4ème dimanche de Carême
Année A - saint Matthieu

1

Lycée Militaire d'Autun

14 mars 1999

le Seigneur regarde le cœur.

2

Forces Armées de Guyane

10 mars 2002

" Que je vois"

3

Garnison d'Angers

6 mars 2005

Aveuglement

4

Brigade Franco-Allemande

2 mars 2008

N'as-tu pas d'autre garçon ?

5

Fort Neuf de Vincennes

3 avril 2011

Le miracle de l’aveugle-né, sacrement précurseur

6

Secteur Vermandois

30 mars 2014

Donne-lui l’onction

7

Athies & Nesle

26 mars 2017

Samuel oint David

1 Samuel 16,1b.6-7.10-13a
Psaume 22
Ephésiens 5,8-14
Jean 9,1-41

Si vous désirez recevoir toutes les semaines l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

14 mars 1999

Lycée Militaire d'Autun

n° 75

retour en haut de la page

Les hommes regardent l'apparence, mais le Seigneur regarde le cœur.

Cette parole que Dieu délivre à Samuel est une constatation. Même les premiers chrétiens se laisseront prendre à ce travers humain, saint Paul les fustigera parce qu'ils font attention aux personnes portant des vêtements somptueux et leur donnent les meilleures places dans les assemblées dominicales.

Les choses n'ont pas beaucoup changé ! Nous sommes toujours sensibles à l'apparence alors que l'homme est plus important que son aspect extérieur. Que nous soyons bossus, aveugles, richement habillés ou non, nous sommes à l'image de Dieu. Et c'est cela qu'il faut rechercher en tout être humain.

Nous condamnons facilement les pharisiens pour les quolibets dont ils ont abreuvé Jésus, pour leur manque d'ouverture de cœur, pour les questions pièges qu'ils lui posent.

Mais ne faisons-nous pas la même chose lorsque nous nous gaussons de quelqu'un parce qu'il ne pense pas comme nous, parce qu'il ne s'habille pas comme nous ou parce qu'il n'a pas la même culture ? La catégorisation de nos congénères est un passe-temps auquel nous nous adonnons aisément. Les ragots, les bruits, les conversations de couloir sont aussi sources de dépréciation de nos prochains.

Le Carême nous invite à demander à Dieu un cœur nouveau, de renouveler l'Esprit qui est en nous depuis notre Baptême et surtout d'ouvrir nos cœurs à ceux qui nous entourent.

Jésus nous dit "je suis la lumière du monde ". Cette lumière nous permet de voir les choses différemment. Le monde qui nous entoure est transformé car grâce à ce nouvel éclairage, nous le voyons tel que Dieu le voudrait, tel qu'il sera lors du retour glorieux du Christ. Et si nous le voyons par l'Esprit Saint tel qu'il devrait être, nous devons tout mettre en œuvre pour construire, le mieux possible un monde où tout homme, toute femme pourra trouver SA place dans le respect et l'amour.

Bien sûr, cette vision angélique trouve beaucoup d'opposants qui diront que les chrétiens font toujours les premiers pas mais qu'ils ne sont pas suivis. C'est vrai ! Mais en cela ne sommes-nous pas davantage configurés au Christ ?

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun

10 mars 2002

Forces Armées de Guyane

n° 137

retour en haut de la page

" Que je vois ! "

L'homme qui fait cette demande à Jésus est aveugle de naissance ! Il demande une chose qu'il ne connaît pas, qu'il ne peut même pas imaginer ; comment pourrait-il imaginer une couleur ou une lumière, lui qui n'a jamais vu ? Les descriptions ne suffisent pas pour ces éléments ! Par contre, cet homme sait que la vision lui permettrait d'être autonome, de pouvoir se diriger, même dans un environnement inconnu ou semé d'embûches. Et c'est cela qu'il demande : être pleinement homme avec toutes ses facultés et tous ses sens en alerte.

Le dialogue finale du passage du quatrième évangile est tout aussi significatif : Jésus demande à cet homme :
- Crois-tu au Fils de l'homme ?
- Qui est-il, Seigneur que je croie en lui ?
- Tu le vois !

Il le voit !

L'acquisition de la vision est un instrument qui lui permet de voir le Fils de l'homme. Le miracle n'est pas celui auquel le lecteur avait pensé en premier. Qu'est-ce qui est le plus important, voir ou voir le Fils de l'homme ? Or si le don de la vision corporelle n'est que pour un seul homme, la vision du Fils de l'homme est pour tous.

La leçon pour nous, aujourd'hui, deux mille ans après ce miracle, est double. D'une part, nous devons demander ce que nous ne connaissons peut-être pas, mais que d'autres connaissent : la vision de l'œuvre de Dieu, et, dans la prière que le Christ a enseigné à ses Apôtres, ne demandons-nous pas que ton règne vienne ? D'autre part, la vision de l'œuvre de Dieu nous amènera à contempler le Fils, envoyé par le Père pour nous donner l'Esprit.

Dans la période de conversion qu'est le Carême, ne faisons pas confiance à nos propres forces, ne mettons pas notre orgueil dans les efforts que nous ferions, au contraire, dans l'humilité, demandons au Seigneur de voir pour que nous nous convertissions.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

6 mars 2005

Garnison d'Angers

n° 255

retour en haut de la page

Aveuglement

La guérison de l’aveugle de naissance qui est rapportée dans l’évangile de saint Jean est significative par la réaction des pharisiens : ils refusent tellement de croire que Jésus est réellement un envoyé de Dieu qu’ils ne peuvent pas accepter le témoignage de cet homme et pensent à une mystification. Ils voudraient prendre en faute le témoignage de cet homme miraculé. Mais il se défend habilement en leur retournant la question pour leur demander ironiquement s’ils veulent devenir ses disciples.

Le comportement des parents de cet homme est tout aussi explicite que l’entêtement de ceux qui nient le miracle. Sachant qu’ils risquent d’être expulsés de la synagogue s’ils affirment que leur fils ne ment pas, ils rejettent toute responsabilité sur son témoignage en spécifiant qu’il est assez grand pour savoir ce qu’il dit.

Les chrétiens d’aujourd’hui sont en butte à ces deux attitudes, négation de l’évidence et mollesse de ceux qui devraient défendre la foi.

Combien de nos contemporains nient la véracité de l’évangile ? Ils acceptent sans discuter et même sans esprit critique, les écrits de Jules César qui est le seul à rapporter la guerre des Gaules dans laquelle il est acteur et refusent complètement le témoignage de quatre évangélistes différents sur l’enseignement d’un autre homme ! Ce n’est pas un comportement honnête et rationnel !

Cela n’empêche pas l’aveugle guéri de reconnaître le Messie en Jésus et de le proclamer haut et fort. Son expérience personnelle et sa guérison le poussent à partager cette joie qui est désormais en lui : il voit ! Les croyants qui ont la possibilité de rencontrer leur sauveur dans les sacrements qu’ils vivent ont aussi cette envie irréfragable de prodiguer autour d’eux cette communion avec le Père par le Fils dans l’Esprit. Mais trop souvent la pusillanimité nous interdit d’être les vecteurs de la propagation de la Bonne Nouvelle du Salut.

père JeanPaul Bouvier
aumônier catholique de la Garnison d’Angers

2 mars 2008

Brigade Franco-Allemande

n° 361

retour en haut de la page

N’as-tu pas d’autre garçon ?

Demande surprenante du prophète à Jessé, un père pourrait-il oublier un de ses fils ? pourtant elle s’avère judicieuse, il reste le plus jeune et si Jessé ne l’a pas présenté devant Samuel c’est qu’il est trop jeune pour être considéré comme un homme et comme un fils ; il garde les troupeaux, c’est tout ce qu’il est capable de faire pour l’instant, il n’a pas encore la force nécessaire pour les travaux des champs ou la guerre.

Cet enfant est le huitième garçon de Jessé. Le chiffre huit est le symbole d’un nouveau départ après les séries complètes de sept, sept jours de la Création (cf. Genèse 1) sept jours de la semaine, sept fois sept années pour l’année jubilaire (cf. Lévitique 25)

L’onction de David est présentée, dans ce passage des livres de Samuel, comme un renouveau : une période s’achève avec le roi Saül, un autre s’ouvre pour le Peuple de Dieu avec la consécration de David.

David était un petit garçon que rien ne distinguait des autres avant l’intervention du prophète, c’est le choix de Dieu qui va faire de lui son oint (messie en hébreu) « L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là. » (1Samuel 16,13)

La lecture qui nous est faite pour ce quatrième dimanche de Carême nous invite à réfléchir sur les onctions que nous avons reçues : au Baptême, à la Confirmation et éventuellement à l’Ordination. A partir de ce jour-là l’Esprit du Seigneur s’est emparé de nous et nous a confié une mission.

Aucun des sept frères de David n’était choisi pour la mission de David, de même aucun autre homme ou femme ne peut remplir la mission que Dieu m’a confiée ; il m’a choisi spécialement entre tous pour elle.

David a fait des erreurs et commis des péchés durant sa vie de roi mais toujours Dieu lui a rappelé la mission initiale : être son représentant au milieu de son peuple. De même, nous faisons des erreurs et nous commettons des péchés, mais le Seigneur est toujours avec nous pour nous inviter à revenir vers lui.

David avait le prophète Samuel, puis le prophète Nathan pour le guider dans son rôle de roi ; nous avons mieux que Samuel, mieux que Nathan, nous avons l’Esprit Saint, les Ecritures et le magistère de l’Eglise pour nous assister dans notre vie quotidienne.

David n’aimait pas toujours entendre les paroles de Dieu transmises par les prophètes, nous n’aimons pas toujours entendre les reproches du Seigneur mais ce sont eux qui nous font avancer dans la sainteté. Profitons de ce Carême pour ouvrir notre cœur plus grand encore.

Père JeanPaul Bouvier

3 avril 2011

Fort Neuf de Vincennes

n° 528

retour en haut de la page

Le miracle de l’aveugle-né, sacrement précurseur

Comme aujourd’hui à propos des tremblements de terre japonais ou des tsunamis, les disciples de Jésus, en voyant un mendiant aveugle de naissance, cherchent à connaître l’origine du mal. Cette infirmité ne peut être que la conséquence d’un péché ! Mais qui a péché ? Les parents ou l’homme lui-même ? Jésus ne répond pas directement à la question, il va simplement montrer qu’il est le Fils de Dieu en effectuant un miracle en donnant la vue à cet homme handicapé.

Cet anonyme de l’évangile de saint Jean pourrait être n’importe lequel d’entre nous car nous aussi nous vivons la même expérience de rencontre avec Jésus Christ. Pour la plupart d’entre nous, nous avons été signalés à Jésus par d’autres en particulier par nos parents pour le Baptême et nous avons reçu ce jour-là la ‘lumière du Christ’ (rituel romain du Baptême n° 100) venant du cierge pascal allumé lors de la fête de la Résurrection. Si nous vivons dans cette lumière nouvelle, nous serons comme cet homme en butte aux questionnements de notre entourage, voisins, légalistes, voire même nos proches parents

Notre humanité, enracinée dans la chair, demande des signes visibles de l’action de Dieu en plus des simples paroles. C’est pourquoi Jésus utilise de la boue et l’ordre d’aller se laver dans l’eau de la piscine de Siloé, au lieu de dire simplement ‘Je le veux, Vois’ ; de même, dans les Sacrements de l’Eglise où le Fils unique du Père se manifeste à nous, il y a des signes visibles et matériels qui manifestent cette œuvre du, Père, Fils et Esprit Saint :

  • L’eau dans le Baptême ;
  • Le saint Chrême dans la Confirmation ;
  • Le pain et le vin dans l’Eucharistie
  • L’aveu des péchés dans la Réconciliation
  • L’huile des malades dans le Sacrement
  • L’échange des consentements et les alliances dans le mariage
  • L’onction des mains et la transmission des vases sacrés dans l’ordination

Ces signes sont accompagnés d’une parole qui précise l’action du Sacrement et l’engagement du Père à nos côtés.

C’est le Christ qui vient à cet homme pour lui demander : « Crois-tu au Fils de l’homme ? » Puis il lui dit : « Tu le vois et c’est lui qui te parle ! » Lorsqu’il entend ces paroles, l’homme qui avait été aveugle se prosterne en disant « Je crois ! » Guéris de notre cécité spirituelle après avoir reçu un Sacrement, nous pouvons voir le Christ dans son œuvre sur la terre, à travers nos frères, à travers la mission et les moyens de la réaliser qu’il nous donne.

Nous pourrons alors dire : « Je crois ! » même si nous ajoutons intérieurement : « Je crois ! Viens en aide à mon peu de foi ! » comme le père de l’enfant possédé (cf. Marc 9,24)

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

30 mars 2014

Secteur Vermandois

n° 740

Retour en haut de la page

Donne-lui l’onction

Et l’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là

Partout dans le monde, des catéchumènes adultes seront baptisés dans l’eau bénite, confirmés par l’onction du saint Chrême et ils recevront la communion lors de la vigile de Pâques. Pour chacun, comme le prophète Samuel, l’évêque entend Dieu lui dire par la voix des responsables du catéchuménat : « Donne-lui l’onction ! » L’Eglise tout entière peut ensuite témoigner que « L’Esprit du Seigneur s’empare d’eux à partir de ce jour-là. » (1Samuel 16,13a) Comme Jésus remontant du Jourdain après le Baptême de Jean, ils reçoivent l’Esprit Saint par l’onction et ils entendent dans leur cœur la voix du Seigneur qui leur dit : « Tu es mon fils bien-aimé en qui je mets tout mon amour. » (cf. Matthieu 3,17)

Ceci n’est pas réservé aux baptisés adultes, les chrétiens qui ont été baptisés dans l’enfance ont également été choisis par le Père pour être configurés au Fils dans l’Esprit. A ceux-là s’applique la parole que Seigneur avait adressée à Jérémie : « Avant de te former dans le sein de ta mère je te connaissais, avant ta naissance je t'avais consacré, je t'avais désigné comme prophète pour les nations. » (Jérémie 1,5)

Ainsi configurés ‘prêtres, prophètes et rois’ (rituel du Baptême) nous sommes devenus des ‘christs’, des hommes et des femmes qui ont reçu l’onction et qui sont envoyés dans le monde, des disciples à qui le Seigneur confie la mission : « Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. » (Matthieu 10,16) Pour mettre en œuvre cette mission, nous pouvons dire avec force comme Jésus dans la synagogue de Nazareth : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres. » (Luc 4,18 # Isaïe 61,1)

Chacun d’entre nous se voit confier une mission personnelle en fonction de son âge, de ses capacités, de ses forces, mais tous annoncent Jésus Christ mort et ressuscité pour le salut de l’humanité, déjà saint Paul l’annonçait aux première communautés : « Il y a diversité de dons, mais le même Esprit ; diversité de ministères, mais le même Seigneur ; diversité d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. » (1Corinthiens 12,4-6) Aujourd’hui encore la diversité des dons et des missions fait la richesse d’une Eglise Une et multiple.

L’onction que le prophète Samuel fait à David est une annonce de l’onction du Baptême et de la confirmation ; le roi David reste un homme pécheur mais il est investi pour une mission spécifique : unifier le peuple de Dieu. Grâce à l’Esprit qui repose sur lui, il mène à bien cette tâche. Grâce à l’Esprit qui repose sur nous depuis notre Baptême, nous avons les moyens d’annoncer la Bonne Nouvelle aux hommes. N’ayez pas peur nous dit le Christ ressuscité : « je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » (Matthieu 28,20)

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

26 mars 2017

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°929

Samuel oint David

Dieu dit qu’il choisit les hommes en fonction de leur cœur et non de leur apparence. C’est bien le cas de ces deux personnages, Samuel et David choisis par Dieu avant l’âge adulte :

  • Samuel est l’enfant accordé à Anne et Elkana par la prière fervente d’Anne au Temple (cf. 1Samuel 1-2) Pour remercier le Seigneur, les parents consacrent le garçon au service du Temple et le confie au prêtre Eli dès qu’il est sevré. Samuel dormait dans la Tente de la Rencontre lorsque le Seigneur l’a appelé (cf. 1Samuel 3,4-14) et lui a donné le rôle de prophète de l’Eternel pour diriger son peuple ce qu’il fera avec force tout au long de sa vie.
  • David est le dernier fils de Jessé, il est encore dans l’enfance et c’est pourquoi son père ne pense pas à le présenter à Samuel : le prophète cherche un homme au Nom de Dieu, il ne peut pas être question d’un enfant ! David est le huitième fils, chiffre symbolique : après une série ‘parfaite’ de sept, le huit représente un renouveau, une nouvelle base de départ.

Lorsqu’il pose la question à Jessé : « n’as-tu pas d’autre garçon ? » Samuel se souvient peut-être que lui-même a été choisi alors qu’il n’était qu’un jeune enfant. Le Seigneur n’attache pas d’importance à la force des aînés adultes car c’est sa puissance qui se révélera dans la faiblesse apparente du ‘petit’. A la demande de Dieu, Samuel donne l’onction à David et « L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là. » (v. 13a) Toute sa vie David, malgré ses écarts, sera conscient de l’importance de son rôle de vice-roi de Dieu et confiant dans la présence du Seigneur auprès de lui comme lorsqu’il se proposera pour aller combattre Goliath, le géant, seul et sans armes autre que sa fronde de berger (cf. 1Samuel 17,32)

Ce texte nous propose une double réflexion.

  • Sur nous-mêmes pour voir les merveilles que le Seigneur a faites pour nous en nous permettant de le connaitre dès notre plus jeune âge ; l’Esprit qui s’est emparé de nous par les onctions du Baptême et de la Confirmation nous donne l’intelligence des Ecritures et nous guide dans la vie quotidienne.
  • Sur les autres que nous jugeons si rapidement et sommairement, nous sommes appelés à reconnaître que – eux aussi – ils sont choisis par Dieu pour une mission particulière : « Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous. A chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien. » (1Corinthiens 12,6-7)

La diversité des dons est la véritable richesse de l’Eglise, loin d’imposer ce que je pense, l’Esprit m’appelle à me réjouir que d’autres ont une approche différente du message, ainsi l’Evangile peut être annoncé à tous.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse Notre Dame de Nesle
& Modérateur de la paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier


éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions