2ème dimanche de Carême
Année B - saint Marc

Genèse 22,1-2.9a.10-13.15-18
Psaume 115
Romains 8,31b-34
Marc 9,2-10

1

Lycée Militaire d'Autun

19 mars 2000

Construisons trois tentes

2

Forces Armées de Guyane

16 mars 2003

Transfiguration

3

Brigade Franco-Allemande

8 mars 2009

Transfiguré ! (saint Léon le Grand)

4

Fort Neuf de Vincennes

4 mars 2012

La Loi et les prophètes

5

Secteur Vermandois

1er mars 2015

Ressusciter d’entre les morts

6

Athies & Nsle

25 février 2018

Tu ne m’as pas refusé ton fils

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel
vous serez inscrits dans la liste de diffusion.

19 mars 2000

Lycée Militaire d'Autun

Retour en haut de la page

Construisons trois tentes

Pierre Jacques et Jean, éblouis par la Transfiguration, constatant que Moïse et Elie reconnaissent le rôle exceptionnel de Jésus, ne veulent pas retourner au monde ; ils veulent rester dans cet antichambre du paradis. Ils veulent s'installer !

Mais la théophanie s'arrête : ils ne virent plus que Jésus seul.

Ainsi en est-il de nous-mêmes. Bien souvent, absorbé par notre prière, en communion avec la Trinité, nous sentons l'effet de l'Esprit Saint qui vient en nous. Nous voudrions rester dans cet état, ne pas retourner aux contingences matérielles de ce monde. Mais des événements extérieurs viennent interrompre cet état de grâce

C'est l'ordre du Christ à tous ses disciples : " allez De toutes les nations faites des disciples " Nous ne devons pas nous isoler avec le Christ, aussi bien que nous soyons, mais aller porter la Bonne Nouvelle à tous les hommes.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun

16 mars 2003

Forces Armées de Guyane

Retour en haut de la page

Transfiguration

Moïse est le grand prophète, celui qui, au nom de Dieu ; a fait sortir le peuple hébreu d’Egypte. Le seul homme qui parlait avec Dieu ‘face-à-face, comme un ami parle à un ami’. Même s’il se retire sur la montagne pour y mourir, sa mort n’est pas vraiment relatée et il n’y a été gardé aucune trace de son tombeau ; aussi la tradition juive a-t-elle en envisagé qu’il ne soit pas mort mais enlevé aux cieux auprès de Dieu.

Elie, autre grand prophète, est enlevé sur le Char de Dieu devant les yeux de son disciple Elisée. Il est parti dans les cieux auprès du Seigneur. La tradition juive a supposé qu’il reviendrait pour annoncer le règne de Dieu et de son Messie.

Ce sont ces deux personnages qui apparaissent soudainement autour d’un Jésus transfiguré, rayonnant de la lumière divine. Pour Pierre, Jacques et Jean cela ne fait aucun doute, comme au jour du Baptême de Jésus, les cieux se sont ouverts, la terre et le ciel sont en communication. Ceux qui sont aux cieux, Moïse et Elie, peuvent venir sur terre et s’entretenir face-à-face avec Jésus

En voyant des personnages aussi importants de la foi juive s’entretenir avec Jésus, Pierre, malgré sa frayeur, aimerait que cela dure toujours, aussi propose-t-il de s’installer, de dresser trois tentes. A peine a-t-il fait sa proposition qu’une voix vient du ciel pour affirmer : ‘Celui-ci est mon Fils bien-aimé’ au cas où les Apôtres n’auraient pas compris que le face-à-face de ces prophètes avec Jésus manifestait sa divinité.

Nous aurions facilement tendance à envier les Apôtres qui sont témoins de tels événements. Mais nous avons aussi bien sinon mieux comme signes, en particulier la transsubstantiation, c’est à dire que, même si l’apparence reste, le pain de l’hostie est transformé dans sa substance en Corps du Christ. Sur l’autel le Christ ressuscité est présent, les cieux sont ouverts : celui qui par excellence est auprès du Père, le Fils unique, vient sur terre pour s’entretenir avec nous par sa Parole.

Comme Pierre, nous aimerions que cela dure toujours et nous voudrions nous installer, mais au contraire de ce passage d’évangile, le Christ est ressuscité et donc, loin de nous taire, nous devons en parler à tous les hommes. La communion que nous recevons, nous envoie vers tous. C’est le sens de l’Ite missa est ou Allez la mission existe !

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier catholique des Forces Armées de Guyane

8 mars 2009

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

Transfiguré !

Le Seigneur découvre sa gloire devant les témoins qu’il a choisis, et il éclaire d’une telle splendeur cette forme corporelle qu’il a en commun avec les autres hommes que son visage a l’éclat du soleil et que ses vêtements sont aussi blanc que la neige. Par cette transfiguration il voulait avant tout prémunir ses disciples contre le scandale de la croix et, en leur révélant toute la grandeur de sa dignité cachée, empêcher que les abaissements de sa passion volontaire ne bouleverse leur foi.

Mais il ne prévoyait pas moins de fonder l’espérance de l’Eglise, en faisant découvrir à tout le corps du Christ quelles transformations lui serait accordées ; ses membres se promettaient de partager l’honneur qui avait resplendit dans leur chef.

Le Seigneur lui-même avait déclaré à ce sujet, lorsqu’il parlait de la majesté de son avènement : Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Et l’apôtre saint Paul atteste lui aussi : J’estime qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire que le Seigneur va bientôt révéler en nous. Et encore : Vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée en lui en Dieu. Quand paraîtra le Christ qui est votre vie, alors, vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire. Cependant pour confirmer les Apôtres et les introduire dans une complète connaissance, un autre enseignement s’est ajouté à ce miracle.

En effet, Moïse et Elie,, c’est-à-dire la Loi et les Prophètes,  apparurent en train de s’entretenir avec le Seigneur. Ainsi par la réunion de ces cinq hommes s’accomplit de façon certaine la prescription : Toute parole est garantie par la présence de deux ou trois témoins.

Qu’y a-t-il donc de mieux établi, de plus solide que cette parole ? La trompette de l’Ancien Testament et celle du Nouveau s’accordent à la proclamer ; et tout ce qui en a témoigné jadis s’accorde avec l’enseignement de l’Evangile.

Les écrits de l’une et l’autre Alliance, en effet, se garantissent mutuellement ; celui que les signes préfiguratifs avaient promis sous le voile des mystères, est montré comme manifeste et évident par la splendeur de sa gloire présente. Comme l’a dit saint Jean, en effet : Après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. En lui s’est accomplie la promesse des figures prophétiques comme la valeur des préceptes de la Loi, puisque sa présence enseigne la vérité de la prophétie, et que sa grâce rend praticables les commandements.

Sermon de saint Léon le grand pour le 2ème dimanche de Carême

4 mars 2012

Fort Neuf de Vincennes

Retour en haut de la page

La Loi et les prophètes

Dieu dit : « Écoutez donc mes paroles: S'il y a parmi vous un prophète, c'est en vision que je me révèle à lui, c'est dans un songe que je lui parle. Il n'en est pas ainsi de mon serviteur Moïse, toute ma maison lui est confiée. Je lui parle face à face dans l'évidence, non en énigmes » (Nombres 12,6-8)

Dieu dit : « ‘Sors et tiens-toi dans la montagne devant le Seigneur’. Et voici que le Seigneur passa. Il y eut un grand ouragan, si fort qu'il fendait les montagnes et brisait les rochers, en avant du Seigneur, mais le Seigneur n'était pas dans l'ouragan ; et après l'ouragan un tremblement de terre, mais le Seigneur n'était pas dans le tremblement de terre ; et après le tremblement de terre un feu, mais Le Seigneur n'était pas dans le feu ; et après le feu, le bruit d'une brise légère. Dès qu'Elie l'entendit, il se voila le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l'entrée de la grotte. Alors une voix lui parvint, qui dit : ‘Que fais-tu ici, Elie ?’ »  (1Rois 19,11-13)

« Elie leur apparut avec Moïse et ils s'entretenaient avec Jésus. » (Marc 9,4)

Sous les yeux de Pierre, Jacques et Jean, deux personnages importants de l’Ancien Testament, ceux à qui Dieu parlait directement, apparaissent et parlent avec Jésus dans la gloire de la Transfiguration

Les Apôtres, habitués à côtoyer la nature humaine de Jésus entrevoient sa nature divine : il montre de façon éclatante qui il est, il est celui qui parlait avec Moïse et Elie, il est celui qui inspirait les prophètes ; il est le « Verbe qui s’est  fait chair ! » Mais les Apôtres ne comprennent pas immédiatement ce que cela signifie, Pierre propose une solution toute humaine : construire des tentes pour les invités de Jésus !

Cet événement est tellement important pour la foi chrétienne que l’Eglise a décidé d’en faire une solennité à part entière (6 août) pour que les croyants d’aujourd’hui n’oublient pas malgré les préoccupations quotidiennes que Dieu est venu en personne pour sauver l’humanité. En manifestant sa nature divine aux Apôtres, Jésus la manifeste à nous aussi, mais, comme les témoins oculaires, nous ne restons souvent qu’à un niveau matériel.

L’interdiction que Jésus donne à ses Apôtres spécifie bien de ne pas en parler avant qu’il soit ressuscité d’entre les morts. Nous nous préparons à célébrer cette Résurrection, nous avons donc l’autorisation – et même le devoir – d’en parler, de répandre le message : cet homme Jésus dont la nature divine a été révélée aux Apôtres a été mis à mort par les péchés de chaque homme, il est ressuscité et il siège à la droite du Père où il nous prépare une place.

« Celui-ci est mon Fil bien-aimé, écoutez-le » (Marc 9,7) Il nous parle personnellement aujourd’hui, au moins pendant la période du Carême, tendons l’oreille pour l’entendre m’appeler par mon nom.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

1er mars 2015

n°806

Retour en haut de la page

Ressusciter d’entre les morts

Les Apôtres, en redescendant de la montagne, « se demandaient entre eux ce que voulait dire : ‘ressusciter d’entre les morts’ » La résurrection est une espérance de la foi juive pour les branches pharisienne et essénienne mais le parti saducéen croit uniquement à une rétribution immédiate. Saint Paul profite de cette différence de croyance pour opposer ses accusateurs devant Félix, le gouverneur de Césarée (cf. Actes 24) qui comprend qu’il s’agit d’une querelle intestine au judaïsme.

Pierre, Jacques et Jean, tout Apôtres qu’ils soient, ne sont certainement pas familiarisés avec cette notion de Résurrection des morts. Lors de la prière du Sabbat, le Rabbin de la synagogue de Capharnaüm devait plus facilement commenter les grands épisodes historiques de la Torah ou faire une actualisation des livres des prophètes plutôt que de se lancer dans l’explication de grandes spéculations théologiques.

Pourtant les Apôtres ont vu Jésus s’entretenir avec Moïse et Elie vivants dans la ‘Nuée’, le premier dont personne ne connaît l’emplacement du tombeau et le second qui est enlevé aux cieux sans mourir sur le ‘char de feu’ de Dieu (cf. 2Rois, 2,11) Deux hommes qui devraient être morts parlent avec Jésus sous leurs yeux ! plus tard Jésus leur fera comprendre le sens profond de cette théophanie en leur rappelant l’Ecriture : « Et au sujet de la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu ce qui vous a été dit par Dieu : Moi, je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ? Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. » (Matthieu 22,31-32)

Malgré cette explication les Apôtres ont du mal à envisager la Résurrection de Jésus, ils pensent voir un fantôme lorsqu’il leur apparaît le dimanche de Pâques : « Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. » Luc 24,36-37) Cette difficulté devient la base de la proclamation de la foi quand ils ont reçu l’Esprit Saint le jour de la Pentecôte : « Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. » (cf. Actes 2,1-41)

La Transfiguration est une anticipation, Jésus se révèle pleinement homme et pleinement Dieu pour monter à ses disciples qu’ils sont eux aussi appelés à être transfigurés lorsqu’ils seront dans le Royaume comme Moïse et Elie sont au cœur de la ‘Nuée’, c'est-à-dire en pleine conscience de Dieu, le Père, le Fils et l’Esprit.

Transfiguration et Résurrection sont intimement liées, la première laisse présager la seconde. Pierre, Jacques et Jean ne pouvaient pas témoigner de la première sans avoir été témoin de la seconde. Les Apôtres ont obéi à l’injonction du Christ sans en comprendre le sens. Après la Résurrection, ils obéissent également à l’ordre du Christ : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Matthieu 28,19) Aujourd’hui cet ordre est adressé à l’Eglise, aux chrétiens des communautés locales et à moi en particulier. Il est important de savoir y obéir.

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

25 février 2018

Paroisses Nesle & Athies

Retour en haut de la page

n°995

Tu ne m’as pas refusé ton fils

Abraham a une place tout à fait particulière pour les trois religions révélées. Les Juifs se revendiquent descendants du fils légitime, Isaac, le garçon qu’Abraham a eu avec sa femme Sarah ; les Musulmans affirment être les héritiers du fils aîné, Ismaël, né bien avant Isaac, l’enfant qu’il a eu avec Agar, la servante de Sarah qui se croyait stérile ; les premiers mettent en avant la légitimité, les seconds le droit d’aînesse. Ismaël est l’enfant de la crainte : Abraham avait peur de ne pas avoir d’héritier ; Isaac est l’enfant de l’amour : celui de la femme qu’Abraham aimait, Sarah.

Les Chrétiens se fondent sur la foi d’Abraham et non pas sur une généalogie : « Ne commencez pas à vous dire : “Nous avons Abraham pour père”, car je vous dis que, de ces pierres, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. » (Luc 3,8) « C’est ainsi qu’Abraham eut foi en Dieu, et il lui fut accordé d’être juste. Comprenez-le donc : ceux qui se réclament de la foi, ce sont eux, les fils d’Abraham. » (Galates 3,6-7)

Le Fils éternel du Père – ‘Dieu, né de Dieu, Lumière née de la Lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu’ – a fait de ceux qui croient en lui les fils de la foi : « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. » (Jean 1,12-13) « Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. » (1Jean 3,1)

En gravissant la montagne, chargé du bois pour l’holocauste, Isaac participe à la confiance en Dieu de son père. C’est par notre foi que nous devenons descendants d’Abraham. En montant le Golgotha avec le bois de la Croix, le Fils montre l’amour du Père. Par la grâce, il nous offre de devenir fils de Dieu.

Dieu refuse le prendre la vie de l’innocent qui est le signe de la foi d’Abraham ; le Père accepte le don de sa vie par le Fils, porteur des péchés des hommes, qui est le symbole du pardon et de la miséricorde : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Luc 23,14) En descendant de la montagne, Isaac bénéficie d’une ‘nouvelle vie’ ; par sa descente aux enfers, le Christ montre que l’Homme est appelé à la vie éternelle.

Comme à notre ancêtre dans la foi, Dieu nous demande des choses qui sont humainement impossibles mais il les convertit en missions réalisables si nous lui faisons confiance. Si nous lui offrons ce qui nous est le plus cher, il nous en laisse la jouissance. Cet usage nous le recevons avec un cœur transformé, non plus rempli par l’orgueil du ‘possesseur’ mais avec la disponibilité due à la gratitude du ‘bénéficiaire’.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Index


papes


Conciles


Prières


Saints


liens


JP Bouvier



éditoriaux


Ministères


Récollections


Réactions