2ème dimanche de l'Avent
Année B - saint Marc

Isaïe 40,1-5.9-11
Psaume 84
2Pierre 3,8-14
Marc 1,1-8

Si vous désirez recevoir l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel
vous serez inscrits dans la liste de diffusion.

1

Saint Charles de Monceau

décembre 1991

Tétu ou persévérant ?

2

Lycée Militaire d'Autun

5 décembre 1999

Avent

3

Forces Armées de Guyane

8 décembre 2002

Le Seigneur n'est pas en retard

4

Bosnie Herzégovine

11 décembre 2005

L'évangile de saint Marc

5

Brigade Franco-Allemande

7 décermbre 2008

L'attente chrétienne

6

Fort Neuf de Vincennes

4 décembre 2011

Reconnaître son péché

7

Secteur Vermandois

7 décembre 2014

Elève la voix avec force

8

Athies & Nesle

10 décembre 2017

Il vous baptisera dans l’Esprit Saint

Décembre 1993

Saint Charles de Monceau

retour en haut de la page

Têtu ou persévérant?

Lorsque les Juifs venaient en foule pour écouter Jean, ils l'entendaient proclamer un discours de conversion et de retour à la foi.
Pourtant, les pressions exercées contre Jean étaient nombreuses, elles vont même aller jusqu'à son arrestation pour satisfaire Hériodiade qui ne supportait pas d'être mise en accusation par les paroles de Jean.

Jean était-il victime d'un entêtement hors pair risquant sa vie pour des idées surannées? Ou bien était-il persévérant dans l'annonce d'une Bonne Nouvelle?

La réponse va de soi pour un chrétien. Jean était le précurseur annoncé dans l'Ancien Testament par les Prophètes.
Alors il y a peut-être une leçon à tirer pour notre attitude dans le monde du XXème siècle.

Nous battons-nous pour des idées? Pour une espèce de morale qui daterait déjà de vingt siècles? C'est ce que pense un grand nombre de gens qui nous disent que l'"Eglise" ne comprend pas le monde moderne, qu'il faut évoluer, qu'il faut s'adapter...

Lassés des attaques, nous risquons de céder, de penser comme "tout le monde", de laisser notre particularité de croyant au vestiaire et de hurler avec les loups.

Notre message est tout autre. Ce ne sont pas des idées toutes faites que nous défendons, c'est toute la conception de l'homme créé à l'image de Dieu. Nous proclamons un Messie venu parmi nous nous, Dieu qui s'incarne sans tricher parmi les hommes pour nous montrer de quelle humanité nous pouvons être. En naissant parmi les hommes Jésus nous dit que l'homme a de l'importance aux yeux de Dieu, que nous sommes aimés de Dieu, tels que nous sommes avant toute conversion ou tout effort de notre part, Dieu est pour nous un Père aimant, prêt à pardonner, prêt à nous relever. La société moderne a sans doute changé par rapport à l'époque de Jésus ou celle d'Abraham, mais l'amour de Dieu est de toujours à toujours.

Soyons persévérants, le message d'amour doit triompher, non pas en s'imposant de force aux hommes mais en s'imposant par amour. Commençons par montrer à tous que nous vivons de l'amour, de la tolérance et de l'altruisme, et nous pourrons annoncer un Dieu qui est source de salut.

L'entêtement est source de blocage et d'enfermement, la persévérance est le fruit de la prière et de la foi.

Convertissons-nous et nous convertirons.

Père JeanPaul Bouvier
Vicaire à la paroisse saint Charles de Monceau

5 décembre 1999
Lycée Militaire d'Autun

retour en haut de la page

Avent

Nous attendons tous quelque chose. Pour certains, ce sont des précisions quant à leur avenir, pour d'autres l'attente se situe davantage dans l'immédiat, d'autre encore se situeront entre les deux termes.

Pour la vie du Lycée Militaire d'Autun, deux jeunes, un élève de seconde et un élève de Corniche ont vécu, hier soir pendant le Week-end des secondes, la première étape de leur Baptême qui aura lieu pour le premier pendant les vacances de Noël, pour le second pendant le Pèlerinage Militaire International de Lourdes, au mois de Mai.

Si nous essayons, pour ceux qui sont de "vieux" baptisés, de nous mettre à la place de ces jeunes qui participent régulièrement à la messe, nous nous rendrons compte que leur attente, du point de vue chrétien est impatiente. Ils ont hâte de vivre cet événement dans leur vie. Ils ont hâte de pouvoir s'approcher du Corps du Christ. Ils vivent un véritable Avent - dans les deux orthographes avent et avant.

Pouvons-nous imaginer pour nous-mêmes une telle attente ? La période liturgique qui s'ouvre ce dimanche peut nous sembler une redite (voir la feuille de la semaine dernière) et pourtant l'Eglise n'hésite pas à nous proposer une telle expérience : Attendre la venue du Christ dans notre vie, peut-être discrètement comme le suggère l'évangile, mais réellement et profondément.

Tentons l'expérience, laissons-nous guider par l'Esprit comme les mages se sont laissés guidés par l'étoile. Ils sont partis bien avant pour arriver à temps. Ils ne savaient pas ce qu'ils allaient trouver, mais ils savaient que ce serait important, comme nos deux futurs baptisés. Nous aussi, partons vers Noël sans être sûrs que nous savons ce que découvrirons.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Lycée Militaire d'Autun

7 décembre 2002

Forces Armées de Guyane

retour en haut de la page

Le Seigneur n’est pas en retard

Dès l’époque apostolique, des personnes mettaient en doute le retour annoncé du Seigneur : les années passent et le Christ ne revient toujours pas. Cette épître rappelle que le temps est une notion essentiellement humaine, que les secondes, les années, les siècles ou les millénaires ne sont pas vus de la même façon par la Trinité qui est dans l’éternité.

Le relâchement qui s’ensuit chez les chrétiens est fustigé par ce texte. Ils commencent à s’intéresser au monde, ses richesses et son confort. Ce passage évoque ce retour si attendu en précisant que ce à quoi s’intéressent les croyants sera totalement détruit pour un nouveau monde, où cela sera détruit. Quel dividende pourront-ils retirer de l’intérêt qu’ils y portent ?

Ce que l’Apôtre dénonce dans cet écrit, combien plus le vivons-nous à notre époque ! Nos contemporains ne pensent même plus au retour du Seigneur ! D’où cette soif de consommer, de profiter de la vie, et cette proclamation du ‘Je vis pour moi.’ Les lazzis et moqueries que les chrétiens subissent, en étant accusés d’être d’un autre âge, de ne pas vivre avec leur temps, sont des conséquences de cet oubli du retour du Christ.

Ce courrier échangé entre chrétiens, montre la voie, mais une voie qui n’est pas un couloir étriqué, fermé de toutes parts, c’est la conscience de chacun éclairée par l’Esprit Saint qui est le guide et qui trace le chemin : « vous voyez quels hommes vous devez être » Cette lettre ne donne pas de consignes, de méthodes ou de recettes infaillibles, elle demande au chrétien d’être lui-même.

La transposition à notre temps est facile : nous aussi, nous voyons les hommes que nous devons être. Eclairés par L’Esprit, guidés par les Sacrements et l’Enseignement de l’Eglise, nous devons accepter d’être des signes dans le monde présent, signes de l’amour de Dieu, signes que cet amour peut nous permettre de vivre en véritables hommes libres, signes que la liberté ce n’est pas faire n’importe quoi, mais d’aller jusqu’au bout de ses choix initiaux.

Non, le Seigneur n’est pas en retard, il nous permet de nous affirmer dans une société en perpétuel mutation comme des personnes qui ont la certitude que le monde présent n’est pas un but en soi, que tous les hommes sont appelés à dépasser les apparences pour arriver – enfin – à l’humanité.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier catholique des Forces Armées de Guyane

4 décembre 2005

Bosnie Herzégovine

retour en haut de la page

L'évangile de saint Marc

Les évangiles de saint Matthieu et de saint Luc sont diserts sur la naissance et l'enfance de Jésus, en particulier en développant sa généalogie ; l'évangile de saint Jean montre l'origine divine du Fils éternel du Père dans son prologue. En opposition, l'originalité de l'évangile de saint Marc réside dans l'aspect abrupt de son début : après une brève phrase d'introduction : " Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le fils de Dieu. " (Mc 1,1) il continue sur le Baptême de Jésus par Jean le Baptiste et sur le ministère public du Messie.

Disciple de Jésus, compagnon de saint Paul lors de ses voyages avec Barnabé, puis de saint Pierre, saint Marc veut écrire le plus vite possible le témoignage des Apôtres parce qu'ils commencent à disparaître soit par décès soit par envoi en mission au loin. Il lui semble donc important de consigner toute la prédication de saint Pierre et sans doute aussi d'autres sources par écrit de façon à ce que les communautés éloignées puissent bénéficier de l'enseignement du chef des Apôtres.

Ecrit entre la persécution de Néron (64) qui a vu le martyre de Pierre et la chute de Jérusalem et la destruction du Temple (70) ce texte, le plus court des quatre évangiles, est vraisemblablement une catéchèse à l'usage de non-juifs en les invitant à croire en Jésus Christ. C'est pourquoi il prend la précaution d'expliquer les fêtes et les coutumes juives et donc la naissance et l'éducation dans le judaïsme de Jésus ne lui paraît pas de première importance puisque les destinataires ne pourraient pas en comprendre toute la portée.

" Lui, l'Ancien (Jean), a dit: 'Marc, étant l'interprète de Pierre, écrivit exactement ce dont il se rappelait, mais il n'écrivait pas dans l'ordre ce que Christ avait dit ou fait. Et pour cause, il n'était ni compagnon ni auditeur du Christ, mais, comme je l'ai dit, il suivait Pierre, qui faisait un compte-rendu des choses nécessaires, sans avoir en vue un rapport ordonné des discours du Seigneur. De plus, Marc ne fit pas de fautes quand il écrivit les faits après les avoir collectés; il faisait bien attention à ces choses: de ne rien omettre, et de ne rien déformer. " C'est ainsi que Papias s'exprime au sujet de Marc. Ce témoignage est confirmé par d'autres témoins.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Militaire Catholique en Bosnie Herzégovine

NOTE : Papias était l'évêque de Hiérapolis en Phrygie (maintenant en Turquie) au IIème siècle et il avait connu l'évangéliste Jean dont il rapporte ces propos. Il fait partie de ce qui est appelé les pères apostoliques, c'est à dire ceux qui ont connu les Apôtres.

7 décembre 2008

Brigade Franco-Allemande

retour en haut de la page

L’attente chrétienne

Nous attendons un ciel nouveau et une terre nouvelle dit saint Pierre à ses correspondants ; il profite de cette affirmation de l’espérance chrétienne pour faire réfléchir ses lecteurs – y compris pour nous aujourd’hui – sur la façon de se comporter avec les biens de ce monde qui est appelé à passer. Cette réflexion doit conduire le croyant à la sainteté !

Quelle leçon pourrions-nous retenir vingt siècles après ? Deux mille ans où les hommes, l’Eglise, se sont comportés envers ces biens qui seront détruits comme si ils étaient l’essentiel de la vie terrestre. Au cours des temps, des personnes se sont levées pour rappeler cet exhortation du chef des Apôtres, elles ont considéré le monde à venir et non l’immédiateté, des hommes et des femmes qui ont vécu uniquement pour le Christ et son message d’amour. Saint Antoine qui préféra le désert au luxe de Rome ; saint François d’Assise qui opta pour la pauvreté plutôt que la richesse de son père ; saint Charles Borromée cardinal archevêque de Milan qui estima que sa charge devait le conduire à aller soigner les lépreux plutôt que rester dans le palais épiscopal ou au Vatican auprès de son oncle le pape ; l’ambitieux saint Vincent de Paul qui laissa son ambition pour se consacrer aux nombreux pauvres et aux enfants abandonnés. La liste serait longue si nous la voulions exhaustive…

Toutes ces personnes ont voulu montrer par leur vie et leurs détachements des richesses temporelles que l’Evangile est plus fort et que le Seigneur donne à toute personne qui la demande la possibilité par l’Esprit Saint de vivre selon l’enseignement de son Fils unique.

Dans cette période de l’Avent où l’Eglise nous propose de méditer sur la venue du Fils de Dieu dans une étable, lui le Roi des cieux, comment regardons-nous ceux qui sont aujourd’hui pour nous le visage du Christ qui nous était relue dans le dimanche du Christ Roi : « A chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ! »

Père JeanPaul Bouvier

4 décembre 2011

Fort Neuf de Vincennes

retour en haut de la page

Reconnaître son péché

Dans l’Ancien Testament, le péché est essentiellement collectif et le jour du Yum-Kippour le grand-Prêtre d’Israël entrait dans le Saint des saints du Temple de Jérusalem où se trouvait la présence réelle de Dieu pour y prononcer le Nom que Dieu avait révélé à Moïse. Le fait d’appeler Dieu par son Nom sacré et imprononçable avait pour effet d’obtenir le pardon des péchés du peuple mais il n’est pas question des péchés individuels.

Les personnes qui viennent à Jean-Baptiste ont une toute autre motivation : elles arrivent en reconnaissant les péchés qui leur sont propres, recherchant le pardon de Dieu pour leurs actions qui ne sont pas conformes à Sa Parole. Elles désirent sincèrement se convertir, c'est-à-dire changer de vie et repartir sur le chemin qui mène à Dieu.

Jean-Baptiste avertit ses auditeurs : s’il a la possibilité de leur permettre une réelle conversion, le baptême qu’il donne n’a qu’un effet limité par rapport à ‘Celui qui vient derrière lui’. Les ablutions dans le Jourdain n’ont rien à voir avec les bienfaits de l’Esprit Saint qui seront donnés dans Son Baptême car celui-ci changera ceux qui le recevront ; ce ne sera plus une ‘toilette’ extérieure, un ‘ravalement’ mais un véritable changement intérieur entraînant la naissance d’un Homme nouveau.

Nous avons été Baptisés dans le feu et l’Esprit Saint (cf. Matthieu 3,11) Nous savons quel est ‘Celui qui est plus puissant que Jean-Baptiste’ mais il n’est pas sûr que nous sachions être, au plus profond de nous-mêmes, des Hommes nouveaux, constitués différents parce qu’en pleine communion avec la Sainte Trinité : « Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté. Nous savons que lors de cette manifestation nous lui serons semblables, parce que nous le verrons tel qu'il est. » (1Jean 3,2)

Par la pédagogie de l’Avent, l’Eglise propose aux chrétiens une méditation renouvelée de la venue dans le monde de Celui qui avait été annoncé par les prophètes et toutes les Ecritures et en particulier par Jean-Baptiste. Cette méditation doit nous conduire à une meilleure compréhension de notre état baptismal : configurés au Christ prêtre, prophète et roi (cf. rituel du Baptême) nous sommes de façon communautaire et de façon individuelle des signes de la venue du Christ dans le monde contemporain.

Ce temps de préparation à la naissance du Fils Eternel du Père ravive en nous la perception de notre adoption « quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d'une femme, né sujet de la Loi, afin de racheter les sujets de la Loi, afin de nous conférer l'adoption filiale. Et la preuve que vous êtes des fils, c'est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l'Esprit de son Fils qui crie : Abba, Père ! Aussi n'es-tu plus esclave mais fils ; fils, et donc héritier de par Dieu. » (Galates 4,4-7)

Cet Esprit ne demande qu’à s’exprimer ! Inspirons-nous des personnes qui venaient à Jean-Baptiste en désirant sincèrement devenir des fils en abandonnant nos conditions d’esclaves.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

7 décembre 2014

n°788

retour en haut de la page

Elève la voix avec force

Lorsque cette expression est utilisée, elle indique plutôt une élévation de la voix pour contredire ou par mécontentement. Le prophète Isaïe au contraire indique qu’il faut élever la voix parce que nous sommes porteurs de la Bonne Nouvelle. Combien plus, en tant que chrétiens devrions-nous élever la voix puisque nous portons la Bonne Nouvelle en nous grâce à l’Esprit Saint et elle concerne non seulement Jérusalem mais le monde entier.

Par cette annonce de la Bonne Nouvelle nous sommes plus grands que Jean-Baptiste comme l’affirme Jésus dans sa prédication : « Je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne n’est plus grand que Jean ; et cependant le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui. » (Luc 7,28) car nous sommes déjà entrés dans le Royaume par le Baptême d’eau et d’Esprit (cf. Jean 3,6) que nous avons reçu

Isaïe et Jean-Baptiste annonçaient la venue de Dieu qui pardonne ; ils demandaient en même temps de nous préparer à ce pardon car Dieu ne s’impose pas à des personnes passives, il veut que les hommes soient actifs dans la réception du pardon qui est un signe du Salut pour eux-mêmes et pour le monde contemporain

Rien n’est changé depuis les époques de ces deux prophètes ; chacun d’entre nous, notamment dans cette période de l’Avent, doit préparer son propre cœur et le monde à une révélation toujours nouvelle de l’amour du Père pour ses enfants : « A bien des reprises et de bien des manières, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; mais à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils qu’il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes. » (Hébreux 1,1-2) Cet avertissement ne concerne pas que les correspondants de l’auteur de cette épître : par la lecture et la méditation de la Parole de Dieu, ‘en ces jours où nous sommes’ le Fils nous parle encore aujourd’hui pour nous montrer le chemin qui va vers le pardon offert par le Père.

Ce Fils ne nous parle pas du haut des cieux ou par l’intermédiaire de prophètes, ‘Le Verbe s’est fait chair’ (cf. Jean 1,14) pour nous parler dans notre langage d’homme et il nous investit de sa mission : « Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. » (Jean17,11) Nous sommes devenus christs dans le Baptême (cf. Galates 3,27) nous sommes le ‘Verbe fait chair’ parce que le Fils du Père s’incarne en nous chaque jour

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

10 déceembre 2017

Paroisses Nesle & Athies

retour en haut de la page

n° 975

Il vous baptisera dans l’Esprit Saint

A son époque, Jean n’était pas le seul à baptiser dans le Jourdain, les ‘mouvements baptistes’ semblent avoir été assez nombreux. Les prédicateurs déploraient la situation dans laquelle se trouvait la ‘Terre Promise’ dont le roi n’avait pas été choisi par Dieu mais par une puissance étrangère et où les grands prêtres, plus ou moins légitimes, pactisaient avec l’occupant. Tous ces baptiseurs réclamaient un retour vers le Seigneur, une conversion ; mais certains, plus nationalistes, allaient jusqu’à inciter à l’insurrection.

Parmi ces personnes charismatiques, seul Jean annonçait la venue imminente du Messie en termes clairs. Il avait conscience de sa mission de précurseur. A sa naissance son père n’avait-il pas prophétisé : « Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut : tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins » (Luc 1,76) ? L’éducation de Jean par ses parents s’est donc faite dans ce sens, dès son enfance il a été préparé à être « la voix qui crie dans le désert : ‘préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers’ » (v.3 citant Isaïe 40,3))

Par rapport à tous ces prêcheurs, la prédication de Jean est originale : pour lui la conversion n’appelle pas à un retour vers un état passé qui devrait être restauré tel quel ; la conversion n’est pas une fin en soi, elle est un passage obligé pour attendre quelque chose de radicalement nouveau, ou plutôt quelqu’un : l’envoyé extraordinaire de Dieu, le Messie qui ne proposera pas un simple baptême d’eau mais un Baptême dans l’Esprit Saint.

Jean annonce que l’eau ne peut agir que sur l’extérieur des hommes, l’Esprit a son point d’application au plus profond du cœur de l’Homme. Celui qui doit venir est plus fort que Jean, il possède la force de Dieu parce qu’il est lui-même Dieu, le Fils incarné venu pour « annoncer une année favorable accordée par le Seigneur » (Luc 4,19)

Jean ne fait pas comme les autres un plaidoyer ‘pro domo’ : il ne cherche pas à attirer les foules derrière lui, il les prépare pour qu’elles puissent accueillir le Messie avec un cœur ouvert. Lui-même désignera à ses propres disciples l’Agneau de Dieu pour qu’ils le suivent (cf. Jean 1,35-37) Plus tard il dira encore : « Moi, je ne suis pas le Christ, mais j’ai été envoyé devant lui. […] Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue. » (Jean 3,28.30

Prenons exemple sur l’humilité de Jean : même si nous sommes des christs puisque nous avons reçu l’onction, nous sommes envoyés pour que le Fils grandisse et que tout homme trouve sa voie. Montrons-le à ‘nos disciples’ en le désignant comme l’a fait Jean le Baptiste : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jean 1,29)

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la Paroisse Notre Dame de Nesle
& modérateur de la Paroisse sainte Radegonde d’Athies


Chronologie

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois


Editoriaux
liturgiques

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil



N'oubliez pas de m'écrire