierre 2,5) A l’intérieur de ce Temple qui est son Corps mystique (cf. Pie XII mystici Corporis Christi 29 juin 1943) il donne à ceux qui croient Lui de communier à son Corps eucharistique : « après la consécration du pain et du vin, notre Seigneur Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, est présent vraiment, réellement et substantiellement sous l'apparence de ces réalités sensibles » (Concile de Trente : Décret sur la très sainte Eucharistie 11 octobre 1551)

Nous ne sommes pas meilleurs que les sujets du roi Sédécias ou que les contemporains de Jésus et pour nous aussi les ‘pratiques des nations païennes’ sont tentantes. Le carême qui nous est proposé tous les ans nous invite à faire le point sur ces pratiques pour – si nous le pouvons – les éradiquer de notre vie, ou du moins minimaliser leur impact. Les exemples de l’Exil et de la Passion du Christ doivent nous y aider ainsi chacun « qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient reconnues comme des œuvres de Dieu. »

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

15 mars 2015

n°808

Retour en haut de la page

Levez les yeux vers le Seigneur

« Mais en chemin, le peuple perdit courage. Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. » Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie ! » (Nombres 21,4-9)

Nicodème, l’interlocuteur de Jésus, est un ‘chef des juifs’ (cf. Jean 3,1) il est dans la mouvance du grand prêtre (cf. Jean 7,50) et sans doute aussi un membre du Sanhédrin. Il vient rencontrer Jésus de nuit pour ne pas être vu comme un de ses disciples bien qu’il reconnaisse en lui un ‘Rabbi’ et un ‘maître venu de Dieu’ (cf. Jean 3,2) Il connaît l’épisode du ‘serpent de bronze’ rapporté dans le livre des Nombres, il peut déchiffrer la comparaison que Jésus fait entre ce ‘serpent de bronze’ et le ‘Fils de l’Homme’ expression tirée du livre de Daniel (Daniel 7,10ss) Cette locution désigne un être qui appartient déjà au Royaume de Dieu, Nicodème peut donc la comprendre comme une allégorie désignant les cieux : comme les hébreux levaient les yeux vers le serpent, pour être pardonné, le pécheur lève les yeux vers le ciel, domaine de Dieu miséricordieux.

Dans le temps de Carême où nous sommes, cette comparaison prend un autre sens. Le serpent, en tant que symbole de la tentation et du péché depuis le jardin d’Eden, nous fait ressentir la morsure du péché qui pourrait entraîner la mort spirituelle : la coupure de la relation avec le Père. En levant les yeux avec foi vers le Fils sur la croix, nous pouvons vaincre le péché et recevoir le pardon du Père par la grâce de Celui qui offre perpétuellement sa vie pour chaque homme en disant : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Luc 23,34)

Le serpent de bronze du désert ne guérissait que de l’attaque des ‘serpents  à la morsure brûlante’ châtiment que Dieu avait envoyé en raison des récriminations du peuple. Les crucifix regardés avec foi nous invitent à revenir vers le Père et à accepter son pardon pour tous les péchés que nous avons pu commettre. Ce ne sont pas les objets eux-mêmes qui sont importants mais la perception du mystère qu’ils représentent : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jean 15,13)

A la suite de la lecture de ce dimanche, je peux me poser la question de savoir où se trouve le crucifix dans ma maison, il est souvent devenu comme un simple élément de décoration que je ne vois plus tellement je suis habitué qu’il soit là. Retrouvons le sens de ce signe extérieur de la foi chrétienne, que je ne passe plus devant sans lui accorder le moindre regard !

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

11 mars 2018

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°997

Nicodème

Nicodème n’apparaît que dans le IVème évangile et encore dans seulement trois épisodes de la vie de Jésus :

  •          Lorsqu’il vient écouter la parole du Christ : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. » (Jean 3,1-21) Mais il vient de nuit par peur des autres pharisiens alors qu’il est lui-même un docteur de la Loi reconnu et respecté.
  •          Lorsqu’il essaie de défendre Jésus devant les pharisiens : « Notre Loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? » (Jean 7,51) Mais il ne développe pas ses arguments pour la défense de celui qu’il considère comme le Messie.
  •          Après la mort de Jésus lorsqu’il monte au tombeau avec une quantité importante d’aromates pour ensevelir le corps martyrisé : « il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès pesant environ cent livres. » (Jean 19,39) C’est au crépuscule, au moment où le sabbat va commencer qu’il accompagne Joseph d’Arimathie pour rendre ce dernier hommage au Maître – avec démesure.

Nicodème croyait en Jésus mais la pression sociale, sa place parmi ses pairs, le ‘qu’en dira-t-on’ l’empêchait de se déclarer ouvertement disciples de cet homme. Dans l’obscurité, il vient l’écouter et se recueillir sur son corps. Pourtant Jésus l’avait averti à la fin de leur conversation : « celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. » (Jean 3,21) L’évangéliste ne nous dit pas si Nicodème a rejoint les rangs des chrétiens après la Résurrection du Christ suivant notre humeur nous répondrons affirmativement ou négativement…

A travers Nicodème, c’est chacun d’entre nous qui est visé : nous croyons au Christ, Fils éternel du Père venu pour sauver tous les hommes, mais nous aussi nous sommes sensibles à notre position sociale, à la façon dont nous sommes perçus par nos contemporains. De temps en temps, nous défendons l’Eglise et la Parole de Dieu mais – trop souvent – assez mollement comme Nicodème au milieu des autres pharisiens.

Le temps du Carême nous permet de réagir et de quitter les ténèbres pour aller fièrement vers la Lumière « pour qu’il soit manifeste que ses [mes] œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. » (v.21)

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier



éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions